Livres
554 928
Membres
600 186

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

-Raconte-moi comment tu t'es blessé. Je promets de ne pas te juger. Je veux dire, allez, je suis la personne la plus socialement inapte que tu ne rencontreras jamais. J'ai vécu toute ma vie à travers les films que je regardais à la maison. Je peux te citer cent mille répliques d'un millier de comédies romantiques, mais si tu me demandes de parler à quelqu'un que je ne connais pas, je me fige d'un coup. Donc je ne suis pas en position de juger.

J'ai envie de t'embrasser, songea-t-il. Tout de suite.

-Quandtuasappeléhiersoirj'étaisnuetjenetrouvaispasçaconvenableal orsj'aicourudansmondressingpourm'habilleretàmonretourj'aitrébuchésurunoreillernemedema ndepascommentetjemesuiscognél'orteiletfoulélacheville.

Helania cligna des yeux. Puis éclata de rire.

-Je suis désolée, est-ce que tu peux répéter?

-Nu quand tu as appelé. Couru m'habiller. Retour au lit, trébuché sur un oreiller. Orteil cogné, cheville foulée. Virilité annulée. Tragédie.

Lorsqu'elle s'esclaffa de nouveau, il décida de suivre des cours de comédie. Uniquement pour pouvoir entendre ce son.

Afficher en entier

Le lien qu’il partageait avec cette relative inconnue était exactement semblable à l’expérience déroutante que les trois autres mâles avaient vécue avant lui : au lieu d’une évolution progressive, qui aurait testé leur compatibilité au fil du temps, de ses sentiments pour la femelle, il avait plutôt l’impression qu’elle avait simplement déverrouillé de façon instantanée le coffre-fort de son cœur en tapant simplement le bon code…

Afficher en entier

Tout ce qu’il lui fallait – tout ce qu’il voulait – c’était elle. Elle était la gravité qui le maintenait sur terre, l’oxygène qui circulait dans ses poumons et le sang qui coulait dans ses veines.

Afficher en entier

— Il est temps d’y aller, annonça-t-il à son reflet.

Cependant, il ne bougea pas. Se contemplant dans la psyché, il ne reconnaissait pas ce mâle brun qui lui rendait son regard. Ni les traits classiques de ce visage, si caractéristiques des aristocrates. Ni ce large torse, si peu aristocratique. Ni ces longues jambes ni ces mains veinées.

Il aurait dû être capable de se voir clairement. D’autant qu’il se trouvait dans son dressing, dans sa propre suite, chez lui, avec la lumière allumée et sans distraction.

Afficher en entier

"On peut presque tout supporter, tant qu'on sait que ça ne durera pas éternellement."

Afficher en entier

- Helania. Viens ici.

Elle leva une paume pour l'arrêter.

- Non. Non, je ne veux pas me reposer sur toi. Je ne veux pas... je dois tenir toute seule. Pour la première fois de ma vie, je veux être forte.

- Ce n'est pas l'un ou l'autre, tu sais. Tu peux être forte et t'appuyer sur tes amis et ta famille.

Afficher en entier

Le biais de confirmation est une chose, songea Butch en ressortant d’un congélateur de la taille d’un garage.

Afficher en entier

Boone tourna le dos au mâle avec l’intention d’entrer dans le petit salon. Mais quand il saisit les poignées de cuivre, il se sentit incapable de bouger. Au même instant, il perçut un soupir d’exaspération dans son dos, puis Marquist s’en alla avec affectation, en faisant claquer les semelles de ses chaussures vernies comme autant de malédictions, tandis qu’il se retirait dans sa tanière de méchant constipé, pleine de chiffons à lustrer et de plans de table.

L’hésitation de Boone n’était en rien liée à la présence du majordome, mais le fait qu’elle ait poussé ce dernier à décamper était un plus.

Afficher en entier

Vu qu’aucune réponse à cette question n’adviendrait, il sortit du dressing puis traversa sa chambre et le salon. Dans le couloir, il passa devant des compositions florales disposées sur des consoles en demi-lune, une galerie de tableaux, puis les portes closes de l’ancienne suite de sa mahmen de sang. D’après ce qu’il avait cru comprendre, la chambre était toujours dans l’état où elle se trouvait au moment du décès de la femelle, survenu vingt ans auparavant, parce qu’elle n’avait plus jamais été ouverte depuis lors.

Et non, en avait-il déduit, parce que son père pleurait la mort de sa shellane.

Afficher en entier

Il défit l’enchevêtrement de soie autour du col relevé de sa chemise monogrammée et recommença son nœud de cravate. Cela irait peut-être mieux les yeux réellement bandés. De toute évidence, ses prunelles n’étaient pas d’une grande aide.

Sur cette pensée, il ferma les paupières.

Le problème était qu’il avait les paumes moites et du mal à respirer. Donc s’étrangler, même avec la meilleure soie de chez Hermès, ne l’aidait pas à se sentir moins vaseux.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode