Livres
486 444
Membres
476 470

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par Biquet 2018-07-22T12:19:01+02:00
Argent

Métaphorique, voire parabolique à l'instar de ce que cet écrivain avait déjà développé sur la nature humaine dans "Le rapport de Brodeck".

Avec des personnages quasi bibliques comme le curé en Saint-François d'Assise, un commissaire de police juge et partie, en Fouquier-Tinville, le maire magouilleur, le professeur étranger au village en victime expiatoire. Il subit le sort prévu dans une chanson de Guy Béart: "Le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté." C'est triste, noir comme le sol de cette île perdue au milieu de nulle part.

Des sujets d'actualité traités sans complaisance mais avec profondeur et précision. Il fait allusion et critique l'attitude des autorités vis-à-vis des migrants (en Méditerranée?), la pédophilie, la justice populaire, l'alcoolisme, la désaffection pour les religions. Quel condensé caustique! Du très bon Philippe Claudel. Et ce dans un français de qualité, j'en redemande.

J'adore cet écrivain.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LoliV 2018-07-09T12:19:05+02:00
Argent

Un livre très sombre, qui reprend des thèmes déjà abordés dans "les âmes grises" ou "le rapport Brodeck", superbement écrit mais qui ne donne pas forcément beaucoup d'espoir sur la nature humaine...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par merediana 2018-06-09T20:14:32+02:00
Or

Une très belle lecture.

C'est le premier roman de l'auteur que je découvre, et c'est une très bonne découverte. J'ai beaucoup apprécié cette histoire, si sombre mais également si réaliste dans le comportement des personnages. L'auteur nous emporte totalement dans cette histoire, je n'ai eu aucune difficulté à m'imaginer les lieux et les habitants.

Les personnages, sans être sympathiques, sont totalement réalistes et tellement humains. Ils n'ont pas de noms pour la plupart, ils sont plutôt appelés par leur fonction, le Curé, le Maire, la Vieille ... J'ai eu du mal à m'attacher à eux, mais cela ne m'a pas empêchée de ressentir de la compassion pour certains d'entre eux.

Sans être un thriller, ce roman m'a totalement happée, je voulais absolument connaître la suite des événements, vu que la situation dégénère vite pour nos protagonistes. Il y a une sorte de tension qui règne durant tout le livre, et l'ambiance est très lourde, surtout avec la menace du volcan. La plume de l'auteur est très immersive, j'ai apprécié qu'il nous parle en début et fin de roman, je me suis sentie plus concernée par l'histoire, de ce fait.

Je remercie NetGalley et les éditions Stock pour cette découverte, qui m'a sortie d'une panne de lecture ! Je relirai très certainement des livres de l'auteur, j'ai beaucoup aimé son écriture et sa façon de dérouler une histoire.

https://lecturesetchats.blogspot.com/2018/06/larchipel-du-chien.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Joyeux-Drille 2018-03-22T00:15:58+01:00

Une fable sombre dans la veine du "Rapport de Brodeck" ou de "l'Enquête", sur le thème des migrants en Méditerranée. Une histoire dans laquelle les intérêts particuliers s'opposent à la solidarité. Mais, il faut ensuite vivre avec la culpabilité et la honte. Ces insulaires qui ont choisi de dissimuler un drame terrible et en subissent les répercussions sont notre reflet. Et nous, que ferions-nous ?

http://appuyezsurlatouchelecture.blogspot.fr/2018/03/est-ce-la-honte-qui-rattache-les-hommes.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par HubrisLibris 2018-04-14T09:51:02+02:00
Lu aussi

Trois corps charriés par la mer, emmenés au bord d’une île. Commence la débandade de quelques personnages. Cacher le corps ? Révéler le fait aux autres habitants ? Le Maire préfère la tranquillité de son île. C’est le silence qu’on convoite de chacun. Aucun mot, aucune parole à propos des cadavres d’hommes noirs. D’ailleurs des noirs, les insulaires n’en ont jamais vu. Hommes d’autres contrées qu’ils ne cotoient pas, n’espèrent pas, préfèrent rester à leur consanguinité blanche.

Débute ainsi le fourmillement de la culpabilité. Sentiment s'immisçant entre les fissures, craquelures de l’âme de chacun. L’un souhaite comprendre d’où viennent ces hommes, d’autres s’accusent de l’absence de sépulture. Mais le silence gagne sur la verve qu’ils ne parviennent pas à phraser. Seule l’île ose s’exprimer, ce Brau qu’on entend à plusieurs reprises entre les pages, comme un avertissement, une colère frémissante sous les grains de sable.

Un personnage chavire l’habitude. Etranger. Sa présence bouscule également le lecteur. De l’île, on pensait qu’aucun allochtone ne pouvait y venir. Impression d’un paradis, et peu à peu conscience qu’il s’agit d’une prison. Il se nomme Commissaire, n’en porte qu’un galon mensonger. On y suppose parfois une représentation du diable entre ses mots sibyllins. Il est venu avertir lui aussi, comme un écho au Brau, mais aussi à cette odeur pestilentielle (présente depuis le début du roman) qui s’agrippe aux narines, s’infiltre sous les vêtements.

Les présages s’accumulent.

Comme des plaies.

La folie.

La honte.

La curiosité.

Le plus ignoble de l’humain est montré.

On le désosse de sa parure, on l’offre en pâture au lecteur.

Comme un avertissement.

Une fable cruelle.

Reflet de notre société.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Maximousse24 2019-06-16T18:46:01+02:00
Or

J'aime beaucoup la plume de Philippe Claudel et les thématiques très sombres qu'il aborde dans ses romans et qui chaque fois exposent les vices et la méchanceté de l'âme humaine. Ca apparaît très concrètement sous forme d'odeurs.

Beaucoup de descriptions, très bien faites, créent une ambiance sombre qui évolue tout au long du roman.

Anonymisation des personnages qui ne portent pour nom que leur fonction ou des caractéristiques physiques.

Univers clos d'une île, secouée par un fait inhabituel, puis par la venue d'un étranger. Illustre la méfiance des habitants vis à vis de ce qui n'appartient pas à l'île.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lily3801 2020-01-21T21:00:21+01:00
Argent

Je sors mitigé de ce roman! C’est Un bon suspense et très cruel . bien que le livre soit court la mise en place de l’intrigue et longue et la fin le laisse perplexe.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cetsak 2019-04-07T20:24:10+02:00
Diamant

ATTENTION DANGER ! Âmes sensibles s’abstenir ! Ça décoiffe, ça dépote, ça déménage et ça dérange ! Vous êtes prêt ? Je vous aurais prévenu ... chamboulement intérieur imminent ... 3 ... 2 ... 1 ... GO !

«Vous convoitez l’or et répandez la cendre.

Vous souillez la beauté, flétrissez l’innocence. »

Ainsi commence l’histoire ... une voix venue au loin, d’un ailleurs sans doute ... une voix qui résonne. Le ton est ferme, accusateur. La cible : NOUS ... enfin notre face cachée, enfouie en nous, celle que l’on dissimule et que l’on essaie au mieux de dompter, comme on peut ...

La voix nous conte une histoire ... ah non ça c’est sûre pas de « il était une fois », ni de fioritures. Le lieu du récit est inventé, un endroit isolé la seule île habitée de « L’archipel du Chien » ... une île aux apparences paisibles mais, rassurez-vous, ça ne durera pas .. le temps est venu de lever le voile sur cette ptite boule sombre ensommeillée qui ne demande qu’à sortir et libérer toutes les horreurs qu’elle renferme : Cupidité, Haine, Injustice, Indifférence, Égoïsme ... mmmh voilà un merveilleux panel de nos jolies bassesses !

Vous l’aurez compris donc une délicieuse atmosphère, oppressante à souhait, un suspens à la hauteur des bons thrillers et toute une symbolique magnifiquement écrite : la plume est tranchante, implacable et d’une poésie remarquable !

Alors, dans ce contexte là, je suis partante et ok pour voyager dans les bas fonds de l’âme humaine, décortiquer l’inconcevable et accepter, peut-être aussi, la présence perfide de cette ptite boule sombre qui sommeille en moi ...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par marions 2018-09-12T18:50:39+02:00
Argent

Une belle écriture qui vient afficher sans honte les horreurs dont l'homme est capable. Des personnages et des scènes si réalistes qu'on n'a pas de mal à y retrouver des problèmatiques actuels de notre société. Une histoire assez sombre mais qui nous fait réfléchir sur notre nature et sur nos comportements.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par mika1204 2018-05-10T20:50:48+02:00
Argent

Très rapidement lu. Un court roman comme une fable moralisatrice sur la lâcheté humaine. Avec en toile de fond l'actualité de ces dernière années: les flots de migrants traversant la méditerranée sur de frêles esquifs. Marchandise humaine...

Magnifiquement écrit. L'auteur nous plonge dans ce huis-clos insulaire sombre où les personnages se révèlent peu à peu, et comme d'habitude chez Claudel les mauvais fonds remontent. Les lâchetés se dévoilent. Les protagonistes, au fur et à mesure qu'ils se découvrent, se retrouvent face à leurs consciences et au poids cruel de leurs actes.

C'est ce comme d'habitude qui me gêne... l'auteur utilise les mêmes ressorts émotifsque pour le Rapport de Brodeck et Les Ames Grises. Cependant il les utilise à merveille et fait mouche.

Au final un roman qui dérange, qui touche. Une belle lecture.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode