Livres
443 599
Membres
379 357

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Je gravis l’escalier sur la pointe des pieds en grimaçant chaque fois qu’une marche grinçait sous mon poids. Si je n’étais pas discrète, M. Henry m’attraperait. Et ce ne serait pas bien. Pas bien du tout.

J’avançai dans le couloir sombre. Mlle Becky était encore malade et clouée au lit, mais si je réussissais à la réveiller, elle aiderait Rider. Après avoir ouvert la porte lentement pour ne pas faire de bruit, je jetai un coup d’œil dans la chambre. La lampe de chevet était allumée et emplissait la pièce d’une lueur jaune. Des bouteilles vides marron jonchaient le haut de la commode. Il y avait une drôle d’odeur dans l’air. Une odeur de renfermé. Les poings serrés, je m’approchai du lit. Mlle Becky était allongée dessus, mais elle n’avait pas l’air bien. Elle ressemblait aux mannequins dans les magasins, pâle et immobile.

— Mademoiselle Becky, murmurai-je tout en sachant que j’enfreignais les règles. (Je n’étais pas censée la réveiller. Mais Rider avait besoin d’aide. Comme elle ne réagissait pas, je m’approchai davantage.) Mademoiselle Becky ?

Apeurée, j’hésitai. La pièce devint floue devant moi. Des larmes me brûlaient les yeux. Je tentai de prononcer encore une fois son nom, mais je n’avais plus de voix. La bretelle de son débardeur tombait sur son bras, et son torse n’avait pas l’air de se soulever.

J’avais envie d’aller me cacher, parce que quelque chose clochait, mais Rider était dehors et il faisait si froid que j’avais eu mal aux doigts dans la cour de récréation aujourd’hui. Carrant mes maigres épaules, je retournai vers le lit. Je tendis la main pour attraper le bras de Becky. Sa peau était froide et ressemblait à… du plastique. Je m’écartai vivement et courus hors de la chambre. Mlle Becky… ne pourrait pas m’aider. Je devais me débrouiller seule. Je ne pouvais pas abandonner Rider. Je redescendis l’escalier en passant devant la salle de bains qui sentait le moisi.

Dans le salon, M. Henry cria plusieurs gros mots à la suite. Mon cœur battait à tout rompre, mais je parvins à avancer jusqu’à la porte de derrière. Hissée sur la pointe des pieds, je réussis à la déverrouiller. Le bruit résonna aussi fort qu’un coup de tonnerre dans la cuisine. Je tournai la poignée.

— Qu’est-ce tu fous, la morveuse ?

Je me figeai avant de me recroqueviller sur moi-même. Je savais que les coups m’attendaient, alors j’ouvris la bouche et… les cris fendirent l’air à travers la maison…

Afficher en entier

« Alors ce sourire nonchalant que je ne lui connaissais pas se figea. Ses lèvres s’entrouvrirent et, malgré son teint hâlé, je le vis blêmir. Quand il écarquilla les yeux, les points dorés dans ses iris eurent l’air de grossir. Il m’avait reconnue. J’avais beaucoup changé, pourtant son regard ne trompait pas.

Il se pencha vers moi et cinq mots tout droit venus du passé surgirent dans mon esprit.

« Ne fais pas de bruit. »

— Souris ? souffla-t-il. »

Afficher en entier

“My name is Mallory...Dodge.” I drew in a deep breath, speaking to no one. “And I like...I like reading. And I don’t like...I don’t like who I am."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Sheo 2016-12-02T00:35:29+01:00

"My biggest fear is forever. That I will be like this forever."

Afficher en entier

Mes lèvres s’entrouvrirent et je ne pris pas le temps de réfléchir. Je me jetai sur Rider. C’était sans doute gênant et maladroit, mais je m’en moquais. Lorsque je passai les bras autour de son cou, il noua les siens autour de ma taille. Je ne dis rien. Ce n’était pas la peine. Je me contentai d’enfouir mon visage dans le creux de son épaule et le serrai contre moi autant qu’il me serrait contre lui.

Nous avions été séparés.

Mais nous avions toujours été liés.

Afficher en entier

L'éternité, ce n'étaient pas la douleur et le chagrin.

L'éternité n'était pas un problème.

L'éternité, c'étaient les battements de mon cœur et l'espoir que portait en lui le jour suivant.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Sheo 2016-12-02T00:33:26+01:00

"People show you what they want you to see."

Afficher en entier

Comme si elle savait que mon histoire avec Rider ne durerait pas.

Comme si, pour nous, l'éternité n'existait pas.

Afficher en entier

Parce que ce n'était pas important.

Ce qui était important, c'était de vivre.

Afficher en entier

"Tu n'es plus du mauvais côté de la barrière."

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode