Livres
528 955
Membres
549 281

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

"Mon frère ?"

Le contact était incertain, comme s'il n'était pas affaibli par la seule distance. Par le manque d'habitude ? On eût dit un homme s'exprimant dans une langue qu'il n'a pas employée depuis plusieurs années.

"Je suis vivant, Oeil-de-Nuit. [...]

As-tu besoin de moi ?" Je perçus son conflit intérieur alors qu'il me posait la question.

"J'ai toujours besoin de toi. J'ai besoin de te savoir vivant et libre."

Je sentis son acquiescement, mais guère davantage. Au bout d'un moment, je me demandai si je n'avais pas imaginé son contact ; pourtant, c'est un pas curieusement ragaillardi que je quittait les cadavres et m'enfonçai dans la nuit qui s'épaississait.

Afficher en entier

Tu n'es pas un prince, tu es un assassin ; tu n'es pas l'un des joueurs, tu es un pion ; et quand tu joues de ta propre initiative, tu mets tout autre stratégie en porte à faux et les autres pions en danger!

Afficher en entier

Attaquer l'autre est aussi avisé que chasser un porc-épic.

Je ne peux pas faire autrement, Œil-de-Nuit.

Je comprends. Je suis pareil avec les porcs-épics.

Afficher en entier

Le temps, pas le temps, intervient Œil-de-Nuit d'un ton las. Les hommes ont inventé le temps pour mieux se casser la tête; tu y penses tant que j'en ai le vertige.

Afficher en entier

D'aucuns parlent "d'un chien" ou "d'un cheval", comme si chacun d'entre eux était indiscernable des autres; j'ai entendu un homme dire "le cheval" en désignant la jument qu'il possédait depuis sept ans, comme il aurait dit " la chaise" ou "la maison". Je n'ai jamais compris cela. L'amitié d'un animal est tout aussi riche et complexe que celle d'un homme ou d'une femme.

Afficher en entier

C'est pour ça que les hommes ont reçu des mains : pour pêcher et gratter derrière les oreilles.

Afficher en entier

Chaque matin, à mon réveil, j’ai de l’encre sur les mains. Parfois je me retrouve le visage appuyé sur ma table de travail au milieu d’un fouillis de parchemins et de papiers. Mon garçon, quand il se présente avec mon plateau, se risque quelquefois à me reprocher de ne pas m’être couché la veille ; mais quelquefois aussi il regarde mon visage et n’ose pas dire un mot. Je n’essaie pas de lui expliquer mon attitude ; ce n’est pas un secret qu’on peut transmettre à un homme plus jeune que soi : il faut l’acquérir par soi-même.

Afficher en entier

« Je vais tuer Royal ainsi que son clan. Je vais tous les tuer à cause de ce qu’ils m’ont fait et de tout ce qu’ils m’ont enlevé.

- Royal ? C’est de la viande que nous ne pouvons pas manger. Je ne comprends pas la chasse des hommes. »

Afficher en entier

« Un homme vient », dis-je à Cœur de la Meute. Il faisait sombre et le feu baissait. Le bon moment était passé pour la chasse. La nuit était là. Bientôt elle nous ferait dormir. Sans répondre, il se leva vivement mais sans bruit et prit le grand couteau qui était toujours sur la table. Il me fit signe de me mettre dans le coin, hors de son chemin. Il s’approcha doucement de la porte et tendit l’oreille. Dehors, j’entendais l’homme marcher dans la neige. Puis je sentis son odeur. « C’est le gris, dis-je. Umbre. 

Afficher en entier

Il existe une heure morte dans la nuit, l'heure la plus froide, la plus noire, celle où le monde a oublié le soir et où l'aube n'est pas encore une promesse, une heure où il est beaucoup trot tôt pour se lever mais si tard que se coucher n'a plus d'intérêt.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode