Livres
472 566
Membres
445 340

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

L'Éducation sentimentale



Description ajoutée par zenpoete60 2018-05-10T17:29:20+02:00

Résumé

Un jeune provincial de dix-huit ans, plein de rêves et plutôt séduisant, vient faire ses études à Paris. De 1840 au soir du coup d’Etat de 1851, il fait l’apprentissage du monde dans une société en pleine convulsion. Sur son chemin, il rencontre le grand amour et les contingences du plaisir, la Révolution et ses faux apôtres, l’art, la puissance de l’argent et de la bêtise, la réversibilité des croyances, l’amitié fraternelle et la fatalité des trahisons, sans parvenir à s’engager pour une autre cause que celle de suivre la perte de ses illusions.

Ecrit dans une langue éblouissante et selon des règles narratives inédites, L’Education sentimentale, publiée en 1869, est peut-être le chef-d’œuvre de Flaubert le plus abouti et le plus mystérieux. En cherchant à représenter l’essence même du temps vécu, l’auteur nous transmet une philosophie de l’histoire, une morale de l’existence et une esthétique de la mémoire qui restent d’une surprenante acuité pour élucider les énigmes d’aujourd’hui. ( quatrième de couverture, Le Livre de Poche)

Afficher en entier

Classement en biblio - 849 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par RMarMat 2016-03-06T18:27:06+01:00

D'ailleurs, elle touchait au mois d'août des femmes, époque tout à la fois de réflexion et de tendresse, où la maturité qui commence colore le regard d'une flamme plus profonde, quand la force du cœur se mêle à l'expérience de la vie, et que, sur la fin de ses épanouissements, l'être complet déborde de richesses dans l'harmonie de sa beauté. Jamais elle n'avait eu plus de douceur, d'indulgence.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Argent

Ce livre est un désœuvrement… Que raconte-t-il ? Pas grand chose et il ne s’y passe presque rien ! Pourtant, j’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture ; parce que je me suis peut-être un peu reconnu dans cette vision passive de l’existence. Mais ce qui m’a surtout marqué, c’est la qualité de la langue, le style de l’écriture avec lequel Flaubert est parvenu à me passionner pour un récit fait de petits riens. Les descriptions sont de vrais poèmes et cette éducation est d’une clarté sublime sur les sentiments des personnages, leurs vies, leurs états d’âme et leurs amours.

Flaubert nous offre ici un livre sur la grisaille des amours bourgeois, la grisailles des cœurs inertes et sur la niaiserie des souffrances de gens trop bien naît. C’est aussi un roman de passions. Frédéric Moreau a une passion ardente, sublime mais platonique pour madame Arnoux ; une passion charnelle avec Rosannette, encore une autre, plus intéressée avec madame Dambreuse. D’autres personnages ont eux, des ardeurs pour leur carrière et la gloire comme Deslauriers. Arnoux à lui, l’appétit pour l’argent et les femmes tandis que Pelerin a une adoration pour l’art. Etc. … Ainsi, tous ses personnages (et bien d’autres encore ; ils sont très nombreux dans ce roman) ont pour point commun la recherche vaine d’un idéal et d’une félicité qui semble leurs être promise. Malheureusement, ses exaltations sont éphémères et c’est la vacuité, l’échec de leurs vies (sentimentales et sociales) qui prédomine. Flaubert pourfend ainsi la bourgeoisie de province, incarnée par tous ses jeunes gens séduisants mais décevants. Se sont les rois de l’occasion manquée, les fils d’une révolution trop ambitieuse pour eux. Les occasions se multiplient mais ils n’en saisissent aucunes. Leurs désirs s’étiolent ; leurs projets meurent par manque de volonté… Frédéric Moreau, le personnage central de l’éducation sentimentale est un homme médiocre, influençable, insignifiant, hésitant… Je l’ai même souvent trouvé pathétique ! Sa participation même à des événements politiques bouillonnants, terribles et tragiques comme la fin de la monarchie de juillet, la révolution de 1848 et l’avènement de la seconde république deviennent fade à son contact. Il est si imbu de lui-même et sa personne est si ennuyeuse !

Mais que j’ai apprécié ce très bel ennui…

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

J'ai bien aimé le côté "roman d'apprentissage" de ce livre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Wiise_Giirl 2019-05-19T21:48:22+02:00
Lu aussi

Je reste sur un avis assez mitigé. Lecture obligatoire pour le bac, je cru d'abord que ce roman aura le don de me plaire autant que Madame Bovary et pourtant, je trouve le roman assez lourd, la lecture est peu addictive et transporte difficilement le lecteur.

Afficher en entier
Pas apprécié

Une ressemblance forte avec le récit de Emma Bovary, celui-là même qui a été source de polémique à l'époque de l'auteur. Cependant, ce dernier était mieux que celui-ci, à mon goût.

Afficher en entier
Or

Un classique étonnamment passionnant! Frédéric est l'exemple type du héros réaliste à mes yeux: indécis en amour comme en politique, il regarde passer sa vie de manière assez égoïste, puisqu'il blesse nombre de femmes autour de lui. Il m'a fait penser par certains côtés à Julien Sorel, éternel idéaliste, qui se bat vainement pour des idéaux utopiques et inaccessibles. Tous les personnages sont attachants, et j'ai eu une préférence pour Marie Arnoux, femme pure et mal mariée, qui jamais ne cède à ses passions et respecte son mari bien qu'il soit dépensier et infidèle. Il ne se passe rien mais Flaubert réussit quand même à nous emporter dans cette magnifique histoire d'amour et de révolutions.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par mielicanela 2018-10-23T23:22:17+02:00
Lu aussi

Je ne suis pas vraiment entrée dans cette lecture par choix, mais plutôt avec un objectif: analyser les éléments politiques, culturels et sociaux du livre, afin d'aider un proche pour faire sa propre analyse de l'histoire. Du coup, mon avis est un peu biaisé.

En lisant le résumé, je m'attendais à quelque chose de sulfureux du style "Les liaisons dangereuses" de Choderlos de Laclos. Mais ce n'est pas du tout ça! En fait, du côté sentimental, il se passe beaucoup de choses dans la tête de Frédéric Moreau, moins dans la réalité. C'est un peu frustrant, on a envie de le pousser ou de l'envoyer au coin réfléchir (selon les moments). Mais là n'est pas pour moi la vraie richesse du roman.

En fait, ce roman est une véritable mine au trésor si vous vous intéressez à la politique de l'époque, avec divers points de vue donnés au fil de discussions animées. Les décors sont longuement peints et avec une finesse dans l'observation qui vaut largement la lecture. Ils mettent en scène des choses aussi diverses que les différences de classe sociale, la progression de l'industrialisation, les mentalités de l'époque, les loisirs,... La société parisienne et provinciale proche de Paris est longuement analysée par l'auteur et c'est vraiment intéressant!

Au final, un roman que c'est trouvé ultra long si je me base sur les aventures sentimentales de Frédéric, mais ultra précis si je me base sur la description d'une époque à multiples changements et sur l'analyse poussée des événements qui s'y déroulent.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Juliette35 2018-09-18T16:22:03+02:00
Diamant

Je ne suis pas très attirée par la littérature classique. Je me suis forcée à relire Flaubert étudié au lycée… Cela m'a demandé un effort car je préfère une écriture plus contemporaine. Cependant, une fois "entrée " dans le livre j'ai été récompensée car je j'ai trouvé superbe. L'apprentissage sentimental et surtout les échecs amoureux du jeune Frédéric Moreau dans une société du XIXe siècle en pleine ébullition sous la monarchie de Juillet.Son obsession et son amour inconditionnel pour Mme Arnoux l'amèneront à faire des choix de carrière, politiques ou pécuniaires pour le moins surprenants. Comme dans Madame Bovary, Flaubert livre une œuvre aboutie dans le style, l'intrigue, et l'exactitude des faits historiques, avec un final émouvant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Edaura 2018-07-30T17:31:01+02:00
Argent

Décidément ce roman contient peu d'intrigues mais beaucoup de sens.

Que raconte ce roman? Pas grand-chose à mon avis, la vie d'un jeune homme dans la bourgeoisie parisienne du 19em siècle. Mais à travers ce jeune hommes et ses déboires sentimentaux on découvre toute la vie de cette époque et la complexité d'intégrer la "haute société". Frédéric subit au début les exigences des plus influents pour, au final, créer lui même ses magouilles et ses esquives pour mener sa petite vie.

Accumulant maîtresses et côtoyant le rejet, l'amour à sens unique, l'attirance par intérêts et enfin le véritable amour.... Frédéric se forge sa propre éducation au travers de toutes ses relations sociales. On dit souvent que l'expérience de la vie est la meilleure des formations et c'est sans nul doute vrai pour Frédéric qui enchaîne les erreurs et les échecs pour finalement parvenir à ses objectifs.

L'écriture de Flaubert est très travaillée, parfois trop fournie à mon goût mais on ne peut nier la richesse intellectuelle de cet auteur qui, au travers de son roman, dévoile bon nombre de visions politiques ou philosophiques, critiquant la société de plusieurs points de vues, surtout dans ce contexte de coup d'état de 1840 où la France est au bord de la crise.

Un classique indéniablement qui peut néanmoins effrayer de par sa taille ou la manière d'écrire de l'auteur, cependant je le conseille car il offre une vision pertinente et très vaste de la société.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Wyvern 2018-07-07T04:21:18+02:00
Bronze

Tout en faisant passer une profonde critique sociale et politique, tournant notamment en ridicule communistes et révolutionnaires de 1848, Flaubert dépeint les aventures sentimentales d'un jeune homme livré à lui-même dans Paris.

Malgré quelque frustration occasionnée par les comportements maladroits, au point qu'ils en frisent l'incohérence (excusée par l'amour, chose incohérente en soi) de Frédéric Moreau, l'œuvre représente très bien les différentes étapes d'un premier coup de foudre. Soit, grossièrement, l'adoration, puis la dépossession, l'isolement et la solitude, palliée ensuite par une succession de relations insipides, conduisant plus ou moins à l'écœurement.

A mon sens, le fond politique est trop présent et prend parfois le dessus sur l'éducation sentimentale à proprement parler. On se perd dans les personnages, dont beaucoup ne présentent presque aucun intérêt, si ce n'est celui de servir la critique menée par l'auteur. L'histoire met du temps à se mettre en place et l'écriture est souvent prolixe, trop descriptive à mon goût. Cependant on s'attache à Frédéric, personnage pourtant détestable à bien des égards, tout du moins on est pris de pitié pour lui, on comprend sa désolation puis sa mélancolie, et on se surprend à le suivre dans sa passion pour Mme Arnoux. Ma lecture fut donc agréable, sans plus.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par barzoi 2018-02-07T17:02:15+01:00
Lu aussi

Bon, lu parce qu'en étude au lycée ca rejouit moins.

Relu queques années plus tard, on l'apprécie; et on se rappelle de nouveau le style de Flaubert, c'est langoureux mais parfois bien cynique à soit si on y regarde bien

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MiMiCocotte 2018-01-22T21:53:41+01:00
Argent

Un beau texte et une signification remarquable. Un anti-héros romantique exploité à merveille. Mon côté littéraire à apprécié mais c'était une lecture difficile. Par moment je me perdais dans le récit et excepté madame Arnoux, ils m'étaient tous antipathiques. Cependant, j'ai adorée la fin.

Afficher en entier

Date de sortie

L'Éducation sentimentale

  • France : 2008-12-10 - Poche (Français)

Activité récente

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Quiz terminés récemment

Les chiffres

Lecteurs 849
Commentaires 74
Extraits 19
Evaluations 166
Note globale 6.42 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode