Livres
457 987
Membres
410 761

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

L'amant dragon



Description ajoutée par Dee_ 2017-01-15T11:41:40+01:00

Résumé

Mira parvient à se frayer un chemin sur le marché littéraire, mais doit pour cela pénétrer dans le monde obscur de l’érotisme. Afin de répondre à la demande de sa fantasque éditrice, son nouveau roman devra s’épicer d’un parfum de scandale et de sexe. Mais Mira est vierge. Son expérience ne va pas plus loin que les simples lectures émoustillantes et elles n’en font pas une experte. Dans l’appartement où elle a récemment emménagé, elle fait la connaissance de Kwon, un jeune Coréen aux yeux gris, qui prend plaisir à la torturer de ses railleries, auxquelles Mira réagit avec caractère. Cependant, lui mettra tout en œuvre pour devenir son « mentor ». Mira a beaucoup à apprendre si elle veut que son livre ait du succès. Ce qu’elle ne sait pas, c’est qu’elle connaîtra elle-même la volupté de se perdre, et que ce dragon sexy finira par être pris au piège de l’innocence.

Afficher en entier

Classement en biblio - 6 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par poche 2018-01-05T21:05:26+01:00

Les caisses du déménagement étaient enfin vides, démontées et empilées contre le mur crème où s’ouvrait la porte d’entrée. Les mains sur les hanches, une jeune femme considérait la rude tâche accomplie avec un large sourire qui illuminait son visage au teint clair. Ses cheveux bouclés retombaient comiquement, échappant au chignon maladroit qu’elle s’était fait, et ses yeux ambrés brillaient d’émotion. « Mon premier chez-moi », pensait-elle avec fierté. Le succès était arrivé de manière inattendue, les années de dur labeur et de frustration avaient enfin donné leurs fruits merveilleux, et quels fruits... Elle avait plus d’argent qu’elle ne pourrait en dépenser sa vie durant, voire plusieurs vies ! Mira était un écrivain novice qui avait atteint la consécration avec son dernier travail. Elle avait toujours créé des récits fantastiques, pleins d’aventures et de puritaines histoires d’amour. Hélas, ils ne l’avaient pas menée beaucoup plus loin que l’autopublication, si ce n’était lui faire gagner un petit groupe de fans et un grand nombre de frustrations. Jusqu’au jour où elle avait décidé de faire une expérience. Elle s’était levée avant l’aube avec une pensée à l’esprit : si les gens voulaient de l’érotisme et de sexe, pourquoi ne pas essayer ? Elle attaqua son nouveau travail dans un mélange de peur et d’exaltation. Peur de sa propre ignorance et de son manque d’expérience, exaltation devant l’inconnu, toujours excitant... Elle présenta son roman à plusieurs éditeurs plus spécialisés dans les livres pour adultes, insistant davantage auprès des moins grands, chez qui elle voyait une vraie possibilité d’être publiée. Elle reçut plusieurs réponses négatives, certaines dont le contenu révélait que personne n’y avait pris la peine de lire son manuscrit ; et puis, un jour, cela arriva : le téléphone sonna et, à l’autre bout, son nouvel éditeur la félicitait. Une sensation qui la dépassait la força à s’asseoir, les jambes flageolantes, tandis que l’homme lui réclamait une entrevue face à face. † Nerveuse, elle regardait le petit bureau où elle attendait. L’homme avec qui elle avait parlé deux jours plus tôt la reçut dans une généreuse accolade. C’était un monsieur d’un âge avancé et il lui présenta sa fille, qui allait lui succéder à la tête de l’entreprise familiale. Très vite, Amanda posa sur la table un contrat juteux : ils miseraient tous leurs fonds et leurs contacts sur ce manuscrit, ce qui déclencha instantanément un tourbillon d’appréhension chez la jeune femme de vingt-six ans. En cas d’échec, elle serait la cause de dommages irréparables à la petite maison d’édition. Mais voir combien tous deux avaient confiance dans son roman lui rendit son courage : ils voyaient des débouchés et, s’ils les voyaient, c’est qu’il en avait. Elle avait à peine assimilé son succès dans sa quête d’un éditeur lorsque la bombe éclata. Amanda avait pris l’initiative d’envoyer le roman à différents blogues d’un grand poids sur la toile, avant sa mise en vente. Les critiques furent absolument incroyables, et la machine se mit en branle. Le jour où le livre sortit, la réponse dépassa toutes les espérances et les exemplaires commencèrent à se vendre par milliers. Surprise par sa réussite soudaine, Mira décida de conserver l’anonymat et d’utiliser le pseudonyme de Mystic M. En moins d’un an, les droits de son œuvre s’étendaient à la moitié du globe et elle serait très vite disponible dans pratiquement toutes les langues principales, ce qui se traduisait, sur son compte en banque, par un chiffre à plusieurs zéros qui la ferait vivre jusqu’à la fin de ses jours, ainsi que la petite maison d’édition dont le succès était assuré pour avoir eu pleinement confiance en elle. † C’était Amanda qui s’était occupée de lui trouver cette nouvelle maison, puisque Mira s’entêtait à avoir un foyer modeste, semblable à celui où elle avait grandi. Mais l’éditrice avait décrété que le lieu choisi par elle était plus sûr et plus calme : l’un des immeubles les plus luxueux de la ville devint donc son bureau, ainsi qu’une demeure gigantesque. L’édifice comptait sept étages pour quatorze appartements et deux portiers étaient à la disposition des locataires nuit et jour. † Cela allait faire un an, le premier anniversaire de la signature de son contrat, et elle avait accompli son rêve le plus important : elle pouvait à présent se déclarer écrivaine, puisque c’était à la fois une vocation et un travail auquel elle se consacrait désormais à plein temps, pour son plus grand plaisir. Décidément, pouvoir dédier chaque jour à sa passion était sans prix, elle n’avait plus d’inquiétudes à se faire pour finir le mois, plus d’emplois à temps plein... aujourd’hui, elle était merveilleusement libre. — Bon, ordinateur installé, cahier, café, livres à consulter... Et lunettes en place ! Elle regarda l’immense bureau, riant à la pensée que cet ordre impeccable disparaîtrait bientôt, car sa nature brouillon la rendait incapable de conserver un endroit bien rangé plus de trois jours de suite. Juste au moment où elle allait s’asseoir, le bruit strident de la sonnette la fit sursauter. Elle courut à la porte et l’ouvrit timidement, sentant ses lunettes à épaisse monture noire lui glisser sur le nez. De l’autre côté se trouvait une jeune femme blonde aux grands yeux bleus, qui portait un énorme plateau à plat sur les paumes. — Salut voisine ! claironna-t-elle en accentuant encore son large sourire. Bienvenue ! — Bonjour... la nouvelle venue fit un pas en avant, contraignant Mira à s’écarter pour laisser la voie libre à l’envahisseuse. Je m’appelle Hanna. J’habite au premier. Tiens, un cadeau de bienvenue, ce sont des gâteaux. — Moi, c’est Mira, enchantée. C’est gentil de t’être dérangée. — Ça ne me dérange pas. En réalité, j’avais envie de voir le penthouse, et d’avoir enfin une voisine de mon âge. — Tu es... la seule jeune ? — Disons, la seule à avoir moins de trente-cinq ans, répondit l’autre en riant. Mira l’invita à s’asseoir au salon pendant qu’elle préparait un café et disposait les petits gâteaux rose et blanc faits maison. — Ça a dû te coûter la peau des fesses, dit Hanna en prenant une gorgée tout en parcourant la pièce des yeux. Si les premiers appartements sont déjà chers, les penthouses doivent valoir une véritable fortune. — Eh bien... Elle ignorait combien elle avait payé cet endroit, et ne voulait pas le savoir. — Mon père m’a envoyée ici dans l’espoir de me voir mûrir. Je suis une fille à papa, lâcha Hanna, révélant qu’elle n’était pas le genre de fille à garder les choses pour elle. Mais je travaille aussi, ne va pas croire que je sois complètement à sa charge. — Très... intéressant, répondit Mira, pas très à l’aise. Hanna continua de bavarder comme si elles se connaissaient depuis toujours. Tout le contraire du caractère de Mira, qui était une personne réservée, ayant du mal à se livrer et à faire confiance. C’était néanmoins comme un souffle d’air frais : cette fille était pure énergie. Finalement, la conversation s’avéra divertissante. Hanna était franche, amusante et n’avait clairement pas la langue dans sa poche. Mira en profita pour s’informer au sujet des autres voisins : elle apprit qu’à part elles deux, il y avait là quatre familles fortunées venant de pays divers. En face de chez Hanna vivait miss Smith, une vieille demoiselle desséchée qui passait ses journées à ronchonner ; trois étages étaient vides ; Tom, du deuxième droite, était paniqué par tout et ne sortait jamais de chez lui ; et les deux appartements du troisième étaient occupés par deux frères millionnaires qui ne s’adressaient plus la parole à cause d’une histoire de jupons.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Korrigane 2017-09-06T15:28:46+02:00
Argent

Les personnages sont très attachants. On aurait aimé approfondir un peu plus la complexité de leur relation, mais l'histoire est si addictive qu'on ne peut pas s'arrêter de lire!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Alanna4 2017-02-13T16:27:24+01:00
Bronze

c'est une lecture rapide et plaisante, j'ai mis bronze car j'aurais aimé que cela dur un peu plus longtemps tout va un peu trop vite pour moi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par helena20 2017-01-19T12:17:04+01:00
Or

j'ai vraiment adoré ce livre. facile à lire et des personnages attachants, j'ai passé un bon moment

Afficher en entier

Date de sortie

L'amant dragon

  • France : 2016-12-15 - Poche (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 6
Commentaires 3
Extraits 1
Evaluations 2
Note globale 8 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode