Livres
455 039
Membres
404 186

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

L'Enfant des neiges, tome 4 : Les marionnettes du destin



Description ajoutée par feerie 2011-07-16T20:13:09+02:00

Résumé

Printemps 1942. Militaire toujours basé à la Citadelle de Québec, Toshan s'apprête à partir pour l'Europe, laissant Hermine à Québec, désespérée. Dès que le beau Métis quitte l'Amérique, la pauvre femme devra affronter la mort de plusieurs de ses proches, ainsi que la disparition inquiétante de Kiona, sa demi-soeur. Tentée de céder à l'amour d'Ovide Lafleur, qu'elle rencontre par hasard à Chicoutimi pendant ses recherches pour retrouver Kiona, Hermine se sent perdue. Peu à peu, elle éprouve du désir pour l'homme qui la fait rire et fait preuve d'une intelligence raffinée et d'une grande culture.

Mais le destin veille et grâce à son impresario, Octave Duplessis, Hermine s'embarque pour Paris. Alors que la Ville lumière est occupée par les Allemands, Hermine chante dans des cabarets, puis au célèbre Opéra Garnier. C'est dans l'ouest de la France qu'elle retrouvera enfin Toshan, grièvement blessé, alors qu'il essayait de sauver d'une mort certaine une jeune Juive et son fils. En état de choc, il refuse de parler, est froid et distant avec Hermine, qui ne comprend pas son attitude. Leur couple semble en réel danger, et malgré leur retour au Lac-Saint-Jean, rien n'y fait. Renfermé sur un immense sentiment de culpabilité, le Seigneur des forêts n'est plus que l'ombre de lui-même. Heureusement, Kiona, rétablie, saura leur redonner foi en ce grand amour qui les a toujours unis.

Quatrième tome de la série initiée avec L'Enfant des neiges, Les Marionnettes du destin nous transporte du Lac-Saint-Jean jusqu'en Europe, remuant en cours de route mille et une émotions.

Afficher en entier

Classement en biblio - 125 lecteurs

Extrait

Golfe du Saint-Laurent, nuit du 11 au 12 mai 1942

— Vous n'êtes pas trop ému de partir pour l'Europe ? demanda en français le capitaine, un rude gaillard dont la haute taille imposait le respect.

— Non, capitaine, j'attends ce moment depuis deux ans, répondit Armand Marois.

Il venait de rejoindre sur le pont le capitaine du cargo hollandais qui faisait route vers le Royaume-Uni. Natif du pays du Lac-Saint-Jean, le jeune homme était encore vêtu de sa tenue de cuisinier. Une main sur le bastingage, il observait d'un regard mélancolique les lumières d'une localité de la rive sud du Saint-Laurent qui s'éloignaient dans la nuit noire, à tribord. Il ne connaissait pas la Gaspésie, mais cette terre qui disparaissait petit à petit appartenait quand même à son pays natal.

— Mais en m'engageant dans la marine royale, continua Armand, je ne pensais pas finir aux fourneaux d'un bateau. Tout ça parce qu'à l'armée ils m'ont trouvé un problème d'audition ! Seulement, comme disaient mes parents, je suis débrouillard. La preuve ! Je suis quand même à bord. La mer, ça me plaît tellement ! J'ai envie de voyager et de me rendre utile. J'ai grandi dans un village ouvrier qui est maintenant à l'abandon, Val-Jalbert ! Il ne s'y passe plus rien.

Le capitaine approuva distraitement, un vague sourire de politesse sur les lèvres. Il se dirigea vers la passerelle du poste de commandement, d'où son second lui faisait signe.

— Je redescends, leur cria Armand. En bas, tout le monde est déjà couché.

Il serait volontiers resté au grand air. Le fils cadet de Joseph et d'Élisabeth Marois n'avait guère changé depuis qu'il avait quitté sa famille. Mince, le teint hâlé, les cheveux courts d'un blond doré, il se savait beau garçon et il attirait facilement la sympathie. De nature, il était assez content de lui. Et les circonstances présentes lui donnaient tout lieu de se féliciter, puisqu'il avait pu prendre place dans ce cargo grâce à un poste de commis de cuisine qui se libérait. Ce bâtiment faisait partie d'un groupe de six navires marchands. Il se tourna encore une fois vers la côte.

« Je laisse qui, derrière moi ? se demanda-t-il. Ma mère est morte sans que je l'aie revue, sans même que j'aie pu l'embrasser. Les filles ? Je les fréquente pour me distraire. La seule qui m'intéresse vraiment se moque bien de moi. »

Dans un accès de nostalgie, il revit le doux visage de Betty, sa mère, aux bouclettes couleur de miel, et il crut sentir le velouté de ses joues quand il y déposait un léger baiser. Il pensa à Charlotte et revit ses cheveux bruns soyeux, ses yeux sombres et sa bouche si rose. Elle n'était plus fiancée à Simon, son frère aîné, mais elle s'entêtait à demeurer célibataire.

« Elle n'a pas répondu à ma plus récente lettre, se dit encore Armand. Si elle avait accepté de me revoir à Québec, je ne me serais pas embarqué. J'aurais tenté ma chance. »

Il respira une dernière fois le vent frais. Soudain, une violente explosion retentit dans la nuit, un bruit épouvantable assorti d'une clarté fulgurante.

— Des torpilles ! hurla le capitaine. Le premier navire est touché !

La peur au ventre, Armand dévala l'escalier métallique et se rua sur l'entrepont. La terrible menace dont les Québécois parlaient depuis des mois prenait tout son sens. Les U-Boot allemands poursuivaient leur chasse diabolique, pareils à une meute de loups rôdant dans les profondeurs marines du Saint-Laurent. En embarquant, il savait très bien que ces bateaux-là ne seraient pas protégés par des corvettes.

« Qu'est-ce que ça changerait ? pensa Armand en courant vers les cabines des matelots. Tout va si vite ! »

L'écho de la déflagration le hantait. Naïvement, il espérait avoir le temps de mettre toutes ses affaires dans son sac, au cas où il faudrait embarquer dans les canots de sauvetage.

— Debout, les gars ! brailla-t-il, Wake up1 ! Wake up ! Les U-Boot attaquent !

Il fallait parler anglais à défaut du hollandais. Peter, un soldat, se dressa sur sa couchette, hébété. Au même instant, l'enfer se déchaîna. La masse entière du navire, touché à son tour en plein centre, fut ébranlée. Une torpille avait percé la coque et pénétré dans les bouilloires. Des clameurs horrifiées s'élevèrent, couvertes par des grondements effrayants et des sifflements de vapeur que l'on aurait dit poussés par un serpent monstrueux.

Armand fut d'abord projeté au sol. Son cœur battait à tout rompre.

« Mon Dieu, c'est la fin ! Maman ! Maman ! implora-t-il. Je ne veux pas mourir ! »

Des hurlements d'agonie lui glaçaient le sang. Il comprit que des hommes, non loin de là, étaient brûlés vifs. Ensuite, le chaos qui régna l'empêcha de réfléchir. Les matelots se ruèrent vers le pont. Armand suivit le mouvement. Le second du capitaine fit mettre une chaloupe à la mer, mais elle ne put contenir qu'une vingtaine de passagers.

— Le cargo va couler ! s'égosilla un matelot.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Bronze

Très beau roman, celui que je préfère à ce stade de lecture de la série. Je n'avais qu'une hâte : savoir ce qu'il allait passer. Je n'ai pas été déçue .

Afficher en entier
Or

Bonjour, J ai vraiment eu beaucoup de plaisir à lire cette suite, Ses descriptions de la vie Canadienne et de cette région autour de Val Jabbert est passionnante, Bonne lecture à tous

Afficher en entier
Or

Un livre formidable. Tous les personnages vive des aventure eprouvantes et captivante, on s ennuis pas une seule fois

Toujours aussi bien écrit, toute est logique est se suit les personnages reste eux même toute en évoluant. Se tome est totalement addictif .

Encore un ouvrage exceptionnel de Marie Bernadette Dupuy.

Afficher en entier
Or

Ce quatrième tome comporte des passages assez rudes à la lecture.

L'auteur décrit la seconde guerre mondiale de manière assez cru afin de bien décrire la réalité des combats et de la traque des juifs.

Cette saga reste toujours aussi prenante avec toujours beaucoup de suspens et d'émotion.

Afficher en entier
Diamant

J'ai beaucoup aimé ce livre , et cette série. Beaucoup d'épreuves pour Hermine, Kiona Charlotte Simon et les autres. Beaucoup d'émotions, de la joie et de la tristesse. La guerre n'épargne personne même dans ce petit village de Val Jabert .

Marie Bernadette Dupuy a fait une très belle histoire

Afficher en entier
Or

J'adore cette série ! Ce quatrième tome est mon préféré, il est plus poignant que les autres, Kiona, Hermine, Simon ! Tous traversent des épreuves et j'adore le travail de Marie Bernadette Dupuy

Afficher en entier
Diamant

J'ai adoré ce tome 4 même s'il y a des passages très douloureux concernant la deuxième guerre mondiale.

L'auteur nous raconte l' horreur avec des mots justes, plein d'émotion. Le racisme, la perversité des prêtres et des religieuses en ce temps là, la brutalité de la guerre... ! Quelle tristesse que des choses aussi horribles existent !!!! Cela m'a d'autant plus touchée que mon père a été prisonnier 5 ans en Allemagne, cela ravivait de tristes souvenirs. Des passages, heureusement, plein de tendresse et de vie, on chemine avec Hermine, et sa "jolie famille" une femme pleine de courage et de sensibilité. Vite le tome 5.

Afficher en entier
Diamant

J'ai adoré ce tome 4. Toujours aussi prenant. Il m'est arrivé d'avoir les larmes aux yeux, tant d'émotions partagés au fur et à mesure des lignes.

J'aime toujours autant cette série et j'ai hâte d'entamer le tome 5.

Afficher en entier
Or

J'ai trouvé ce livre vraiment poignant, surtout au début quand Kiona est prise dans cet affreux pensionnat ou quand Simon est prisonnier d'un camps nazzis en Allemagne avec son triangle rose.

Afficher en entier
Or

j'ai beaucoup aimé ce quatrième tome. ce livre est très émouvant, les personnages sont beaucoup plus grand que nature. on y voit le racisme contre les amérindiens, contre les juifs car cela se passe pendant la guerre en allemagne. j'ai bien hâte de lire le tome 5.

Afficher en entier

Dates de sortie

L'Enfant des neiges, tome 4 : Les marionnettes du destin

  • France : 2016-05-04 - Poche (Français)
  • Canada : 2001-01-01 - Poche (Français)

Activité récente

Piroule l'ajoute dans sa biblio or
2019-03-08T20:21:04+01:00
Lunaki l'ajoute dans sa biblio or
2018-12-16T17:54:52+01:00
stefou l'ajoute dans sa biblio or
2018-04-27T17:48:51+02:00

Les chiffres

Lecteurs 125
Commentaires 16
Extraits 3
Evaluations 19
Note globale 8.58 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode