Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de kyoufu : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
La Tyrannie de l'arc-en-ciel, Tome 1 : La Route de Haut-Safran La Tyrannie de l'arc-en-ciel, Tome 1 : La Route de Haut-Safran
Jasper Fforde   
J'ai beaucoup aimé. J'attends la suite.
C'est vraiment sympa le principe de se retrouver dans un monde où on ne voit pas toutes les couleurs, où on est défini par la couleur que l'on voit, que notre taux de perception donne plus ou moins notre niveau dans la hiérarchie du régime. Un roman que je mettrais dans le même style que 1984. Un système qui en apparence fonctionne (sur le dos des prolétaires - gris) mais qui a ses injustices, ses dérives etc.

Des situations absurdes du a des règles absurdes "aucune nouvelle cuillère ne sera fabriquer puisqu'elle n'apparait pas dans la liste des objets que le grand Munsell a défini comme autorisés" (Munsel qui fait un peu penser à un big brother / absent du récit mais tout présent dans les mœurs via les règles qu'il a mis en place plusieurs siècle avant)
Fforde peut faire penser que son récit se situe dans un futur de la terre. Ou une révolution a tout changé. Je le conseillerai bien. Si toutefois une suite est réellement prévue.

par Yukidao
Le Mystère du hareng saur Le Mystère du hareng saur
Jasper Fforde   
Je devrais peut-être arrêter de me répéter dans mes commentaires en disant que ça fait plaisir de retrouver cet univers... Mais en fait non, c'est vraiment trop chouette !

Le Monde des livres est encore plus drôle avec une géographie plus ou moins fixe ! Rien que la carte est tordante ! Franchement, c'est le gros point fort de ce 6e volume, avec tous les petits détails et subtilités qui vont avec !

Comme toujours, on ne s'ennuie pas avec l'intrigue très dense et qui part dans tous les sens en un délicieux foutoir dont on est incapable de prévoir ne serait-ce que la phrase suivante.

J'ai aimé suivre les aventures de la Thursday de fiction, aussi attachante que la "vraie", même si j'ai trouvé dommage leurs trop grandes ressemblances. C'est normal parce que l'une d'elles a été écrite par rapport à l'autre, mais on insistait tellement sur sa gentillesse et sa douceur un peu hors à propos dans le tome précédent que j'ai vraiment trop peu retrouvé ces caractéristiques ici.

par Miney
La Voleuse de livres La Voleuse de livres
Markus Zusak   
Un livre parfait selon moi ! À la fois bouleversant, triste, cocasse... je manque de mots pour le décrire ! Un vrai chef-d'oeuvre ! Ceux qui sont intéressés par la Deuxième Guerre mondiale et par les livres seront charmés par ce livre ! Je le recommande à tous. Bonne lecture !

par Pamie
La dernière concubine La dernière concubine
Lesley Downer   
Ce livre, qui raconte la fin d'Edo, est tout simplement magnifique. Pour les amoureux de l'histoire du Japon, je vous le conseille!
C'est à cette époque que le vrai sens et carrément le mot "amour" naît au Japon. L'histoire est, certes, longue, mais on a très vite envie de savoir la suite!
"La dernière concubine" est pour moi une perle rare!

par malow
Quand l'agneau malheureux devient loup amoureux Quand l'agneau malheureux devient loup amoureux
Laura Hemme   
Je n'ai pu lire que le premier chapitre, sur booknode. Mais j'ai été totalement absorbée par la lecture de ce livre. Il m'a réellement captivé.

par Fake
Dans la peau d'un noir Dans la peau d'un noir
John Howard Griffin   
Très bon livre que je conseille à tous. Ce livre traite sur le racisme. Comment un homme blanc arrive à entrer dans la peau d'un noir et de se promener dans plusieurs états du sud pour constater le degré de racisme. Très belle leçon de vie.
Trame d'enfance Trame d'enfance
Christa Wolf   
Ce qu'eux ne savaient pas les rendaient tièdes. Du reste, ils avaient de la chance. Pas de parents ni d'amis juifs ou communistes, pas de malades mentaux ni de maladies héréditaires dans la famille (nous reviendrons plus tard sur le cas de la tante Henriette, la soeur de Lucie Menzel), pas de relations à l'étranger, pratiquement aucune connaissance dans quelque langue étrangère que ce soit, pas le moindre penchant pour les pensées subversives, voire pour l'art dégénéré ou toute autre forme d'art. Définis par ce qu'ils n'étaient pas, tout ce qu'on leur demandait, c'était de rester ce qu'ils étaient : rien. Et il semble que cela nous soit facile. Ne pas entendre, ne pas voir, négliger, nier, désapprendre, faire table rase, oublier.

D'après les dernières découvertes de la science, c'est la nuit, pendant le rêve, que le transfert du vécu de la mémoire à court terme dans celle à long terme est censé s'opérer. Tu imagines un peuple de dormeurs dont les cerveaux exécutent en rêvant l'ordre qui leur a été donné : effacer, effacer, effacer. Un peuple d'hommes et de femmes ne se doutant de rien, un peuple qui, sommé de rendre des comptes plus tard, jurera ses grands dieux, comme un seul homme parlant à l'unisson de ses millions de bouches, qu'il ne souvient de rien. Et l'individu ne se souviendra pas du visage du Juif, dont vous cherchez l'usine, le soir, à G. - une petite confiserie toute délabrée, Lenka, une bicoque à bonbons, ce n'était vraiment pas grand chose de plus, rien de grande valeur ; et si l'oncle Emil Dunst n'avait pas couru après [= l'oncle de Nelly a racheté la boutique à son propriétaire, qui était juif], quelqu'un d'autre se serait fait un plaisir de conclure l'affaire et à moindres frais -, dont vous finissez par trouver l'usine, derrière un poste d'essence désaffecté, dans l'ancienne Küstriner Straße. Il n'est même pas dit que l'oncle Emil Dunst ait jamais entrevu le visage du Juif Geminder, si bien qu'il n'a plus besoin de mentir, lorsque plus tard, l'air crâneur, il affirma qu'il ne se souvenait absolument pas de lui. Un vieil homme, quoi ! Au bout du rouleau, et bien content de pouvoir sauver sa peau. Même qu'il m'en a été franchement reconnaissant, si vous voulez savoir, ouais, reconnaissant, c'est la vérité. Oncle Dunst avait l'habitude de répéter ce qui lui semblait important dans une phrase, par exemple : il se peut qu'il se soit passé des choses, oui, ça se peut, des choses pas très jolies jolies, mais pas chez moi. Ah ! ça non, pas chez moi. Parce que nous autres, on n'a rien su du tout, et s'il y en a un qui peut avoir la conscience tranquille, c'est bien moi, oui, c'est bien moi. .

par barzoi
Ne t'éloigne pas Ne t'éloigne pas
Harlan Coben   
J'ai trouvé l'ambiance glauque, sans que cela apporte à mon avis quoi que ce soit à l'histoire... Des lenteurs à n'en plus finir ... un suspens quasi inexistant... à l'inverse de ce qu'on attend d'un thriller...une vraie déception

par Katie-Kat
Meurtres à Pékin Meurtres à Pékin
Peter May   
Seconde lecture de ce roman de Peter May et mon avis a un peu changé depuis la première fois, en bien !
L'âge, le recul et les connaissances acquises entre-temps aidant, j'apprécie bien plus ce livre aujourd’hui qu'il y a plusieurs années.

L'histoire est prenante. Le suspens est complet et l'enquête se fait avec nous (ce qui est loin d'être le cas dans tous les romans policiers, qui se révèlent alors un peu frustrants). Les personnages sont attachants, malgré leurs caractères complètement opposés et leurs cultures très différentes.
Ce roman est aussi une bonne occasion de découvrir la
Chine d'un point de vue historique puisqu'il est très souvent question de la Révolution culturelle, mais aussi du quotidien par les habitudes et le cadre de l'histoire.

par Iliane
La puissance de l'ange La puissance de l'ange
Bryce Courtenay   
pour une fois le film est aussi beau que le livre. j'ai vu le film avec morgan freeman avant de savoir qu'un livre en était à l'origine. le livre est bien sur legerement différent mais reste un chef d'oeuvre. ce roman raconte la quête d'un jeune anglais à travers une afrique du sud en pleine tourmente.

par bamby114