Livres
475 899
Membres
454 308

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

L'Elfe de lune, Tome 10 : L'Invasion des hommes-rats



Description ajoutée par MissYomi 2012-08-17T17:37:26+02:00

Résumé

Luna et ses amis coulent des jours paisibles à Océanys mais l'intrépide adolescente s'ennuie. Depuis que les fées lui ont confié l'existence d'une terre mythique située de l'autre côté de l'océan, elle ne songe plus qu'à partir à l'aventure. Fulgurus qui comprend son envie de prendre un nouveau départ met sa caravelle à sa disposition. Les rivages d'Ysmalia seront-ils aussi hospitaliers que prévu ? Ses habitants, hantés par d'anciennes légendes, seront-ils disposés à cohabiter avec les nouveaux venus ? La malédiction du prince maudit épargnera-t-elle les elfes qui ont déjà subi tant d'épreuves ? De son côté, matrone Sylnor rentre à Rhasgarrok, persuadée que sa soeur et sa mère ont fait naufrage. Elle brûle d'annoncer la bonne nouvelle à Lloth mais une surprise de taille l'attend dans les profondeurs de la cité maudite.

Afficher en entier

Classement en biblio - 369 lecteurs

Extrait

Prologue

Dehors, il pleuvait des cordes, mais qu'importait, à l’intérieur de la maisonnette, il faisait bon. La nuit était tombée et dans l’âtre crépitaient de belles flammes qui réchauffaient l’unique pièce. Dans son lit douillet, la petite Alba ne parvenait toutefois pas à s’endormir. Les trombes d’eau qui s’abattaient sur le chaume noirci l’empêchaient de trouver le sommeil.

La fillette repoussa sa couverture et regarda sa grand-mère et sa grand-tante qui, tranquillement installées devant la cheminée, tricotaient en silence.

— Gran’ma, j’arrive pas à dormir. Tu me racontes une histoire, dis ?

La vieille elfe sylvestre se retourna, surprise.

— Tu ne dors pas encore, toi ? Il est tard, tu sais.

— Justement, pour pouvoir m’endormir, j’ai besoin d’une histoire.

— À ton âge ? Alba, tu es bien trop grande pour ça. L’autre femme, un peu plus âgée, posa délicatement son ouvrage sur sa chaise et mit une main sur l’épaule de sa sœur.

— Laisse, je vais y aller.

— Oh merci, Gran’ta, tu es trop gentille ! s’exclama aussitôt l’enfant.

La petite se cala contre ses oreillers, prête à savourer l’histoire qui allait l’entraîner loin de là. L’elfe approcha une chaise du lit et sourit.

— Laquelle veux-tu que je te raconte ? chuchota-t-elle pour ne pas déranger sa sœur qui avait repris son tricot.

Alba n’hésita qu’une seconde.

— L’histoire du prince djem !

— Tu la connais par cœur.

— Je sais, mais c’est ma préférée…

Gran’ta hocha la tête, vaincue par le sourire mutin de sa petite nièce.

— On raconte que le dernier roi qui vécut là-haut, dans la citadelle, n’arrivait pas à avoir d’enfant, car sa femme adorée était stérile. Or, quel plus grand malheur pour un souverain que de n’avoir pas de descendance ? Résolu à avoir un fils coûte que coûte, il fit quérir dans la région de jolies jeunes femmes et promit d’épouser celle qui lui donnerait un héritier. Nombreuses furent les damoiselles qui accoururent au château. Le roi honora chacune d’entre elles, mais pas une ne se trouva enceinte. Désespéré, le souverain fit appel à une sorcière. Il pactisa avec les forces du mal, répudia sa tendre épouse et épousa la maléfique harpie, scellant ainsi son destin au sien. Pourtant, il ne regretta pas son geste, car il s’avéra que la sorcière tomba tout de suite enceinte. Neuf mois plus tard naissaient des jumeaux, un garçon et une fille, aussi beaux et éveillés l’un que l’autre. Le monarque était comblé. Pourtant, son bonheur fut de courte durée. La sorcière lui avait volontairement caché que toute magie avait un prix. « Un de ces deux enfants par ta main périra, augura-t-elle. Le jour de ta mort, il te faudra choisir qui d’entre eux te survivra. » Horrifié, le bon roi refusa de croire à cette sombre prophétie et chassa la sorcière de son domaine.

— S’il avait su quel vilain tour elle lui jouerait plus tard, il l’aurait plutôt fait étrangler ! fit Alba en mettant ses mains autour de son cou pour mimer la scène.

— Ah ça oui ! Mais le roi n’était pas aussi cruel, et puis il croyait certainement que cela suffirait à écarter la malédiction. Il éleva donc tout seul ses deux enfants. Les jumeaux, qu’il chérissait plus que tout, étaient fort différents. Djem, l’enfant aux cheveux blonds, était calme et posé. Il passait des heures dans la bibliothèque à étudier et à écrire. Rêveur, il aimait se poster en haut du donjon pour admirer la mer qui lui inspirait de doux vers, qu’il accompagnait à la harpe. La brune Aldriel, au contraire, ne tenait pas en place. Elle avait appris à monter, à tirer, à chasser, et elle suivait régulièrement son père lorsqu’il visitait ses terres. Ils passaient énormément de temps ensemble.

Au fil des années, leur tendre complicité se mua en une profonde admiration mutuelle. Le bon roi dut se rendre à l’évidence, Aldriel avait la trempe d’une reine, Djem, celle d’un troubadour.

— Et après ? Raconte quand le roi est rentré blessé.

La vieille elfe soupira devant tant d’impatience, mais se plia de bonne grâce à la volonté de l’enfant.

— Ce que le roi ignorait, c’était que la vilaine sorcière attendait dans l’ombre le jour de sa vengeance. Un jour qu’il chassait, elle en profita pour lui tendre un piège. Elle tua ses hommes, le blessa grièvement et le captura. « Tu croyais qu’en me bannissant tu reculerais l’accomplissement de la prophétie ? lui fit-elle. Tu as eu tort, car dans quelques heures tu succomberas à tes blessures et, si tu ne choisis pas ton héritier avant de rendre l’âme, tes deux enfants périront ! » Le roi moribond fut trouvé par des villageois et ramené au château. Sur son lit de mort, le souverain, rongé par le désespoir, fit appeler ses sept gardes les plus fidèles. Il leur demanda de conduire le prince Djem dans les souterrains qui couraient sous la citadelle et de l’emmurer vivant. Afin qu’il ne s’échappe jamais de sa prison de pierre, les sept hommes garderaient cet endroit jusque dans la mort. Ils acceptèrent de se sacrifier sans une hésitation. Ensuite de quoi le roi fit quérir sa fille chérie et la désigna comme héritière du trône. Il mourut juste après. La nouvelle reine fit mander son frère pour lui apprendre le décès de leur père, mais nul ne le trouva. Malgré les recherches qui furent effectuées, personne ne sut jamais où était passé le prince Djem. Le roi était mort en emportant avec lui son horrible secret.

— Mais comment tu le sais, toi, alors ? demanda Alba.

— Ceux qui se sont aventurés dans les ruines de la citadelle disent que le fantôme de Djem hante toujours les lieux. C’est lui qui leur a raconté sa tragique histoire.

— Tu l’as déjà rencontré, toi ?

— Moi, non, mais ta grand-mère, une fois, je crois.

À ces paroles, Gran’ma se retourna, indignée.

— Tais-toi, Viurna ! Ne lui raconte pas ça! Tu vas lui faire faire des cauchemars !

— Mais j’aime bien les histoires de fantôme, moi ! se récria la fillette. Allez, continue, Gran’ta. Qu’est-ce qu’elle est devenue, Aldriel ?

— Aldriel fut une reine droite et juste. Adorée de ses sujets et respectée des rois des contrées voisines, elle fit prospérer son royaume dans la paix jusqu’au jour où un mal inconnu frappa le château. Les uns après les autres, ses gens moururent dans d’atroces souffrances. Sans qu’on en connaisse l’origine, la mortelle épidémie se répandit, n’épargnant personne, pas même Aldriel. La citadelle sombra dans le chaos.

— Moi, je suis sûre que c’est la sorcière qui leur a lancé cette malédiction, chuchota Alba.

Gran’ta hésita, puis se pencha pour répondre sur le même ton :

— Ou bien c’est le prince Djem qui s’est vengé de sa mort atroce.

— Bon, ça suffit, maintenant ! gronda Gran’ma en dressant sa maigre silhouette près du lit. Je pense que cette petite est suffisamment traumatisée pour ce soir. Inutile d’en rajouter !

Viurna s’éloigna d’Alba en maugréant et retourna près de l’âtre reprendre son ouvrage là où elle l’avait laissé. Gran’ma embrassa sa petite-fille sur le front.

— Tu sais, ma chérie, toutes ces histoires ne sont que des légendes. Elles remontent à tellement longtemps qu’on n’est même pas sûrs qu’elles ont réellement eu lieu !

— Mais Gran’ta, elle, dit que tu as déjà vu le fantôme du prince Djem !

— La pauvre Gran’ta n’a plus toute sa tête, murmura l’elfe sylvestre. Parfois, elle ne sait plus ce qu’elle dit. Allez, oublie toutes ces histoires, ferme tes petits yeux et dors vite, ma pistounette. Demain, nous irons cueillir des herbes médicinales.

— Et tu m’apprendras à faire des décoctions ?

— Promis.

La vieille elfe caressa tendrement la joue de l’enfant de sa main parcheminée et, dès qu’elle fut certaine qu’elle dormait, elle retourna près du feu. Avant de reprendre son tricot, elle adressa un regard noir à sa sœur.

— Je ne comprends pas pourquoi tu m’en veux, marmonna Viurna. J’ai pourtant enjolivé l’histoire.

— Pas assez à mon goût ! D’ailleurs, tu aurais dû en choisir une autre !

— Mais Alba adore cette légende, c’est elle qui…

— Ce n’est pas une légende, Viurna, et tu le sais très bien. Ce qui s’est passé là-haut était l’œuvre de forces démoniaques qui nous dépassent tous et je refuse que mon unique petite-fille soit mêlée à ça d’une manière ou d’une autre. C’est bien simple, je ne veux plus jamais t’entendre prononcer le nom de Djem devant Alba. Plus jamais !

La vieille baissa les yeux, dépitée et vexée. Pourtant, elle ne s’avoua pas vaincue.

— C’est vrai que tu as vu son fantôme ?

Gran’ma soupira longuement avant de lâcher, radoucie :

— Je m’en serais bien passée, crois-moi. Cette nuit-là, j’ai eu la peur de ma vie ! Cette citadelle est maudite, Viurna, et je n’y retournerai pour rien au monde. Pour rien au monde…

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Argent

Une bonne suite, bien qu'un peu longue... J'aurais aimé voir plus Sylnor.

Afficher en entier
Bronze

Un tome qui m'a paru un peu plus long que les autre. Hormis le fait que les elfes trouvent une terre d'accueil et que les drows ont un petit soucis d'invasion, rien de bien nouveau sous le soleil. Luna sauve -encore- tout le monde d'une situation délicate Spoiler(cliquez pour révéler)(une sombre histoire d'esprit malveillant qui veut se venger sur des elfes alors que sa condition est due aux humains...), rien qui ne change de l'ordinaire. Ceux qui changent, ce sont les drows. Spoiler(cliquez pour révéler)Face aux hommes-rats, ils apprennent à s'entraider... Finalement, l'invasion les aura aidés ! Le plan de matrone Sylnor marche in extremis et Loth paraît moins puissante. A suivre...

Afficher en entier
Argent

Ce tome n'a rien de transcendant, il apporte juste un terme à l'exil des elfes et présage le combat final. Le scénario à Ysmalia est relativement connu, avec une fin étrange façon "l'Exorciste". Le scénario des drows a un seul intérêt : encore une fois, il insiste sur la dualité de Sylnor. Elle est en lutte perpétuelle entre ce qu'elle devrait être selon elle (un monstre sans coeur) et ses rêves enfantins où elle bénéficie de l'amour de sa mère et d'Hérildur. De plus, elle se soucie réellement de son peuple, elle se sent responsable de lui et est prête à mourir pour le défendre, contrairement aux précédentes matrones. La conclusion est sans appel : la "grande méchante" a bon coeur. Et rien que cela fait de l'Elfe de Lune une grande série !

Afficher en entier
Or

Le titre est un peu étrange car les hommes-rats n'occupent qu'une partie de l'ouvrage (la partie dévolue à Sylnor, qui n'est pas la plus importante)

En fait, ce tome raconte surtout la découverte, par Luna et ses amis, d'une nouvelle terre et d'un nouveau peuple d'elfe : les elfes sylvestres. Ils se dirigent en effet vers les terres où le roi des océanides leur dit que Viurna, sœur du Marécageux, a fuit après avoir déposé Luna bébé chez lui.

Mais cette terre est hantée par un terrible esprit Spoiler(cliquez pour révéler)qui prend possession du corps de la petite-nièce de Viurna et que Luna doit abattre.

Parallèlement, de retour dans sa cité, Sylnor découvre que celle-ci a été, durant son absence, ravagée par les hommes-rats. n'échoue !Spoiler(cliquez pour révéler)Elle réussit à les détruire grâce à l'aide de Loth et du démon Ravenstein, mais il s'en faut d'un cheveu pour que son plan.

La donne change pour les drows qui commencent à s'entr'aider dans la misère, réunis autour de la "bienfaisante" matrone Sylnor.

Afficher en entier
Argent

Comme toujours bonne suite de cette saga. On sent le dénouement non loin, l'affrontement final entre Sylnodel et Sylnor se rapproche. Luna a dans cette aventure le besoin de trouver un lieu paisible pour que son peuple puisse y vivre, mais pour cela elle doit se confronter au fantôme du Prince Djem. De son côté Sylnor doit combattre une invasion d'homme-rat.

Afficher en entier
Argent

On redécouvre les elfes sylvestres sur l'ile tant convoité par Luna, le prince Djem est vraiment térrifiant !

Afficher en entier
Argent

Le titre se réfère plus à ce que vit Sylnor qu'aux aventures de Luna dans ce tome (sinon on l'aurait appelé "Le prince Djem" à mon avis). Encore un petit tome sympa c'est une série qui se lit vite et à laquelle on s'accroche facilement.

Afficher en entier
Diamant

J'ai bien aimé ce tome (comme tous les autres d'ailleurs). Il est vrai que le type d'écriture de l'auteur à un peu changé, mais comme il a changé pour le mieux ce n'est pas si grave ;P

Afficher en entier
Or

Cette série est vraiment super, par le biais de l'auteur, Luna nous emmène avec elle dans ces aventures extraordinaires et fantastiques.

Afficher en entier
Or

Cette série est géniale!

Afficher en entier

Dates de sortie

L'Elfe de lune, Tome 10 : L'Invasion des hommes-rats

  • France : 2012-09-20 (Français)
  • Canada : 2012-09-03 (Français)

Activité récente

Lou222 l'ajoute dans sa biblio or
2019-01-06T14:13:19+01:00

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Quiz terminés récemment

Les chiffres

Lecteurs 369
Commentaires 45
Extraits 1
Evaluations 52
Note globale 7.9 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode