Livres
461 317
Membres
417 506

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Tiate 2016-02-15T12:49:53+01:00

- J'ai failli le démolir, Annabelle. Il s'en est fallu de peu, de très peu, pour que je lui refasse le portrait, cracha-t-il, les yeux brûlant de rage. Tu veux savoir pourquoi je ne l'ai finalement pas touché ? (J'avalai ma salive et hochai légèrement la tête. Autant que sa prise me le permettait ). Parce que t'es restée froide entre ses bras. Tu ne lui as pas rendu son baiser. Tu n'y as même pas répondu. Et quand il s'est écarté, tu n'as pas cherché à le retenir. Ça, ça lui a sauvé la vie. (Il se pencha vers moi,, jusqu'à ce que son nez frôle le mien). Mais ce n'est pas uniquement pour ça que je l'ai laissé partir sans réagir. S'il avait insisté, s'il avait seulement essayé de te reprendre dans ses bras, je l'aurais pulvérisé. Littéralement. On ne touche pas à ce qui m'appartient. Jamais, gronda-t-il, la mâchoire tellement crispée qu'un muscle tressautait au niveau de sa joue. Et toi, Annabelle, tu es à moi. (Ses lèvres frôlèrent les miennes, dans une caresse aussi légère qu'une plume). Tout comme Perséphone appartenait à Hadès.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Elowenn 2015-11-20T10:56:17+01:00

Il gloussa avant de lever les mains, en signe de défaite.

— Ok, ok. Tu as gagné. Bon, à demain, souris.

Je le suivis des yeux, le sourire aux lèvres. Ce ne fut que lorsque je me tournai pour aller rejoindre Kim, Marj’ et le noiraud de ce matin, dont j’ignorais toujours le nom, que je réalisai que Max avait mis les voiles. Tant mieux. Je n’avais pas vraiment envie de m’expliquer avec ce mec.

Mais à peine la table de mes copines atteinte, je dus faire face à leurs mines ébahies.

— C’était quoi, ça ? Drew ne t’a pas tuée ? demanda Marj’, sidérée.

— Il t’a même mis un bras autour des épaules ! Ouah ! Il a flashé sur toi ou quoi ?

Je rougis, très embarrassée. C’était l’heure de passer aux aveux.

— Non. En fait, Andrew Campbell est mon frère.

Afficher en entier
Extrait ajouté par bellajessica 2015-11-17T03:57:57+01:00

— Hey, tu ne connais pas la dernière ?

— Non, quoi ?

— Drew a une frangine !

— Tu déconnes ?

— Non, je t’assure, c’est la schtroumpfette aux cheveux rouges !

Afficher en entier
Extrait ajouté par lou02 2016-09-04T11:34:48+02:00

- Drew, c'est le diminutif d'Andrew ? demandai-je brusquement, d'une voix pourtant hésitante.

- Okaaaayyyy. On te dit que t'es dans la panade totale, et toi, tout ce qui t'intéresse c'est de savoir si Drew est le diminutif d'Andrew. Ouah ! Celle-ci on me l'avait jamais faite ! s'exclama une nouvelle fois Max, en me détaillant comme l'aurait observé un insecte au microscope. T'es vraiment trop space... Les gars, je me casse. A plus.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Tiate 2016-02-17T10:48:28+01:00

Je me tournai donc vers Ly' et lui adressai un sourire étincelant.

- Je t'aime...

Une lueur animale s'alluma dans ses yeux et ses pupilles se dilatèrent.

- Je t'aime, ma souris..., ronronna-t-il à son tour, avant d'emprisonner mon visage entre ses mains. (Il se pencha et frotta son nez contre le mien) Un jour, tu as dit à Andy que j'étais son omble maléfique. (Il posa son pouce sur mes lèvres pour m'empêcher de protester) Non, Annabelle. C'est ce que je suis. Le noir absolu et abyssal. Une ombre maléfique. Mais toi, ma souris, tu es la lumière étincelante qui illumine mes ténèbres. Le blanc le plus pur qu'il soit. Ensemble nous formons le Ying et le Yong. L'accord parfait entre le noir et le blanc. Nous sommes un tout, ma souris. Dorénavant, nous serons indissociables. Rien ne nous séparera. Je ne le permettrai pas. Jamais.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Tiate 2016-02-17T10:39:10+01:00

- Cette chambre est à toi ma souris, tu en fais ce que tu veux. Quand je te taperai sur les nerfs, ce qui arrivera forcément de temps à autre, tu pourras venir ici pour être tranquille. C'est ton sanctuaire et je le respecterai toujours, avait-il dit, les deux mains en coupe autour de mes joues. Mais sois certaine d'une chose, ma souris : jamais, même pas en rêve, tu y dormiras seule. Si pour une raison ou pour une autre tu veux passer la nuit dans cette chambre, j'y serais également. Ce n'est pas négociable.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Oxerylunaire 2018-01-23T19:25:51+01:00

« — Vous êtes jeune, vous êtes amoureuse et vous ne savez pas ce qu’un homme peut faire quand il est en colère. Votre mère nous a dit que vous vous étiez disputé ce matin, et…

— Vous êtes vieux, vous êtes con, et malheureusement pour vous, vous ne changerez jamais, le coupai-je sèchement.

Oh. Mon. Dieu !

C’était moi qui venais de dire ça ?

Ouais, A, c’est bien toi.

Zut de flûte de crotte de bique !

Alors que les flics me fixaient comme deux ronds de flan, mon frère faillit s’étouffer avec sa salive. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Oxerylunaire 2018-01-23T19:14:15+01:00

« Devine !

— Réponds à ma putain de question, Annabelle ! OÙ.ES.TU ?

— Diiiiiiinnnnnnggggggg, doooooonnnnnnnng ! Mauvaise réponse ! Merci d’avoir joué avec nous ! Venez retenter votre chance demain… »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Mandishoupoutchounou 2017-07-26T16:37:06+02:00

- Elle est tout ce que tu n'est pas...

Poupée s'esclaffa bruyamment.

- Ca je le sait ! Suffit de la regarder !

(...)

- Ce qui veut dire ?

- Ben, regarde-la et regarde moi, chéri. Il n'y a quand même pas photo !

- Ca, c'est clair..., approuva Drew en hochant la tête. Elle c'est du cent pour cent naturel, alors que toi...

Afficher en entier
Extrait ajouté par Haylen 2018-04-02T23:57:58+02:00

Il se redressa et plongea ses iris verts dans les miens. Un petit sourire étira lentement ses lèvres.

- Alors la suite devait te plaire encore plus, ma souris...

Ses longs doigts s'infiltrèrent dans mon soutient-gorge et l'écartèrent délicatement, libérant mon sein gauche. Il se pencha et engloutit la pointe fièrement dressée. Un nouveau miaulement s'échappa de ma gorge. Sa langue me taquinait, me rendant folle de désir. Et alors que je me disais que je ne pourrais connaître de plus grand plaisir que celui-ci, Ly' me donna tort, une fois de plus. Sa main s'affaira sur mon sien jusque-là délaissé, le libérant de sa prison de dentelle. Il s'en occupa aussitôt, le mordillant doucement. Mes mains volèrent dans ses cheveux et mes doigts s'y agrippèrent fermement. Mais au lieu de l'éloigner, comme j'en avais l'intention, elles le maintinrent en place.

J'avais l'impression d'avoir quitté la terre et de nager dans un océan de plaisir. Tout ce qui nous entourait avait disparu. Il n'y avait plus que Ly' et moi. Ainsi que les sensations extraordinaires qu'il faisait naître en moi. Mes hanches se balançaient dans un rythme soutenu et le n'avais plus aucun contrôle sur mon corps. Il ne m'appartenait plus. Ly' l'avait revendiqué ; je n'avais rien fait pour l'en empêcher. En cet instant, j'étais entièrement sienne.

Et j'adorais ça.

Quand sa bouche quitta finalement ma poitrine pour remonter sensuellement le long de ma gorge, un grognement plaintif m'échappa.

- Chut, ma souris, chut... Je vais m'occuper de toi...,promit-il en atteignant mais lèvres.

Sa main, qui jusque-là était restée verrouillée sur mes fesses, longea sensuellement ma hanche droite pour s'arrêter à l,orée de mon jean, à hauteur du bouton. Elle suivit lentement le long de la couture, ne s'arrêtant qu'une fois son objectif atteint : le croisement des quatre coutures. Son pouce commença à faire des va-et-viens, de haut en bas, le long de la couture centrale. Ce simple geste me rendit encore plus folle de désir.

- Ly'...

- Oui, ma souris ?

- S'il te plaît...

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode