Livres
483 455
Membres
470 906

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

C’était… c’était comme des statuettes pieuses modelées avec les excréments du diable ! Un blasphème terrible ! Un sacrilège sans nom ! Van Karkersh avait compris cela. Il a repris la recette à son compte. Voilà pourquoi il modelait au lieu de sculpter.

– Mais dans quel but ?

Tienko haussa les épaules.

– Je n’ai jamais su. je n’étais qu’un valet. Les sœurs Corelli, elles, connaissaient la vérité. Et elles ont accepté de mourir.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Dylath-Leen 2019-07-09T14:19:41+02:00

Spoiler(cliquez pour révéler)Il y a sur toi comme l'odeur d'un fauve extrêmement dangereux que tu aurais approché de trop près. Une odeur qu'aucun bain, qu'aucune lotion n'effacera jamais. C'est ce qui effraie le chat. Et qui m'effraie, moi aussi... Quand je te regarde, j'ai peur et je t'envie tout à la fois. Tu as traversé le miroir mais ton ombre ne t'appartient plus. C'est celle de quelqu'un d'autre. Quelqu'un qui colle à tes talons et te surveille comme une proie. Je ne te chasserait pas, mais je serais soulagé le jour où tu partiras. Ne me parle pas, ne dis rien. Garde ton secret. Je t'ai vue, cela me suffit. Je sais maintenant que je n'ai pas couru toute ma vie après des chimères. Les ténèbres existent, et elles t'ont touchée. Dieu me préserve d'un tel blasphème.

Afficher en entier
Extrait ajouté par helenanou 2014-10-14T22:14:03+02:00

La maison avait la blancheur d'une falaise crayeuse frappée par le soleil. Elle s'élevait au bout du passage Verneuve telle la bouffissure d'une énorme meringue.

"J'ai dû me tromper d'adresse, pensa Jeanne. Il ne peut pas s'agir d'une immeuble, on dirait une église dessinée par un malade mental... ou par un chimpanzé."

Le champignon de pierre avait germé en grappes successives. De loin, on avait l'illusion qu'un chou-fleur colossal obstruait le fond de la ruelle.

Un chou-fleur... ou un cerveau.

La chose grouillait d'un mouvement figé, une vibration de lignes ondulant sous une brume de chaleur. Aucune rectitude n'ordonnait la façade. La notion d'angle droit semblait inconnue. La maison n'était plus érigée, dressée, non... Elle évoquait plutôt un amoncellement, une syncope architecturale.

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2014-05-21T15:06:30+02:00

Il ne pourra pas hurler, confirma la femme au visage émacié, ça devrait te rassurer. Alors, qu’attends-tu ? Les hommes en deuil se rapprochèrent de la couche. Leurs mains brandissaient gauchement des outils aux courbes nickelées. Des tenailles, des scies en acier inoxydable. — Ne vous occupez pas du sang, décréta Hortense, le matelas fera éponge. Et puis il y a les tapis. Jeanne percevait l’imminence du danger par toutes les fibres de son vieux corps usé. Si elle ne se réveillait pas maintenant elle ne se réveillerait plus jamais ! Déjà on la saisissait par une cheville, on palpait ses articulations… — Attaquez sous le bon angle, conseilla Hortense, vous avez eu tout le temps de répéter sur les animaux ! Une scie d’amputation traça un éclair d’argent dans l’espace. La lame fila en diagonale et…   Jeanne s’éveilla en gémissant, hagarde et ruisselante de sueur. Le jour baissait sur les toits. Elle avait dormi tout l’après-midi, comme une pocharde. La transpiration avait dessiné une tache entre ses seins. Elle grelottait de peur rétrospective.

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2014-05-21T15:06:17+02:00

À quatorze heures Ivany lui fit signe de se rhabiller. — On arrête, décréta-t-il. Vous êtes crevée, j’en ai marre, on ne fera rien de bon. Allez vous reposer, on se voit demain à la même heure. Il ouvrit le tiroir d’un buffet et compta quelques billets qu’il fourra dans la main de son modèle. Jeanne se retrouva sur le palier, avant d’avoir compris ce qui lui arrivait. Elle était déconcertée. Les réticences du sculpteur avaient déclenché en elle une lointaine sonnerie d’alarme. Évidemment, elle avait été idiote. Ivany en avait assez qu’on lui parle de la maison Van Karkersh. Dans chaque vernissage il devait probablement supporter les mêmes assauts de curiosité malsaine. Avec le temps, il avait cessé de trouver la chose pittoresque. « Oh ! cher, vous vivez dans une ancienne salle de torture ? C’est super ! Il y a des taches de sang, au moins ? » Jeanne imaginait sans mal l’ambiance. Elle s’était assez frottée au milieu littéraire pour en être dégoûtée.

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2014-05-21T15:06:03+02:00

Le lendemain, Mathias Ivany vint la réveiller à 11 heures. Il lui apportait une Thermos de café et un sac de croissants. Elle dévora, entortillée dans son drap, consciente d’offrir un tableau pitoyable. Le sculpteur se détourna pudiquement pour la laisser bâfrer. Jeanne se goinfrait, sans souci des miettes saupoudrant ses seins nus. Ivany s’était posté près de la fenêtre. Discret, il faisait mine d’observer le zoo désert. — Ça pue, hein ? dit-il quand elle eut fini. Je suis désolé, mais c’est la seule piaule dont je dispose. Si je vous installais en bas j’aurais des ennuis avec ma bonne amie. Elle est jalouse des modèles.

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2014-05-21T15:05:53+02:00

Je déconne ! » songea-t-elle. Mais elle transpirait. Une voix lui souffla que la cage les protégeait de quelque chose. Enfermés dans l’ascenseur, ils traversaient un territoire d’extrême danger, tels ces touristes qu’on promène à travers la jungle dans des camions climatisés aux vitres blindées. — On arrive, souffla Tienko d’une voix à peine audible. Il aurait pu tout aussi bien dire : « On est passés ! Ce n’était pas encore pour cette fois ! » La lumière revint au sixième, pleurant une cinquantaine de watts qui paraissaient aveuglants après tant de ténèbres. Le gardien déverrouilla la porte de la cabine et mit l’interrupteur du pupitre de commande sur la position « Stop ». — Il est capricieux, expliqua-t-il avec une certaine gêne, si quelqu’un le rappelait… Si quelqu’un le rappelait et le bloquait en bas, tu devrais descendre à pied, compléta mentalement Jeanne sans parvenir à déterminer ce que cette éventualité avait d’épouvantable.

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2014-05-21T15:05:42+02:00

Pourquoi, à ce moment précis, Jeanne pensa-t-elle au chien coupé en deux de la mère Jusquiaume ? Rien autour d’elle n’impliquait une telle association d’idées, et pourtant, il lui sembla qu’elle allait soudain voir surgir le berger allemand du fond du hall, se traînant sur ses pattes de devant, la gueule ensanglantée, dévidant derrière lui le ruban de ses intestins. Il allait venir vers elle pour lui lécher les chevilles du bout de sa langue noire. Oui, il allait apparaître d’une seconde à l’autre, demi-cadavre en maraude, illogique pièce de boucherie s’obstinant à palpiter malgré l’horrible « opération ».   Jeanne serra les poings. Elle avait la chair de poule et ses yeux sondaient la pénombre, cherchant à y déceler un mouvement suspect annonçant l’approche de la bête torturée. « La nuit va remuer, se répétait-elle, la nuit va remuer… » Elle choisit de courir au-devant du « danger ». Ses talons claquèrent à la cadence d’une rafale de mitrailleuse. En bout de course, elle se tordit la cheville et heurta de l’épaule le grillage protégeant la loge.

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2014-05-21T15:05:29+02:00

 Pour eux, le monde extérieur n’existait pas. Ils n’avaient jamais mis les pieds hors de l’immeuble de toute leur vie. Ils ne connaissaient que la loi du père Van Karkersh. Et sa parole les terrifiait. « Ensuite… Ensuite ils ont traversé la maison, les bras chargés de colis macabres, et du haut du grand balcon qui donne au sud, ils ont jeté les morceaux du bonhomme dans la cage des tigres de Malaisie. « Le gardien du zoo a cru devenir fou lorsqu’il a découvert, à l’aube, l’une de ses bêtes épluchant un bras d’homme ! Un bras qui se terminait par une main aux doigts bagués de pierres précieuses. « Certains se font incinérer et réclament qu’on jette leurs cendres à la mer… Van Karkersh, lui, voulait finir en pâtée pour les fauves. Un blasphème. Mais c’est ce qu’il désirait, bien sûr. Une farce macabre destinée à tourner en dérision le martyre des premiers chrétiens dévorés dans les arènes de Rome ! 

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2014-05-21T15:05:20+02:00

 Ils ont commencé à s’entraîner dans les caves de la maison, dès que Grégori Van Karkersh, le vieux fou, est tombé malade, grommelait-elle. Combien de pauvres bêtes ont fini ainsi, démembrées, découpées… Allez savoir ! À l’époque j’avais moi-même un chien-loup nommé Braillard. Une bonne bête. Une nuit il a disparu. Je ne l’ai retrouvé qu’une semaine plus tard, se traînant sur les marches du perron… On l’avait scié à mi-corps, le pauvre. Pendant qu’il rampait, ses intestins se déroulaient derrière lui, en un long ruban gris. Il est mort en me léchant les mains. Je revois encore sa grosse langue, noire de sang caillé. Je n’ai jamais su comment il avait eu la force de revenir chez moi, mais en l’enterrant au fond du jardin, j’ai retrouvé un scalpel fiché dans son ventre. Il avait servi de cobaye. « Oui, les héritiers Van Karkersh s’entraînaient pour la mort de l’ancêtre, pour être en mesure de respecter ses dernières volontés ! Des fous, je vous dis. Des bourgeois à la cervelle plus rongée qu’un foie d’alcoolique. 

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode