Livres
578 892
Membres
642 798

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

L'Anti-magicien, Tome 5 : Les Traîtres de la cour



Description ajoutée par x-Key 2020-02-24T17:07:41+01:00

Résumé

Accusé de trahison, Kelen le mage sans pouvoir va être pendu haut et court. Comment échapper à ce sort funeste ? En assassinant la reine de Darome, avec l'aide de son complice Rakis le féroce chacureuil. Mais à la cour du plus grand empire du continent, les alliés d'hier sont les ennemis de demain...

Afficher en entier

Classement en biblio - 64 lecteurs

extrait

“It really doesn’t matter how many secret fighting arts you learn; they just don’t teach you how to fight squirrel cats in assassin school.”

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Diamant

Kelen a décidément le don de tout faire partir en vrille malgré lui ! En quelques semaines il va mener le royaume daroman au bord du chaos… Et pour la première fois, on le voit lancer un sort de magicien ! Son intelligence au combat devient remarquable. On ne s’ennuie pas une seconde, l’auteur et l’intrigue sont d’une qualité constante tome après tome ! Shalla gagne toujours plus d’influence et de pouvoir… Je me demande comment va se solder le trio Kelen-Shalla-Ke’heops, en tout cas je m’attends du grand spectacle !

Afficher en entier
Or

Un tome 5 à la hauteur de la saga, tout aussi trépidant que captivant. Notre duo de choc m'a fait souvent sourire comme j'avais envie de leur venir en aide de temps en temps. Un mélange de complot, combat, trahison et manipulation au rendez vous. J'ai bien déguster ma lecture et j'ai hâte de lire la fin à travers du tome 6

Afficher en entier
Diamant

Coucou mes petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour ma chronique de la suite de saga que j'attendais sans doute le plus impatiemment cette année, j'ai nommé le tome cinq de L'Anti-Magicien, Les Traîtres de la cour, par Sebastien de Castell. Je remercie du fond du coeur les éditions Gallimard Jeunesse de m'avoir fait parvenir ce cinquième opus en service de presse tout comme ses prédécesseurs. Depuis le tout début, cette série livresque a été une véritable révélation pour moi et je me surprends à chaque parution d'un nouveau tome à aimer ce dernier presque plus que le précédent, Les Traîtres de la cour ne faisant assurément pas exception à la règle.

Comme toujours avec un tome de L'Anti-Magicien, l'on a droit à une intrigue avec une entrée en matière tout bonnement tonitruante et une conclusion du même acabit. Entre les deux : une série de rebondissements chocs et de vérités éclatant au grand jour qui ont de quoi vous laisser sonnés. Une fois n'est pas coutume, Sebastian de Castell est parvenu à m'emporter dans son univers qui ne ressemble à aucun autre et à me faire vivre comme si j'y étais un récit des plus palpitants et sombres, le tout sans se dépareiller de son humour si caractéristique qui ne manque jamais de faire mouche (avec moi en tout cas).

En clair, j'ai retrouvé avec ce volume cinq tant espéré tous les ingrédients qui font de cette saga littéraire un authentique petit bijou à mes yeux. Pour autant, la partie n'était pas forcément gagnée d'avance : en effet, pendant un bon tiers, pour ne pas dire la moitié du récit, un sentiment désagréable me troublait sans que j'en puisse expliquer la raison. Puis j'ai réalisé "ce qui n'allait pas" (je mets cela entre guillemets car ce n'est pas un tort en réalité) : l'intrigue avait considérablement gagné en noirceur, en cynique avec ce cinquième opus ; cela se ressentait même jusque dans l'écriture et surtout dans les dialogues, beaucoup plus "clash". Le monde de l'Anti-Magicien n'était déjà pas un royaume de Bisounours à la base mais jusqu'à présent, il s'en dégageait toujours une certaine légèreté qui permettait de relâcher la pression ambiante. Là, malgré l'humour toujours omniprésent, la tension continuait à monter crescendo, sans nous accorder véritablement de répit, jusqu'à l'explosion finale qui m'a purement et simplement soufflée. Jusqu'alors, je parvenais toujours à m'émerveiller des aventures et exploits de Kelen, aussi dangereux soit-il, à trouver une certaine part de magie et de pureté dans cet univers essentiellement corrompu et au bord de l'implosion. Dans Les Traîtres de la cour, l'on sent que la fin d'une grande épopée est proche, que l'heure des révélations va bientôt sonner et que celles-ci ne vont probablement pas nous plaire. S'ajoute à cela que la Darome, contrée inspectée à la loupe dans ce récit, est sans conteste le royaume le plus hypocrite et froid de tout cet univers à mes yeux, et vous comprendrez aisément le sentiment de malaise et de suffocation que j'ai éprouvé pendant une bonne partie du récit. Sebastien de Castell nous prouve avec cet avant-dernier tome qui a déjà un déchirant goût d'adieu qu'il n'est pas là pour plaisanter et nous en mettre plein les mirettes mais au contraire pour aller jusqu'au bout de son histoire ayant pour coeur battant à 100/h une certaine ombre au noir dont la soit-disant propension à la cruauté et au mal n'a certainement rien à envier à la nature démoniaque et effarante de bien des actions perpertrées par les protagonistes principaux comme secondaires de cette remarquable fresque de fantasy.

Enfin, je ne pouvais pas conclure cette chronique sans vous parler du plus grand bouleversement que m'a procuré ce cinquième tome, à savoir l'évolution que connaît mon petit chouchou Kelen, au passage plus si petit que ça. Le tout jeune Jan'Tep de 15 ans avide d'amour et de reconnaissance de la part de sa famille comme de son peuple que je rencontrais dans le premier tome a effectivement laissé sa place à un jeune adulte de 18 ans beaucoup moins naïf et innocent, qui possède désormais un état d'âme d'homme, une maturité d'homme et qui nourrit aussi des désirs d'homme mûr (suivez mon regard, humhum). Cette constatation a été dure à encaisser car je voyais auparavant Kelen comme un petit frère, un petit garçon qu'il était de mon devoir de protéger de toutes mes forces. Il m'est maintenant impossible de porter un regard aussi candide, quasi maternel et attendri sur ce bout d'homme qui s'est sacrément endurci sans pour autant perdre ce qui fait qu'il est lui, cet anti-magicien à l'intelligence folle et au sarcasme ravageur dont je suis tombée éperdûment amoureuse dans ce cinquième tome. Au fond, j'avais toujours considéré Kelen comme un fictional crush potentiel malgré le fait que je ressentais à chaque fois le besoin irrépressible de le serrer dans mes bras comme je l'aurais fait d'un de mes petits-cousins ou d'un enfant apeuré et en cruel manque d'affection et de soutien dès qu'il se retrouvait déçu/en danger de mort/enragé/déséspéré, autrement dit à presque chaque page qui se tournait. Aujourd'hui, je peux affirmer haut et fort que Kelen fait partie de ce box tout ce qu'il y a de plus V.I.P. de mon petit coeur et je l'assume pleinement, même si je sens que je vais regretter cette décision avec le tome six qui s'annonce des plus mouvementés et déchirants...

Pour conclure, je ne peux que vous conseiller de vous lancer dans la lecture de L'Anti-Magicien si ce n'est pas déjà fait. Au programme : de l'action, des combats à couper le souffle, un suspens insoutenable, des personnages complexes et captivants à suivre, une relation désarmante d'amour/haine à la magie, un humour aux petits oignons et des morceaux indénombrables de votre coeur qui s'éparpilleront le long du chemin jusqu'à ce qu'il n'en reste rien, foi de Nanette. Alors, vous vous sentez d'attaque ?

Afficher en entier
Diamant

Pour l’instant ce tome est mon préfèré. J’ai beaucoup aimé les intrigues de la cour.

Afficher en entier
Or

https://littcentcinquante.wordpress.com/2020/07/03/lanti-magicien-tome-5-les-traitres-de-la-cour/

Ben pauvre Kelen, c’est toujours une peuchère de service, lui.

Plus sérieusement, j’ai encore beaucoup aimé ce tome (comme le précédent, qui avait fait remonter le niveau à mon goût). On y découvre des enjeux géopolitiques bien plus sérieux que ce que Kelen a pu affronter jusqu’ici, de nouveaux personnages plein de duplicité, de manigances, d’intérêt personnel… mais aussi des persos un peu plus sympa qui aideront Kelen dans son rôle autour de la reine de Darome. Parce que c’est là l’enjeu majeur du roman : Kelen devient un membre à part entière de la cour royale Daromane, proche de la jeune (11 ans) reine Genivra. Je vous laisse découvrir comment il en est arrivé là et comment il évolue dans ce milieu perfide et prompt à changer du jour au lendemain. S. De Castell nous offre un environnement rempli de machinations, de traîtrises et de personnages aux motivations douteuses. Tout ça nous offre une bonne dose de renversements de situation, de trahisons ou d’alliés surprenants… C’est un peu la même recette depuis le début, mais je la trouve toujours efficace. Encore plus dans ce tome avec l’ambiance de la cour royale.

Kelen est un héros tellement plaisant, avec son manque de confiance en lui, sa lâcheté, ses bourdes… quel plaisir de le voir assumer ses défauts pleinement. Et aussi quel plaisir de le voir s’affirmer pleinement. Pour la lâcheté, il a l’audacieux Rakis pour contrebalancer. Pour les bourdes, son intelligence et son culot lui permettent généralement de s’en sortir. Pour la confiance en lui… il y a encore du travail, mais Furia et quelques autres persos ont déjà pas mal aidé.

N’oublions pas Rakis, qui est un peu dans le 2e protagoniste tant son rôle et sa présence sont importants… Je comprends toujours pas comment j’ai pu autant m’attacher à un être si égoïste, cruel, fainéant, grossier… mais je m’y suis attachée, à ce chacureuil rondelet.

L’ambiance devient un peu plus sombre et mature au fil des tomes et nombre de stéréotypes YA ne sont pas présents dans l’Anti-magicien, ce qui est franchement agréable. J’espère que le T6 sera une belle apothéose.

Afficher en entier
Or

J'adore Rakis c'est officiel ! Ce chacureuil est la véritable star de ces romans.

C'est toujours un plaisir de retrouver ces personnages et cet univers complexe. J'ai encore une fois beaucoup apprécié ma lecture et je ne regrette absolument pas d'avoir plongé dans l'histoire de Kelen !

Afficher en entier
Diamant

Spoiler(cliquez pour révéler)lol

Afficher en entier

Dates de sortie

L'Anti-magicien, Tome 5 : Les Traîtres de la cour

  • France : 2020-05-28 (Français)
  • USA : 2019-05-02 (English)

Activité récente

Yshisa l'ajoute dans sa biblio or
2021-09-13T16:36:02+02:00

Titres alternatifs

  • L’Anti-magicien, Tome 5 : Les Traitres de la cour - Français
  • Queenslayer (Spellslinger #5) - Anglais

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 64
Commentaires 7
extraits 2
Evaluations 24
Note globale 8.61 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode