Livres
478 028
Membres
459 294

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

L'Empire du Dragon, Tome 1 : Les héritiers



Description ajoutée par cocomilady 2016-08-09T00:30:21+02:00

Résumé

Description des éditions Humanis :

Après 500 ans de paix qui ont vu prospérer les hommes, la reine Alvira a rompu le Pacte Sacré, et l’armée du Drackenmaar chevauche à présent vers Velcania.

Meghan, princesse du Drackenmaar, se retrouve bientôt prisonnière de Keldric, prince de Velcania. Deux héritiers que tout sépare et que la destinée condamne à s’opposer l’un à l’autre.

Mais les dieux n’ont pas dit leur dernier mot…

Romance, action et aventure sont au rendez-vous de ce petit chef-d’œuvre d’Heroic Fantasy. Plongez-vous dans cette épopée à l’écriture irréprochable, et découvrez la farouche princesse Meghan dont la force de caractère pourrait bien faire basculer le destin de l’Empire du Dragon.

Afficher en entier

Classement en biblio - 26 lecteurs

Extrait

Prologue

Mémoires de Velcan, livre II « Les jours sombres – CLXVII » (extraits).

(… ) Je suis infiniment coupable. J’aurais dû comprendre plus tôt que le roi Belonis sombrait dans la démence. Aurais-je pu éviter les massacres auxquels il se livra ? Aurais-je pu empêcher la scission du peuple des Hommes ? Ces questions m’obsèdent en vain. Le mal est fait et mes regrets consument ce qu’il me reste de vie.

À quel moment ce roi, dont j’admirais jadis la noblesse, est-il devenu le monstre assoiffé de conquêtes et de sang dont l’histoire maudit le nom ? Quel fut le germe de cette sinistre déchéance ? Je l’ignore. Mon esprit s’est trop longtemps laissé aveugler.

Alors qu’il avançait en âge, Belonis devint obsédé par la prétendue supériorité des humains. Dix ans après le début de son règne, il décida d’imposer sa domination aux autres races, et envoya nos armées vers l’Est. Cette conquête se transforma peu à peu en carnage.

Les Mavelliens – les demi-loups, comme nous les appelions – en furent les premières victimes. De ce peuple de chasseurs pacifiques, il ne resta bientôt plus un membre. Le roi ne voyait en eux qu’une sous-espèce qu’il fallait anéantir, ou réduire en esclavage.

Le Peuple des Lacs connut ensuite le même sort, suivi de bien d’autres. Un demi-siècle nous sépare de ces horreurs, mais je frissonne encore au souvenir du sourire que chaque compte rendu de massacre faisait naître sur le visage de notre souverain. On l’appelait désormais « le Dragon » , et l’impitoyable cruauté que ce nom évoque suffit à faire comprendre pourquoi on ne le prononçait qu’à voix basse et le cœur empli de crainte.

J’étais son premier conseiller. Le sang qu’il fit couler n’entache-t-il pas mes mains ? Lorsque je me secouai de ma trop longue léthargie et trouvai enfin le courage de m’élever contre sa politique expansionniste, je sus que rien n’effacerait les conséquences de ma négligence passée et que les peuples exterminés par notre armée ne se relèveraient pas de leurs cendres. Mais je pensai à ceux qui survivaient et que je pouvais peut-être sauver.

Ce jour-là, face à Belonis, dans cette salle du trône aussi froide et sinistre que l’était son ambition, j’osai dénoncer ouvertement sa folie. Je vois encore les visages apeurés des membres de la cour, leurs mains qui tremblaient, et les yeux flambants de colère du roi, alors que j’exprimais à haute voix ce que mon cœur hurlait en silence depuis trop longtemps…

Je me crus irrémédiablement condamné par mon audace. Je ne pensais pas que nous étions si nombreux à partager les mêmes idéaux. La garde hésita pourtant à se saisir de moi lorsque le roi en donna l’ordre et je fus surpris des aides qui me furent prodiguées pour faciliter mon évasion du château. La résistance venait de naître. Des soldats aux prêtres, des nobles aux paysans, il y eut, dans chaque classe, des personnes qui se rallièrent à nous. Bien peu, sans doute, mais suffisamment pour menacer le pouvoir du roi et creuser une dissension au sein de notre peuple. La guerre civile s’instaura. Les hommes de Belonis, l’élite de son armée qu’il avait lui-même baptisée « les Dragons Noirs » , étaient partout. Ils nous traquèrent sans relâche, et nombre de mes partisans tombèrent sous leurs coups. Mais nous étions aussi déterminés que désespérés et nous le leur rendîmes au centuple.

Le souvenir de cette lutte fratricide me serre le cœur et pèse sur mes regrets, mais il était écrit que le royaume de Belonis devait connaître des heures plus sombres encore.

Il y avait déjà eu bien trop de morts des deux côtés lorsque les éléments se déchaînèrent. Pendant quatre jours et quatre nuits, le ciel devint obscur comme de la suie. Le soleil, les étoiles et la lune semblaient s’être dissous dans ces ténèbres. La terre trembla si fort que les Montagnes Glacées se fendirent en deux. Certains racontent que des flots de lave incandescente se déversèrent de leurs sommets telles des larmes divines.

Beaucoup crurent que la fin des temps était venue. Les mages du roi virent dans ces signes la manifestation de la colère des dieux. S’ils ont raison, il me faut croire que les dieux ont choisi leur camp, car je fus épargné par leur courroux tandis que le cruel roi-Dragon succomba aux premières heures du Grand Cataclysme, rongé par un mal foudroyant dont nul n’identifia la cause.

Son premier fils, Aarnum, était un jeune homme ambitieux qui partageait l’idéologie de son père. Mais sa raison était plus solide et, aussitôt installé sur le trône, il accepta mes appels aux pourparlers. Nous savions l’un comme l’autre que seule une trêve mettrait un terme à la colère divine dont nos querelles semblaient être la cause. C’est dans la plus haute tour de la forteresse de Shakan-Karak, capitale du royaume, que nous conclûmes le Pacte sacré qui devait lier nos camps à tout jamais. Par nos deux sangs mêlés, nous jurâmes à la face des dieux que jamais plus les Hommes ne se feraient la guerre.

Coïncidence ou miracle, la fureur des éléments cessa dès le lendemain.

Et notre exode commença.

Aarnum autorisa tous les opposants au régime à quitter le royaume en paix, à condition de ne jamais y revenir. Nous étions bannis des terres où nous étions nés, mais nous étions libres et en vie. Nos pas nous conduisirent par-delà les Montagnes Glacées, à travers le défilé que le Grand Cataclysme avait créé. Nous découvrîmes ces terres inconnues, et nous les fîmes nôtres.

J’étais le guide de ce nouveau peuple et l’émotion me gagne à chaque fois que je me remémore les visages pleins de confiance et d’espoir de ces hommes qui me choisirent pour souverain. C’est ainsi que naquit le royaume de Velcania, ainsi nommé en mon honneur.

Dans la contrée qui fut autrefois celle de tous les Hommes, Aarnum fonda le Drackenmaar, le royaume du Dragon, ainsi nommé en mémoire de son père dont il suivit les traces, faisant avancer ses troupes toujours plus à l’est.

Suis-je un lâche ? L’Histoire me jugera. J’ai été impuissant à arrêter Belonis, je le suis encore plus face à Aarnum. J’ai choisi de ne plus penser au sort des peuples que des Hommes continuent de massacrer de l’autre côté de la frontière. J’ai sauvé une partie de mon propre peuple. Qu'en sera-t-il de nos âmes ? (… )

L’âge fait désormais trembler ma main et j’ai bien du mal à tenir la plume. Bientôt, les feux annonçant ma mort seront allumés à travers tout le royaume, comme au sommet des Montagnes Glacées pour en informer le Drackenmaar.

Je suis fier de ce que nous avons bâti. Velcania est un royaume prospère, et le Consortium qu’il a contribué à former est un agglomérat de peuples désireux de vivre en paix. En agissant ainsi, nous avons encore creusé l’écart avec le Drackenmaar et ses idéaux guerriers.

La paix régnera pour toujours entre nos deux royaumes : même les rois s’inclinent devant la volonté des dieux. Mais ma gorge se noue à l’idée que rien ne les réunira jamais. Le schisme des Hommes est une tragédie dont je porte la terrible responsabilité et j’attends ma fin comme une délivrance.

Mon nom est Velcan, et je suis le premier roi de Velcania. Puissent mes descendants poursuivre mon œuvre, et les morts me pardonner…

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

Véritable coup de coeur pour ce tome 1 méconnu ainsi que pour la saga toute entière. Je suis tombé dessus par hasard, et je remercie le hasard pour cette pépite. Entre l'histoire, les personnages (principaux et secondaire), la plume de l'auteur. Tout t'y ait pour passer un super moment. Je recommande vivement cette saga

Afficher en entier
Or

Avant même de songer à lire ce livre, la couverture le laissait perplexe. Oui bon c'est superficiel mais c'est comme ça ! Puis je me suis laissée séduire par la 4ème de couverture et je ne regrette absolument pas !!

J'aime bien les héroïnes forte et pas très gentilles, je suis serivie. Même si Meghan a ses faiblesses, ça la rend plus réaliste qu'une femme humaine toute puissante et invincible.

Aussi j'ai beaucoup apprécié le fait que l'auteur a prit le temps de nous raconter "l'après". Spoiler(cliquez pour révéler)après que Meghan ait tué Wor et Alvira, montée sur le trône et sauvé son compagnon, d'autres aurait prit la décision de s'arrêter là et ajouter un ptit épilogue qui résume le fait que les dracks se sont retiré de Velcania et la guerre finie. Que Meghan a rencontre le roi Velcanien et voilà. mais ici tout est raconté par détails et c'est hautement satisfaisant ! Vous voyez les questions qu'on se pose après les dénouement des histoires, eh bien là l'auteur y a pensé et y a répondu en forme de chapitres normaux, ni petit epilogue ni résumé écrit vite fait. Bien sûr il y'a des choses qu'on lira par la suite dans d'autres tomes, et j'en suis très impatiente !

La seule chose qui m'a quelque peu dérangé c'est la romance qui tombe trop tôt à mon goût, je préfère quand ça prend du temps mais ça ne m'a pas gâché ma lecture pour autant.

J'ai adoré et je recommande !

Afficher en entier
Lu aussi

Ce livre est une agréable découverte avec une histoire, un univers et des personnages facilement accessibles facilité par une lecture fluide et bien menée.

Pour moi, les quelques changements de points de vue sont appréciables contrebalançant de petits défauts tels que les sentiments des deux personnages qui s'imposent assez rapidement alors qu'ils ont deux visions du monde bien différentes.

Ce livre reste une bonne lecture sans que les dialogues soient étouffés par les descriptions.

Afficher en entier
Or

Un magnifique roman d’Heroic Fantasy.

Contraints par les dieux, les royaumes du Drackenmaar et de Velcania vivent en paix bien que leurs valeurs soient aux antipodes. Forte d’une prophétie délivrée par l’oracle, la reine Alvira dévorée d’ambition décide de rompre le Pacte Sacré voulu par les dieux. Le roi Wor, son détestable second époux et la princesse Meghan sa fille, à la tête des armées du Drackenmaar envahissent Velcania.

Mais rien ne va se passer comme prévu. La princesse Meghan va être faite prisonnière par le prince de Velcania, Keldric. De plus, les dieux peuvent se montrer particulièrement retors lors des prophéties…

J’ai dévoré ce premier tome. Alix Geoffroy a une écriture très agréable et le roman est fertile en rebondissements. Il y a beaucoup de personnages et en dehors d’Alvira et Wor, la plupart sont attachants. Le prince Keldric est le modèle des princes éclairés : homme d’honneur et de devoir, fidèle à l’amitié, il a l’art de désamorcer les situations conflictuelles par une boutade ou un éclat de rire. À l’inverse, Meghan qui est « belle à en mourir » et qu’il compare à un chat sauvage se montre glaciale, arrogante et d’une dureté sans faille. Heureusement que Keldric a le don de voir derrière les apparences ! Ses compagnons sont des plus sympathiques : le sage conseiller Thorwald, son ami Erwan habité par la haine et la soif de vengeance mais qui parvient plus ou moins bien à se dominer par amitié pour son prince et Lya, une jeune femme officier, qui brille par son intelligence et son sens de l’honneur. Du côté de Meghan, nous avons les officiers Lorsh et Kael qui sont tout sauf des enfants de chœur. Totalement dévoués à leur princesse, ils sont constamment en porte-à-faux, pris entre leur sens du devoir et les sentiments qu’ils éprouvent pour elle, ce qui donne lieu à des scènes savoureuses.

Il y aurait encore beaucoup à dire, en particulier sur les autres peuples alliés des Velcaniens et méprisés par le Drackenmaar mais ce serait trop long. Alors un conseil, lisez ce livre pour le découvrir. Je me régale déjà à l’idée de ce qui nous attend dans le second tome.

Afficher en entier
Diamant

J'ai adoré ce premier tome d'Heroic Fantasy où romance et guerres pour le pouvoir se mêlent.

http://cocomilady2.revolublog.com/l-empire-du-dragon-t1-p1197684

Décidément, les éditions Humanis font fort avec cette nouvelle série. Il s'agit d'Heroic Fantasy cette fois, genre que j'adore quand l'histoire et l'écriture sont au rendez-vous. Or là, rien à redire !

Dans cette histoire, on suit deux clans d'Hommes qui se sont séparés il y a 500 ans pour calmer la colère des Dieux et ramener la paix dans leur royaume : le Drakenmaar et Vulcania. Mais la Reine du Drackenmaar, suite à une prophétie, rompt le pacte et envoie sa fille Meghan mener la guerre avec son beau-père, Wor, une brute qu'elle ne supporte pas. Leur but est d'asservir Vulcania par la force, la pitié et les sentiments n'existant pas chez eux. Mais lors de la bataille, l'armée du Drakenmaar se retrouve éparpillée et Morghan est faite prisonnière par ses ennnemis jurés dirigés par le prince Keldric...

Ce récit est aussi bien écrit qu'il est addictif. La preuve, j'ai quasiment terminé le tome 2 que j'ai commencé dans la foulée !

Les personnages sont nombreux, ce qui m'a fait un peu peur au début, mais une fois les présentations faites, on s'y retrouve très facilement.

Leurs personnalités sont aussi distinctes que leurs physiques, et j'avoue que j'ai été bluffée par la facilité de l'auteure à jongler avec autant de personnages en leur donnant à tous une importance primordiale dans l'histoire.

Les deux héros principaux, Morghan et Keldric, sont passionnants à décoder. Même si la jeune guerrière est exaspérante avec ses réactions extrêmes et sa carapace inutile parfois, sa personnalité est complémentaire avec celle de Keldric, totalement à l'opposé. Cette dualité qui va malgré tout les rapprocher est belle à voir, tout comme l'humanité et le sens du devoir du prince. Tout dans l'histoire est basé sur le yin et le yang, le bien et le mal, représentés par Vulcania contre Drakenmaar, Meghan contre Keldric, l'ombre contre la lumière, l'égalité contre l'esclavage, la haine contre l'amour... Le groupe d'amis qui gravite autour de Keldric est très attachant, et j'avoue que ma préférence va bien sûr à Vulcania et son prince, même si j'ai senti que Meghan allait se dévoiler par la suite. Le rapprochement entre les deux protagonistes, contre toute attente, se fait petit à petit. J'admire la patience du jeune prince guerrier qui a su voir au-delà des apparences, et ce malgré l'avis de tous.

Les complots, les combats, les stratégies guerrières, les diverses races non-humaines, tout cela tisse une magnifique toile que j'ai adoré observer. Et pour tout vous dire, la suite est encore meilleure ! Alors n'hésitez pas et allez vite découvrir cette histoire !

Afficher en entier
Bronze

Dans l'ensemble, c'est plutôt une bonne découverte : le monde créé est bien mis en place, les personnages sont relativement bien dépeints aussi, l'écriture est agréable. Mon seul hic, c'est vraiment l'histoire en général : pour ma part, il n'y a eu aucune surprise, tout se déroule très vite et je n'ai pas trop aimé comment se déroule la relation entre les deux protagonistes.

Afficher en entier
Or

L’Empire du Dragon est le premier livre que je lis grâce à l’application Youboox. Cette application permet la lecture de livres sur Smartphone et tablette. (Vous aurez un article très prochainement sur le blog).

L’histoire dans laquelle évolue nos personnages se passent 500 ans après la division du Drackenmaare et l’établissement du royaume de Velcania. Dans cet univers, l’auteure développe un monde aux royaumes bien distincts. D’un coté nous avons le Drackenmaare, royaume dirigé par la Reine Alvira, où tout est sombre, l’esclavage est présent partout et la dictature mise en place il y a plusieurs siècles continue de faire des victimes. Et de l’autre côté, nous avons Velcania, dirigé par le Roi Leoric, qui est un endroit paisible et prospère où règnent la paix et l’égalité. L’auteure met en place un contexte socio-politique particulier mais simple et très bien décrit. C’est dans le prologue que l’on apprend comment est né Velcania. En effet, dans ce dernier, l’auteur nous dévoile la division du Drackenmaare dont le roi de l’époque est assoiffé de pouvoir et de conquête. Velcania est donc née de cette division, après l’intervention des dieux par des tremblements de terres, des ouragans, des tempêtes et autres catastrophes naturelles.

500 ans plus tard, la reine du Drackenmaare apprend une prophétie dans laquelle les dieux lui confient que Velcania et le Drackenmaare seront de nouveau réunis. À partir de ce moment, la reine décide de lancer son armée sur le royaume de Velcania et d’exterminer ce peuple qu’elle qualifie de « lâche ».

C’est là que nous rencontrons Meghan, 20 ans, princesse du Drackenmaare, fille d’Alvira.

La jeune femme doit prendre par à la guerre que sa mère a décidé de lancer. Partageant les idéologies de son peuple, Meghan est un personnage arrogant et têtu. Cette fille pourrait être la pire peste du monde, elle resterait sans aucun doute attachante et touchante. Meghan n’a peur de rien, cette une femme forte qui sait ce qu’elle veut et ce qu’elle ne veut pas. J’ai beaucoup apprécié ce personnage, qui, malgré son caractère de princesse capricieuse parfois, reste captivant et fascinant. À mon plus grand étonnement, je l’ai énormément apprécié. L’auteure la décrit comme ayant une beauté surnaturelle, têtue, arrogante, ayant de la répartie (beaucoup de répartie, ce qui en devient drôle surtout face aux disputes avec son beau-père), bref une belle petite peste, mais je pense que Meghan est bien plus que ça. En effet, même malgré tous ses défauts, elle n’en reste pas moins forte, respectable, honorable, intelligente, rusée et par moment, cette princesse éprouve même de la compassion ! J’ai adoré la voir évolué, même si Meghan restera toujours Meghan et qu’elle aura toujours ce fichu caractère, elle reste néanmoins captivante et touchante. Pourquoi ? Je vais vous le dire en deux mots (ok quatre) : c’est une brillante comédienne !

Je ne vous en dis pas plus sur Meghan, je vais maintenant vous parler du prince de Velcania, le beau, le puissant, le valeureux Prince Keldric ! Oui je suis amoureuse de ce prince ! Pourquoi ? Certes, il est presque le parfait opposé de Meghan, mais son humour et sa répartie m’ont tellement fait rire que j’ai tout de suite accroché avec ce second personnage principal. Il est simple, attachant, intelligent, beau garçon mais surtout dévoué. Keldric est un jeune homme ambitieux et protecteur, sa culture velcanienne le rend encore plus séduisant et attrayant. Il m’a fait pensé à Leith du livre Les Etoiles de Noss Head de Sophie Jomain. Ayant adoré Leith, je ne pouvais qu’aimer Keldric.

Les autres personnages secondaires sont aussi très captivant et intéressant, surtout Alvira et Thorwald.

Thorwald n’est autre que le guérisseur des velcaniens. Il m’a fait pensé à Gandalf, Dumbeldore ou encore à l’un de ces grands sages guérisseurs à la longue barbe blanche qui arrive au milieu du ventre. Oui très cliché je sais, mais je ne sais pas, Thorwald apporte une certaine confiance, il met facilement à l’aise, on aimerait avoir quelqu’un d’aussi dévoué que lui dans son camp. Il est intelligent, il connaît beaucoup de chose, mais surtout, il devine rapidement et, à la manière de Gandalf, pose quelques énigmes.

Toujours dans les personnages principaux, j’ai trouvé que le roi de Velcania, Leoric, n’avait pas assez été mis en avant alors qu’Alvira l’avait été. Enfin, je pense qu’il le sera dans le prochain tome.

L’auteure a une plume très fluide, on devient vite accro à l’écriture de l’auteure mais surtout addict à ce premier opus ! Je voulais constamment savoir ce qui allait se passer pour Meghan et Keldric (j’avouerais même avoir sauté quelques lignes, avant d’y revenir bien évidement, pour savoir ce qui allait se passer).

J’ai hâte de lire la suite, même si je me demande de quoi va parler l’auteure en sachant la situation dans laquelle on a laissé nos personnages !

Pour résumé, l’auteure met en place un univers riche et captivant où évolue des personnages bien différents mais dont les répliques et les descriptions deviennent addictives.

Je vous le recommande !

Afficher en entier
Argent

Une sympathique découverte avec cette auteur francophone ! Une histoire fantastique bien imaginée et bien menée dans le respect des codes du genre. L'écriture de l'auteur est très fluide et très agréable à lire. Cependant, j'ai trouvé que la psychologie des personnages aurait mérité d'être approfondie pour éviter cette caricature « d'un côté tout est blanc, de l'autre tout est noir ». Néanmoins, n'hésitez pas à lire ce roman qui mérite le détour !

Afficher en entier

Date de sortie

L'Empire du Dragon, Tome 1 : Les héritiers

  • France : 2014-10-25 (Français)

Activité récente

magsi l'ajoute dans sa biblio or
2018-07-01T18:08:26+02:00
Lea01 l'ajoute dans sa biblio or
2017-10-06T23:49:24+02:00

Évaluations

Editeurs

Les chiffres

Lecteurs 26
Commentaires 8
Extraits 1
Evaluations 13
Note globale 8.23 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode