Livres
388 152
Comms
1 360 767
Membres
276 534

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

L'affaire Isobel Vine



Description ajoutée par x-Key 2016-12-29T13:15:15+01:00

Résumé

Le nouveau Michael Connelly est australien.

Pour n’importe quel passant, les rues, les places, les jardins de Melbourne possèdent un charme certain. Pour Darian Richards, chacun de ces lieux évoque une planque, un trafic de drogue, un drame, un suicide, un meurtre. Lassé de voir son existence ainsi définie par le crime, et uniquement par le crime, il a décidé, après seize ans à la tête de la brigade des homicides, de passer à autre chose. Une vie solitaire, plus contemplative.

Il accepte néanmoins de sortir de sa retraite par amitié pour le chef de la police qui lui demande de disculper son futur successeur, en proie à des rumeurs relatives à une ancienne affaire : en 1990, après une fête donnée chez elle, on a retrouvé le corps sans vie de la jeune Isobel Vine. Suicide, accident, meurtre ? L’enquête fut d’autant plus délicate que quatre jeunes flics participaient à cette soirée. Elle fut classée sans suite, mais le doute persiste sur ce qui s’est réellement passé.

Reprendre des investigations vingt-cinq ans après les faits n’est jamais une partie de plaisir, surtout quand l’affaire concerne de près la police. Les obstacles ne manquent pas. C’est sans compter sur le caractère obstiné, rebelle et indiscipliné de Darian Richards et sur sa fâcheuse habitude à porter davantage d’attention et de respect aux morts qu’aux vivants. L’enquête rythmée de nombreux rebondissements va peu à peu l’amener aux frontières du bien et du mal, de la vérité et du mensonge, et Richards y perdra peut-être ses dernières illusions.

Une description rarement vue des rouages policiers. Une ville, Melbourne, personnage à part entière du roman. Une intrigue captivante. Et un antihéros plein de blessures intimes, misanthrope et obstiné, que l’on a envie de retrouver à peine la dernière page tournée.

(Source : Sonatine)

Afficher en entier

Classement en biblio - 10 lecteurs

Or
3 lecteurs
PAL
6 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par oboys 2017-06-09T20:55:40+02:00

« Pendant quatre ans, depuis que j'avais quitté le QG de la police à Melbourne, j'étais resté près de la rivière Noosa, tentant avec un certain succès de mener une vie saine et tranquille. Regardant la rivière, lisant dans le hamac, nourrissant mes pélicans, cuisinant et écoutant le fracas de l'océan et les remous de la rivière, le chant des oiseaux et les cris enjoués des touristes, autant d'activités qui étaient devenues les nouveaux piliers de mon existence. Melbourne, que j'avais fuie et où je n'étais retourné qu'une fois, brièvement, tandis que je traquais le Tueur du Train, était, pour moi, une ville définie par le meurtre. Vous savez, quand vous entendez une chanson et qu'elle vous rappelle un premier baiser ou peut-être une rupture, ou quand vous sentez un parfum et revivez un moment du passé, quand ces perceptions sensorielles laissent place à des souvenirs lointains, joyeux ou non... Le plan en damier de la ville, les banlieues, les rues, les plages et les parcs avaient tous pour moi une histoire et une culture de violence et de sang. De cadavres éparpillés à travers le paysage. Une ville de meurtres. C'était ça, Melbourne. Et c'était là que Copeland voulait que je retourne. » (p. 21-22)

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par paraty62 2017-05-22T16:09:00+02:00
Or

Pour les amateurs du genre !

Soyons clair ce livre ne va pas révolutionner le genre du polar mais il est très bien écrit et on s'attache à cette histoire dont on voudrait connaître le dénouement malgré le manque d'action ou d'enjeu.

Le roman repose surtout sur le pays (l'Australie" et sur son héros Darian Richards flic revenu de tout à la retraite au bord d'un lac qui accepte de revenir aux affaires pour faire plaisir à son mentor. Darian à tout vu et pour lui chaque rue de Melbourne lui rappelle plusieurs crimes qu'il a résolu et qu'il aime raconter à sa partenaire Maria, belle femme en proie au sexisme et en couple avec un biker. Quel duo efficace pourtant qui s'attache à faire payer les coupables pour le repos des victimes. Darian étant même capable de passer la ligne rouge, il aurait d'ailleurs déjà fait justice lui-même et même assassiné des coupables.

Hanté par les meurtres et cette violence mais surtout par son échec face à un tueur en série et essayant d'arrêter la boisson il avait abandonné son travail, sa petite amie et l'alcool en même temps que la ville pour aller vivre au bord d'un lac et faire semblant de pêcher. Quand son mentor voulant partir en retraite lui demande de l'aide pour blanchir son successeur dans une histoire vieille de 25 ans : le meurtre ou suicide d'une jeune femme.

Seulement voilà Darian et son équipe une fois sur une affaire ne lâche pas avant d'avoir rendu justice à la victime même si pour cela il faut froisser quelques gros bonnets ou remuer des histoires vieilles de 25 ans....

J'ai aimé les personnages et la ville ainsi que l'intrigue basée sur une vieille histoire mais tout de même moderne, ainsi que la conclusion qui m'a un peu surprise.

J'ai moins aimé la fin un peu rapide à mon goût et le manque d'action qui se fait sentir quand même.

Un livre classique dans le genre mais très bien écrit avec une intrigue qui tient le coup. La référence à Michael Connelly n'est pas volé. A lire si vous aimez le genre ou voulez le découvrir.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Amaranth 2017-05-14T11:42:06+02:00
Argent

Une lecture que j’ai vraiment appréciée. Ce polar, bien que classique dans sa structure et pour une grande partie de son intrigue, parvient à se distinguer sur plusieurs points : l’enquête, tout d’abord, qui porte sur une affaire non élucidée vieille de 25 ans impliquant des flics, ce qui la rend encore plus délicate à mener et lui donne une portée politique. J’ai également aimé les personnages, bien brossés et tout en nuances. Le style de l’auteur joue beaucoup pour cet aspect. En effet, l’écriture semble suivre les pensées des personnages, ce qui est parfois déstabilisant car donne un côté déstructuré à certains passages. D’ailleurs, je ne sais toujours pas quoi penser de son style assez particulier : le passé et le présent sont souvent mélangés, avec un retour en arrière constant sur des événements qui viennent de se produire et une manière d’écrire très « parlée ». C’est déstabilisant, mais bizarrement, ça fonctionne.

Un autre point fort de ce livre, c’est le lieu. Melbourne y est décrite et intégrée de telle manière qu’on a l’impression de s’y trouver. Mais ce que j’ai aimé par dessus-tout, c’est la connaissance du milieu policier de l’auteur. On sent qu’il a fait ses recherches et qu’il les a bien intégrées. On pourrait presque croire qu’il a été flic lui-même, tant ses réflexions et descriptions semblent solides et cohérentes.

Quelques bémols, toutefois, pour l’affaire Isobel Vine : l’auteur insère de nombreuses anecdotes sur l’Australie, Melbourne… elles sont intéressantes et participent au sentiment de solidité de l’ouvrage, mais ne sont pas toujours bien insérées. À certains moments, cela donne un côté artificiel aux dialogues ou aux situations.

Vers le milieu du livre, celui-ci souffre d’une baisse de rythme. L’intrigue ne surprend pas, suit les chemins que l’on attend, et donc c’est difficile de maintenir le même intérêt du début à la fin. Mais cette dernière rattrape aisément ce défaut : surprenante, noire, cynique même. J’ai adoré.

Donc un polar bien mené, solide, efficace, avec une baisse de rythme au milieu rattrapée par une fin décapante. L’humour décalé présent tout au long du récit, lié aux personnages hors normes, permet de souffler dans une ambiance noire bien posée.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Maks 2017-05-10T08:14:43+02:00
Or

On sait que Sonatine est une référence du Polar, ici ils éditent un auteur Australien (Tony Cavanaugh) encore jamais traduit en français jusqu'alors, avec L'affaire Isobel Vine la maison d'édition tient encore une fois ses promesses, ce polar est vraiment bon.

Alors il est vrai que le rythme n'est pas effréné mais l'intérêt ici est tout autre, nous sommes en présence d'une enquête sous forme de Cold Case tarabiscoté à souhait pour le plus grand plaisir du lecteur et les plus grandes difficultés de nos enquêteurs.

Ambiance et personnages bien travaillés, pas de clichés, une construction intelligente, tout est réuni pour les amateurs de polars.

Les chapitres sont assez court et bien construits, avec des titres originaux sous forme de clins d'œil à la littérature contemporaine (on retrouve des titres de chapitres tel que Frankenstein, 1984 ou encore L'homme illustré, j'adore).

Manipulations hiérarchiques, dissimulations de preuve, pistes brouillées, flics véreux, trafics de drogue et pouvoirs s'entrechoquent et nous donne une histoire que l'auteur s'amuse à détricoter jusqu'à un final surprenant, jamais je n'aurais pensé à cette fin, qui à elle seule vaut l'achat du livre.

Je pense que vous avez compris, ce polar est à mettre entre toutes les mains.

Voir la chronique sur mon blog :

https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/05/l-isobel-vine-tony-cavanaugh.html

Afficher en entier

Date de sortie

L'affaire Isobel Vine

  • France : 2017-04-06 (Français)

Activité récente

Mick85 l'ajoute dans sa biblio or
2017-09-25T01:53:44+02:00
Maks le place en liste or
2017-05-09T23:44:38+02:00

Les chiffres

Lecteurs 10
Commentaires 3
Extraits 3
Evaluations 6
Note globale 7.67 / 10

Évaluations