Livres
443 220
Membres
378 347

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

C'est maintenant, tout près de la fin, que je mesure à quel point j'étais riche.

- Balfruss -

Afficher en entier

La porte s’ouvrit pour laisser entrer quelques hommes. Orran était du nombre, rayonnant comme s’il venait d’apprendre qu’un oncle richissime était mort en lui léguant sa fortune.

Il s’assit et attendit le retour d’Hargo pour jubiler.

— Tu as trouvé ta putain, on dirait, fit le colosse en distribuant des chopes.

— Pour sûr que ce n’était pas la Mère Bénie ! Je lui ai demandé un truc que je n’avais jamais essayé. Une nouveauté.

— Je ne veux rien entendre, lâcha Vargus.

— Si elle t’a fichu un doigt dans l’oignon, grogna Hargo, ça ne m’intéresse pas non plus.

— J’ai fermé les yeux, continua Orran comme s’il n’avait rien entendu, puis il y a eu cette mélodie et ce frisson délicieux.

Vargus interrogea Hargo du regard. Mais le colosse secoua la tête.

— Allez, pose-lui la question !

Hargo ne put pas résister :

— Bon, c’était quoi, son truc ?

— Avec une de mes burnes dans la bouche, elle fredonnait une chanson. Extraordinaire ! J’ai déchargé si fort que j’en ai eu dans les yeux.

— Arrête, c’est dégueulasse ! s’écria Vargus.

— Je me sens si vivant !

Orran vida sa bière, se leva et approcha du comptoir.

— Allez, les chochottes, remettez-vous ! lança-t-il à ses copains.

Afficher en entier

Quand on ne savait pas comment surmonter un deuil, de quel droit aurait-on donné des leçons aux autres ? Le chagrin n’était ni mesurable ni quantifiable – une plaie intérieure différente pour chaque être, en quelque sorte.

Afficher en entier

Marcher sur les pieds d’un sorcier, selon un antique proverbe bien ancré dans l’inconscient collectif, avait toujours de graves conséquences.

Afficher en entier

- [...] Enfant, je rêvais d’échapper au destin sinistre de ma mère. J’étais égoïste et ingrat, mais on peut pardonner ça à un gosse.

Ma mère travaillait toute la journée et une partie de la nuit. Toujours fatiguée, elle ne s’accordait pas une seconde de répit. Un jour, je lui ai demandé à quoi elle rêvait. « À rien, m’a-t-elle répondu, parce que je n’ai pas de temps pour ça. » Pour elle, le sommeil était un moyen de tout oublier et de récupérer des forces. Moi, j’avais d’autres ambitions.

Afficher en entier

Comme avec chaque vétéran, les jeunes guerriers lui demandaient souvent son avis… et l’écoutaient à peine quand il consentait à le donner. Mais les petits malins qui escomptaient bien survivre au premier jour de la guerre tendaient attentivement l’oreille.

Afficher en entier

Malgré le danger qui les guettait tous, être ainsi entouré de Mages de Guerre l’excitait au plus haut point. En même temps, il tremblait à l’idée de ce qu’ensemble ils pouvaient accomplir.

En unissant leurs forces, ils avaient la capacité de changer le monde.

Afficher en entier

Fins et denses, des flocons se déversaient du ciel grisâtre. Alors que l'hiver aurait dû être fini, la glace crissait sous les semelles et la terre, dessous était dure comme du marbre. Le givre recouvrait tout et une mappe de brouillard glacial s'accrochait au sol. Pour voyager dans de telles conditions, il fallait être désespéré ou rongé par la cupidité.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode