Livres
495 462
Membres
494 553

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

– Comment ça ? Quelle partie dégueu ?

– Ben, c’est simple… J’ai lu quelques-uns de vos bouquins. En fait, je les embarque dans les toilettes la nuit… Et, par exemple… Les nanas se jettent sur des sportifs en plein effort, et leur roulent des pelles, les pelotent et tout le bazar…

– Et donc ?

– Et donc, les filles, un mec qui fait du sport, ça pue, c’est collant et crade… Et je ne parle pas de l’haleine. Pareil pour les toilettes… Vos héroïnes, là, elles ne vont jamais aux toilettes ? Bonjour le tue-l’amour, ça… Parce que, nous sommes bien d’accord que les odeurs, parfois… enfin bref… Et les pets, on en parle ? Et les ronflements ? Et alors, parfois, ils se roulent même des galoches au réveil… Sérieux ? Donc, ça, ma grande, tu ne le retrouveras jamais dans la vraie vie… Un mec qui te sent les aisselles à la fin de la journée, ou mieux, qui te masse les pieds en te suçant les orteils sans que tu sois passée par la case douche, ça n’existe pas… Ou alors, le mec est un fétichiste, et dans ce cas, je préconise la fuite…

Afficher en entier

Chapitre 1 :

Laly

Opération romance

«...Silence pesant dans la pièce. Je fronce les sourcils avant d’oser demander de plus amples explications. Ce mec est épuisant, c’est incroyable.

– Comment ça « les culottes » ? Je ne vais pas demander aux hommes de m’offrir des culottes, non ? J’imagine bien : « Si tu veux m’offrir un truc, je suis une fan de culottes, surtout n’hésite pas » ! Stan, tu sais que tu devrais quand même aller consulter ?

– Non, Laly ! répond-il en levant les yeux au ciel. Je parle du niveau d’humidité de tes culottes. Genre, ton boss, deux culottes noyées. Le biker, en revanche, une simple petite humidité à peine perceptible… Et hop, la culotte a parlé, le boss remporte ! Enfin, tu vois l’idée ?

Je vois surtout qu’il a vraiment un problème. J’en ai marre de ce type !

– Je trouve ça pas mal !

Et Gaëlle qui plussoie ! Non, mais sérieusement, comment voulez-vous que j’avance avec des meilleurs amis pareils ? Je suis cuite, destinée à la solitude éternelle, le Piou-piou, moi je vous le dis.

Je m’enfonce dans le canapé, l’esprit épuisé.

– Mouais. On verra pour ça.

Stan hausse les épaules, détaché.

– Bon, peu importe, de toute manière, c’est ton problème à toi. Si tu préfères risquer une petite mare asséchée comme en plein désert alors que les chutes du Niagara t’attendent, libre à toi. Tu ne viendras pas te plaindre.

– Il n’est pas question de ça, Stan ! m’énervé-je. Simplement, il n’y a pas que la culotte qui compte dans la vie !

– Waouh ! Ça c’est de la citation. Je te la pique, ça peut toujours servir !

Je lance un regard noir à Gaëlle qui remporte à l’instant la palme de la meilleure amie super chiante qui n’aide absolument pas...»

Afficher en entier

– Comment ça « les culottes » ? Je ne vais pas demander aux hommes de m’offrir des culottes, non ? J’imagine bien : « Si tu veux m’offrir un truc, je suis une fan de culottes, surtout n’hésite pas » ! Stan, tu sais que tu devrais quand même aller consulter ?

– Non, Laly ! répond-il en levant les yeux au ciel. Je parle du niveau d’humidité de tes culottes. Genre, ton boss, deux culottes noyées. Le biker, en revanche, une simple petite humidité à peine perceptible… Et hop, la culotte a parlé, le boss remporte ! Enfin, tu vois l’idée ?

Afficher en entier

Toujours sur la pointe des pieds, je virevolte en silence, tente un petit entrechat que je termine en roulade avec de sauter sur mes pieds. Puis roue, nouvelle roulade et préparation du saut de l’ange.

Une main puissante attrape mon col.

— Putain, mais qu’est-ce que tu fous, Laly ? Tu t’es crue au Mondial de la gymnastique ou quoi ? Tu veux un cheval d’arceau ?

Oops…

Afficher en entier

Je continue donc mon exposé des faits.

– Mais ce ne sont pas les seuls qui me font craquer… Il y a également le patron… Tu sais, Gaëlle, comme dans The Boss. Il était bien aussi, le mec. Super sexy… Il s’entraînait même au MMA.

Stan éclate de rire.

– Donc, en sueur, collant et odeurs douteuses…

Je ne l’écoute pas, je ne l’écoute pas…

– Oui, OK, mais Laly… Ton patron s’appelle Mme Knops et est âgée de 55 ans je te rappelle…

Ah oui, merde !

Afficher en entier

– Donc, voilà… Plutôt que d’attendre que le grand bonheur m’arrive tout cuit dans le bec, je vais aller le chercher… Mais pas n’importe où ! J’ai, grâce à nos lectures, sélectionné une petite liste de profils intéressants.

– Putain, on se croirait dans une agence d’intérim !

– Merci Stan pour ce commentaire que je ne prendrai pas en compte. Donc, je disais, les hommes susceptibles de me plaire…

Je pose ma règle sur la première catégorie.

– Les bikers… Comme dans Dark Ride… T’avais bien aimé aussi, celui-là, Gaëlle !

Afficher en entier

Chapitre 1 :

Laly

Opération romance

«… Donc, pour ce que ça vaut, je pense qu’ignorer ses remarques reste une option judicieuse.

– Donc, voilà… Plutôt que d’attendre que le grand bonheur m’arrive tout cuit dans le bec, je vais aller le chercher… Mais pas n’importe où ! J’ai, grâce à nos lectures, sélectionné une petite liste de profils intéressants.

– Putain, on se croirait dans une agence d’intérim !

– Merci Stan pour ce commentaire que je ne prendrai pas en compte. Donc, je disais, les hommes susceptibles de me plaire…

Je pose ma règle sur la première catégorie.

– Les bikers… Comme dans Dark Ride… T’avais bien aimé aussi, celui-là, Gaëlle !

Mon amie semble pétrifiée…

– Oui, OK, mais Laly… C’est une fiction… Dans la vraie vie…

– Non, mais, évidemment que je sais que dans la vraie ça ne sera pas pareil. Mais quand même, Gaëlle. Il y a une base. Je trouve ça trop sexy, tu vois ?

Mon amie ne répond pas, oscillant entre une bonne envie de rire et une obligation de rester sérieuse. Je sais que ça peut paraître ridicule. Mais je ne supporte plus mon célibat et il faut bien débuter quelque part, de toute manière. Ce n’est pas en restant dans le schéma école-maison-famille que je pourrai changer ma vie, alors, quitte à choisir, autant agir dans la direction qui m’attire… Quitte à essuyer quelques désillusions, je pense que dans le lot, je pourrais, éventuellement, trouver mon Graal.

Je continue donc mon exposé des faits.

– Mais ce ne sont pas les seuls qui me font craquer… Il y a également le patron… Tu sais, Gaëlle, comme dans The Boss. Il était bien aussi, le mec. Super sexy… Il s’entraînait même au MMA.

Stan éclate de rire.

– Donc, en sueur, collant et odeurs douteuses…

Je ne l’écoute pas, je ne l’écoute pas…

– Oui, OK, mais Laly… Ton patron s’appelle Mme Knops et est âgée de 55 ans je te rappelle…

Ah oui, merde !

...»

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode