Livres
388 253
Comms
1 361 185
Membres
276 723

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de L'Œil du loup ajouté par wizbiz06 2012-02-27T19:05:15+01:00

« Adorable », pensa Flamme Noire, « ma fille est adorable… » Elle ajouta aussitôt : « mais complètement tête en l’air. » Puis elle poussa un soupir et murmura au plus profond d’elle-même : — Franchement, Grand Loup, pourquoi m’as-tu donné la plus belle louve qui ait jamais existé ? Tu trouves qu’on n’avait pas assez d’ennuis comme ça ?

Afficher en entier
Extrait de L'Œil du loup ajouté par wizbiz06 2012-02-27T19:05:08+01:00

— Mais pourquoi est-ce toujours la même bande qui nous poursuit ? Cousin Gris léchait ses pattes meurtries. — Ils ont entendu parler d’une petite louve à la fourrure d’or… Il n’acheva pas sa phrase, Flamme Noire le foudroyait du regard. Trop tard. Tous les rouquins regardaient Paillette. Et Paillette regardait tout le monde, les oreilles dressées

Afficher en entier
Extrait de L'Œil du loup ajouté par kellogg's 2011-03-26T18:17:12+01:00

Un oeil jaune, tout rond, avec, bien au centre, une pupille noire. Un oeil qui ne cligne jamais. C'est tout à fait comme si le garçon regardait une bougie allumée dans la nuit ; il ne voit plus que cet oeil : les arbres, le zoo, l'enclos, tout a disparu. Il ne reste qu'une seule chose : l'oeil du loup.

Afficher en entier
Extrait de L'Œil du loup ajouté par wizbiz06 2012-02-27T19:04:43+01:00

— J’en ai vu, oui. Pas bavard, Cousin Gris. — À quoi ils ressemblent ? — Les hommes ? Deux pattes et un fusil. À part ça, on ne pouvait rien tirer de lui. Quant à Flamme Noire, elle racontait des histoires qu’on ne pouvait plus croire, maintenant qu’on était devenu grand

Afficher en entier
Extrait de L'Œil du loup ajouté par wizbiz06 2012-02-27T19:05:40+01:00

Et ce fut la bagarre générale. Loup Bleu envoya deux chiens dans les flammes. — Va-t’en, Paillette, va-t’en ! — Non ! je ne veux pas t’abandonner ! Mais les chiens étaient nombreux. — Va-t’en, je te confie la famille ! Alors, Loup Bleu vit Paillette faire un bond formidable. Puis il entendit des coups de tonnerre. La neige jaillit en petits geysers autour d’elle. Raté ! Elle disparut dans la nuit

Afficher en entier
Extrait de L'Œil du loup ajouté par wizbiz06 2012-02-27T19:05:31+01:00

Quand Loup Bleu se réveilla, cette nuit-là (un pressentiment), elle était déjà partie depuis une heure. Il devina tout de suite. Elle avait trompé la vigilance de Cousin Gris (cela aussi, elle savait le faire !) et elle était allée chez les hommes. « Il faut que je la rattrape ! 

Afficher en entier
Extrait de L'Œil du loup ajouté par wizbiz06 2012-02-27T19:05:29+01:00

Ce genre de réponse n’amusait pas Loup Bleu. — Pourquoi est-ce que tu ris tant, Paillette ? Elle cessait de rire, regardait Loup Bleu droit dans les yeux, et répondait : — Parce que je m’ennuie. Elle expliquait : — Il ne se passe jamais rien dans ce fichu pays, rien ne change jamais ! Et elle répétait : — Je m’ennuie

Afficher en entier
Extrait de L'Œil du loup ajouté par wizbiz06 2012-02-27T19:05:23+01:00

— L’œil ! Et à la migration des caribous – quand leur harde s’étire sur toute la largeur de la plaine – on grimpait sur la plus haute colline, et Paillette disait : — Le sixième à droite, à partir du gros rocher : malade. (Les loups ne mangent que les caribous malades. C’est un principe.) — Malade ? Comment peux-tu en être sûre ? — L’oreille 

Afficher en entier
Extrait de L'Œil du loup ajouté par wizbiz06 2012-02-27T19:04:51+01:00

 Alors ? Alors il est l’heure de dormir, les enfants, je vous raconterai la suite demain. Les enfants protestaient, bien sûr, mais Flamme Noire tenait bon. Peu à peu, le souffle du sommeil remplissait le terrier. C’est le moment que Loup Bleu attendait pour poser sa question. Toujours la même 

Afficher en entier
Extrait de L'Œil du loup ajouté par wizbiz06 2012-02-27T19:04:34+01:00

Il était une fois un louveteau si maladroit qu’il n’avait jamais rien attrapé de sa vie. Les plus vieux caribous couraient trop vite pour lui, les mulots lui filaient sous le nez, les canards s’envolaient à sa barbe… Jamais rien attrapé. Même pas sa propre queue ! Beaucoup trop maladroit

Afficher en entier