Livres
476 000
Membres
454 664

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par carremh 2018-07-04T14:03:03+02:00

Je suis une femme, gamin. Tu n'en as sans doute encore jamais croisé, vu le trou paumé où tu vis. Une femme, c'est un homme en plus malin et avec plus de couilles.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ween 2018-06-14T10:59:52+02:00

« Et là, j'avais compris.

La magie, c'est de l'escroquerie. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par lost-library 2018-10-30T21:40:39+01:00

Je tournai la tête et découvris Shalla adossée à un arbre, car elle était très faible. Mais elle tendait les bras devant elle. Un par un, les sigils de ses bandes tatouées éclatèrent tels de minces anneaux de verre sous la vibration d’une note parfaite. Les dernières entraves à ses capacités magiques se levaient. Les yeux de Shalla, d’habitude d’un bleu perçant, étaient couleur or pur, comme la lumière de son sort. Elle leva les paumes et le corps de Pan monta encore plus haut dans le ciel. Puis elle ferma les poings, et il s’écrasa par terre.

– On ne touche pas à mon frère, déclara-t-elle.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lost-library 2018-10-30T21:37:01+01:00

Allez savoir pourquoi, Furia partit cette fois dans un fou rire. Si mon père n’y avait pas veillé, je suis sûr que Ra’meth l’aurait flambée sur-le-champ avec un bon petit sort de feu.Il faut admettre qu’à la lumière du jour, le nekhek n’avait plus l’air aussi féroce. Sa fourrure était moins noire que dans mon souvenir, plutôt marron comme le sable qui entourait l’oasis. Certes, il avait des griffes et des crocs pointus, mais pas plus que ceux d’un chat sauvage. Pourtant, je me souvenais de la vitesse à laquelle il se déplaçait et de la façon dont il avait brisé le cou du chiot malade que les Mahdek avaient voulu utiliser contre ma sœur. Et quand je regardai ses iris noirs, je ne doutai pas un instant qu’il aurait pu me déchiqueter la gorge aussi facilement que celle du chiot.

– Il est beaucoup plus dangereux qu’il en a l’air, protestai-je.

– Oh, ça, je n’en doute pas, me répondit Furia. C’est potentiellement mortel. C’est juste que, hum… en pays daroman et dans bien d’autres endroits, ces bestioles sont surtout connues pour fouiner dans les poubelles, et parfois réussir à voler un peu de nourriture à l’intérieur des garde-manger. Dans le reste du monde civilisé, on n’appellerait pas ça un « nekhek ».

– Et comment les appelez-vous ? demanda mon père.

– Puissant Ke’heops, ils ont plein de noms différents. Les Berabesq les appellent senhebi : « celui qui surgit comme le vent ». Les Daroman disent felidus arborica : « celui qui vole dans la forêt ». Mais la plupart des gens de la Frontière se contentent de parler de chacureuil.

– Chacureuil ? répétai-je.Furia, dont les larmes coulaient sur ses joues tant elle avait ri, réussit à dire avant de partir dans un nouvel éclat de rire :

– Votre ennemi ancestral est juste un très, très gros écureuil… de la taille d’un chat.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lost-library 2018-10-30T21:31:54+01:00

Avant que je trouve une objection, un bruit d’ailes attira mon attention.

En levant les yeux, je vis un oiseau descendre lentement vers nous. Il se déplaçait avec grâce et élégance dans les airs. Sans réfléchir, je tendis la main, mais il m’évita pour se poser sur le corps sans connaissance de Shalla. Il cligna des yeux un instant. Ses yeux marron devinrent bleus, puis se couvrirent d’or. Il resta perché sur l’épaule de ma sœur tandis que mes parents échangeaient un regard ainsi qu’un sourire.Shalla avait trouvé son faucon.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lost-library 2018-10-30T21:30:20+01:00

Elle se rapprocha de nous. C’est là que je vis les palmures sur sa fourrure, un peu comme des ailes de chauve-souris, qui allaient de ses pattes avant jusqu’à ses pattes arrière. C’était ça qui avait donné l’impression qu’elle volait depuis les arbres, alors qu’elle ne possédait pas vraiment d’ailes. Elle griffa le sol avec ses pattes avant. Celles-ci ne ressemblaient pas à des pattes de chien ou de chat, plutôt à des doigts prolongés de griffes acérées.

– Un nekhek, souffla l’un des types. On est attaqués par le familier d’un démon !

Nekhek. Ce terme signifiait « héraut des ténèbres ». Une créature peu ragoûtante dont on racontait que c’était l’arme préférée des Mahdek contre mon peuple. D’un coup de dents, elle pouvait briser notre magie et nous empoisonner l’esprit. Je luttai contre mes liens.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Im-a-Sassenach 2018-08-25T14:39:50+02:00

On a toujours l'espoir, même profondément enfoui, que le jour où on en aura vraiment besoin, quand ça comptera vraiment parce que c'est une question de vie ou de mort, on surmontera tous les obstacles de la vie et la puissance se manifestera. C'est comme ça que ça se passe dans les histoires : face aux démons qui attaquent son village, le jeune mage Jan'Tep réussit subitement à jeter le sort d'oubli qui lui échappait depuis si longtemps.

- Tu as l'intention de faire quelque chose ? demanda Rakis. Parce que là, on a juste l'impression que t'es constipé.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lowrra 2018-06-19T12:13:01+02:00

— Maître, la corrigea-t-il.

— Pardon ?

— On s'adresse à un mage Jan'Tep de mon rang en l'appelant maître.

Furia haussa les épaules.

— J'ai pour règle de n'appeler aucun homme "maître", alors considérez-moi comme une amie, et comme ça, je vous appellerai tout simplement Ke'heops.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lyanaa 2019-07-31T11:14:30+02:00

La lune apparut et disparut. Le monde alternait entre la réalité et une obscurité parfaite, plus lisse que n’importe quelle noirceur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lyanaa 2019-07-31T11:13:51+02:00

Le nekhek produisait des sons abominables. Il s’étranglait. Il allait mourir. Tous trois s’étaient laissé emporter par l’excitation de la magie, le sentiment de puissance et de succès, toutes choses que je ne connaîtrais jamais. Ils étaient allés trop loin. La créature tournait la tête dans tous les sens, comme si elle espérait que quelqu’un vienne à son secours. Un instant, son regard s’arrêta à l’endroit où j’étais agenouillé. La lune était haute dans le ciel, et ses rayons se reflétèrent dans les yeux de l’animal. On aurait dit deux petites billes luisantes entourées de fourrure noire. Et là, je vis sa douleur. Sa colère. Sa peur. Et je vis enfin ce que Furia voulait que je voie.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode