Livres
454 618
Membres
402 981

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Diamant

Venez lire l'article que j'ai écris sur ce livre ! :) https://pourlamourdesmots.com/2019/04/04/chronique-n1/

Afficher en entier
Or

Super livre ! L a plume de Soman Chainani est juste sublime !

Afficher en entier
Diamant

J'aime vraiment vraiment beaucoup ce livre. J'ai beaucoup été embarquée dans la lecture, et c'est un coup de cœur.

Afficher en entier
Bronze

Première lecture VO de l’année 2019, cette série me faisait de l’œil depuis très longtemps !

En soit, on connait déjà la fin et la morale de l’histoire rien qu’avec le résumé : ne vous fiez pas aux apparences, elles sont trompeuses. Mais… le récit réserve quelques petites surprises !

Même si l’on reste sur un schéma totalement manichéen (donc binaire) au départ (les gentils font le bien, sont beaux et gagnent, les méchants font le mal, sont laids et perdent), il faut prendre en compte que l’ouvrage est destiné à la jeunesse, se bases sur les contes et que l’auteur s’amuse de ces clichés : comme avec le cas d’Agatha qui s’insurge sur la docilité des princesses à qui on apprend à « attendre sagement le prince charmant« , où celui de Sophie qui ne voit pas pourquoi il faudrait forcément s’enlaidir pour être véritablement méchante.

En ça ce début de série est intéressant, car il permet de remettre sur le tapis la cruauté des véritables contes (On parle de « tortures », de morts et de plein d’autres clins d’œil aux contes de notre enfance) mais également de pointer du doigt et de réfléchir sur un certains nombre de stéréotypes que l’on a tendance à trop véhiculer, notamment dans la littérature jeunesse et les contes.

Mais ce point est aussi le problème de l’ouvrage.

Il y a tellement de stéréotypes dévalorisants et/ou sexistes que je ne suis pas sûre que tous les enfants comprennent l’enjeu qu’il y a véritablement derrière le livre, et j’ai bien peur que la plupart des jeunes lecteurs le prennent au premier degré… c’est à dire : « les princesse sont belles et dociles, les princes sont courageux et forts et les méchants sont laids et veulent tuer pour tuer« .

Ce qui est dommage car c’est clairement ce que voulait démanteler l’auteur.

Lu en version originale (anglais), j’ai eu le très joli coffret cartonné comprenant les quatre premiers volumes en paperback.

La maison d’édition Harper Collins fait du bon travail : l’édition est jolie, agrémentée de petites illustrations à chaque début de chapitre, avec des pages plutôt fines et teintées (chose que j’aime bien car je lis en marchant et le soleil, sur des pages bien blanches, ça pique les yeux) et une écriture aérée (marges sur les cotés).

Le seul bémol est celui de tous les ouvrages souples : le dos qui se casse pendant la lecture et qui fait donc moins joli une fois remis dans le coffret… mais personnellement, j’aime les livres pour leurs histoires et non leur aspects (même si ça aide grandement l’achat, en toute honnêteté ! ^^), donc ce n’est pas très grave !

Bref, Un début de série jeunesse avec ses défauts, mais qui peut promettre des choses très intéressantes par la suite.

De même qu’une VO accessible (avec un minimum de vocabulaire du merveilleux), même pour les débutant en anglais ! ^^

Ma chronique dans son intégralité : https://manatraverselespages.home.blog/2019/03/03/the-school-for-good-and-evil-tome-1-soman-chainani/

Afficher en entier
Bronze

Ce livre m'a fait peur quand j'ai découvert le nombre de page mais j'ai été agréablement surprise quand j'ai vu à quel point il y avait une certaine facilité à lire. C'est un bon premier tome.

Afficher en entier
Or

Soman Chainani semble avoir le don de confronter les pôles!

Dans ce premier opus, il fait s'affronter les idées générales reçus sur les notions de Bien et de Mal dans les contes. Il soumet donc plusieurs stéréotypes les uns contre les autres, notamment avec l'idée générale que la beauté va de soi chez les "gentils" et la laideur est prédominante chez les "méchants". C'est une notion vieille comme le monde, mais elle est encore prédominante dans la littérature actuelle, surtout en jeunesse. on le voit très bien dans les séries comme "Chevalier d’émeraude", une œuvre remplies de clichés confrontant gentils et beaux contre méchants et vilains.

Si vous poursuivez votre lecture, vous verrez d'autres stéréotypes déconstruits, confrontés. Dans le deuxième opus, il s'agit des notions de personnages masculins contre féminin. Dans le troisième, les notions d'ancien et nouveau au coeur du Mal. Dans le dernier, on a une confrontation entre point de vue narrateur: qui défini les rôles, au fond?

Nous avons donc ici une œuvre à ne pas prendre complètement au premier degré, sinon, oui, vous ne verrez que le côté "stéréotypé". C'est un roman où beaucoup de notions sont joués dans le but d'en rebâtir des bases nouvelles, mais il y en a tout le long de la série.

Côté personnage, c'est simple, on a un cœur en or altruiste infiniment bon en la personne d'Agatha et un cœur noir égoïste infiniment mauvais en la personne de Sophie. Deux protagoniste sans grandes nuances grises en somme. Pourtant, ce qui fait la beauté de ce duo est justement leur grande complémentarité. Mais si Agatha a le physique ingrat, Sophie est une beauté. C'est ce qui fait la nouveauté en somme, parce que partout dans les livres de jeunesse, le cliché récurrent est celui de la fille ordinaire, mais au fond, très jolie, à côté de la méchante qui se croit jolie. Pensez à "Maison de la nuit", "Night School',"Palais d'épine" ou même "La Sélection", c'est toujours ce même refrain en matière d'apparence.

Agatha et Sophie n'ont pas le monopole des personnages retravaillés. Le traditionnel "beau prince" aussi n'est pas épargné. Courageux , il l'est, mais il est aussi impulsif, naïf, orgueilleux et hanté à l'idée de faire les erreurs de son père. Enfin un prince pas parfait!

La série de "École du bien et du mal", c'est aussi pleins d'évènements jamais vraiment vus dans un conte classique: Un Mal triomphant et puissant, une Reine du Mal guidé par autre chose que la haine, un couple royale en déroute sentimentale, des princesses en crise identitaire, des contes mal interprétés,etc.

Dans son genre, cette série est rafraichissante et j'ai eu pas de mal de plaisir à voir les stéréotypes aussi malmenés. Oh, ils pourraient l'être plus, certains livres le démontrent, mais l'intention de Chainani est honorable. Il a su créer un monde coloré, détaillé et remplis d'action, le tout dépeint avec une plume ironique et fluide.

Les amateurs de magie, d'anti-héros et de contes revisités adoreront.

Afficher en entier
Diamant

J'ai vraiment adoré ma lecture. Après une longue panne de lecture, ce livre m'y en a fait en sortir. J'ai vraiment hâte de connaître la suite. Les personnages sont très attachants. Et suivant les événements ont les appréciés ou les détestent. J'aime beaucoup la plume de l'auteur et j'ai hâte de pouvoir lire dutre romans pour me faire un avis plus global.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par meige 2018-12-27T23:01:02+01:00
Bronze

Ce livre est ... surprenant . D'un coté j'ai envie de hurler car visiblement l'auteur ne connaissait pas l'égalité , c'est clair . Et le concept de "Bien" et de "Mal" est incroyablement naif . Le "Mal" trouve le "Bien" doit etre vaincu , et c'est réciproque . Donc c'est selon LES points de vus .

Mais d'un autre coté , le fait d'inclure les contes de fées dans l'histoire est ingénieux , intéressant , comme vous voulez ... Donc , surprenant , il n'y a pas d'autre mot .

Afficher en entier
Diamant

Ce livre est le premier a me donner envie depuis longtemps!!!!!*

JE L'ADORE

Afficher en entier
Bronze

Depuis deux cents ans, des kidnappings étranges se produisent tous les quatre ans dans le village de Gavaldon. A chaque fois deux enfants sont enlevés. L’un bon, l’autre mauvais. Cette fois c’est le tour de Sophie et Agatha, deux meilleures amies, qui sont sur le point de découvrir ce qui est arrivé aux enfants enlevés. Ils sont envoyés à l’école du Bien et du Mal qui forment les héros et les méchants des contes de fées. Sophie a toujours rêvée d’être enlevée pour entrer dans cette école et devenir une princesse de contes de fées. Elle porte des robes roses, des chaussures en verre, fait des bonnes actions… Tout ce qui pourrait lui permettre d’entrer dans l’école du Bien. A l’opposé, Agatha, déteste la compagnie des gens et vit seule au fond des bois avec sa mère. Ce qui en fait une candidate parfaite pour l’école du Mal. Seulement une fois arrivée là-bas, les deux filles découvrent que leurs destins ont été changés puisque c’est Sophie qui se retrouve à l’école du Mal et Agatha à l’école du Bien. Mais si cet échange n’était pas une erreur et que ce n’était que le premier indice pour découvrir qui elles sont vraiment?

J’avais vu ce livre à plusieurs reprises sur les réseaux sociaux et cela fait un moment qu’il traînait dans ma PAL. Finalement je me suis plongée dedans et j’avoue ne pas avoir été déçue même si j’ai eu énormément de mal à rentrer dans l’histoire. Et cela est dû en grande partie au personnage de Sophie que j’ai trouvé absolument insupportable dans les premiers chapitres. Heureusement les choses se sont arrangées lorsque l’on commence à découvrir cette fameuse école du Bien et du Mal. L’univers est très intéressant et je trouve l’idée que les personnages de contes soient formés à tenir tel ou tel rôle plutôt drôle et originale. Il y a tout les clichés possibles et imaginables des contes de fées avec les princesses qui parlent aux animaux, les bals, les princes, les sorcières… Mais il ne faut pas se fier aux apparences car les gentils ne sont pas toujours aussi bons qu’ils ne le paraissent et il en va de même pour les méchants. C’est d’ailleurs ce que vont découvrir Sophie et Agatha durant leur séjour. Et au fil du temps, elles vont faire de nombreuses découvertes, qui n’apparaissent pas dans les livres de contes et qui ne sont pas toujours rassurantes. Et puis il y a ce mystère qui plâne autour du Directeur de l’école. Personne ne sait qui il est ou à quoi il ressemble… Et c’est ce que les filles vont devoir découvrir pour percer les mystères qui entourent cet école, les amenant ainsi à briser les clichés, les codes et les règles établies. Et c’est ce que j’ai préféré dans ce livre. Le fait qu’il casse les stéréotypes et qu’il montre qu’il ne faut pas se fier aux apparences. On s’en rend notamment compte par le biais de Sophie et Agatha mais aussi à travers les autres élèves qu’elles vont rencontrer comme Tedros, le prince adulé par toutes les filles de l’école du Bien ou Hesther, la sorcière crainte par les élèves de l’école du Mal… Je trouve cela vraiment sympa de casser les clichés des contes de fées (qui m’ont d’ailleurs toujours agacée quand j’étais petite) et de mettre en avant des personnages féminins avec du tempérament.

Je recommande donc ce livre à ce qui veulent quelque chose qui sorte des sentiers battus et qui aime les ambiances à la Harry Potter, avec une école de magie, des mystères… Cependant il faut faire attention car ce livre est indiqué pour des lecteurs âgés de huit ans ou plus, seulement je pense qu’il faut prendre en considération la sensibilité de l’enfant car certaines scènes sont assez violentes et peuvent choquer des enfants facilement impressionnables.

Je pense bientôt me mettre à la suite, d’autant plus que la fin offre un cliffhanger assez surprenant et que j’ai envie de savoir ce qu’il va arriver à Sophie et Agatha après tous les événements de ce premier tome…

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode