Livres
450 935
Membres
395 875

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Mais son corps savait qu'il s'agissait de lui.

Et oh, mon Dieu...

... son âme aussi.

Afficher en entier

— Alors t’en dis quoi ? Et il n’est pas question de sexe.

— Tant mieux. Parce que je me déplace avec une canne et que je me sens à peu près aussi sexy qu’un minifour.

— OK, alors une rapide petite mise au point s’impose. Les minifours sont chauds comme la braise. Enfin, c’est leur fonction. C’est comme ça qu’on réchauffe une pizza et c’est de là que vient le nom de la marque Hot Pockets, c’est-à-dire « sachets chauds ». Sans four, on appellerait ça Room Temperature Pocket, « sachet à température ambiante », et qui a besoin de ça ?

Novo se mit à rire.

— T’es dingue.

— Tout ça pour dire que, si tu essaies de me faire croire que tu ne te sens pas sexy, choisis une autre métaphore. Du genre… je me sens aussi sexy qu’une boîte de Rennie. Ça calme les brûlures d’estomac, donc…

Afficher en entier

Il ignora sa remarque et se concentra sur le mâle derrière elle. (...)

Non.Il observait Novo.

D'un côté, Peyton pouvait le comprendre. Novo était hypersexy, telle une Bugatti au milieu d'un parking rempli de monospaces. D'un autre côté... il avait vraiment envie de castrer cet enfoiré et de lui faire bouffer sa queue.

Puis de sonner la curée au milieu de la piste de danse.

Et enfin, peut-être, de le couper en tronçons avec une scie pendant que les humains se rueraient en hurlant vers la sortie.

Avant de foutre le feu à son cadavre.

Afficher en entier

Peyton, fils de Peythone, ne l’intéressait en rien. Après tout, certaines choses, comme s’abstenir de se porter volontaire pour se faire amputer d’un bras ou d’une jambe, étaient évidentes.

Afficher en entier

"Parfois, rien ne vous donnait plus le sentiment d'être vieux et fatigué de la vie que le bonheur des autres."

Afficher en entier

— Je suis si fatiguée tout à coup.

Il lui caressa la joue du bout des doigts.

— Dors. Je veillerai sur toi. Tu ne feras pas de cauchemars cette nuit.

— Promis ?

— Promis. (Il lui ferma les paupières.) Je ne te quitterai pas. Et pas de cauchemar. Rien que du repos.

Le corps puissant de Novo se débarrassa de ses tensions dans un frisson. Puis elle se blottit contre lui.

— Si je savais chanter, je te fredonnerais une berceuse, chuchota-t-il. Une berceuse qui parlerait d’un endroit où n’existe ni douleur ni deuil. Ni souci. Mais je n’ai pas l’oreille musicale.

— C’est l’intention qui compte, marmonna-t-elle.

Peu après, sa respiration ralentit et devint plus régulière, puis de petits tressaillements de sa main ou de son pied indiquèrent qu’elle se reposait très, très profondément.

Quand il la contempla endormie dans ses bras, il sut qu’il donnerait sans regret sa vie pour sauver celle de la femelle. Il tuerait des dragons et déplacerait des montagnes pour elle. Il conquerrait des univers entiers sur un simple ordre de sa part et s’affamerait jusqu’à n’avoir plus que la peau sur les os rien que pour être sûr qu’elle avait à manger. Elle n’était pas seulement son soleil ou sa lune, mais sa galaxie.

— Moi aussi je t’aime, lui murmura-t-il à l’oreille. Pour toujours et à jamais.

Afficher en entier

— Je peux faire tout ce dont j’ai envie, chérie. Et ce que je ne vais pas faire c’est jouer les automates pour toi pendant que tu ignores le pauvre enfoiré auquel tu vas t’unir et que tu manques de respect envers ta sœur. Je dirais bien que c’était un plaisir de te rencontrer, mais j’ai arrêté de mentir il y a quelques nuits, alors non. Et je te souhaiterais bien une vie heureuse, mais ce n’est pas ce qui t’attend. (Il décocha un regard dur à Oskar.) Ni toi, mon ami. S’il te reste un peu de cervelle, soit tu la quittes, soit tu te les exploses. Bonne chance.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode