Livres
477 871
Membres
458 944

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Didie6 2014-11-07T13:26:15+01:00

- Vous avez honte, c'est ça. Alors vous vous vengez sur nous. On dit qu'Hitler lui-même était demi-juif. A voir ça, ça ne m'étonnerait pas !

- Qu'est-ce que vous essayez de faire de moi, Grossbart ? Qu'est-ce que vous cherchez ? Vous voulez que je vous favorise, que je change la nourriture, que je me renseigne sur votre destination, que je vous donne des permissions.

- Vous parlez même comme un goy !

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-07T13:25:59+01:00

- Les parents juifs, monsieur, ont tendance à être plus protecteurs que vous ne le croyez. Je veux dire que les Juifs ont le sens de la famille très développé. Quand un garçon quitte la maison, la mère est susceptible d'être très bouleversée. Le garçon a probablement parlé de quelque chose dans une lettre et sa mère l'a mal interprété.

- Je lui ficherais bien mon poing sur la gueule. On a une salope de guerre sur le dos et monsieur voudrait de la vaisselle d'argent !

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-07T13:25:38+01:00

Sous la menace, je revins trois pages en arrière dans mon questionnaire et relus le numéro vingt-six : « Que préféreriez-vous faire : 1) Assister à un Congrès International du Commerce ; 2) Cueillir des cerises ; 3) Tenir compagnie et faire la lecture à un ami malade ; 4) Bricoler avec des moteurs de voiture. » Je jetai à Albie un regard vide et haussai les épaules.

- Ca n'a pas d'importance : il n'y a pas de réponse juste. N'importe quoi.

Il se projeta presque hors de son siège.

- Ne me raconte pas de salades ! Quelle est la réponse ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-07T13:25:17+01:00

Il y a bien longtemps, quelqu'un avait appris à Grossbart la triste loi qui consiste à prêcher le faux pour savoir le vrai. Non pas que je ne pusse croire aux pleurs d'Halpern – ses yeux avaient toujours l'air rouges. Mais vrai ou faux, cela devint un mensonge au moment où Grossbart en parla. Ce garçon n'était que stratégie. Mais – et cette idée prit force d'une accusation – je l'étais aussi ! Il y a des stratégie d'agression et des stratégies de retraite. Ainsi, reconnaissant que je n'avais pas été moi-même dépourvu d'adresse ni de ruse, je lui dit ce que je savais :

- C'est le Pacifique.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-07T13:25:05+01:00

J'appris que, tout jeune, Albie avait fait toutes les choses que moi, bien dirigé, je n'avais pas faites : il avait mangé des hamburgers dans des restaurants louches, il était sorti dans la rue après une douche froide, en hiver, les cheveux mouillés ; il avait été cruel envers les animaux ; il avait fréquenté des prostituées ; il avait volé, il avait été pris, et il avait payé.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode