Livres
506 101
Membres
514 034

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Gkone 2015-05-21T07:50:44+02:00

Elle planta son regard dans celui d'Élouane et sourit.

- Soyons claires, princesse, tu m'énerves prodigieusement.

- C'est noté, réplique celle-ci en croisant les bras.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lyanaa 2018-08-01T14:57:06+02:00

Une ombre passait sur le mur

Au pied duquel tu m’attendais

La main posée sur tes blessures

Que n’importe qui t’avait fait

Julian reconnut une chanson de Dominique A. Le chanteur y parlait de l’un de ses frères, de la manière qu’il avait de veiller sur lui. C’était incongru de l’entendre en ce lieu, mais ces mots résonnaient avec profondeur, portés par la voix rauque et douce d’Énora. Bien que le chant soit chargé de tendresse, Julian restait à distance, comme toujours. Il était le seul. Quand le refrain arriva, la jeune fille avait réussi à créer une belle empathie autour d’elle. Sa voix se fit plus puissante, ses doigts sur le clavier, plus violents, emportant avec eux l’émotion des spectateurs.

Mais comment vais-je faire pour

Te faire passer le goût du feu ?

Mais comment vais-je faire pour

Pour te ramener vers le bleu ?

Pour te ramener vers les îles

D’enfance et d’arches suspendues

Vers nous deux glissant tout graciles

Sur nos vies comme sur un talus

Quand nos pensées ne faisaient qu’une

Le sommeil était l’ennemi

Nous ne connaissions pas la nuit

Nous n’avions jamais vu la lune

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lyanaa 2018-08-01T14:56:06+02:00

Énora se redressa, intriguée. Elle saisit la boîte que lui tendait Morgane.

C’était un minuscule coffret à bijoux recouvert d’un cuir rouge d’apparence étrange, comme de la peau de serpent usée. Énora l’ouvrit. À l’intérieur, elle découvrit un pendentif au bout d’une chaîne – un cercle d’or composé de deux moitiés, l’une dessinant un croissant de lune, l’autre un demi-soleil stylisé reconnaissable à ses rayons déployés comme dans un dessin d’enfant. Le trou qui s’ouvrait en son centre n’était pas plus large qu’une tête de vis, mais il attirait immédiatement le regard. Énora leva les yeux vers sa grand-mère. Cell-ci hocha la tête et, sans un mot, passa le bijou au cou d’Énora. La chaîne était si longue que le pendentif se logea entre ses seins, à l’abri du tee-shirt, et le cercle se plaqua contre sa peau comme s’il s’était toujours trouvé là.

- Prends-en soin, murmura Morgane. Il est dans la famille depuis très longtemps.

Afficher en entier
Extrait ajouté par PtitLoupe 2017-06-17T20:47:42+02:00

- Personne ne t'a appris qu'il était impoli d'écouter aux portes ? le gronda Ojaedd.

- Si, intendant. Mais on m'a aussi appris que, parfois, passer outre la politesse permettait d'éviter les impairs.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Jiro-Reru 2017-05-08T11:48:23+02:00

"- Charly, veux-tu être comme un frère pour moi ?

- Bien sûr !

- Tais-toi.

- Ah non ! Moi je suis le frère chiant, celui qui met toujours les pieds dans le plat, demande à Julian."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Florilege 2020-04-27T20:34:28+02:00

Je crois qu'en amour la liberté est le pire des poisons lorsqu'il porte la contrepartie du secret. C'est intenable. Toujours l'amour veut être connu, reconnu. S'il se noue dans l'intimité, il a besoin d'exister au regard des autres -pour moi, du moins, j'en ai besoin-, et le contraindre au silence des alcôves est un poison qui ronge les amants.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Aralorn 2019-06-20T13:45:28+02:00

La voix du général Rhun retentit dans son esprit. Lorsque tu peux fuir, fuis ; lorsque tu peux esquiver, esquive. Il n’y a aucune honte à rester en vie. Vingt ans plus tôt, ces mots avaient constitué sa première leçon de combattante. La plus importante.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lyanaa 2018-08-01T15:01:09+02:00

Le Gris apparut près d’eux sans s’être annoncé.

- Bienvenue, Loup du temps, le salua Kaltaj.

Ravenn se rappela que, dans les croyances du clan, le temps était représenté comme un grand loup gris qui marchait dans le dos de chaque homme du jour de sa naissance jusqu’à celui de sa mort, où il le dévorait. Elle n’avait jamais fait le lien entre cette légende et le Gris.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lyanaa 2018-08-01T14:59:35+02:00

- C’est un accord sur la vie, Kaltaj, comme le veulent vos coutumes. J’emmène ton fils et ta promesse. Le sang et la vie. Quoi qu’il arrive, à ma mort ou à la tienne, lorsque le grand loup gris du temps dévorera l’un d’entre nous, nous serons quittes.

- Nos vies sont tiennes, répéta Kaltaj en portant une main à son front pour sceller sa promesse. Va en paix, Croc de mon peuple.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lyanaa 2018-08-01T14:58:27+02:00

- [...] Les interprétations sont légion, mais voici la plus coutumière: le cercle est formé d’un côté par un croissant de lune, de l’autre par un soleil aux rayons déployés en éventail. Il figure les deux mondes, Rive et Ombre, où le jour et la nuit sont inversés. Ainsi alliés, ils suggèrent une entente, une association dans la paix – l’illustre ère de l’Échange initiée par Kanna à l’aube de son règne, lorsque les deux mondes devaient s’épauler pour un bénéfice mutuel. Le trou au centre, lui, évoque le pouvoir du Passeur, celui d’enfanter des failles pour traverser de l’un à l’autre.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode