Livres
466 870
Membres
431 425

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Et puis, dans le même temps, mon angoisse se transforma en une angoisse qui n'était plus véritablement angoissante. Et toute angoisse qui n'est pas spécialement angoissante, au bout du compte, c'est une angoisse sans importance.

Afficher en entier
Extrait ajouté par mlalande 2018-01-10T20:26:03+01:00

Le monde suit son cours, déclara le vieil homme, l'air mécontent. Chacun songe à ses propres affaires, chacun mène sa vie à sa façon. Il en va ainsi de ta mère, bien entendu, et de ton étourneau, également. C'est la même chose pour tout le monde. Le monde suit son cours.

Afficher en entier
Extrait ajouté par mlalande 2018-01-10T20:23:37+01:00

"L'homme-mouton a son monde d'hommes-moutons. Moi, j'ai mon monde. Et toi, le tien. N'est-ce pas ?

- Oui, sans doute.

- On pourrait dire aussi que même si je n'ai pas d'existence dans le monde de l'homme-mouton, cela ne signifie pas que je n'ai aucune existence.

- En somme... commençai-je. Tous ces mondes différents se retrouvent mêlés ici. Ton monde, le mien, celui de l'homme-mouton. Parfois ils se chevauchent. Et parfois, non. C'est ce que tu veux dire ?"

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lust 2016-10-05T13:43:16+02:00

Il est à présent deux heures du matin, tout est sombre. Je suis seul et je pense au cachot dans les sous-sols de la bibliothèque. Quand je suis seul, l'obscurité me paraît plus noire encore. Aussi noire que durant une nuit de nouvelle lune.

Afficher en entier
Extrait ajouté par queenregina 2016-03-28T14:52:42+02:00

L’homme-mouton tira de sous le lit un boulet de fer apparemment très lourd. Une chaîne le reliait à une ferrure avec laquelle il enserra ma cheville. Il verrouilla la serrure puis glissa la clef dans sa poche de poitrine.

« C’est terriblement froid ! dis-je.

— Ne t’en fais pas, tu t’y habitueras vite !

— Dites, M. l’homme-mouton, il faut vraiment que je reste ici pendant un mois ?

— Ma foi, oui.

— Mais si je sais par cœur ces trois livres, il me laissera sortir à la fin du mois ?

— Ah… ça, ce n’est pas sûr.

— Mais alors, qu’est-ce que je deviendrai ?

— J’ai un peu de mal à te l’annoncer, en fait…, répondit l’homme-mouton, gêné.

Afficher en entier
Extrait ajouté par queenregina 2016-03-28T14:50:44+02:00

Me précédant, l’homme-mouton s’engagea dans un étroit couloir. Le vieil homme marchait sur mes talons. Sur l’habit que portait l’homme-mouton était fixée une petite queue qui oscillait vivement à chacun de ses pas, de droite à gauche, comme un pendule.

« Eh bien… », fit l’homme-mouton. Il s’immobilisa au bout du couloir. « Nous y voilà.

— Attendez, M. l’homme-mouton, dis-je. Ne s’agirait-il pas d’une prison ?

— Certes, en convint-il.

— En plein dans le mille ! » confirma le vieillard.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Maks 2016-03-14T03:53:33+01:00

« Dites, M. l’homme-mouton. La jolie petite fille qui est venue un peu plus tôt, qui est-ce ?

— De qui parles-tu ? Une jolie petite fille ?

— La fillette qui m’a apporté mon dîner.

— Ah, ça… c’est bizarre, répondit l’homme-mouton, l’air étonné. Voyons, ton dîner, c’est moi-même qui te l’ai apporté ! À ce moment-là, tu étais endormi dans ton lit. Et comme tu peux le voir, je suis un homme-mouton, pas une jolie petite fille. »

Avais-je rêvé ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Maks 2016-03-14T03:44:36+01:00

« Tu me suis, compris ? » lança le vieil homme.

Très vite, le couloir se divisa en deux. Le vieillard tourna à droite. Nous avançâmes un peu, puis, de nouveau, il y eut un embranchement. Cette fois, le vieil homme s’engagea sur la gauche. Les tournants et les bifurcations se succédaient mais l’homme n’avait pas la moindre hésitation avant de prendre tantôt à droite, tantôt à gauche. Il ouvrait parfois une porte et nous avancions alors dans un couloir différent.

De mon côté, j’étais en pleine confusion. Enfin quoi ! C’était tout de même invraisemblable que les sous-sols de la bibliothèque municipale abritent un labyrinthe aussi gigantesque ! Les bibliothèques comme la nôtre doivent toujours jongler avec un budget insuffisant et ne disposent évidemment pas des fonds disponibles pour construire le plus petit des labyrinthes. Je songeai bien à poser une question à ce sujet au vieil homme mais, finalement, je m’en abstins, de peur d’être méchamment réprimandé.

Le labyrinthe finit pourtant par aboutir à une grande porte en fer, sur laquelle était placardé : SALLE DE LECTURE.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alias-Rosiel 2017-02-12T19:40:31+01:00

Pour être franc, on va te découper le haut du crâne avec une scie. Après, on t'aspirera le cerveau.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lust 2016-10-05T13:42:30+02:00

-On pourrait dire aussi que m^me si je n'ai pas d'existence dans le monde de l'homme-mouton, cela ne signifie pas que je n'ai aucune existence.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode