Livres
469 563
Membres
437 035

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

L'éternel



Description ajoutée par Gkone 2013-02-05T14:17:15+01:00

Résumé

Le résumé explique que Ionas, violoniste juif ukrainien, mort au combat en 1917, ressuscite sous la forme d’un vampire dont l’obsession est de retrouver sa fiancée Hiéléna. Mais il finit par découvrir que son frère Caïn et sa belle se sont mariés et attendent un enfant. Un siècle plus tard, Ionas vit à New York auprès de la psychanalyste Rebecka Streisand et essaie de vivre en harmonie avec ses démons.

Quatrième de couverture… "Les vampires, ça n’existe pas. La psychanalyse, ça ne marche pas. On était vraiment faits pour se rencontrer."

Afficher en entier

Classement en biblio - 43 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par bellajessica 2013-04-29T01:24:26+02:00

Son violon sous le bras, le plus jeune des frères Fuhrman quitta la cale du navire. Il enjamba le corps endormi d’un imbécile qui traînait dans l’escalier, les bras serrés sur une balalaïka et une cartouchière. Il se courba en deux afin de ne pas buter dans les autres abrutis qui ronflaient en pétant dans les innombrables hamacs. Puis il accéda au pont du bateau à fond plat. Quelques hommes dormaient là, dans leurs couvertures réglementaires. Celui qui aurait dû monter la garde se tenait debout, à la place habituelle. En le frôlant, Ionas s’approcha de son visage et constata sans surprise qu’il roupillait, accoudé au bastingage. Un gradé ordinaire lui aurait hurlé dessus. Ionas, dans son état normal, se serait amusé à lui balayer les pattes d’un coup de pied afin de le fiche par terre, pour lui apprendre que l’ennemi vient toujours de l’endroit où on l’attend le moins. Mais Ionas, comme souvent, portait le monde sur ses épaules. Il aimait une fille d’Odessa. Il ne pensait qu’à elle. Elle lui avait offert un pendentif d’argent qui s’ouvrait comme une huître et du fond duquel le toisait sa photographie : une brune en noir et blanc, cheveux attachés, très belle. Pas excessivement drôle. Ionas, depuis le début, avait décidé que cette affaire serait grave, douloureuse, et terrible à porter. Cette fiancée ne lui avait jamais rien offert d’autre que ce collier contenant sa photo. Tout être sensé aurait interprété ce cadeau comme : « Essaie de ne pas te faire tuer, comme ça, éventuellement, on se mariera quand tu reviendras, et je te ferai une vie banale à te donner des ordres impossibles et à tordre la bouche quand tu ne les exécuteras pas de façon satisfaisante. » Mais Ionas était un bon juif, il croyait tout ce qu’on lui racontait : Dieu, l’amour, les projets. Grâce à ce pendentif et à la vie infernale qu’il lui promettait, la guerre devenait une formalité assez facile à traverser. Bien entendu, il ne profitait de rien. Il ne regardait pas les autres filles, il ne se masturbait pas en pensant aux autres filles. Il ne se branlait pas non plus en pensant à Hiéléna puisque sa fiancée était sacrée et qu’on n’aurait su jeter dans la nature dix millions de spermatozoïdes en évoquant en vain son nom qui valait au moins autant de roubles que celui du Créateur. Et quand, en ces périodes de famine, son régiment parvenait à défoncer la tête d’une vache afin de s’en repaître, quand on assassinait des cochons de lait pour s’en remplir la panse, Ionas n’y prenait aucun plaisir. Ce n’était pas pour des questions religieuses. Le Talmud autorise à consommer de la nourriture non cachère, non cachérisée, bénie par personne et pleine de sang quand c’est une question de survie. Donc le cochon, le crabe, la chair humaine si on en avait trouvé : autorisé. Mais comme Ionas aimait se lamenter, on le voyait souvent mâchonner tristement sa viande taref en se désolant que la belle Hiéléna ne puisse partager ce repas de choix. « J’ai la chance, pensait-il en de telles occasions, de manger du porc, parce qu’il y a la guerre, parce que nos ancêtres le permettent quand c’est pour survivre. J’ai le plaisir, grâce à la guerre, de me remplir les organes digestifs de ce cheval crevé et plein de sang illicite qu’on a découvert à moitié bouffé aux vers dans une grange où ses anciens propriétaires achevaient de boucaner, tous pendus à la plus haute poutre, et Hiéléna ne goûtera jamais ça. Je dois me souvenir de tout, pour bien lui raconter. » Voilà le genre de sottises avec lesquelles ce jeune homme qui croyait en Dieu, et aussi en l’amour, se gâchait les années de guerre.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par SevenRed 2016-06-11T10:49:12+02:00
Lu aussi

Assez sympathique, mais on assiste à une intrigue qui nous laisse sur notre faim, on n'a pas d'éléments qui nous permettent de nous accrocher à l'histoire. Les perspectives sont larges en raison d'une fin (trop) ouverte. Sentiment que cela ne mène nulle part. Le style d'écriture est toutefois appréciable.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nymphee 2014-05-16T21:51:41+02:00
Pas apprécié

J'ai souffert tout au long de ce livre, le style est enfantin et décousu, parfois même incompréhensible, les personnages sont insipides mais nombriliste, et l'histoire est inintéressante et irréaliste.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par mavie95 2013-10-07T19:16:29+02:00
Lu aussi

Ce livre se compose donc en deux parties : la transformation de Ionas en vampire et sa rencontre avec Rebecka.

Ce livre est d'un vrai ennuie dès le début. Il y a des passages tellement incompréhensibles qu'ils deviennent presque drôle

La deuxième partie est tellement... ça devient du grand n'importe quoi, une vrai parodie, un sketch humoristique où on est plié en deux surtout vers la fin car la situation devient un foutoir pas possible.

Je ne sais pas vraiment ce qui s'est passé dans la tête de l'auteur, est-ce qu'il était sérieux ? Est-ce que c'est fait exprès cette incompréhension ? Son histoire l'a-t-il faite pour faire rire ? ou non ?

En tout cas, j'ai bien ri avec ce livre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par DevilReject 2013-03-26T15:53:57+01:00
Lu aussi

Il y a bien longtemps que je n'avais autant galérer pour terminer un roman.

Le début est plutôt intéressant, mais bien vite, on tourne en rond. Et il faut lire plus de la moitié du livre avant de voir arriver la psychanalyste...

Parfois très violent, emplie de scène de tortures de guerres et de massacres. Parfois presque vulgaire... Et en même temps réflexion sur la religion, la vie, la mort...

Trop bavard, peut-être trop nombriliste aussi, je ne sais pas. Oui, c'est ça le problème: je ne sais pas quoi penser de ce livre. ..

Afficher en entier

Date de sortie

L'éternel

  • France : 2013-04-02 (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 43
Commentaires 4
Extraits 1
Evaluations 8
Note globale 4.38 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode