Livres
523 579
Membres
541 328

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

L'Élégance du hérisson



Description ajoutée par Virgile 2009-01-01T00:00:00+01:00

Résumé

" Je m'appelle Renée, j'ai cinquante-quatre ans et je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bourgeois. Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j'ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Mais surtout, je suis si conforme à l'image que l'on se fait des concierges qu'il ne viendrait à l'idée de personne que je suis plus lettrée que tous ces riches suffisants. Je m'appelle Paloma, j'ai douze ans, j'habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches. Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c'est le bocal à poissons, la vacuité et l'ineptie de l'existence adulte. Comment est-ce que je le sais ? Il se trouve que je suis très intelligente. Exceptionnellement intelligente, même. C'est pour ça que j'ai pris ma décision : à la fin de cette année scolaire, le jour de mes treize ans, je me suiciderai. "

Afficher en entier

Classement en biblio - 2 422 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par oscarafano 2011-11-22T13:09:08+01:00

"Toutes les familles heureuses se ressemblent mais les familles malheureuses le sont chacune à leur façon."

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Argent

Je l'ai trouvé trèèès long à démarrer, comme certaines personnes l'ont fait remarquer, on a parfois l'impression de ramer entre les moments où il se passe quelque chose. Mais au bout d'un moment, j'ai pris davantage de plaisir à la lecture et je me suis même beaucoup amusée à certains passages (notamment celui où Renée se dit qu'elle aurait pu répondre "Mon chat ne sait pas lire")

J'ai assez apprécié la portée philosophique du livre, même si comme le dit zouck, ça vire parfois légèrement au snobisme. D'ailleurs j'ai eu beaucoup de mal à supporter Paloma, snober les snobs ça reste quand même le comble de la prétention ! Donc je ne pouvais qu'approuver le passage vers la fin où elle reconnait d'être comportée comme une petite fille qui veut faire son intéressante (en plus "je souffrais mais sans douleur", j'ai trouvé ça très pertinent, je crois qu'on ressent souvent ça).

*************************************

En ce qui concerne l'écriture, je ne fais pas du tout confiance à mon jugement, mais j'ai été assez agacée par la manie de l'auteur de terminer les chapitres sur des phrases censées être philosophiques. Attendez j'ouvre des fins de chapitres au hasard :

"La contemplation de l'éternité dans le mouvement de la vie."

"Car l'Art, c'est l'émotion sans le désir."

"L'éternité, cet invisible que nous regardons."

"Parce qu'un camélia peut changer le destin."

C'est peut-être vrai et très intelligent, mais finir ses chapitres sur de telles phrases, je trouve ça résolument snob. :P

************************************

Oh et puis j'en veux TERRIBLEMENT à Muriel Barbery pour cette phrase :

"Mais le gloutof de Manuela est aussi un nectar. Tout ce que l'Alsace comporte de lourd et de desséché se transmute entre ses mains en chef d'œuvre parfumé."

Pardon ? Bon, lourd, je veux bien le lui concéder, mais desséché ??? Blasphème, blasphèèème !!! A supposer que "gloutof" désigne le kouglof, il n'y a rien de moins desséché, c'est même aussi moelleux que la brioche, mais en moins gras ! Cela dit cette réclamation n'engage que moi. ^^

Par contre, Renée fait précéder ladite phrase d'un "Le gloutof est un gâteau alsacien un peu vorace." qui selon moi ne veut pas dire grand-chose. Je n'ai pas souvent croisé de gâteau "vorace". Enfin je dis ça je dis rien... Enfin la même Renée a beau être une farouche défenseuse de la grammaire française, elle n'en emploie pas moins un anglicisme tel que "réaliser" dans le sens de "prendre conscience".

Malgré tout c'était une lecture très agréable, qui incite à réfléchir et donne envie de profiter de la vie en lisant de la littérature.

Afficher en entier
Or

J'ai adoré ce livre, qui m'a été recommandé, pour son atmosphère: c'est véritablement un roman d'atmosphère, où se rencontrent finalement deux solitudes (Renée et Paloma) , celles d'êtres intelligents et incompris... Je me suis laissée toucher par la sensibilité du propos et je peux affirmer que cette solitude, je l'ai connue... c'est réconfortant de la retrouver dans un si beau roman.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Diamant

Un très bon moment de lecture. Il a même aussi été un coup de coeur pour moi, tant au niveau des personnages que dans sa manière de nous les présenter, dans leur quotidien et dans leur intimité.

Le message de ce livre est : "Il ne faut pas se fier aux apparences"

Derrière une adolescente complexée se trouve une fillette perdue, qui rejette tout et cherche sa place, dans sa famille, son école où elle est hors normes et même dans ce monde où elle n'a pas de repères. Derrière la concierge se cache une femme aimant lire et passionnée de philosophie. Ici, on ne parle pas de la philosophie de comptoir, ou des conversations banales que l'on a avec sa concierge, à propos de la pluie et du beau temps. Derrière une femme d'apparence classique se cache une femme qui sait jouer avec la société et le monde auquel elle appartient. Peut-être apprendra-t-elle ses tours à Paloma ?

Différents destins se lient et des masques tombent et nous, nous sommes émerveillés.

A recommander aux amateurs d'histoires pudiques et de réalisme de notre quotidien.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Koflane 2020-07-12T00:27:18+02:00
Or

L'élégance du hérisson est un livre magnifique tant par sa beauté d'écriture que sa narration.

Il m'a fait réapprendre des mots oubliés et découvert de nouveaux.

Ça m'a bien fait rire quand la jeune Paloma a dit "Si Colombe était ma fille (Darwin m'en préserve), je lui aurais collé deux baffes."

Spoiler(cliquez pour révéler) La fin est triste et belle à la fois, une vie qui s'en va et une autre qui naît...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par loulou282 2020-07-01T22:33:42+02:00
Diamant

"L'élégance du hérisson" a été pour moi un choc. Brillamment écrit, construit, poignant, sensible, Beau... Spoiler(cliquez pour révéler)Sa fin m'a laissée en larmes. J'ai du mal à poser des mots sur l'émotion que je ressens ; ce livre va m'habiter encore longtemps.

Afficher en entier
Diamant

Qui peut penser que la vie d'une concierge est suffisamment trépidante ou à tout le moins philosophique pour vouloir si pencher? Cette singulière Renée nous prouve à quel point l'apparence n'est pas synonyme de beauté et du reste que l'esprit et tout ce que peut produire l'être humain dans son intelligence est bien plus intéressant que tout autre chose. La plume sublime de l'auteur nous emporte à chaque page et c'est dans une envolée syntaxique qui frôle la perfection que nous observons le destin de ces voisins qui s'entrecroisent, s'entremêlent au détour d'une cage d'escalier ou sur le seuil d'une conciergerie du VIIe arrondissement de Paris. Renée, Paloma, Kakuro, Manuela... La finesse d'étude de leur comportement est magique et transcende nos esprits pour que nous réalisions enfin ce qu'est le sens véritable de la vie. L'élégance de l'âme dans toute sa splendeur.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Clurani 2020-04-20T17:11:45+02:00
Or

Un roman d'ambiance et philosophique.

L'atmosphère de l'immeuble 7 rue Grenelle, les relation et les attitudes de ses habitants, la hiérarchie qu'on y trouve se ficelle les 200 premières pages. L'histoire met du temps à démarrer car l'auteure approfondit réellement la psychologie de nos deux héroïnes ainsi que les personnages secondaires qui sont vraiment intéressants et poussés.

Muriel Barbery, professeur de philosophie a truffé l'histoire de références tant cinématographiques, littéraires et musicales, ce qui a été pour moi assez déroutant… préparez à côté de vous un stylo et un bloc note pour noter tout ça !

J'ai préféré le personnage de Renée à laquelle je me suis particulièrement attachée, surement de part sa maturité. Paloma m'a un peu tapée sur le système. Je l'ai trouvée très orgueilleuse, égoïste et prétentieuse ne serait-ce que par l'intitulé même des passages qui lui étaient dédiés "pensées profondes". Néanmoins, vers la fin du livre ses remises en questions m'ont davantage adoucie. J'ai adoré l'ambiance japonaise, rafraichissante par l'humilité qui contrastait avec le reste.

J'ai aimé voir l'évolution des personnages. L'écriture est pleine d'humour et la fin très belle.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MlleAndromaque 2020-04-16T11:35:25+02:00
Or

Un livre très enrichissant et assez bouleversant ! Il faut s'accrocher durant sa lecture, autant au début pour les pensées profondes et parfois philosophiques des personnages qui ne sont pas toujours faciles à comprendre du premier coup qu'à la fin où le roman prend plus de profondeur émotionnelle. Je recommande bien évidemment !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Kriksy 2020-04-05T20:38:17+02:00
Diamant

J'ai adorée comment sont dépeints les personnages au début du livre, l'entrée en matière est top, je suis rentrée dedans directement et je l'ai dévorée. Comment ne pas s'attacher aux personnages principaux? Ils sont adorables et sensibles avec une vie pas facile à porter. L'écriture est pleine d'humour et cela fait que le roman n'est pas oppressant malgré les sujets parfois sombres abordés.

Muriel Barbery a un talent avec les mots et les tournures de phrases. Spoiler(cliquez pour révéler)Elle a même réussie à me faire verser ma petite larme à la fin qui a brisé mon coeur.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Thycia 2020-02-21T22:35:37+01:00
Commentaire ajouté par marmotte-s 2020-02-14T20:29:23+01:00
Lu aussi

J’avais déjà commencé ce livre et impossible de me plonger dans l’histoire puis j’ai vu le film que j’ai apprécié (et une fois n’est pas coutume j’ai préféré le film au livre), j’ai donc décidé de refaire un essai. Je l’ai terminé mais ma lecture m’a laissé perplexe. Je ne suis pas arrivé à ressentir d’émotion pour les personnages. J’ai trouvé le style pompeux et trop alambiqué. Un peu déçu de cette lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Aline-100 2020-02-11T16:00:43+01:00
Pas apprécié

Sensation douce-amère avec ce roman dont je n'ai pas vraiment compris l'objectif, à part peut-être nous abreuver de stéréotypes gratuits jusqu'à nous dégoûter de la race humaine. Les personnages sont de vrais clichés ambulants, à tel point qu'ils en deviennent grotesques et pathétiques.

Mais commençons par le commencement. Une des premières choses qui m'a énervée, ce sont les prénoms des filles Josse. Qui Muriel Barbery croit-elle ridiculiser en appelant celles-ci Colombe et Paloma? Les lecteurs ou les parents du duo? Si elle vise les lecteurs, avec moi, c'est râté: j'avais six ans quand j'ai appris que le mot espagnol paloma signifiait colombe en français!! Vingt-deux ans plus tard, le duo Colombe/Paloma a pour moi autant de subtilité qu'un duo Marie/Maria. Ce manque de finesse dans le choix des prénoms des personnages a tout de suite ruiné, en ce qui me concerne, les prétentions à l'intellectualisme du reste du texte: les beaux mots (car ils sont beaux, ça je le reconnais) et les références littéraires multiples ont été noyés par cet agacement ressenti dès les premières pages en entendant parler du duo de colombes.

Autre problème: le nombrilisme de cette Colombe bis (Paloma, donc) qui, parce qu'elle est surdouée, se considère comme la seule personne véritablement digne d'intérêt en ce bas-monde et a une très nette tendance à mépriser tout et tout le monde. Et malgré son Q.I. impressionnant, la gamine devrait sérieusement revoir certains de ses jugements: dans son genre, elle se montre aussi égoïste et élitiste que les gens qu'elle méprise.

De plus, je suis peut-être idéaliste, mais j'ai envie de croire à la bonté de l'être humain. Alors, lire plus de 400 pages où les gens se détestent les uns les autres, c'est dur! Surtout que les stéréotypes sont légion: les pauvres sont humbles et méprisés, les riches sont méchants et indifférents.

Les nombreuses tirades de Renée et Paloma sur l'Art, le Beau et l'Esthétique n'ont rien arrangé: ces passages sont souvent lourds et sans intérêt, surtout qu'ils sont aussi en complète opposition avec le reste du texte. Car, aussi bien Paloma que Renée méprisent le monde extérieur, les autres, la société. Or, sans société, pas d'Art! Cette discipline qu'elle porte aux nues est donc issu de cette société qu'elles abhorrent: où est la logique?

Tout le monde est malheureux dans ce roman, en particulier nos deux héroïnes, mais on a l'impression qu'elles le cherchent: en se mettant à l'écart de la société, en toisant tout le monde du haut de son piédestal, on s'isole et, à force de se sentir seul, on ne peut que devenir amer...

Au final, pourtant, Renée m'a moins agacée que l'horrible Paloma. La concierge m'a aussi semblée beaucoup plus intelligente: loin de se révolter continuellement, elle s'amuse, joue de son statut pour tromper son entourage et mieux se cacher. Renée, malgré les difficultés de sa vie, a trouvé une sorte d'équilibre, de sérénité.

En bref, le seul personnage que j'ai vraiment apprécié est Kakuro Oru. Le raffinement de ce japonais m'a fait l'effet d'une grande bouffée d'air frais au milieu de cette horrible société dépeinte par Barbery. Un second point positif, que j'ai déjà mentionné plus haut: les beaux mots. Le langage châtié utilisé par l'auteur apporte un grand sentiment de paix et de calme au milieu de certaines littératures actuelles, moins soigneuses au niveau du langage.

Afficher en entier

Dates de sortie

L'Élégance du hérisson

  • France : 2006-08-31 (Français)
  • France : 2009-06-25 - Poche (Français)

Activité récente

Ftcat l'ajoute dans sa biblio or
2020-08-24T09:58:55+02:00

Titres alternatifs

  • L'eleganza del riccio - Italien

Distinctions de ce livre

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 2422
Commentaires 299
Extraits 222
Evaluations 536
Note globale 7.86 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode