Livres
520 081
Membres
535 875

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

L'Amie prodigieuse, Tome 4 : L'Enfant perdue



Description ajoutée par x-Key 2018-01-14T15:45:19+01:00

Résumé

À la fin de Celle qui fuit et celle qui reste, Lila montait son entreprise d’informatique avec Enzo, et Elena réalisait enfin son rêve : aimer Nino et être aimée de lui, quitte à abandonner son mari et à mettre en danger sa carrière d’écrivain. Car elle s’affirme comme une auteure importante et l’écriture l’occupe de plus en plus, au détriment de l’éducation de ses deux filles, Dede et Elsa.

L’histoire d’Elena et de Nino est passionnelle, et bientôt Elena vit au gré de ses escapades pour retrouver son amant. Lors d’une visite à Naples, elle apprend que Lila cherche à la voir à tout prix.

Après avoir embrassé soixante ans d’histoire des deux femmes, de Naples et de toute l’Italie, la saga se conclut en apothéose. Plus que jamais, dans L’enfant perdue, Elena Ferrante nous livre un monde complet, riche et bouillonnant, à la façon des grands romanciers du XIXe siècle, un monde qu’on n’oublie pas.

(Source : Gallimard)

Afficher en entier

Classement en biblio - 328 lecteurs

Extrait

J’ai pris l’ascenseur et me suis enfermée chez moi. J’ai examiné les deux poupées avec soin, j’ai respiré leur odeur de moisi et les ai installées le dos contre mes livres. Constater qu’elles étaient misérables et laides m’a déconcertée. Contrairement aux récits, la vraie vie, une fois passée, tend non pas vers la clarté mais vers l’obscurité. Je me suis dit : Maintenant que Lila s’est montrée aussi nettement, il faut que je me résigne à ne plus la voir.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Or

Ce dernier tome est encore plus déchirant et empreint d'une réalité à couper le souffle...

Cette saga m'a bouleversée.

Je dois définitivement quitter Lenù et Lila. Mais je pense ne jamais les oublier. L'univers d'Elena Ferrante est si foisonnant et intense au niveau des personnages, de leur psychologie et de leur évolution! On suit le destin de ses deux femmes de l'enfance à la vieillesse, et c'est comme si les deux héroïnes existaient vraiment. On les aime, et parfois même elles nous insupportent. On partage tout avec elles : leur amitié, leurs conflits, leurs histoires d'amour, leurs projets et leurs blessures.

C'est étrange parce que, d'un autre côté, j'avais hâte de terminer cette saga. Tous ces drames ont fini par m'oppresser.

Au début j'ai apprécié vivre leur enfance, puis les émois de l'adolescence... et je voulais savoir ce qu'elles allaient devenir.

Mais le troisième tome est devenu plus sombre, il me hantait jusque dans mes rêves.

Et enfin, celui-ci, le dernier, est encore plus dur, il me laisse infiniment frustrée. Je n'ai pas aimé voir Lila décliner ainsi. Et ne pas connaître le fin mot de l'histoire est insupportable.

Mais le mystère demeure, c'est d'ailleurs souvent ainsi dans la vraie vie, et dans cette saga on se demande vraiment où est la frontière entre la fiction et la réalité.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Argent

J'ai apprécié le dernier tome mais j'ai préféré les premiers..Dans la lignée de la saga. J'aime beaucoup , des livres qui l'on dévore mais celui là est triste quand même. Quelle tristesse de terminer l'histoire fascinante des deux amies de la sorte.....

Alors que je me plaisais dans les longues descriptions si vivantes, j'ai trouvé que la fin arrivait trop vite et se bâclait tristement.....

J'ai trouvé effectivement ce tome sans surprises et une Elena passive portée par la vie, vie qui se termine tristement et seule, j'attendais et j'ai cru tout le long à une happy end pour au moins la plus gentille des deux amies mais cela ne fut pas le cas... et cette fin ouverte sans aucune direction, qu'en dire?

Afficher en entier
Or

Quelle série extraordinaire! Les personnages sont si intenses...

Ici on arrive à la conclusion et je suis triste de devoir les quitter après avoir passé toute une vie avec eux. Il y a eu tellement d’évènements et de rebondissements. Des drames aussi... Mais une amitié éternelle!

Afficher en entier
Or

C'est avec une certaine émotion que je conclus, enfin, la saga phare d'Elena Ferrante.

Je l'avais commencée collégienne, je la finis étudiante. Depuis, j'ai parcouru mon chemin, Elena et Lila le leur, et même si ce dernier tome s'ancre dans la maturité et la vieillesse des personnages, j'ai l'impression d'avoir continué de vivre à leurs côtés.

J'avais lu le troisième tome il y a deux ans: le retour aux amours d'Elena et Nino et à la vie du quartier fut un peu brutal mais très vite, j'ai de nouveau été emportée par le fil narratif et l'histoire. J'ai trouvé les mots non pas brillants, mais justes. La profondeur psychologique des personnages et la complexité des relations qui les reliaient m'a également frappée. Les rapports entre Elena et Lila avaient certes déjà été mis en relief dans les tomes précédents, mais ce dernier opus pousse leur intensité à son paroxysme. Les deux amies perdues et retrouvées, aimées et haïes, sont plus proches qu'elles ne l'ont jamais été. Enceintes ensemble, voisines d'immeubles et soeurs attitrées: tante Lila et tante Lenuccia veillent sur leurs enfants à l'heure des bouleversements de la structure familiale et de la pleine émancipation féminine. Pourtant, les deux héroïnes de la saga, les deux amies prodigieuses demeurent, au fond, les deux mêmes petites filles du premier tome qui jetaient leurs poupées dans la cave de Don Achille. Et en dépit de toutes les bonnes intentions de Lenù, leur relation demeurera toujours la même: instable, toxique et fusionnelle.

Les liens d'amitié mais aussi les liens familiaux prennent ici une place prépondérante: Elena n'est plus seulement la fille Greco, elle n'est plus seulement l'amie de Cerullo mais elle est la mère Airota et la mère Sarratore. Comment être toutes ces personnes à la fois ? C'est justement la question que pose ce dernier tome: arrivée à l'âge mûr, fraîchement divorcée de son mari et consacrée par son métier d'écrivain, Elena parvient difficilement à recoller les différents fragments de son identité et de son existence. Est-ce une bonne idée de retourner vivre au quartier qu'elle avait fui pour renouer avec cette part honteuse et blessée de son histoire ? Est-ce une bonne idée de renouer avec Lila, qui l'a rendue vivante par la complicité et la souffrance ? Aussi, la littérature lui permet-elle de construire une linéarité entre toutes ses facettes et à donner sens sa vie.

Il est pourtant difficile de trouver qui l'on est lorsque le monde, et surtout l'Italie, sont au bord de l'implosion. Le récit d'Elena balaie la période des "années de plomb" jusqu'aux années 2000 et met aux prises l'assassinat d'Aldo Moro, la terreur des Brigades Rouges, l'attentat de la gare de Bologne, l'accident de Tchernobyl et le 11 septembre. A la fin des années 90, marxisme, gramscisme et socialisme n'ont plus beaucoup de sens: le monde et la politique changent, même le quartier de Naples, que l'on pensait hermétique, est bouleversé par des disparitions et des assassinats inattendus. C'est d'ailleurs avec beaucoup de sensibilité que le deuil et le temps filant sont abordés. La vieillesse accompagne des douleurs incurables et qui restent ancrées pour l'éternité. Mais n'est-il d'aucun chagrin qu'une poupée ne puisse consoler ?

Riche en émotions, en rebondissements et profond humainement, l'ultime tome de "L'amie prodigieuse" m'a renvoyée à mes plus jeunes années de lecture quand, collégienne, je suivais avidement la réussite d'Elena à l'école, ses déboires amoureux et sa rivalité avec Lila. J'ai ressenti beaucoup de nostalgie durant cette dernière lecture, néanmoins très agréable et même édifiante.

Afficher en entier
Or

Faire un commentaire sur ce dernier livre n’est pas évident, il est extrêmement bien écrit et il laisse court à d’énormément d’émotions au fils des événements. Les problématiques soulevées qui peuvent trouver échos à notre époque sont superbement retranscrites. L’avant dernière partie est toute de fois moins importante comparer au début du livre pour finir avec une fin aussi douce que amer.

Afficher en entier
Diamant

Serie que je place en diamant, j'ai été transportée par l'histoire d'Elena et Lila, une amitié étrange et destructrice je trouve, avec beaucoup de non dit pour l'une et de méchanceté pour l'autre. Roman historique qui nous fait vivre l'Italie des années 50 à 2000, des années pas si lointaines mais j'ai du mal à imaginer que de tels comportement aient pu exister à ce moment de l'histoire. Une écriture soutenue en parallèle d'un langage familier quand elle raconte Naples. Un livre dont on se souviendra.

Afficher en entier
Argent

Je suis heureuse d'avoir finit cette saga. Je n'en étais pas fan et ca ne me fait rien de la quittée.

Afficher en entier
Or

Très déçu de la fin de cette série. Déjà très lent, beaucoup de détails. Mais lààààààààà je veux savoir !!! pas rester sur un fin ou on ne sait pas trop ce qui s'est passé.

Afficher en entier
Bronze

Je reste sur ma faim. Pas de dénouement à la fin du 4eme tome. Déçue.

Afficher en entier
Lu aussi

Saga l'amie Prodigieuse- Elena Ferrante

Cette tétralogie trace l'amitié entre Lenù (la narratrice) et Lina, dans un quartier de Naples où règnent les violences domestiques et les rivalités...

Au fil des tomes, nous suivons les deux amies dès l'enfance jusqu'à l'âge adulte (des années 50 jusqu'aux années 80).

Dès le début de la saga, l'amitié entre les deux fillettes est ponctuée par leurs différences et très vite, le lecteur peut se rendre compte de la toxicité de leur union.

Elles sont toutes deux douées pour les études mais seuls les parents de Lenù peuvent les lui payer. Lina quant à elle se marie très jeune et encourage son amie à poursuivre ses rêves.

Partagées entre entraide, soutien, jalousie, comparaison, le besoin de surpasser l'autre.... L'une comme l'autre se servent de cette relation comme béquille, pour avancer dans cette Italie dont les conditions sociaux-politiques sont difficiles.

Lina a un très fort caractère et semble souvent prendre le dessus sur leur relation et s'impose peu à peu dans le quartier où elles ont grandi. Lenù manque bien souvent de confiance en elle et se soucie des opinions de chacun à son égard.

L'auteure est très bavarde et nous sommes parfois noyés dans un flot de paroles.

J'ai été gênée par le caractère très égoïste de la narratrice, au point où j'ai dû délaisser la saga un moment (au cours du troisième tome).

Je ne regrette pas d'avoir finalement poursuivi la lecture et suivre les aventures de Lina, personnage très "haut en couleur" et qui, pour moi, donne tout l'intérêt à cette saga. Sous son épaisse carapace, on découvre finalement une femme qui a une peur incommensurable de tout ce qu'elle ne maîtrise pas.

Lenù quant à elle ne tarie pas d'éloges à son propos et j'ai été bien souvent estomaquée par ses choix de vie qui servent avant tout ses propres intérêts, allant même jusqu'à délaisser, régulièrement, ses enfants durant plusieurs semaines...

Une saga toutefois intéressante, qui permet de découvrir l'évolution de l'Italie au fil des années

Afficher en entier

Dates de sortie

L'Amie prodigieuse, Tome 4 : L'Enfant perdue

  • France : 2018-01-18 (Français)
  • France : 2019-01-03 - Poche (Français)

Activité récente

Titres alternatifs

  • Storia della bambina perduta - Italien

Distinctions de ce livre

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Les chiffres

Lecteurs 328
Commentaires 40
Extraits 26
Evaluations 94
Note globale 8.05 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode