Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de kyoufu : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Kinderzimmer Kinderzimmer
Valentine Goby   
Il y avait quelques temps que je n’avais pas eu de réels coups de cœur pour un livre, c’est chose réparée avec Kinderzimmer de Valentine Goby, et en même temps, j’éprouve une certaine gène à classer ce livre dans cette catégorie, je le mettrais plutôt dans la catégorie "Sélection", car oui c’est un livre à découvrir de toute urgence, oui c’est une lecture qui m’a énormément plu, d’une part pour son intensité, et pour la connaissance qu’elle apporte, mais c’est également et surtout un roman historique qui relate des faits d’une page de l’histoire de l’humanité des plus sombres. Comment des hommes ont pu commettre les actes horribles décrits dans ce livre, on peut se le demander.

J’ai complètement adhéré à l’écriture de Valentine Goby, qui nous livre un récit très rythmé et très dense sous forme d’un témoignage poignant (attention, il s’agit tout de même de faits romancés, mais l’auteure a établi de nombreuses recherches pour étayer ses propos) des crimes perpétrés par les nazis dans les camps de concentration, et plus précisément dans le camp de Ravensbrück.

Mila est une jeune femme française, prisonnière de guerre, elle a été arrêtée car elle participait à des opérations de résistance. Elle arrive au camps de Ravensbrück en 1944. Elle tente de survivre parmi les 40000 femmes du camps, et elle cache sa grossesse aux yeux de tous. Elle se demande si dans toutes cette foule, elle est la seule femme enceinte. Elle n’y croit pas, et comme elle n’en voit pas d’autres, elle se demande ce qu’il advient de ces dernières.

Au fur et à mesure nous découvrons la vie, ou plutôt la survie des femmes au camps. Les microbes, la faim, les maladies, les disparitions, la mort, oui surtout la mort, sont le lot quotidien de ces femmes. La mort est partout, à cause de la faim, de la maladie, des blessures suite aux différentes maltraitances. Une femme blessée dans ce camps, est une femme inutile, qui ne produit rien et une bouche à nourrir. Il faut donc tenir, s’entraider, ne jamais faiblir, même quand le corps ne suit plus. Mais la particularité de ce récit, est également qu’il n’y a pas de vrais méchants, parfois ce sont les gardiens qui tendent la main discrètement quand personne ne regarde, et à d’autres moments, les vols et les mauvais coups sont donnés par d’autres prisonnières, c’est avant tout une histoire de survie.

Bien évidement, nous connaissons tous le déroulement de l’histoire, mais c’est avant tout la survie de ce petit groupe de femmes parmi ces 40000 autres qui nous fait tourner les pages, toujours plus vite. Et surtout, que va t’il advenir de Mila, au fur et à mesure que les mois vont passer ? Va t’elle mener à terme sa grossesse ? Que va t’il advenir de son bébé et d’elle même ?

Une lecture que je vous recommande absolument ! De mon côté, je vais me pencher très sérieusement sur les écrits précédents de Valentine Goby, tant, j’ai apprécié son écriture.

Ce livre a été publié en septembre 2013, aux Editions Actes Sud.

http://milleetunepages.com/2013/09/30/kinderzimmer-de-valentine-goby/

par cledesol
Déloger l'animal Déloger l'animal
Véronique Ovaldé   
Magnifique, c'est peu dire. J'ai adoré ce roman, bien qu'au début je pensais que l'histoire était assez triste, voire sombre, mais non. Le temps de faire connaissance avec les protagonistes et surtout la narratrice, on se laisse emporter par l'écriture. Et je le dis d'autant plus volontiers que certaines phrases font plusieurs lignes, voire pour l'une 4 pages, mais c'est tellement bien écrit qu'on ne s'y perd pas. Au contraire, on ne veut que suivre, on est de tout coeur avec la narratrice, on veut aller jusqu'au bout.
C'est prenant, poétique, intrigant, surprenant.
22/11/63 22/11/63
Stephen King   
Ne jamais dire "jamais" ! la preuve...
Je viens de finir mon premier Stephen King et j'ai ADORE !!!
En effet, l'auteur de "Simetierre", "Carrie", "Salem" et autres joyeusetés horrifiques me paraissaient too much par rapport à mes petits nerfs fragiles et délicats ! Mais c'était sans compter sur un commentaire dithyrambique d'un internaute (grand merci à "il" ou "elle" d'ailleurs !) et la certitude absolue que ce roman était largement moins "tensionneux" que ces autres œuvres...et j'ai sauté le pas ! et bien m'en a pris !
Cette description fouillée et passionnante de l'Amérique des années 60 autant sur la façon de vivre que sur la politique de l'époque ; ce soucis du détail, cette description des personnages et de leur sentiment , et ce questionnement lancinant qui trotte dans la tête durant toute la lecture (que ferais-je en pareil situation ? Oserais-je changer le cours de l'histoire ? modifier le cours du destin ?...), le tout saupoudré d'un peu de fantastique ...
C'était comme si j'y étais ! J'ai vécu avec Jake Epping/Georges Amberson pendant presque 1000 pages et j'en redemande...oui enfin bon, ne nous emballons pas, je ne lirai pas pour autant "Simetierre", "Carie", "Salem" !!!

par lou460
La Saison des mangues La Saison des mangues
Cécile Huguenin   
Une claque. Sous ce joli titre exotique se cache une petite perle de moins de deux cents pages.

Cécile Huguenin enchaînent les histoires de cette lignée de femmes sur trois générations avec une finesse pleine de poésie, parfois un peu brutale dans la dureté des vies racontées, mais toujours avec une fluidité délectable. On sent que le choix des mots s'est fait avec minutie. L'écriture est merveilleuse.

À travers ses trois vies de femmes, le voyage, de l'Inde à la France, puis à l'Afrique est éprouvant. On découvre les traditions, les mœurs. Les cultures se heurtent et se confondent. C'est beau, étranger. Différent.
Mais plus que la seule beauté du texte, pour le lecteur, le voyage est riche de réflexions. Identitaires et spirituels, les messages et questions se bousculent et s'enchainent. Quelles sont les choses qui nous définissent ? Comment nous changent nos choix et les voies que l'on emprunte ?

Un très beau roman, bref mais plein de profondeur, de tendresse et de cette joliesse un peu brute qui va avec les belles histoires.


par x-Key
Les Heures souterraines Les Heures souterraines
Delphine De Vigan   
Encore un livre de Delphine de Vigan qui m'a plu.
Ici, j'ai trouvé remarquable la description au quotidien du harcèlement moral de Mathilde, c'est vraiment un cauchemar.
On lit tout au long du livre la solitude de Mathilde et Thibault en se demandant est-ce qu'ils vont se rencontrer ?
L'écriture fait qu'on entre bien dans la vie de ces deux personnages.


par chantwal
Un cercle de lecteurs autour d'une poêlée de châtaignes Un cercle de lecteurs autour d'une poêlée de châtaignes
Jean-Pierre Otte   
Rares sont les auteurs libres à ce point face à leur temps. Au risque d’être taxé d’anachronisme, Jean-Pierre Otte a entamé avec son « Cycle de la vie personnelle », une série de chroniques décrivant son quotidien dans une communauté rurale retranchée du monde. Cette fois-ci, il s’est joint à un groupe de personnes issues d’horizons divers, qui se réunissent tous les mois pour partager une passion commune : les livres. Le rituel est simple, une poêlée de châtaignes, le doux bruit des bouteilles qu’on débouche, et la discussion à bâtons rompus peut reprendre là où on l’avait laissée. Confrérie éclectique, ils sont une quinzaine, de l’avocat au jardinier en passant par la bibliothécaire ou la prof d’espagnol, formant un petit monde à part de bibliophages exigeants et passionnés. On y aborde des sujets tout aussi hétéroclites que la téléportation ou l’utopie, on s’y remémore des récits d’aventures dans des contrées exotiques comme on y invente un voyage en 323 jours au cœur du Quartier latin ; on y cite des auteurs aussi divers que Julien Gracq, Carlos Castaneda, Gilles Deleuze ou John Cage. Discussions, anecdotes et autres récits sont prétexte à des réflexions inattendues sur l’art, le sens de la vie, la sexualité, la nature et la mort. Derrière le choix des auteurs et des textes se profile toujours la personnalité étonnante de ces lecteurs chevronnés. Mais la vie de l'esprit ne serait rien si elle négligeait le bonheur des sens. Chaque réunion se clôt par un véritable festin, au gré de recettes traditionnelles toutes plus alléchantes, du tablier de sapeur sauce gribiche au gigot de chevreau et navets glacés !



par x-Key
Permission Permission
Céline Curiol   
Une réflexion sur notre regard de spectateur des évènements qui se trament chaque jour dans le monde. Sur l'oppression et l'aveuglement.Sur la liberté individuelle.
Dans un monde où les livres ont été bannis, où tout est sous contrôle, surveillé, calculé, comment l'homme peut-il encore continuer à posséder une existence propre? Et si ouvrir les yeux sur la manipulation s'avérait plus terrible?
Un habile roman parfaitement réaliste sur ce que pourrait être la vie de demain dans une grosse organisation mondiale, qui nous met dans la tête d'un homme en passe d'ouvrir les yeux sur le monde qui l'entoure.
Femme de chambre Femme de chambre
Markus Orths   
Femme de chambre dans un hôtel, Lynn y satisfait sa manie obsessionnelle du nettoyage. Même les affaires personnelles des clients font l'objet d'une inspection approfondie et indiscrète. Un soir, dans la chambre 303, la jeune femme enfile par-dessus son tablier le pyjama du client, et lorsque ce dernier tourne la clé dans la serrure, il ne lui reste qu'à se glisser sous le lit. La nuit qu'elle y passe constitue un pas de plus dans l'intrusion amorcée. Un pas qui va la mener très loin...

par maxiime
Des nœuds d'acier Des nœuds d'acier
Sandrine Collette   
Livre que j'ai lu en 24 h. Très addictif. L'horreur du comportement humain envers d'autres êtres humains. Cette histoire sort de l'imagination de l'auteur, mais malheureusement cette histoire pourrait très bien être réelle.

par LOANDRE
L'invité du soir L'invité du soir
Fiona McFarlane   
Un livre attachant, effectivement. Mais qui laisse peut-être un peu sur sa faim... [spoiler]disons que la mention de thriller supposait peut-être une montée en puissance du récit jusqu'à sa résolution, alors qu'on reste au bout du compte sur une fin à la fois ouverte et évidente.[/spoiler]

Il y a quelque chose d'inabouti, qu'on peut comprendre pourtant comme une adhésion au personnage principal dont on épouse, tout au long du récit, un point de vue défaillant?

A ce titre, c'est intéressant. Plaisant à lire. Curieux.
Mais il ne restera sans doute pas gravé dans ma mémoire...

par charly09