Livres
540 690
Membres
571 467

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

L'Héritier des Donatelli



Description ajoutée par Mercer 2014-07-19T07:00:34+02:00

Résumé

Si Lauren a décidé de sortir de sa solitude pour assister au bal de Noël donné dans le plus bel hôtel de New York, c’est parce que c’est sa seule chance d’avouer son secret à Paolo Donatelli, un secret qu’elle garde depuis de longues semaines maintenant. Trois mois plus tôt en effet, Lauren s’est abandonnée au désir fou que Paolo lui a toujours inspiré : parce qu’elle voulait échapper pour quelques heures à son quotidien, parce qu’elle voulait goûter, pour une fois, au bonheur et à la volupté. Hélas, ces quelques heures ont bouleversé sa vie… Enceinte, Lauren sait qu’elle ne pourra dissimuler sa grossesse très longtemps. Avant que la presse, qui guette le moindre de ses gestes, ne s’en charge, elle doit avertir Paolo, en dépit de tout le mépris qu’il a désormais pour elle…

Afficher en entier

Classement en biblio - 29 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par Underworld 2019-09-18T01:30:46+02:00

** Extrait offert par Dani Donatelli **

1.

Ce n’était pas la première fois que Lauren Bradley se demandait si elle n’était pas en train de franchir la ligne rouge. Depuis plusieurs semaines, la femme épanouie et indépendante qu’elle rêvait de devenir prenait des allures de manifestante au poing levé. Les mots « effrontée », « radicale » et « esclandre » se mettaient alors à résonner dans un coin de sa tête.

Naturellement, dès que cette pénible petite litanie de reproches se déclenchait, elle avait l’impression de reconnaître la voix de sa mère… Chassant l’une de ses longues nattes brunes derrière son épaule, Lauren pria l’absente de se taire et reporta toute son attention sur l’austère jeune femme postée derrière le comptoir d’accueil du très prestigieux salon de coiffure de l’hôtel où elle était descendue. Le coup d’œil glacial auquel Lauren avait eu droit il y a un instant avait tout d’un adieu, et une petite voix lui soufflait de s’éclipser sans demander son reste. Mais, à la perspective de la soirée à venir, son cœur battait follement.

« Suis-je capable d’oser ? » se demanda-t-elle, saisie d’appréhension. Elle devait avoir l’air d’une simple touriste venue à New York pour une coupe de cheveux très chic à exhiber au retour de vacances… Mais pour elle, c’était tellement plus important que ça !

Elle était sur le point de prendre enfin le contrôle de sa vie — même si elle n’aurait jamais imaginé que cela se produirait de cette façon. Or, pour y parvenir, encore fallait-il abandonner la Lauren qui souriait toujours avec timidité en prenant le siège du dernier rang. Si elle ne pouvait pas suivre son premier élan, autant tout oublier, aller récupérer ses bagages et partir s’enfermer dans la villa de sa grand-mère, où elle élèverait seule son bébé !

Non ! Instinctivement, elle se redressa et regarda l’hôtesse qui avait pris un appel pour mieux lui signifier qu’elle ne lui prêtait plus la moindre attention. Ces quelques secondes supplémentaires permirent à Lauren de se redonner une contenance et d’afficher un sourire irrésistible face à son interlocutrice passablement agacée. A peine celle-ci eut-elle raccroché que Lauren lança d’une voix pleine d’assurance :

— Il doit y avoir un malentendu… Je participe au gala de charité Donatelli, ce soir.

Le sésame eut l’effet escompté : même si l’hôtesse semblait très jeune, sa bouche s’arrondit et ses cils incroyablement longs battirent soudain en signe de respect. Eh oui… La simple évocation du nom de Paolo Donatelli coupait le souffle à n’importe quelle femme !

Lauren savoura le petit frisson que lui procurait ce semblant de pouvoir. Bon, elle venait de jouer la carte du name dropping et n’en était pas très fière, mais… en même temps, jamais elle n’avait trouvé l’audace de se servir de ce genre d’argument, avant aujourd’hui ! Malgré l’expression d’effroi qu’elle n’imaginait que trop bien sur le visage de sa mère, elle entendit la voix de sa grand-mère lui souffler : « Bravo, chérie ! » Serrant la bandoulière de sa grande besace, elle reprit donc d’un ton mielleux :

— Vous êtes absolument certaine que vous n’avez rien au nom de Bradley ? Mme Ryan Bradley ?

Tant d’effronterie aurait sans doute causé une attaque à sa mère. Lauren parvint pourtant à demeurer impassible en prononçant ce nom ; après tout, à quoi bon porter le nom de Bradley si elle ne profitait jamais des avantages qui y étaient attachés ?

— Madame Bradley…

L’hôtesse se mit à parcourir fiévreusement son grand cahier du bout de son stylo, l’air pénétré.

— C’est un nom qui m’est familier, murmura-t-elle en tournant les pages.

Comme attiré par la formule magique de Lauren, un homme filiforme apparut soudain derrière le mur de briques translucides. Moulé dans un jean et une veste siglés d’un grand créateur italien, sophistiqué jusqu’au moindre détail, impeccablement manucuré, il accueillit sa nouvelle cliente avec le sourire chaleureux dont on gratifie sa plus vieille amie, alors qu’elle le voyait pour la première fois de sa vie.

— Madame Bradley ! s’exclama-t-il avec déférence. Bien sûr que nous avons un créneau pour vous ! C’est un immense plaisir de vous voir… même en des circonstances aussi douloureuses. Permettez-moi de vous exprimer en mon nom propre, mais aussi au nom de toute l’équipe, et même du pays, mes sincères condoléances. Le capitaine Bradley était un vrai héros. Si nous pouvons faire quoi que ce soit pour atténuer votre chagrin et rendre hommage à son sacrifice, sachez que nous sommes à votre service.

Lauren se sentit dans la peau d’un odieux charlatan, tandis que l’homme la conduisait à l’intérieur du somptueux salon. Devant eux, une armée de jeunes gens faisaient prestement disparaître toute trace du passage des clients précédents, dans une valse de balayettes aussi efficace qu’élégante.

Elle se mordit la lèvre. A vrai dire, la culpabilité commençait à tendre chaque muscle de son corps. Voyons, il était encore temps de faire demi-tour… On se retournerait sur son passage, mais il n’y en aurait que pour quelques secondes.

Mal à l’aise, elle se laissa cependant installer dans un fauteuil de cuir, tandis que des mains expertes défaisaient les élastiques de ses nattes. Avec un sourire appréciateur, l’homme-brindille glissa alors ses doigts dans ses cheveux lâchés.

— C’est votre couleur naturelle, n’est-ce pas ? observa-t-il. Quelle splendeur ! Votre mari devait en être fou.

Oui, Lauren avait longtemps cru qu’il l’aimait passionnément… Il lui avait même fait promettre de ne jamais les couper. D’ailleurs, dans l’entourage de Lauren, tout le monde lui avait recommandé de garder ses cheveux très longs. Conciliante, elle avait obéi.

— Vous ne comptez tout de même pas les cacher en les remontant en chignon ? Que porterez-vous, ce soir ?

— Une robe Lanvin-Castillo vintage, répondit-elle. Et non, je ne souhaite pas les relever, mais les couper. Court.

Nouvelle vie, nouvelle coupe…

Stupéfait, le coiffeur arrima son regard arrondi au sien, dans le miroir. D’abord incrédule, son expression se fit progressivement enthousiaste. Enfin, il sourit et murmura :

— Ma chère, si je n’avais pas déjà un fiancé merveilleux, je demanderais votre main sur-le-champ !

A son tour, Lauren sourit.

— Monsieur, si j’avais été tentée de me remarier, je vous aurais répondu oui.

* * *

Trois heures plus tard, Enrique était devenu le meilleur ami de Lauren. Ayant insisté pour l’accompagner jusque dans sa chambre avec l’un des meilleurs stylistes du salon, il l’avait aidée à apporter les dernières touches à sa tenue, ses ongles et son maquillage.

— Je meurs d’impatience d’apprendre à tout le monde que j’ai habillé la petite-fille de Frances Hammond ! Regardez-vous ! On dirait que cette robe a été taillée spécialement à votre intention…

Dans la mesure où ce modèle avait été la dernière pièce de haute couture fabriquée pour sa grand-mère, alors enceinte de trois mois, Lauren n’était guère étonnée qu’elle lui aille si bien. Le corset qui flattait sa poitrine était très inconfortable, mais il la mettait si bien en valeur que le jeu en valait la chandelle. Dissimulant une grimace de malaise, elle enfila les escarpins de satin assortis. Ils n’étaient pas aussi hauts que le dictait la mode du jour, mais parfaitement assortis à la robe, avec leur broderie améthyste sur soie blanche.

Enrique déposa avec délicatesse l’étole de soie violette sur les épaules nues de Lauren et hocha la tête, émerveillé.

— Regardez-moi ces détails, cette subtilité… Quelle époque glorieuse pour le vêtement !

D’un geste familier, il posa les mains sur ses hanches, suivant du bout des doigts la broderie rose et bleue qui marquait le bas du corset, à la taille. Fort heureusement, il ne parut pas remarquer que la forme de la robe cachait un petit ventre arrondi. Ouf ! Le but de la manœuvre était de permettre au père d’apprendre l’existence de cet enfant à naître avant le reste du monde.

Comme Lauren apprivoisait l’idée de revoir Paolo le soir venu, elle sentit une onde d’excitation la parcourir. Ainsi sans doute qu’une légère bouffée de chaleur, car elle vit ses joues se colorer soudain dans le grand miroir devant lequel elle se tenait. Aussitôt, elle regretta de n’avoir pas été capable de refréner cette réaction. Pourquoi la simple évocation de cet homme lui faisait-elle toujours cet effet ? C’était mal. Désormais, quand elle pensait à lui, les souvenirs de leur nuit à Charleston la submergeaient, et la honte la faisait rougir.

Une nouvelle fois, elle chercha à nier l’importance que ces moments avaient prise à ses yeux, mais l’étau de sa mémoire était plus impitoyable encore que celui de son corset. Jamais ils n’auraient dû faire l’amour — et c’était arrivé quand même. Naturellement, il y avait des conséquences, et elle saurait y faire face.

Ce qui impliquait d’affronter Paolo.

Luttant contre l’angoisse qui la tenaillait à la perspective de le revoir, elle posa un regard sévère sur son reflet. Alors que l’élégance de sa grand-mère irradiait d’un blond lumineux, elle restait une vraie brune et les mèches courtes de sa nouvelle coupe, caressant son cou, accentuaient cette différence.

Que diable penserait Paolo ? De ses cheveux, et… de la nouvelle qu’elle allait lui annoncer ?

Avec lui, elle ne savait jamais à quoi s’attendre. Lors de leur première rencontre, cinq ans plus tôt, dans un bar de New York, il s’était montré chaleureux, plein d’admiration. Mais la deuxième fois, six mois plus tard, à son mariage avec Ryan, les choses s’étaient si mal passées qu’ensuite ils s’étaient scrupuleusement évités. Très vite, Lauren s’était convaincue qu’il la détestait et, après le comportement odieux de Paolo lors du trentième anniversaire de Ryan, elle l’avait ignoré. Puis, quand Ryan avait disparu, trois mois plus tôt, elle avait appelé Paolo depuis Charleston, laissant un SOS désespéré sur un répondeur, et il s’était presque aussitôt matérialisé devant elle. Tout en lui révélant la terrible vérité au sujet de Ryan, il avait exprimé ses profonds regrets avant de l’emmener dans son penthouse tout proche de chez elle. Là, il lui avait fait l’amour avec une passion aussi intense qu’inattendue.

Alors comment réagirait-il ? La venue de cet enfant serait-elle pour lui excitante et merveilleuse ? Ou bien se changerait-il en glaçon, comme il savait si bien le faire ? L’accablerait-il de reproches ? Comptait-elle encore pour lui ?…

Oh ! Seigneur, voilà qu’elle délirait. Pourquoi briguer une place dans le monde puisqu’elle ne saurait jamais l’occuper ? Soudain, elle se vit telle qu’elle était : une simple fille de la campagne en train de jouer à la dame, dans sa somptueuse robe, songeant naïvement à s’emparer d’une existence qu’elle n’aurait jamais le cran de vivre.

— N’ayez pas peur, lança Enrique. Vous avez toutes les raisons d’être fière de vous.

Hélas, il était bien le seul à voir les choses sous cet angle, se dit-elle. Personne ne partageait cet avis. En tout cas, ni sa mère ni sa belle-mère. Quant à Paolo, il ne lui avait plus jamais adressé un mot depuis cette fameuse nuit. Décidément, cela s’annonçait mal.

L’anxiété lui nouait la gorge et l’estomac, et elle posa machinalement une main protectrice sur son ventre.

Le regard d’Enrique suivit ce mouvement bien trop révélateur… Et elle se sentit défaillir.

— Je n’ai rien mangé de la journée, expliqua-t-elle très vite.

L’alibi avait le mérite d’être exact. Bon sang, le bébé méritait mieux. Il aurait été plus sage de retirer cette robe, de rester dans sa chambre et de commander un bon dîner avant de se coucher tôt.

— Il y aura un buffet au gala, mais voulez-vous une friandise ? suggéra le styliste d’Enrique en lui tendant un sac de bonbons.

Lauren ne put réprimer un sourire et accepta volontiers la sucrerie, qui diffusa bientôt son intense parfum de caramel sur sa langue. Le visage souriant de sa grand-mère apparut aussitôt dans son esprit. « Vas-y, ma chérie. Embrasse ta chance à bras-le-corps. Vis ta vie. »

Lauren prit une longue inspiration et sentit sa confiance revenir. Non, elle ne décevrait pas sa grand-mère. D’un geste assuré, elle ferma les accroches des boucles d’oreilles en diamant de mamie. Puis, avec la dignité d’une Marie-Antoinette marchant vers la guillotine, elle quitta la chambre en direction de la grande salle de réception où avait lieu le gala de charité.

* * *

Paolo Donatelli surveillait d’un œil d’aigle la soirée de charité que sa mère donnait déjà chaque année du temps où son père était encore de ce monde. Quel que fût le pays dans lequel ils se trouvaient en décembre, celui-ci devenait le lieu d’un « White Tie Ball » avec orchestre au complet, fontaines de champagne et souper de minuit. Après quoi, les Donatelli se rendaient en Italie pour un Noël en famille, heureux d’avoir apporté leur contribution à l’économie locale tout en affirmant leur position dans la société et en soutenant la cause humanitaire du moment.

Il était rare que sa mère quitte la maison, durant les nuits d’hiver, mais Paolo se faisait fort de lui rendre hommage en supervisant l’événement. Selon ses critères, exigeants et perfectionnistes, il considérait avoir mis sur pied, ce soir, l’une des plus belles soirées new-yorkaises de fin d’année. La seule ombre au tableau demeurait l’absence, à son côté, d’une épouse jouant le rôle d’hôtesse. Bien sûr, personne n’oserait lui en faire la remarque. Son cousin Vittorio avait son opinion sur le sujet, mais il la gardait sagement par-devers lui. En outre, Paolo était en train de remédier à cette situation : Isabella Nutini serait sa cavalière, ce soir, et elle était impeccable dans ce rôle.

Il hocha obligeamment la tête lorsque la jeune femme s’excusa auprès de lui afin d’aller se repoudrer, et songea à tout ce qu’elle saurait parfaire dans son existence. Ses qualités étaient innombrables : d’abord, c’était une Italienne, et non l’une de ces Américaines au sang mêlé, comme l’avait été sa première femme. Elevée dans la religion catholique, Isabella considérait le sacrement du mariage avec le respect qu’il méritait. Elle semblait sensible aux notions de loyauté et de devoir envers la famille — attitude qu’il trouvait rarement chez ses semblables aujourd’hui.

Le plus intéressant, au-delà d’un minimum d’attirance physique mutuelle et d’entente intellectuelle, c’était qu’il ne ressentait presque rien pour elle. Son caractère latin le portait aux sentiments profonds, intenses, et contrer cette sensibilité exigeait de sa part un combat quotidien. Mieux valait donc choisir une épouse qui ne lui infligerait pas un tsunami émotionnel permanent. Du moment qu’elle était capable de lui offrir les enfants dont il avait besoin et qu’elle ne lui faisait pas honte devant sa famille, Isabella était la femme idéale.

— Ta cavalière t’a abandonné, et je vais devoir l’imiter, lança Vittorio avec une insolence joyeuse. Je te prie de m’excuser, cousin, pendant que je cours séduire ma future moitié.

La curiosité masculine et la force du sang italien contraignirent Paolo à se tourner vers la femme qui avait retenu l’attention de Vittorio. Il venait de l’apercevoir quand…

Le désir charnel d’une force irrépressible qu’il avait cru enfoui dans son subconscient se réveilla tel un volcan menaçant d’exploser. Comme s’il venait de se jeter dans un torrent de lave, Paolo sentit une chaleur inouïe monter en lui, et ses genoux semblèrent se paralyser. Il n’eut que le temps d’agripper Vittorio par la chemise, le contraignant à s’arrêter net. Personne ne s’approcherait d’elle tant qu’il n’aurait pas eu le temps de se faire à son apparition !

Il serra les poings et déglutit lentement. Elle était plus pulpeuse qu’auparavant, mais ses pommettes restaient saillantes sur son visage sculptural. En cet instant, ses grands yeux semblaient perdus, comme si elle cherchait désespérément quelque chose — ou quelqu’un — dans la foule. Malgré sa haute stature, il émanait d’elle une infinie vulnérabilité, la même que celle qui l’avait frappé, le soir où il était entré au domicile familial des Bradley, à Charleston. Comme de nombreuses femmes, elle était maîtresse dans l’art d’incarner la pauvre demoiselle en détresse afin d’obtenir ce qu’elle voulait.

« Ryan a disparu, Paolo. Personne ne veut rien me dire… Je t’en prie, aide-moi ». Jamais il n’avait oublié ces mots trouvés un soir sur son répondeur. Oh oui, elle eut le redoutable talent de toucher son cœur en jouant l’épouse dévouée à son ami Ryan, alors qu’elle avait consacré tant d’efforts à les monter l’un contre l’autre durant des années. D’un simple message vocal, elle avait provoqué un séisme affectif dont il avait mis des semaines à se remettre. Or un homme dans sa position ne pouvait s’offrir ce luxe. Elle aurait dû le comprendre et s’incliner, mais elle était bien trop égoïste pour cela.

Pourtant… Dio, qu’elle était belle ! Il accorda un bref coup d’œil à sa robe de soie blanche brodée. Ses épaules étaient couvertes d’un violet profond, mais il préférait se concentrer sur son décolleté, laissant deviner la naissance de ses petits seins ronds. Sur le corset de soie soulignant la finesse de sa longue taille de guêpe. Sur les broderies marquant la féminité de ses hanches dont il n’oubliait pas l’étau brûlant, au fil de ces heures magiques… Son cou gracile s’était offert à ses baisers fougueux, et sa bouche — cette bouche pulpeuse, chaude, ensorcelante — lui avait rendu sa ferveur d’une manière totalement…

— As-tu oublié que tu as déjà une cavalière, Paolo ? s’enquit Vittorio du ton moqueur que sa famille tout entière aimait employer depuis son mariage raté.

Lauren Bradley était hélas capable de lui faire oublier l’essentiel. Un violent sentiment de honte lui brûla les joues, aussitôt balayé par la colère. Elle l’avait séduit, le plaçant dans une position déshonorante, et jamais il ne le lui pardonnerait !

— C’est Mme Bradley, expliqua-t-il. Excuse-moi.

Les dents serrées, il abandonna son cousin pour aller à la rencontre de cette diabolique créature. Il savait que le regard de Vittorio ne le quittait pas. Le pays entier s’était posé bien des questions par voie de presse, lorsqu’il avait « emprunté » Lauren aux Bradley pour la conduire dans son penthouse, au sommet de la Donatelli Bank Tower de Charleston. « Rien », avait-il répondu, embarrassé.

Or il ne mentait jamais. Surtout pas à sa famille. Oui, décidément, Lauren l’avait humilié à tous les niveaux ; comment pouvait-elle avoir le culot de s’exhiber au grand événement organisé par les Donatelli ? Provocation ? Voulait-elle le faire chuter encore de quelques degrés sur l’échelle de sa propre estime ? Et où diable trouvait-elle le cran de se vêtir comme une altesse royale, paradant aux yeux de la meilleure société, trois mois à peine après la mort de son mari — que la nation entière considérait comme un saint ?

Dès qu’elle l’aperçut, son visage s’illumina, et il sentit un pénible tiraillement tendre ses muscles. Sa rage fit de nouveau place à un début de fièvre, comme s’il n’avait jamais quitté ce lit, à Charleston… Et, quand elle s’arrêta devant lui, ses grands yeux s’arrimant aux siens, il dut lutter contre la faiblesse qui attaquait ses membres. Elle avait quelque chose de gracile et de frêle, jusque dans la lueur d’appréhension qui brillait dans son regard vibrant.

Non, il ne serait pas dupe, ce soir. Il conserverait son sang-froid, se jura-t-il en se redressant pour la dominer. Il comprenait ce qui se tramait. Elle était venue lui demander quelque chose, et il était certain que cela ne lui plairait pas.

Comme elle levait une main vers sa nuque, visiblement mal à l’aise, il resta bouche bée un instant. Bon sang, comment avait-il pu ne pas s’en apercevoir plus tôt ?

— Dio ! Qu’as-tu fait de tes cheveux ? s’enquit-il d’un ton glacial.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par lou02 2017-01-02T11:15:53+01:00
Bronze

Un bon petit livre qui u se lit rapidement en moins de 100 pages. C’est un azur donc… je vous laisse deviner la fin.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Csirene 2014-09-29T23:43:39+02:00

Le roman tient ses promesses. La traduction est bonne, je n'ai repéré que très peu de coquilles ou d’anglicismes. Le style est fluide et rapide.

L'histoire d'une jeune veuve enceinte d'un autre homme que son époux aurait pu être banal sans plus, mais l'auteur nous dévoile une tout autre histoire un peu moi banale qui nous tient toute la romance.

On passe un moment agréable, on ne boude pas son plaisir.

Afficher en entier

Dates de sortie

L'Héritier des Donatelli

  • France : 2014-09-01 - Poche (Français)
  • USA : 2013-06-18 - Poche (English)

Activité récente

Titres alternatifs

  • Proof of Their Sin - Anglais
  • Proof of Their Sin (One Night With Consequences #1) - Anglais
  • A prova do seu pecado - Portugais
  • Prova De Pecado - Portugais
  • Dubbi e peccati - Italien
  • In jener verbotenen Nacht - Allemand
  • Ο Καρπός της Αμαρτίας - Grec

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 29
Commentaires 2
extraits 2
Evaluations 7
Note globale 6.5 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode