Livres
447 167
Membres
387 294

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par cawo87 2010-09-12T21:00:47+02:00

Voici la 4ème de couverture de mon édition :

"Vous avez une chevelure très claire. Les hommes aiment les blondes et vous êtes en âge de devenir une femme. Lord Duncan vous a-t-il amenée ici pour que vous partagiez son lit ?

Théa sentit le feu lui monter aux joues.

-Non, jamais je ne ferais ça !

-S'ils le décide, vous obéirez. Il est le maître et vous devriez être fière s'il vous choisissait. Toutes les femmes de la demeure se précipitent quand il les convoque, rétorqua placidement Jasmine. Il n'est pas toujours tendre, mais c'est un homme qui aime le plaisir et sait en donner, conclut-elle d'un air entendu."

Afficher en entier
Extrait ajouté par camilleduchene 2015-04-07T15:38:39+02:00

─ Pas question de nous attarder ! grommela Duncan avant de se tourner vers Abdul, exaspéré. Par tous les saints, Abdul, dis aux hommes de cueillir les feuilles des branches basses. Mais qu'ils n'enlèvent pas leur cotte de mailles. Abdul s'éloigna en soupirant.

─ Ce n'est pas un caprice, dit Thea. Ces mûriers ont une importance capitale. Si vous pouviez voir les merveilles que...

─ Ça va. Peu importe que ce soit raisonnable ou non, je veux juste que nous en terminions au plus vite... Et je parierais que mes hommes aussi. Leurs armures sont lourdes et peu appropriées à l'escalade. D'autre part, ce n'est pas une tâche digne d'un guerrier que d'aller cueillir des feuilles.

─ Mais c'est une tâche qui en vaut la peine. Un arbre offre...

Il y eut un grand bruit derrière elle et elle fit volte-face, furieuse, persuadée qu'Abdul avait désobéi à Duncan.

Non. C'était bien Abdul, mais il gisait au sol, une feuille pressée contre sa poitrine.

─ J'ai glissé, s'excusa-t-il.

─ Je vois, dit Duncan, solennel.

─ Cela ne se reproduira plus, monseigneur.

Un autre fracas. Un autre soldat écrasé au sol.

─ Ou peut-être que si, se reprit Abdul.

─ J'espère que non.

─ Je vais aider, proposa Thea. Je ne veux pas que les hommes se blessent.

─ Reste là. Les branches sont trop basses pour qu'ils risquent davantage que quelques ecchymoses.

Thea décela une émotion indéfinissable sous la froideur de Duncan. Les yeux plissés, il observait ses gens qui grimpaient maladroitement sur les branches.

Un autre malheureux se retrouva à terre.

Duncan émit un son étranglé.

Encore un, une minute plus tard.

─ Ils tombent comme des oranges trop mûres, grommela-t-il.

─ Ce n'est pas juste... je vais leur dire d'arrêter! s'écria Thea en s'élançant vers l'arbre.

Duncan la retint par le bras.

─ Ne bouge pas !

─ Mais je ne peux pas les laisser...

Duncan riait ! Son corps tout entier était secoué de spasmes d'hilarité et il dut s'accrocher

à sa selle pour rester debout.

─ Vous trouvez ça drôle ?

─ Comme des oranges.

Les larmes ruisselaient sur ses joues.

─ Comme des oranges, répétait-il.

Il n'était pas le seul à trouver la situation cocasse, car les soldats postés en sentinelle

étaient aussi pliés en deux de rire.

Un cinquième guerrier glissa d'une branche, les bras étendus comme des ailes pour essayer de retrouver son équilibre.

Thea se surprit à sourire, elle aussi.

─ Je ne devrais pas... C'est ma faute si...

Et puis elle fut incapable de se contrôler davantage. Son rire fusa, incoercible.

Afficher en entier
Extrait ajouté par camilleduchene 2015-04-07T15:37:31+02:00

Il revint à elle, toute trace de douceur évanouie.

─ Pourquoi me regardes-tu comme si j'étais un chameau à rayures ?

Elle fut aussitôt sur la défensive,

─ Je ne vous...

Elle s'interrompit dès qu'elle comprit qu'il souhaitait la mettre en colère. Pourquoi lui accorderait-elle ce plaisir, alors qu'elle-même se sentait d'humeur pacifique ?

─ A la vérité, vous me faites bel et bien penser à un chameau, répliqua-t-elle tranquillement. Sans doute à cause de vos cils.

─ Mes cils ?

─ Les chameaux ont des cils que leur envieraient bien des femmes.

Il eut d'abord l'air étonné, puis franchement courroucé.

─ Tu es en train de dire que j'ai des cils de femme ?

─ Nous parlions de chameau, lui rappela-t-elle avec une feinte innocence.

─ Tu sais parfaitement...

Il esquissa un sourire.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode