Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...

Extrait de L'Héritage du Christ - Sarah Calman

Ajouté par SarahCalman

<< Voir tous les extraits
Par SarahCalman le 02-11-2019 Editer
L'Héritage du Christ
PROLOGUE


5 décembre 1484
5h50
Rome


La flamme vacillante jouait à faire bouger les ombres. La pièce faiblement éclairée par l’unique bougie et gelée par le froid dégageait une ambiance encore plus glaciale. La pointe de la plume plongea dans l’encrier, s’abreuvant du liquide noir, avant de poursuivre sa triste destinée sur le parchemin déjà souillé.
Les lettres se dessinaient une à une, formant de simples mots, sculptant de terribles phrases pour engendrer un texte aux conséquences bien funestes. Comme l’encre déversée par la plume en cet instant, bientôt le sang innocent coulerait à flots.

Le vieil homme signa son œuvre. Ravi de jouir du pouvoir conféré par son statut, ses yeux globuleux fixaient le parchemin. Sa bouche, surplombée par un nez proéminant, restait pincée sans trahir la moindre émotion. Pourtant, une effroyable crainte envahissait Giovanni Battista Cybo-Tomasello depuis qu’il avait été élu pape quelques mois auparavant et qu’il avait hérité du terrible secret légué par son prédécesseur Francesco della Rovere. Son unique obsession depuis ce jour : sauver à n’importe quel prix la religion qui lui avait apporté gloire, richesse et reconnaissance, comme l’avaient fait avant lui les papes successifs.
Les croisades menées depuis des centaines d’années au Moyen Orient et cette insatiable chasse aux hérétiques dans le continent n’avaient pas été de simples stratégies politiques comme Cybo le pensait jusqu’alors, mais des efforts désespérés d’hommes faibles qui avaient tout tenté pour préserver leur statut. Ce pape fraîchement nommé se sentait lui aussi prêt à user de tous les pouvoirs de son attribution pour conserver les privilèges de sa fonction. En aucun cas le secret ne devait être découvert.

De moins en moins vive, la flamme éclairait plus faiblement le sombre visage de l’homme. Fièrement, il jeta un dernier coup d’œil au parchemin et murmura ces quelques mots. Summis desiderantes affectibus . Innocent VIII n’était pas simplement entré dans l’Histoire. Il venait d’écrire l’Histoire. Des femmes innocentes allaient mourir, mais la grandeur et la richesse du pape resteraient intactes. La chasse aux sorcières ne faisait que commencer.
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.