Livres
454 548
Membres
402 775

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par Nacera-Aanor 2018-08-22T09:55:43+02:00
Lu aussi

Dans L’Égout, Andrija Matic livre une dystopie terrifiante de part sa probabilité et, surtout, la proximité avec notre époque (l'histoire se passe seulement en 2024 !)

La Serbie a fermé ses frontières et chasse toute trace de "l'influence occidentale" jugée mauvaise. C'est un retour à la guerre froide, plus tangible encore : tout ce qui a trait à l'ouverture au monde (Internet, certes, mais aussi et surtout la censure du savoir qui se concentre sur l'Histoire de la Serbie et l'évincement de, notamment, l'apprentissage de l'anglais), tout ce qui peut "contaminer le sang Serbe" ou être "déviant" (homosexualité, séropositivité, handicaps...) est condamné et persécuté. Quand on voit les informations venant de certains pays, on se dit qu'Andrija Matic n'est pas si loin de la vérité dans son roman...

Bojan Radić est un de ces nouveaux parias, pour avoir exercé le métier de professeur d'anglais. Néanmoins, la chance finit par lui sourire : Velibor Stretenović, chef du Service national de la Sécurité, l'embauche pour enseigner l’anglais à ses enfants. Voilà Bojan revenu dans la glorieuse nation serbe. Il réapprend à l'aimer, tout s'arrange. Il y croit, à l'utopie claironnée par les autorités.

Jusqu'au jour où il rencontre Vesna. Il en tombe amoureux. Mais elle est séropositive. Il devrait la rejeter... Déchiré entre son amour et le dégoût que lui a insufflé la Nation pour le sida, Bojan perd de nouveau confiance en sa foi nationale...

Bojan a ceci d'intéressant que c'est une personnage profondément humain : il ne sera pas un héros, c'est certain. Il s'avilira à adorer un système tyrannique bafouant les droits de l'homme, cherchant à retrouver le confort et la sécurité que tout homme moderne est en droit d'exiger. Il tombera amoureux, rejettera la maladie par peur, nous semblera méprisable... Mais aurions-nous vraiment agi autrement, à sa place ?

Plus que de poser question sur l'avenir que nous tracent certains politiciens, ce livre nous questionne sur notre propre lâcheté.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Valerie-50 2018-10-07T14:30:30+02:00
Bronze

J'ai choisi ce livre pour son titre qui m’a intrigué et sa quatrième de couverture qui fait référence au roman 1984 de George Orwell.

C’est, petit à petit, une descente en enfer du personnage principal. Ma lecture a été agréable par le style de l’auteur mais ce récit est noir. Il n’y a pas d’éclaircie, pas d’espoir :

« Mais si on vous refuse toute possibilité de communication avec qui que ce soit, la solitude, source d’idées positives, se tarit et engendre la peur. Être seul n’est pas un problème à condition de savoir que l’on pourrait être avec quelqu’un, mais si plus personne ne souhaite votre présence, si vous êtes frappé d’exclusion de la communauté, chaque seconde de solitude paraît une journée entière, et cette sensation fait naître l’image sinistre d’une existence à vivre ainsi jusqu’à son achèvement. »

Je regrette d’une part que la confrontation avec Sretenovic ne soit pas plus vive, brutale et d’autre part que le lecteur sache où va finir Bojan. En conséquence, le procès m’a semblé bien long...

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode