Livres
506 147
Membres
514 074

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Il n'aurait jamais cru devoir prendre un jour une telle décision; à présent, il n'a pas le choix. Il est plus l'homme qu'il était. Sa bibliothèque réduite en cendres, le Comté aux mains de l'envahisseur, ses échecs répétés face à la sorcière, c'était trop pour lui. Sans l'intervention d' ... . A partit de maintenant, tes forces vont grandir, et les siennes vont diminuer. Tel est le cour naturel des choses. Il a eu une longue vie consacrée à la lutte contre l'obscur, et cette vie touche à sa fin. Tu seras le nouvel épouvanteur. Tu dois te préparer à sa succession.

Afficher en entier

Dans l'obscurité grandissante, une forme spectrale se dessina. C'était une silhouette humaine mais deux fois plus grande que la normale, d'où émanait une inquiétante lueur rouge sang.

Je la fixai, et ma peur se changea en stupeur. L'apparition portait le manteau à capuchon caractéristique des épouvanteurs et tenait dans sa main gauche un bâton noirci, à demi carbonisé.

Afficher en entier

_Oui. On enferme les condamnés dans les cachots de la forteresse. L'aile sud touche au territoire du monstre. Celui-ci aspire lentement les esprits des malheureux et les conserve quelque part sous la chapelle. Leur corps continuent de bouger, de respirer. Mais ce ne sont plus que des carcasses vides. Jusqu'au moment où le bugane revient, marchant sur deux jambes, ayant pris la forme d'un humain velu. Il boit leur sang, dévore leur chair. Il broie même leurs os entre ses énorme dents. D'ailleurs, on l'appelle aussi "Le Broyeur". Le peu qui reste est ensuite enterré dans la cour et recouvert de chaux vive.

Afficher en entier

p.107

Griffe gronda, lacha le tissu pour saisir ma cheville, et je sentis ses dents entamer ma chair. La peine que me causa son comportement fut pire que la douleur. Puis un choc sur la tete me mit à genoux, et mon baton roula au sol. Les coups se mirent alors à pleuvoir. Le bout d'une botte s'enfonça si violemment dans mon estomac que j'en eus le souffle coupé.

On me remit debout sans ménagement,on me lia les mains dans le dos et on me poussa entre les arbres. Je savais où on me conduisait: dans les cachots, où je servirais de pature au Buggane.

Afficher en entier

Chapitre 1: Red with blood

L'épouvanteur, Alice et moi traversions The Long Ridge sur le chemin du retour a Chippenden avec les 3 chiens-loups, Griffe, Os et Sang, qui aboyaient avec agitation derriere nous. La premiere partie de la montée fut assez agréable. Il avait plut tout l'apres-midi mais maintenant le ciel était dégagé. Je me rappelle encore penser comment tout semblait paisible. Mais au sommet un grand choc nous attendait. il y avait de la fumée sombre loin au nord. Il semblait que Caster brulait. La guerre nous avait-elle finallement atteint ? Je me le suis demandé avec peur. Il y a quelques années, une alliance de pays ennemis avait envahit notre pays par le Sud. Depuis, malgré les efforts combinés des Comtés pour les empécher d'avancer, ils avaient poussé vers le nord. "Comment ont-ils pu avancer si loin sans qu'on le sache ? demanda l'épouvanteur...

Extrait 1:

- Ainsi une sorcière du Comté est venue ici, dit l'Épouvanteur. Une ou plusieurs ? Il ajouta : Qui sait mais il y a eu deux hommes morts et cela donne au Conseil le prétexte dont ils avaient besoin pour autoriser les tests. Comme pour le retour du reste des réfugiés au Comté, on ne peut guère le leur reprocher non plus. La dernière chose qu'ils désirent c'est d'être eux aussi envahis.

- Et les os des pouces ont été retirés ?

- Toujours, et les deux pêcheurs sont morts et ont été vidés de leur sang. On leur a tranché la gorge.

Extrait 2

- Tom et moi sommes de bons amis, a rétorqué Alice. L'amitié est quelque chose dont tu ne sais rien. Manger des rats et tuer les gens. C'est tout ce que tu sais faire. Pourquoi dois-je avoir une mère comme toi? Tu ne pouvais pas trouver un homme qui en valait la peine ? Alors tu as pris le parti du Diable !

L'expression de Lizzie s'est durcie et elle foudroya Alice :

- J'ai eu plusieurs hommes mais aucun d'eux n'est resté longtemps. Ils aiment les jolies jeunes filles. Les filles qui sont à peine sorties de l'adolescence. Tu sais pourquoi ? Ils ont peur. Peur d'une vraie femme dans la fleur de l'âge. Ils me regardent, voient ce que je suis et retournent près de leur mère. Sais-tu quel âge j'ai, fille ?

Alice secoua la tête et me serra à nouveau la main.

- Je viens d'avoir quarante ans, ils y a juste une semaine. Une sorcière entre dans la fleur de l'âge à quarante ans. Elle hérite de sa pleine puissance. Maintenant, j'ai assez de force pour faire face à n'importe qui. Toi, ma fille, tu pourras être encore plus forte un jour.

Elle m'a regardé dans les yeux avec un sourire malveillant.

- Sais-tu qui est Alice, garçon ? Elle est mon présent pour le Comté...

(source : http://lepouvanteur.e-monsite.com/ )

Afficher en entier

- Je vous en prie, monsieur Gregory, suppliai-je. Ne renoncez pas…

Levant enfin le regard vers moi, il secoua tristement la tête:

- Tu ne mesures pas la perte que nous venons de subir. Cette bibliothèque en m’appartenait pas, petit. Je n’étais que son dépositaire. C’était à moi de l’enrichir et de la préserver pour l’avenir. J’ai failli à ma tâche. Je suis fatigué, fatigué pour tout ça. Mes vieux os se refusent à continuer. J’en ai trop vu, j’ai vécu trop longtemps.

- Debout, vieux Gregory! gronda Alice. Ne restez pas planté là, vous allez pourrir sur pied!

Afficher en entier

L'épouvanteur ne fit un mouvement.

- Si on tarde d'avantage, on aura du mal à passer inaperçus. On ne peut pas rester ici.

Il ne répondait toujours pas, et Alice grinça des dents, agacée.

- Je vous en prie, monsieur Gregory, suppliai-je.

Ne renoncez pas...

Afficher en entier

L'épouvanteur prit le chemin de la colline au pas de course. La ruelle pavée se transforma bientôt en un sentier boueux. J'ordonnai au chien aux chiens d'attendre à la lisière du jardin, et nous nous engeageâmes sous les bois.

Afficher en entier

- Donc, une sorcière venue du Comté a abordé ici, commenta l'Epouvanteur. Seule ?

Baines haussa les épaules :

- Comment savoir ? Mais deux pêcheurs ont été retrouvés morts, la gorge tranchée, et vidés de leur sang, ce qui a donné au Conseil un bon prétexte pour autoriser l'épreuve du tonneau.

- On leur avait coupé les pouces, avez-vous dit. Ce qui laisse supposer deux sorcières : une qui userait de la magie du sang, l'autre de celle des ossements.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode