Livres
472 456
Membres
445 006

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par Callmeluh 2019-10-10T15:41:32+02:00
Diamant

Ma note: 5/5

Chronique disponible sur mon blog : https://callmeeluh.wordpress.com/2019/10/09/starfish-de-akemi-dawn-bowman/

“This painting isn’t about the starfish. It’s about the girl who wants to venture out into the ocean, away from the starfish, so she can feel she matters.”

TW: aggression sexuelle, racisme, tentative de suicide

Ce livre traîne dans ma PAL depuis… très longtemps. Trop longtemps même. Plus d’une fois j’ai eu envie de le lire sans jamais sauter le pas, jusqu’au mois de Juillet dernier. Avec l’auteure présente à la YALC, mes amies Morgane et Audrey en ont beaucoup parlé, ce qui m’a redonné envie de l’ouvrir. Pourtant ce n’est qu’au début du mois de Septembre que je me suis décidée à lui donner sa chance (cherchez pas la logique, il y en a pas). Et honnêtement… Pourquoi j’ai mis autant de temps à le lire ??

Kiko Himura est une jeune fille mal dans sa peau, victime d’une mère narcissique et abusive, et souffrant d’un traumatisme d’enfance qui a toujours été considéré comme le fruit de son imagination par sa génitrice. Kiko cherche également qui elle est : étant à moitié japonaise et à moitié américaine, elle n’est jamais parvenue à faire la paix avec ses origines. Chose assez compliqué quand même sa mère ne semble pas l’accepter, trop asiatique pour être comme les autres.

Mais quand ses plans d’intégrer l’école d’art de ses rêves semblent s’envoler, que Jamie, son meilleur ami d’enfance qu’elle aime secrètement, réapparaît dans sa vie et que la personne qu’elle déteste le plus au monde vient s’installer chez elle, c’est toute sa vie qu’elle doit repenser.

“Don’t live to please the starfish, especially when their happiness is at the expense of yours. That is not love. That is narcissism. There’s an entire ocean out there, Kiko—swim in it.”

L’auteure prend son temps dans le récit, l’intrigue avance doucement mais sûrement, et nous laisse découvrir petit à petit l’histoire de Kiko, qui ne peut que nous toucher. Akemi Dawn Bowman fait le choix de s’attarder sur les sentiments et émotions de son personnage, ce qui nous permet de comprendre Kiko plus facilement.

De plus, chaque personnage secondaire a son rôle à jouer; ils ne font pas parti du décor, et chacun d’eux n’est pas là par hasard, même si on ne s’en rend pas toujours compte immédiatement.

La romance m’a énormément plu. J’ai beaucoup aimé la relation entre Kiko et Jamie, que j’ai trouvé saine et adorable, et même si leurs sentiments mutuels étaient évidents depuis le début, j’ai apprécié suivre l’évolution de leur histoire. Mais surtout, si la romance a un rôle important dans ce roman et dans le développement du personnage de Kiko, elle ne vient pas étouffer le reste : ce n’est pas le cœur de l’intrigue.

Un des éléments qui m’a le plus plu dans ma lecture est la volonté de Kiko à vouloir voler de ses propres ailes. Pendant des années elle s’est appuyée sur sa meilleure amie dans de nombreux aspects de sa vie, allant jusqu’à la qualifier de « béquille ». Mais au plus on avance dans le livre, au plus on la voit prendre sa vie en main et prendre confiance en elle. J’ai d’ailleurs trouvé ça très inspirant, car souffrant moi-même d’anxiété, je me suis énormément retrouvée en elle sur ce point.

“I will be the one I can depend on, the one who has the power to make my life better or worse.”

Starfish est le premier roman que je lis et où je trouve un personnage de couleur souffrant de racisme intériorisé. Et ça fait du bien (enfin, façon de parler). Je me rend compte que c’est encore très peu abordé dans les livres, c’est pourtant un sujet important, d’autant plus que de nombreuses personnes sont dans ce cas.

Je ne vais pas passer par quatre chemins : la lecture de ce roman fait mal. Les sujets abordés sont difficiles, et le côté addictif de ce livre n’efface en rien cela. Des larmes ont coulé à certains passages, pas forcément parce qu’ils étaient tristes mais parce que je ressentais ce que Kiko éprouvait, et parfois même j’avais le sentiment d’être à sa place.

Sans grande surprise, Starfish a été un énorme coup de cœur pour moi. Avec tout ce que j’ai entendu dessus, je m’en doutais un peu, mais il y a toujours ce risque que le livre ne me plaise pas autant que prévu (ce qui, bien sûr, n’a pas été le cas ici).

S’il s’agit du premier livre de l’auteure que je lis, c’est certain qu’il ne s’agira pas du dernier. Pour l’heure, Summer Bird Blue (son deuxième roman) est encore dans ma wishlist, mais je sais que je finirai par l’acheter. En attendant, je ne peux que vous conseiller de lire Starfish, d’autant plus qu’il a été publié en France en début d’année donc vous n’avez aucune excuse !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par liligor 2019-09-11T14:49:37+02:00
Or

super comme livre

Afficher en entier
Commentaire ajouté par choupy78 2019-09-01T18:13:06+02:00
Or

Une très belle lecture qui m'a beaucoup émue.

L'histoire est celle d'une jeune fille mal dans sa peau, victime d'une mère abusive et souffrant d'un traumatisme d'enfance qui n'a jamais été considéré comme tel. L'auteure ne presse pas le récit, on suit Kiko à pas lent dans une vie qu'elle cherche à fuir. On la voit tenter de se construire et lutter pour enfin sortir la tête de l'eau.

L'histoire d'amour n'est pas le véritable cœur du roman même si son rôle y est primordial. C'est d'ailleurs ça qui m'a sans doute le plus plu, ce n'est pas l'amour qui mène la danse, chacun doit avancer de lui-même et surmonter ses difficultés avec sa propre force.

Je me suis facilement attachée aux personnages, je les trouve très humains et leurs difficultés à communiquer, à se comprendre et à être entendu nous donne une bonne représentation de la réalité.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Kesciana 2019-08-25T15:46:47+02:00
Or

https://aliceneverland.com/2019/08/15/lesquisse-du-bonheur-akemi-dawn-bowman/

Kiko est passionnée d’art. De peinture et de dessin plus précisément. Son rêve est d’intégrer la prestigieuse université Prism, tant pour étudier dans un domaine qu’elle adore que pour fuir son quotidien. Sa mère surtout. Car Kiko est à moitié américaine, à moitié japonaise. Deux parties d’elle même qu’elle n’a jamais réussi à concilier, elle, la jeune fille trop asiatique pour être comme les autres. Un aspect que sa mère ne se gêne pas de lui rappeler à de nombreuses reprises depuis des années. Depuis le divorce de ses parents en fait. Alors Kiko, a presque dix-huit ans, ne sait toujours pas, au fond d’elle, qui elle est vraiment…

Si vous recherchez une histoire humaine sur la différence, les familles éclatées, le manque de confiance en soi, ou encore mettant en scène une mère narcissique et égoïste, prête à rabaisser ses enfants pour se mettre elle-même en valeur… Alors vous avez trouvé le bon livre. C’est un peu étrange dit comme cela et, pourtant, nous avons là une magnifique histoire, pleine de tendresse, dans laquelle Kiko va découvrir l’amour, l’amitié, et bien des choses encore. Mais aussi où elle va apprendre à s’aimer, tout simplement.

La profondeur affective de ce roman est sans conteste son point fort. L’histoire est belle et triste, et aborde beaucoup de thématiques graves sans tomber, pour autant, dans le dramatique. L’esquisse du bonheur est à la fois une ode à l’amour de soi et une grande bouffée d’espoir. Vous tomberez instantanément amoureux de Kiko, de ses faiblesses, de ses peurs, mais aussi de ses espoirs et de ses rêves. Vous adorerez la tendresse de Jamie et sa présence rassurante aux côtés de Kiko.

Un roman touchant, une héroïne inoubliable qui va aller au bout de ses rêves malgré son anxiété sociale… Une très belle histoire qui saura vous saisir dès les premières pages !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Luxnbooks 2019-06-18T21:17:46+02:00
Or

A force de découvrir de nouvelles histoires, de nouveaux personnages et de nouveaux auteurs, il est difficile de ne pas devenir plus exigeante et mes goûts étant portée sur la romance, les prises de risque sont plus rares. Je n'ai pas eu de coup de cœur depuis très longtemps et pourtant je suis continuellement à la recherche du roman qui va me bouleverser. Ce roman, je l'ai découvert par hasard et bien qu'on ne franchisse pas le coup de cœur, l'histoire a réussi à me donner des frissons tant le thème est touchant et rencontrer l'héroïne m'a bouleversé.

Kiko Himura m'a brisé le cœur. Interagir en société a toujours été affreuse difficile pour la jeune fille, accoutumé aux crises de paniques, Kiko ne s'est jamais vraiment intégré auprès de ses camarades et sa seule source d’interaction sociale, se résume à sa meilleure amie. Les années lycée ne sont pas forcément les meilleurs pour elle, et à la maison la situation est loin d'être idyllique. Kiko subit les propos blessants de sa mère, tant pour ses choix d'avenir, que pour son métissage japonais la rendant différentes aux yeux des autres, provoquant le mal-être de sa fille et le désir d'invisibilité à la maison comme au lycée. Son quotidien va être chamboulé par le retour de Jamie son ami d'enfance, avec qui elle garde les plus beaux souvenirs de son enfance, et qu'elle n'a jamais oublié.

Je pense qu'on peut dire que c'est le genre de récit où on termine avec le cœur en miettes. Dès le premier chapitre on ressent on forme d'oppression, face à la pression constante qu'exerce la mère de Kiko sur sa fille. Sa détresse est bouleversante et cette attitude révoltante, accentuant l'anxiété de la jeune fille et positionnant le lecteur dans un statut de spectateur impuissant. Je n'ai pas de mot face au comportement atroce de cette mère, mais on attend un niveau d'horreur lorsque la personne la plus abjecte possible refait son apparition. Immédiatement des sentiments contradictoires m'ont traversé à la fois de la peine, de la colère et puis le désir de la protéger.

Bien qu'elle reste très méfiante, le retour de Jamie va l'empêcher de se faner. Et la forcer à sortir de sa zone de confort, sa meilleure amie ayant quitter la ville pour commencer les cours, elle va tenter d'appliquer les conseils de cette amie sincère qui lui aura laisser le meilleur conseil qu'on puisse lui apporter. Sortir de sa coquille ne va pas être simple et les rares instants de bonheur ont été vécu comme une victoire pour moi, car face à tant de souffrance on ne peut que vouloir le meilleur pour Kiko. Le chemin vers la guérison va prendre du temps, mais j'ai trouvé qu'elle faisait une belle analyse de sa vie et était consciente de s'être cachée derrière ceux qui ont été sa force. Et la voir devenir l'artiste confiance, belle et insouciante qu'elle devient m'a réchauffé le cœur. Je ne peux que recommander cette fabuleuse histoire et j'espère que vous percevrez les mêmes émotions touchantes.

Ma chronique : https://wp.me/p4u7Dl-4ys

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode