Livres
506 216
Membres
514 316

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

- Relève-toi, Sliter ! m'ordonna-t-elle. Tue ton ennemi avec ça ! Tue-le avant qu'il ne te tue ! Ne renonce jamais ! Ne te rends jamais !

Afficher en entier

"Ayant regagné l'intérieur de mon arbre, je glissai mes deux lames les mieux aiguisées dans les fourreaux attachés à mon poitrail. Puis j'enfilai mon épaisse veste noir, fermée de treize boutons taillés dans un os d’excellente qualité. Elle descend jusqu'à mes bottes de cuir, et ces manches recouvrent mes bras velus.

Je suis velu de partout. Et je possède un attribut qui me différencie de vous, les humains : une queue.

Ne riez pas. Ne secouer pas la tête en grimaçant. Regrettez plutôt de ne pas en avoir une. Car la mienne, longue et puissante, est bien plus utile qu'un troisième bras. C'est aussi une sorte d'antenne qui me fournit bon nombre de renseignements.

Une chose encore : mon nom est Sliter."

Afficher en entier

Les Kabalos sont une race de féroces guerriers, établis à Valkarky, une ville située à la lisière du cercle arctique. Son nom signifie "la Ville des Arbres pétrifiés". On y trouve quantité d'abomination, créées par la magie noire. Ses mur sont bâtis et restaurés par des créatures qui ne dorment jamais et qui crachent des pierres. Les Kabalos croient que leur ville ne cessera jamais de s'étendre, jusqu'à ce qu'elle recouvre le monde entier.

Afficher en entier

Il faisait noir quand j'arrivai à la ferme. Il n'y aurait pas de lune, cette nuit-là, et seule la faible lueur d'un chandelle vacillait à l'étage, derrière les rideaux usés d'une chambre.

Je bondis jusqu'à la porte et frappai bruyamment à trois reprises. J'utilisai le heurtoir orné d'une tête de gargouille à un oeil, supposé effrayer tout être représentant une menace à la nuit tombée. Ce n'était bien sûr qu'une superstition absurde, et mon triple coup résonna dans toute la maison.

Personne ne daigna répondre. Ces filles n'avaient aucune éducation.

Afficher en entier

- Comment avez-vous pu? Faire ça sous mes yeux et ceux de mes soeurs!

- Faire quoi? demandai-je. Avais-je mâché la viande de loup trop bruyamment? Ou roté intempestivement?

- Tuer cette créature et boire son sang! C'était horrible!

Afficher en entier

Une humaine ne compte pas. Elle n'est qu'un bien qu'on possède.

Afficher en entier

Dans une bataille, on agit parfois sans réfléchir. Lancer une lame, éviter un coup de lance sont des gestes instinctifs, plus rapides que la pensée. On entre dans une sorte de transe, pendant laquelle le corps se meut de lui-même.

Afficher en entier

D'une voix si basse que c'était presque un murmure, Nessa reprit :

- Je vous ai sauvé la vie.

Empoignant ma fourrure, elle attira ma tête vers la sienne.

- Vous me devez une vie. Je vous ai sauvé, vous sauverez ma sœur.

Même si ces mots exprimaient une vérité indéniable, ils n'auraient pas dû avoir le moindre pouvoir sur moi. Or, ils me mettaient dans un état bizarre. C'est étrange de sentir Nessa si près de moi, ses doigts crispés dans ma fourrure.

Afficher en entier

- Qui est-tu? demandai-je.

- J'attendais ta visite, fit-elle sans répondre à la question. Qu'est-ce qui t'a retardé à ce point?

- Tu m'attendais? Comment ça?

Sévère et impérieuse - un ton totalement inapproprié pour une purra prisonnière -, elle répliqua :

- Voilà deux heures que je t'ai convoqué, petit mage!

Quelle absurdité! J'en restai sans voix.

Avec un sourire qui dévoila largement ses dents pointues, elle déclara :

- Je suis Grimalkin.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode