Livres
463 809
Membres
423 326

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

L'Augure ou la Révolte céleste



Description ajoutée par Kent-Nelson 2018-12-03T11:42:51+01:00

Résumé

Douze dieux offrent à l'humanité un peu de leur puissance afin de les préserver des ténèbres. Mais celle-ci ne dure pas éternellement. Il faut cependant pour la renouveler se montrer digne de la recevoir... Nilam Layuite est un adolescent comme les autres qui entame une nouvelle rentrée au lycée. Il se fera entre ces murs des amis fidèles mais plus que tout un ennemi qui bouleversera le cours de sa vie !

Afficher en entier

Classement en biblio - 4 lecteurs

Extrait

Mon protecteur, déjà loin, me lance un dernier conseil pour ce début de soirée :

« Essaie de ne pas crier quand il t’entubera, tu veux… Je vais me coucher ! »

Damien, outré, ne laisse passer ces inepties salaces que parce que je le lui demande.

« Mais il est…

— Je sais, Damien… Pense plutôt à mon médoc, tu… »

Un doux choc me fait perdre le fil de mes paroles.

« Oh ! oui, excuse-moi. Mais c’est lui et ses manières de chien ! Nilam ? Ça ne va pas ? »

Damien, pour une raison qui m’échappe, est habillé en civil. Son tee-shirt à manches courtes affiche le sourire niais d’un smiley jaune, et tombe sur un jean troué qui se termine sur des baskets Nike. Ses cheveux fins non disciplinés vont à leur guise sur son crâne alors que son maintien relâché clôture sa tenue désinvolte.

« C’est la première fois que je te vois sans ton costume, je lui réponds.

— Uniforme ! C’est un uniforme, me corrige-t-il en un tour sur lui-même.

— Mais oui, tu es très belle ! Mon Doliprane, s’il te plaît. »

Mon ami tressaille de son oubli et m’emmène dans leur infirmerie.

« Tiens… »

Professionnel, il note l’heure à laquelle j’avale la pilule blafarde.

« Il n’a pas l’air de s’améliorer, ton rhume, dis donc !

— À qui le dis-tu ! »

La fièvre s’en est allée il y a quelques jours à peine mais menace toujours ma santé. Ce n’est rien pour Damien qui semble prêt à faire fi de mon humeur exécrable au profit d’un grand projet !

« Bon, et maintenant, suis-moi ! », s’enchante-t-il sans raison apparente.

Il me traîne tout d’abord jusqu’au bureau du directeur. M. Harbel m’accueille par ailleur avec moins de brusquerie que son fils.

« Je suis désolé de t’avoir fait venir dans ton état mais la fête d’Halloween m’inquiète énormément, m’explique-t-il.

— Pourr… our… choi !!?... Fait chier ! »

Ma réserve de patiente est épuisée pour le reste de l’année et ce rhume qui n’en finit plus me met de très mauvaise humeur. Le directeur pardonne mes jurons et poursuit :

« Nous craignons que Néan ne profite de la pagaille causée par les déguisements dans les rues pour tenter de t’atteindre. Je préfère te garder dans le seul endroit où tu ne craindras rien… »

Je finis de me moucher avant de lui répondre :

« Snirff… Merci… »

Un sourire compatissant éclaire le visage du directeur.

« Oh ! Fais pas ta petite nature ! Allez, viens ! »

Malgré les protestations et soupirs de son père, Damien me tire jusqu’à ma chambre, plus exactement à mon dressing. Ce dernier, pour une obscure raison, est camouflé par des vieux draps.

« Sais-tu quel jour nous sommes ?

— Non, pourquoi ? Je dois te demander en mariage ? je lance, ironique.

— Nan, ça, c’est pour la semaine prochaine ! Mais ce soir… »

Tout à coup, les lumières s’éteignent pour laisser exploser la faible lueur d’une lampe de poche. Des ombres burlesques, mais pour le moins effrayantes, dansent sur le visage de Damien. Un sourire sadique laisse entrevoir quelque sordide destinée à laquelle il est sur le point de me confier.

« Ce soir… C’est l’heure où les morts reviennent hanter les vivants », clame-t-il en un murmure théâtral.

Je comprends alors où il veut en venir. Fatigué mais amusé, je le laisse me plonger dans l’ambiance sombre qu’il a si facilement instaurée.

« Ce soir… C’est l’heure où le pire de tes cauchemars devient réalité… »

Derrière lui, les draps sont survolés d’un courant d’air. Mise en scène ou tour de l’esprit ? Je me pose doucement la question alors que Damien continue sa litanie funeste.

« Les démons, tout droit sortis des enfers, viendront t’inviter à leur danse, mais prends garde, mortel, car elle ne se finira qu’à ta mort ! »

Les draps explosent subitement derrière Damien. Je sursaute tandis qu’un monstre sort d’entre les plis du tissu pour courir sur moi.

« Grrrhoooooohuuuuuu… »

Je sursaute de nouveau et, en une fragile tentative de fuite, tombe à terre. Mon cri de peur se perd dans le hurlement bestial de cette créature mi-homme mi-démon. Charmeuse, elle danse autour de mon corps encore sous le choc.

Des bourrelets qui la composent se détache une seule et unique griffe. Elle fend l’air pour se planter à une poignée de centimètres de mon entrejambe. Ahuri, je lève la tête sur cette étrangeté. Sa proximité me permet de deviner qu’elle n’est faite que d’un amoncellement de tissus plus moches les uns que les autres. Un éclat de rire derrière la créature me laisse à la fois désabusé et énervé.

« Oh, Nilam ! Tu devrais voir la tête que tu tires ! », hoquette Damien.

La créature tremble, pouffe et piaffe à son tour.

« Bande d’enfoirés ! »

Je bondis sur le fameux « démon » pour le plaquer au sol. Il se débat mais, empêtré dans son propre corps, il ne peut se défendre aussi bien qu’il l’aurait souhaité. J’arrache ensuite le châle hideux qui recouvre le visage rouge de Timothée.

« Et ça vous fait rire ? »

Damien, n’y tenant plus, se laisse rouler à terre dans un fou rire tel que les larmes l’assaillent.

Il leur faut pour se reprendre une bonne demi-heure. Demi-heure durant laquelle je dois subir leurs moqueries et jacassements quasi incompréhensibles.

« OK, maintenant à toi !

— De quoi ? »

Je n’ai pas le temps de comprendre ce que signifie cette insinuation que je suis traîné de force dans le dressing. Là où se trouvait il n’y a pas si longtemps une garde-robe normale, se profilent les peaux et fourrures des bêtes les plus excentriques.

« À ton avis Tim, qu’est-ce qui lui irait le mieux ? »

Mon geek en chef, toujours emmêlé dans son propre costume, n’a aucunement le loisir de lui venir en aide.

« Non, mais je te jure… »

Damien me lance alors les costumes les plus horribles qui lui passent sous la main.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents


Activité récente

Distinctions de ce livre

Les chiffres

Lecteurs 4
Commentaires 0
Extraits 1
Evaluations 1
Note globale 7 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode