Livres
559 044
Membres
607 628

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

L'Elfe de lune, Tome 1 : La Cité maudite



Description ajoutée par Laure17 2011-03-29T18:57:18+02:00

Résumé

Luna est une jeune elfe argentée qui a grandi au sein d'une meute de loups. Lorsque des guerrières drows déciment sa famille adoptive, elle se réfugie chez son mentor, le Marécageux, qui lui révèle les circonstances de sa naissance. Dans le but de retrouver sa mère, Luna entame un long périple qui la mènera à Rhasgarrok, la cité souterraine des elfes noirs. La jeune fille éprouve une grande répulsion en découvrant le marché aux esclaves, les ruelles sordides et les créatures maléfiques qui peuplent la cité drow. C'est pourtant au plus profond de Rhasgarrok qu'elle retrouvera sa véritable famille. C'est aussi au cours de ce voyage qu'elle fera la rencontre de Darkhan, un elfe noir en mission. Tout oppose Luna à ce farouche guerrier; pourtant, leurs destins vont bientôt s'entremêler. Pour le meilleur et pour le pire...

Afficher en entier

Classement en biblio - 1 121 lecteurs

extrait

Prologue

« il doit faire chaud à la surface…», songea avec nostalgie Ambrethil, la jeune elfe argentée.

dans les profondeurs maléfiques de la ville souterraine de rhasgarrok, aucun souffle d’air frais ne parvenait jamais. le printemps était déjà terminé et Ambrethil souffrait d’avoir été

privée du parfum des sous-bois qui s’éveillent

à la vie. elle n’avait pas pu profiter du chant secret des bourgeons qui s’ouvrent, des effluves des fleurs sauvages baignées de rosée, des trilles joyeuses des oiseaux dans la lueur de l’aube.

Voilà des mois qu’elle n’avait pas aperçu un rayon de soleil ni le scintillement magique des

étoiles. Même la lumière blafarde de la lune lui

était interdite. À son grand désespoir, seules les bougies rythmaient désormais ses jours et ses nuits.

Ambrethil n’avait pas fait le choix de venir vivre à rhasgarrok. Aucun elfe argenté sain 10 d’esprit ne se risquerait à quitter les siens pour s’aventurer dans les profondeurs de la cité

maudite des drows, ces elfes noirs exilés depuis la nuit des temps.

la jeune femme ferma les yeux pour retenir ses larmes. Son sort était scellé, mais loin d’être le pire. Combien de ses frères et sœurs avaient péri sous la lame drow... depuis plusieurs siè- cles, une haine transmise de génération en génération séparait les elfes et les drows. Ces derniers, se croyant supérieurs, considéraient leurs cousins de la surface au mieux comme des esclaves potentiels, au pire comme de futures victimes offertes à lloth, la cruelle déesse

Araignée.

Une vive douleur au bas-ventre ramena

Ambrethil à la réalité, lui arrachant une grimace. l’enfant semblait pressé de naître. elle glissa sa main pâle – presque bleutée – sur son ventre arrondi pour apaiser la petite vie qui grandissait en elle. Ambrethil caressa sa peau distendue, chassant de son esprit les images sanglantes qui la hantaient parfois. Ce n’était pas bon pour le bébé.

depuis qu’elle se savait enceinte, la jeune elfe s’était interdit de penser aux terribles exactions des drows qui souillaient le monde, répandant le sang des siens. Ce bébé était devenu sa seule raison de survivre et Ambrethil s’efforçait 11 de ne penser qu’aux souvenirs heureux, aux années de bonheur passées à laltharils auprès de ses parents.

Une violente contraction la plia en deux.

la jeune femme prit une grande inspiration et serra les dents pour surmonter la douleur.

Puis l’étreinte douloureuse se relâcha et

Ambrethil put de nouveau souffler. inutile d’appeler Viurna maintenant. Mieux valait la laisser dormir encore un peu et attendre que les contractions deviennent vraiment insupportables.

Chère Viurna… Ambrethil prit alors conscience de la chance incroyable qu’elle avait eue de pouvoir garder auprès d’elle sa fidèle suivante. À la fois nourrice, domestique et confidente, la vénérable elfe sylvestre faisait presque partie de la famille. Une intense complicité liait les deux femmes. Viurna était avec elle lorsque les drows avaient attaqué leur convoi et c’était un miracle qu’elle soit encore là pour l’aider à mettre au monde son premier enfant.

Ambrethil se rappela alors la nuit de leur enlèvement.

les rôdeuses drows les avaient surpris au crépuscule. C’était à la fin de l’automne dernier. leur convoi, composé d’une vingtaine d’elfes de lune de haute lignée et de quelques 12 domestiques, s’engageait sur un chemin à la lisière de la forêt de ravenstein pour rejoindre la cité de laltharils. Féroces et cruelles, les guerrières elfes noires s’étaient montrées sans pitié, tuant tous ceux qui osaient leur tenir tête.

Ce fut grâce à sa beauté hors norme, à la finesse de ses traits, à la clarté de son regard et à

sa magnifique chevelure blonde qu’Ambrethil avait été sauvée. les rôdeuses l’avaient tout de suite repérée et mise à l’écart. la vieille domestique à laquelle elle semblait attachée, faisant une bien piètre offrande pour la déesse

Araignée, avait elle aussi été épargnée.

les drows comptaient tirer un très bon prix de ce lot d’esclaves. les prisonnières furent achetées dès leur arrivée à rhasgarrok par elkantar And’thriel. Ce sorcier elfe noir faisait partie de la prestigieuse Guilde de l’ombre, experte dans la maîtrise de la magie noire. Pour un mâle, il jouissait d’une situation privilégiée au sein d’une société matriarcale très hiérarchisée, dirigée par les malfaisantes matrones.

elkantar avait conduit ses nouvelles esclaves dans sa lugubre demeure, taillée au cœur même de la roche noire de la cité, leur adressant à

peine la parole. Ambrethil avait alors craint le pire. la réputation des drows était hélas sinistre : ils étaient meurtriers, bourreaux, adeptes de rites barbares et sanglants. leur 13 race était pervertie par la déesse Araignée, qui imposait un culte exclusif en exhortant ses adeptes à commettre les pires bassesses de l’humanité.

Cependant, contre toute attente, le sorcier

à la peau sombre et aux cheveux gris argent avait traité Ambrethil avec le respect dû à son rang. il lui avait offert une chambre confortable, la laissant tranquille toute la journée.

en contrepartie, il avait demandé à la jeune elfe argentée de se rendre tous les soirs dans ses appartements. la première fois, Ambrethil avait refusé, mais comme le drow menaçait de revendre la vieille elfe sylvestre, elle avait cédé.

Assez curieusement, elkantar avait fait preuve d’une certaine douceur. Jamais il n’avait violenté sa captive. lorsqu’au bout d’à

peine deux mois de captivité, Ambrethil avait annoncé au drow qu’elle portait son enfant, il avait semblé satisfait, presque soulagé. il l’avait alors dispensée des visites nocturnes, comme si son unique but avait été de concevoir ce bébé.

Peu après, elkantar lui avait remis une superbe amulette nacrée. était-ce pour la remercier ou pour protéger l’enfant qu’elle portait? Ambrethil ne le lui avait pas demandé, mais elle avait néanmoins glissé le bijou autour de son cou.14

À partir de ce jour, l’elfe noir lui avait régulièrement rendu visite, comme pour surveiller le bon déroulement de sa grossesse et s’assurer que la future mère ne manquait de rien. d’un naturel peu loquace, le drow ne lui adressait que rarement la parole, mais de temps en temps, il lui offrait un bouquet de fleurs aux couleurs vives pour égayer sa chambre.

elkantar était-il tombé amoureux?

Ambrethil en doutait. les elfes noirs étaient incapables d’éprouver des sentiments purs tels que l’amour, la tendresse, l’amitié ou même la confiance. Hormis le précieux talisman et les fleurs qu’il lui avait offerts, jamais elkantar ne lui avait témoigné le moindre signe d’affection.

Pas un mot doux, pas une caresse ni même un sourire. Pourtant, un soir, le drow à la mine grave s’était assis auprès d’elle pour lui révéler ses tourments les plus secrets...

Une contraction intense arracha Ambrethil

à ses pensées. elle manqua de vomir. dans un râle plaintif, elle appela Viurna.

la vieille elfe à la peau cuivrée et aux cheveux noirs, encore belle malgré les années, s’éveilla aussitôt pour se rendre au chevet de sa maîtresse. Avec des gestes pleins de douceur,

Viurna apposa un linge chaud et humide sur le ventre d’Ambrethil afin de soulager sa douleur.

Puis, tout en lui caressant le front, elle se mit 15

à fredonner une ancienne berceuse en elfique qu’elle lui chantait autrefois pour l’endormir.

Honnie et bannie par les drows, la noble langue des elfes de la surface, aux accents si délicats et aux sonorités si fluides, apaisa immédiatement la parturiente, qui s’allongea de nouveau. la voix douce et chantante agissait comme un baume bienfaisant.

les doigts fins d’Ambrethil cherchèrent entre ses seins l’amulette offerte par elkantar.

ronde, pleine et blanche comme la lune, elle

était gravée de la fine silhouette d’eilistraée, la déesse solitaire et bienveillante. dans le panthéon drow, eilistraée était la fille de la redoutable lloth. rejetée par sa mère, la divinité

argentée à l’apparence gracile était la patronne de quelques rares bons drows qui l’adoraient en secret. déesse de la beauté, de la musique, du chant, de la lune, mais aussi de l’harmonie entre les races, eilistraée avait protégé la grossesse d’Ambrethil qui, chaque nuit, lui avait adressé de ferventes prières.

l’elfe serra l’amulette nacrée au creux de sa main et songea à la terrible révélation d’elkantar:

— la tradition ancestrale est incontournable, lui avait-il expliqué. À chaque génération, toute maison noble de rhasgarrok doit offrir une fille au clergé de lloth afin qu’elle 16 devienne prêtresse. or la maison And’thriel n’a pas eu de fille à offrir depuis quatre géné- rations. la grande prêtresse de lloth, Matrone

Zesstra, est furieuse. elle pourrait m’anéantir et détruire à jamais ma maison, mais je lui rends de trop grands services pour qu’elle puisse se passer définitivement de moi. il faut que tu saches, Ambrethil, que j’ai eu d’autres femmes avant toi et qu’elles n’ont engendré

que des fils. Pour me punir, Matrone Zesstra les a tous fait enlever et sacrifier, anéantissant mes espoirs de succession... Voilà pourquoi je t’ai choisie. dès que je t’ai vue chez ce marchand d’esclaves, j’ai su que toi, tu m’offrirais une fille. Une petite drow, plus belle que la nuit, qui viendrait réparer l’offense faite

à lloth, intégrerait son clergé et assurerait ainsi la survie de la maison And’thriel. Grâce

à cette enfant offerte, Matrone Zesstra ne touchera plus à mes fils. Ceux que tu me donneras bientôt.

Ambrethil avait blêmi.

— et que se passera-t-il si... si malgré tout, je donne naissance à un garçon?

le ton d’elkantar s’était durci.

— Si par malheur cet enfant est un garçon, c’est que je suis maudit et que tous mes espoirs d’engendrer une fille sont définitivement perdus. Mais cette fois, je ne compte pas le remettre 17 aux prêtresses de lloth. J’ai trop souffert de voir ma descendance sacrifiée. J’organiserai votre fuite vers la surface. tu retourneras chez les tiens et élèveras mon fils parmi les elfes de lune. la maison And’thriel disparaîtra de rhasgarrok mais ne mourra pas complètement. J’en fais le serment!

Contre toute attente, elkantar avait alors saisi la fragile main d’Ambrethil pour la presser avec ardeur contre ses lèvres noires. Puis il s’était brusquement levé pour quitter la chambre sans se retourner.

Ambrethil, bouleversée, avait contenu sa joie.

Mais depuis, pas un jour ne s’était écoulé sans qu’elle priât eilistraée de lui donner un fils.

les contractions, de plus en plus rapprochées, annoncèrent l’arrivée imminente du bébé. dans moins d’une heure, Ambrethil serait fixée. ou bien elle donnerait naissance

à un petit garçon et regagnerait sa liberté, ou bien il s’agirait d’une petite fille et dans ce cas, il faudrait qu’Ambrethil prenne une décision avant qu’elkantar ne la livre aux prêtresses...

car abandonner son nouveau-né aux adeptes de la déesse maudite était impossible à

imaginer. Savoir sa fille sous la coupe de ces redoutables prêtresses assoiffées de sang et de vengeance, forcée à commettre les pires atrocités pour assouvir les instincts cruels d’une 18 divinité avide de souffrance, de torture et de mort... Jamais!

Assez!

il ne fallait plus qu’elle y pense. eilistraée lui accorderait un garçon. Cela ne pouvait en être autrement. elle avait trop prié pour ne pas

être exaucée.

— Maintenant, pousse, ma chérie! lui intima Viurna avec conviction. Pousse plus fort! Je sens sa tête… Allez! Un dernier effort!

Ambrethil prit une grande inspiration et parvint à réunir suffisamment de forces pour aider son enfant à se frayer un chemin dans l’intimité de son corps. elle poussa trois fois.

Au moment où le petit être jaillit dans la lumière bienveillante des bougies, Ambrethil faillit perdre connaissance tellement la douleur était grande. Mais elle ne devait pas sombrer dans l’inconscience… Pas maintenant!

elle devait savoir.

insensible aux vagissements du nouveau-né,

Viurna, méthodique et consciencieuse, coupa le cordon qui reliait encore l’enfant à sa mère.

Ambrethil remarqua alors les sillons humides qui couraient entre les rides de la vénérable aïeule.

— Viurna, murmura-t-elle en étouffant un sanglot. Je te connais assez pour savoir que ce ne sont pas des larmes de joie... dis-moi la vérité!19 la vieille nourrice se contenta de lui tourner le dos pour renifler bruyamment. elle plongea l’enfant dans la bassine d’eau chaude pour le nettoyer. le bébé cessa aussitôt de pleurer.

— dis-moi, Viurna! hurla alors la jeune maman désespérée. C’est... c’est une fille, n’estce pas? J’ai accouché d’une petite... drow?

toujours de dos, la domestique préféra ne pas répondre, se concentrant sur les soins du nourrisson. Puis, en entendant Ambrethil sangloter, elle se racla la gorge, nouée par l’émotion, avant de lui confier:

— oui, Ambrethil, tu as eu une fille. Mais elle... Ce n’est pas une drow!

— Montre-la moi! ordonna la jeune femme, le cœur battant à tout rompre.

Viurna sortit le bébé de son bain, l’enveloppa dans un linge clair, puis elle se retourna et déposa l’enfant sur sa mère.

Ambrethil suffoqua de stupeur.

Sa fille était blanche! Blanche comme l’albâtre. Blanche comme la lune.

elle avait les yeux encore plus clairs que ceux d’Ambrethil, aussi limpides qu’un ciel d’été.

d’elkantar, son père, elle n’avait rien. entre ses mèches d’argent pointaient deux minuscules oreilles pointues délicatement ourlées.

l’enfant était magnifique : une adorable elfe argentée!20 instinctivement, le nourrisson, guidé par l’odeur, enfouit son petit nez dans le giron maternel à la recherche d’un sein nourricier.

il attrapa goulûment le téton bleuté de sa mère et, pendant qu’il aspirait avec avidité, ses minuscules doigts s’agrippèrent à l’amulette de nacre blanche.

déjà pleine d’amour pour sa petite merveille, Ambrethil oublia la douleur, ses peurs, et succomba immédiatement au charme de cette enfant. la fusion si parfaite de leur corps, son parfum si chaud, sa peau si veloutée…

Ambrethil se serait volontiers abandonnée à

l’extase de ce moment magique si un flot de pensées morbides ne l’avait assaillie.

Une elfe de lune!

Comment réagirait elkantar? Croirait-il qu’elle l’avait trompé? dans ce cas, quel sort leur réserverait-il à toutes les deux? il ne lui avait jamais fait aucun mal, mais se croyant trahi, serait-il capable de les tuer? et dans le cas contraire, confierait-il la petite aux prêtresses drows? les redoutables elfes noirs accepteraient-elles de compter une elfe de lune parmi les adoratrices de lloth?

la réponse était évidente. Jamais la petite fille ne deviendrait clerc ni prêtresse de lloth. Si elkantar décidait de la leur livrer malgré tout, il

était certain que la terrible Matrone Zesstra se 21 réjouirait de pouvoir faire don d’une offrande aussi précieuse à leur sanglante déesse.

Ambrethil comprit immédiatement ce qui lui restait à faire.

et il n’y avait pas une minute à perdre.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Or

Un livre sympa à lire avec une écriture simple mais efficace. J'ai adoré =)

Afficher en entier
Diamant

Un livre sympa à lire, une lecture très fluide et des personnages auxquels on s'accroche rapidement et auxquels on peut s'accrocher.

Afficher en entier

Commentaire video

Vidéo ajoutée par margo4 2020-05-20T19:26:51+02:00

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

Premier tome d'une longue série, j'ai adoré partager les aventures de l'elfe de lune. Pour tous les passionnés de lectures fantastiques, je recommande cette histoire magique, aux différentes intrigues, et au suspens haletant !

Afficher en entier
Diamant

Luna est une jeune elfe argentée qui a grandi au sein d'une meute de loups. Lorsque des guerrières drows déciment sa famille adoptive, elle se réfugie chez son mentor, le Marécageux, qui lui révèle les circonstances de sa naissance. Dans le but de retrouver sa mère, Luna entame un long périple qui la mènera à Rhasgarrok, la cité souterraine des elfes noirs.

Afficher en entier
Argent

Contrairement à beaucoup de grands lecteurs, je ne suis pas une grande adepte des emprunts en bibliothèque. Cela peut sembler atrocement matérialiste, j’en ai bien conscience, mais j’aime posséder les livres que je lis, pour avoir l’assurance de pouvoir les relire quand j’en ai envie, sans craindre qu’ils soient déjà empruntés. Cela ne m’empêche pas d’emprunter quelques livres de temps en temps, mais en général, il s’agit uniquement de « tester » le premier tome pour savoir si, oui ou non, j’achète l’intégralité de la saga. Quand j’étais plus jeune, toutefois, la donne était différente : je passais mes récréations et intercours entiers au CDI du collège, et lisais tous les livres qui me tombais sous la main, parfois même en sautant des tomes d’une saga si ceux-ci étaient empruntés. C’est ainsi que je me suis tombée sous le charme des aventures de la jeune Luna … Et puisque j’ai adoré cette saga, vous vous doutez bien que je me suis empressée de me la procurer, pour pouvoir la relire à l’envie !

Du haut de ses douze ans, Luna est une jeune elfe de lune joyeuse et intrépide, qui passe le plus clair de son temps à vagabonder avec son frère de lait, Elbion le beau loup blanc, et à rendre visite au Marécageux, le vieil elfe sylvestre qui lui a tout appris. Tout son univers bascule le jour où de cruelles elfes noires déciment la meute, sa famille adoptive. Bien décidée à retrouver sa mère biologique, Luna se met en route pour Rhasgarrok, la sombre cité des elfes noirs … Elle y rencontrera Darkhan, un elfe noir pas comme les autres, en mission pour sauver le peuple des elfes argentés qui l’ont recueillis. Attendri par l’adolescente qui vient de lui sauver la vie, le guerrier accepte de l’aider dans sa propre quête … Ils sont loin de se douter que leurs pas se dirigent finalement dans la même direction, et qu’ils ont bien plus en commun que ce qu’ils pouvaient penser au premier abord !

Ce qui m’avait beaucoup marquée lorsque j’étais jeune, et ce qui m’a encore frappée aujourd’hui, c’est la noirceur de l’univers dans lequel nous plonge ce roman « jeunesse ». Esclavagisme, sacrifice humain, combats dans les arènes ... on est loin du cliché qui veut que tous les livres destinés aux pré-ados soient remplis de guimauve ! Il est quand même question d’une Déesse Araignée assoiffée de sang de bébés, nom d’un petit bonhomme en mousse ! Elodie Tirel a cependant réussi le pari de rendre tout cela « supportable » pour l’esprit et le cœur des petits lecteurs : c’est sombre, c’est violent, mais ça n’est jamais choquant ou traumatisant. Ainsi, certaines réalités sont plus suggérées qu’autre chose, et pour tout avouer, j’ai été effarée de me rendre compte que du haut de mes onze ans, j’avais lu un livre qui évoque un viol sans même m’en être rendue compte : l’adulte que je suis a su lire entre les lignes, alors que l’enfant que j’étais n’avais même pas soupçonnée qu’une telle chose se cachait dans le prologue. L’autrice n’épargne rien à ses personnages, mais elle protège ses petits lecteurs, sans pour autant mentir : c’est un équilibre très difficile à trouver, mais qu’elle a su maintenir du début à la fin.

Heureusement, tout n’est pas noir et sanguinolent dans cette histoire : la jeune Luna, avec sa candeur et sa joie de vivre, qui résiste à toutes les épreuves, est un véritable rayon de soleil (ou plutôt de lune) ! Difficile de ne pas se laisser attendrir par cette courageuse petite elfe au grand cœur. On a envie de la serrer dans nos bras quand elle perd sa famille adoptive, quand elle découvre les horreurs de la cité souterraine … Heureusement qu’elle fait la connaissance de Darkhan ! C’est un personnage qui ne m’avait laissé aucun souvenir, mais pourtant, je le trouve désormais bien plus « intéressant » que Luna. Sang-mêlé, il a l’apparence des sanguinaires elfes noirs, mais le cœur brave et généreux des elfes argentés. Il a cependant cette peur constante de devenir aussi cruel que les autres drows, peur que sa nature reprenne le dessus sur son éducation. Pour ma part, je ne m’inquiète pas : il n’y a qu’à voir la façon dont il prend soin de cette petite elfe de lune pour se rendre compte qu’il n’a rien d’un méchant ! J’aime beaucoup ce duo, ils sont si différents mais si semblables en même temps, et on sent qu’un lien très fort les unit déjà … Oui, c’est un peu guimauve sur le coup, mais ça fait du bien !

Si l’histoire peut sembler simpliste au premier abord, je pense qu’il ne faut en aucun cas perdre de vue qu’il ne s’agit que le premier tome d’une saga de douze ! L’intrigue a encore le temps de se complexifier : il faut bien, en premier lieu, présenter l’univers et les personnages, semer les prémices des aventures à venir … Bien sûr, je ne peux pas nier que certaines « coïncidences » sont trop belles pour être vraies, que certains « rebondissements » sont prévisibles, mais cela ne m’a nullement choquée. Car malgré tout, on reste dans un récit destiné au jeune lectorat, théoriquement peu habitué aux codes du genre, qui ne verra donc pas les « clichés » et autres « facilités scénaristiques ». Contrairement à certains blogueurs qui affirment haut et fort que ce livre « ne peut pas toucher un public plus adulte », je reste personnellement convaincue que même les adultes peuvent apprécier ce récit, à condition cependant de retrouver l’espace de deux-cent pages leur âme d’enfant, cette capacité de s’émerveiller de la moindre coïncidence heureuse, du moindre retournement de situation … La fantasy fait rêver, encore faut-il lui laisser la possibilité de le faire, en cessant de tout analyser sous le prisme du réalisme et de la rationalité !

En bref, vous l’aurez bien compris, j’ai été très heureuse de me replonger dans le premier tome de cette saga ! C’est un récit qui se lit très vite – peut-être même un peu trop – et qui promet de très belle chose pour la suite ! On le sent, l’autrice a mis en place un univers d’une grande richesse, et l’histoire qu’elle amorce ici promet d’être palpitante et surprenante ! Les aventures de la jeune Luna ne font que commencer, et mon cœur bondit déjà de joie à l’idée de la retrouver dans les tomes suivants : elle est tellement drôle et attachante, déterminée et généreuse, c’est une jeune héroïne comme on en trouve que peu, et on sent qu’elle va accomplir de grandes choses ! Pour ne rien gâcher, la plume d’Elodie Tirel est vraiment superbe, délicat mélange entre simplicité et élégance. Les descriptions et explications s’intègrent merveilleusement bien dans la narration, les dialogues sont vivants et fluides … Vraiment, je n’ai rien à reprocher à cette histoire, qui fera assurément le régal des jeunes lecteurs et lectrices découvrant la fantasy, ainsi que le plaisir des plus grands qui veulent retrouver cette fraicheur mêlée d’émerveillement que l’on ne trouve que dans les romans de fantasy jeunesse !

https://lesmotsetaientlivres.blogspot.com/2020/04/lelfe-de-lune-tome-1-la-cite-maudite.html

Afficher en entier
Pas apprécié

J'ai lu ce livre en me demandant quand ça se terminerait. L'écriture est lourde e l'histoire n'a pas grand intégré.

Afficher en entier
Lu aussi

J’ai aimer ce livre mais il manque un petit quelque chose

Afficher en entier
Diamant

Kitiara, 12 ans,

Très belle histoire, ou une jeune elfe argentée Luna et son frère de lait un loup blanc se lance dans une aventure pour retrouver la mère de Luna cette quête les mènera à Rhasgarrok la ville des elfes noirs.....

Super histoire que je conseille vivement

Afficher en entier
Bronze

L’elfe de lune

J’ai beaucoup aimé ce roman ;il es destiné à la jeunesse ça se sent un peu avec son scénario vu et revu mais cela n’empêche pas du tout de s’attacher aux personnages !

Je l’ai lu vraiment très vite j’espère néanmoins que l’univers s’enrichira au fur et à mesure

Afficher en entier
Argent

Je ne l'ai pas encore terminé mais c'est un excellent roman que je vous conseille vivement de lire

Afficher en entier
Argent

Un très bon premier tome, dont les personnages m'ont beaucoup touché. Un roman adolescents très agréable à lire, très fluide et dont l'histoire est bien rythmée.

Afficher en entier
Or

J'ai lu cette série il y a longtemps et j'ai été surpris en la redécouvrant. J'avais oublié à quel point l'écriture de l'auteur était fluide et agréable.

Le scénario est simple, efficace, il garde l'attention du lecteur en distillant les informations petit à petit tout en évitant les lourdeurs.

La question du public visé se pose néanmoins. Traditionnellement, on cible des lecteurs de l'âge du personnage (ici : douze ans) mais la violence crue de certaines scènes et quelques sous-entendus à la sexualité interrogent.

Cela reste un excellent premier tome, qui pourrait se suffire à lui-même si la fin ne faisait pas une ouverture.

Afficher en entier

Date de sortie

L'Elfe de lune, Tome 1 : La Cité maudite

  • France : 2009-11-13 - Poche (Français)

Activité récente

Clairou l'ajoute dans sa biblio or
2021-04-08T15:57:54+02:00
roxxy04 l'ajoute dans sa biblio or
2021-01-16T04:38:03+01:00

Titres alternatifs

  • Luna: la cité maudite - Français
  • Luna, tome 1 : La cité maudite - Français

Distinctions de ce livre

Évaluations

On en parle ici

Quizz terminés récemment

Les chiffres

lecteurs 1121
Commentaires 166
extraits 12
Evaluations 222
Note globale 8.21 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode