Livres
436 654
Membres
362 306

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

De jour en jour, et par les deux côtés de mon intelligence, le moral et l'intellectuel, je me rapprochai donc peu à peu de cette vérité, dont la découverte partielle a entraîné pour moi un si terrible naufrage : à savoir, que l'homme n'est en réalité pas un, mais deux.

Je dis deux, parce que l'état de mes connaissances propres ne s'étend pas au-delà. D'autres viendront après moi, qui me dépasseront dans cette voie ; et j'ose avancer l'hypothèse que l'on découvrira finalement que l'homme est formé d'une véritable confédération de citoyens multiformes, hétérogènes et indépendants.

Afficher en entier

Je songe parfois que si nous savions tout, nous n'aurions d'autre désir que de disparaitre.

Afficher en entier

Mon cher Utterson, tu apprendras par Pool comment je l'ai envoyé aux quatres coins de Londres. Ses démarches auprès d'une vingtaine de pharmaciens ne servent à rien. Je suis maintenant persuadé que la poudre de mon premier achat était impure, et que, très probablement, elle tenait son pouvoir de cette impureté dont l'origine restera inconnue.

Afficher en entier

Puisqu'il est Mr Hyde, je serais Mr Seek.

Afficher en entier

Difficile de le décrire. Il y a quelque chose de bizarre dans son apparence ; quelque chose de déplaisant, d'absolument détestable. Jamais je n'ai rencontré d'homme qui m'ait inspiré un tel dégoût, et pourtant je n'arrive pas à dire pourquoi. Je pense qu'il est atteint d'une sorte d'infirmité, mais je serais bien en peine de vous dire laquelle. C'est un homme d'une apparence extraordinaire, et cependant je ne saurais vous dire en quoi précisément il est extraordinaire. Non, mon cher, il n'y a rien à faire ; je suis incapable de vous le décrire.

Afficher en entier

« Et il advint enfin que mes recherches scientifiques, résolument orientées vers le mysticisme et la transcendance, me révélèrent en pleine lumière la guerre perpétuelle que se livraient les deux parties de mon être. Chaque jour qui passait, je m'approchais, tant par la voie morale qu'intellectuelle de mon esprit, de cette vérité dont l'intuition m'a voué à l'épouvantable naufrage qui me menace aujourd'hui : à savoir que l'homme n'est pas un, mais double en vérité. »

Afficher en entier

Sur ces mots, il porta le verre gradué a ses levres et le vida d une gorgée. Ensuite, il poussa un cri, chancela, se cramponna a la table pour ne pas tomber. Puis il s immobilisa, haletant, bouche ouverte, les yeux injectés de sang.

Afficher en entier

Hyde ne pensait qu a lui meme. Il torturait ses victimes avec une avidité bestiale. Impitoyable et féroce,il possedait a peu pres autant de sensibilité qu une statue. Les actes qu il accomplissait me terrifiaient.

Afficher en entier

Et le clerc disposant les papiers côte à côte, compara attentivement leurs teneurs.

- Merci, monsieur, dit-il enfin, en lui restituant les deux billets ; c'est un autographe des plus intéressants.

Il y eut un silence au cours duquel M. Utterson lutta contre lui même. Puis il demanda tout à coup :

- Dites moi : Guest, pourquoi les avez-vous comparés ?

- Eh bien, monsieur, répondit le clerc, c'est qu'ils présentent une assez singulière ressemblance ; les deux écritures sont sous beaucoup de rapport identiques ; elles ne diffèrent que par l'inclinaison.

- Assez singulier, dit Utterson.

- C'est, comme vous dites, assez singulier, répliqua Guest.

Afficher en entier

Quelques minutes plus tard, il était chez lui, installé d'un coté de la cheminée, dont M. Guest, son principal clerc, occupait l'autre. A mi-chemin entre les deux, à une distance judicieusement calculée, se dressait une bouteille d'un certain vieux vin qui avait longtemps séjourné à l'abri du soleil dans les caves de la maison. Le brouillard planait encore, noyant la nuit où les réverbères scintillaient comme des rubis ; et parmi l'asphyxiante opacité de ces nuages tombés du ciel, le cortège sans cesse renouvelé de la vie urbaine se déroulait parmi les grandes artères avec le bruit d'un vent véhément. Mais la lueur du feu égayait la chambre. Dans la bouteille les acides du vin s'étaient depuis longtemps résolus ; la pourpre impériale s'était atténuée avec l'âge, comme s'enrichit la tonalité d'un vitrail, et la splendeur des chaleureuses après-midi d'automne sur les pentes des vignobles n'attendait plus que d'être libérée pour disperser les brouillards londoniens.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode