Livres
494 766
Membres
493 242

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Will lui rendit son étreinte avec une urgence similaire, un besoin de lui qui le rongeait jusqu'aux tréfonds de son être.

Il y avait du désespoir dans la manière qu'ils avaient de s'agripper, les mains refermées sur de pleines poignées de tissu, le visage enfoui dans le cou de l'autre. Si cela avait été possible, Sander aurait souhaité figer le temps.

Oui, sur cet instant-là, avec tout ce qu'il contenait de déchirement. Car en dépit de ce lien profond qui l'enracinait aux côtés de Will, en dépit de la bête, en dépit du temps passé ensemble, jamais encore il n'avait ressenti avec autant de clarté le caractère absolu de ce qui les unissait.

Sans Will, le monde ne tournerait plus rond, dénué d'intérêt et de raison d'être.

Ils s'écartèrent l'un de l'autre et Sander eut peur de ressentir physiquement la douleur de cet éloignement. Mais quand la souffrance ne se manifesta pas, il mesura la véritable portée de la certitude qui venait de se révéler à lui.

Le lien n'était pas une question de distance ou de proximité, pas une question de temps, pas une question d'état.

Il était.

Il existait en tant que tel et, quoi qu'il advienne, il le relierait pour toujours à Will.

Afficher en entier

Chapitre premier

Red Oak Hollow, Wyoming, de nos jours  

La tête de Lloyd heurta violemment le mur sans qu’il cherche à museler son grondement rageur. La bête en lui supportait mal d’être ainsi malmenée. Tout comme son instinct de domination qui rugissait en lui, brutalisé par la poigne rude de l’autre alpha qui l’avait plaqué contre la cloison. Rien que le sourire narquois qu’arborait cet enfoiré de Lee aurait suffi à lui coller une rage de tous les diables.

Depuis quelques semaines déjà, ce rituel s’était installé entre eux, d’une régularité presque routinière. En tout cas le serait-il devenu si Lloyd ne ressentait pas à chaque fois une telle frustration et un tel dégoût de lui-même.

Cela commençait toujours de manière anodine. Une provocation, si infime soit-elle, de l’un ou de l’autre. De ce point de vue-là au moins, les torts étaient partagés. Et quel que soit le motif du désaccord, ils utilisaient aussitôt ce prétexte pour monter dans les tours. L’un comme l’autre aurait pu laisser filer, tourner les talons et faire preuve d’un peu de maturité ou de retenue, comme les adultes responsables qu’ils étaient censés être. Mais non. C’était en partie à cause de leur instinct de dominants qu’ils se comportaient ainsi. Ça n’était pas pour rien que les alphas évitaient de cohabiter sur le même territoire. Ce genre de promiscuité ne pouvait mener qu’à une accumulation de tensions impossible à apaiser.

Afficher en entier

Adoptant sa plus belle caricature d'accent asiatique, Lee chevrota :

- Grand-Père le sage dit que si tu ne peux pas gravir la montagne, la descendre fera aussi bien l'affaire.

- Si Grand-Père le sage t'apprenait à fermer ta grande gu... Oh, nom de Dieu ! glapit Ty. Non, en fait, c'est pas si con, dit-il en se penchant par-dessus l'épaule de Lee pour détailler la vue satellite que Yasmin leur tendait.

Afficher en entier

- Comment on procède alors ? demanda Yasmin, ignorant les boutades de son ancien frère d'armes.On s'enfonce dans la forêt, sous la lumière de la lune, et on danse à poil autour des buissons ?

Le sourire d'Ethete avait quelque chose d'un brin diabolique lorsqu'elle répondit.

- La partie où vous retirez vos vêtements est tout à fait accessoire. Mais si vous insistez, je ne vais pas vous en empêcher. C'est qu'à mon âge les occasions de voir danser de jolies femmes nues se font rares ...

- Grand Ma ! s'étouffa Sander.

- Esprits, ce que ce garçon peut être prude quand il s'y met ...

Afficher en entier

Même Will et Solas, pourtant habitués à ne rien laisser paraître de leurs émotions, ne purent tout à fait contenir la surprise et le dégoût que leur inspirait une telle désinvolture.

Tous les autres contemplaient Lee avec des visages durcis par la révulsion.

- Je crois qu'on tient la palme du connard de la décennie, cracha Ty.

- Et t'as encore rien vu, mon lapin. Bon, par quoi on commence ?

Afficher en entier

- Je ne suis pas hyper habitué aux relations établies sur une base régulière, mais...

- Une base régulière ? le coupa Lloyd en s'étouffant. (D'un geste de va-et-vient, il les désigna tous deux.) Parce que tu appelles ça une relation, toi ? On s'est paluchés dans mon escalier pour ne pas se foutre sur la gueule, Lewis. Ce n'est pas exactement ce que je qualifierais de tendre intimité.

Afficher en entier

En lui le chant de la meute accusa un sursaut de vigueur et lui bourdonna aux oreilles avec une intensité renouvelée. Et si, quelques jours plus tôt, il aurait trouvé insupportable un tel retour en fanfare, ce ne fut pas le cas en cet instant. Au contraire, son renard s’ébroua, redressa les oreilles et se lissa les babines de sa patte avant. Digne et majestueux. Trop absorbé par ce renouveau, Lloyd ne remarqua même pas le soupir soulagé que poussa Ty en le voyant les épaules stables et le dos droit. En l’espace de quelques pas, de quelques gestes, Lloyd avait perdu cette attitude de vieil homme voûté qui avait contaminé chacun de ses mouvements depuis la mort de Céleste.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode