Livres
554 906
Membres
600 166

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Les formes abstraites ne lui posaient manifestement aucun problème. Mais les visages ? Je sortis un paquet de cartes. Toutes, il les identifia instantanément, y compris les valets, les dames, les rois et les jokers. Mais, après tout, il s’agissait de dessins stylisés, de sorte qu’on ne pouvait pas savoir s’il voyait des visages ou simplement des motifs. Je décidai de lui montrer un livre de caricatures que j’avais dans ma serviette. Là encore, dans l’ensemble, il vit juste. Le cigare de Churchill, le nez de Schnozzle : dès qu’il avait saisi un détail clé, il pouvait identifier le visage. Mais les caricatures, elles aussi, sont formelles et schématiques. Je me demandais comment il se débrouillerait avec des visages réels, représentés d’une manière réaliste.

Afficher en entier

"Non, madame O'C. , je ne pense pas qu'il s'agisse de vos oreilles. Si c'était une simple sonnerie, un bourdonnement ou un grondement, ce serait possible, mais un concert de chants irlandais - ce ne sont pas vos oreilles."

Afficher en entier

["Il faut commencer à perdre la mémoire, ne serait-ce que par bribes, pour se rendre compte que cette mémoire est ce qui fait notre vie.

Une vie sans mémoire ne serait pas une vie (...) Notre mémoire est notre cohérence, notre raison, notre sentiment, et même notre action. Sans elle, nous ne sommes rien (...) (Je ne peux qu'attendre l'amnésie finale, celle qui effacera une vie entière, comme cela s'est passé pour ma mère...) (Luis BUNUEL, "Mon dernier soupir", paris, R. Laffont, 1982)

Ce passage effrayant et émouvant tiré des Mémoires de Bunuel pose des question fondamentales, qui sont de nature à la fois clinique, pratique, existentielle et philosophique : quelle sorte de vie (si l'on peut parler de vie), quelle sorte de monde, de soi, peuvent être préservés chez un homme qui a perdu une grande part de sa mémoire et, avec elle, son passé et son ancrage dans le temps ?]

Afficher en entier

Il fallait que le professeur aime la personne même de l'arriéré mental , qu'il lui trouve de la beauté et de la sincérité ; il fallait qu'il aime vivre dans le monde purifié du retardé.

Afficher en entier

Les autistes , de par leur nature même , ne sont guère ouverts aux influences extérieures. C'est leur "destin" de rester isolés et par là originaux. Leur "vision" , si l'on peut s'en faire une idée , vient de l'intérieur , et fait l'effet d'être primitive. Plus je les connais , plus ils m'apparaissent comme une espèce étrange au milieu de la nôtre - une espèce bizarre , originale et dirigée par une logique intérieure , contrairement à tout le monde.

Afficher en entier

C'est un mode de pensée tout à fait opposé à la généralisation scientifique , mais non moins "réel" , bien que sa réalité soit radicalement différente.

Afficher en entier

Brusquement aussi , après l'étroitesse fébrile de sa maison , il découvrait le monde extérieur : un monde "professionnel", qui s'intéressait à lui ; un monde réellement sensible à ce qu'il était et à ses problèmes , mais gardant le détachement nécessaire pour ne pas le juger , l'accuser ou lui faire la morale.

Afficher en entier

Les raisons de cette rage étaient loin d'être claires : était-ce une éruption de violence épileptique (comme on en voit parfois , mais rarement , dans les cas de très graves épilepsies des lobes temporaux) ? S'agissait-il tout simplement d'une "psychose" , pour reprendre les termes simplistes de sa fiche d'admission , ou encore d'un appel à l'aide ultime et désespéré , de la part d'un être torturé , privé de parole et n'ayant aucun moyen direct d'exprimer sa détresse et ses besoins?

Afficher en entier

A l'âge de neuf ans , il se trouvait "rejeté" - de l'école , de la société , de presque tout ce qui constitue la réalité d'un enfant normal.

Afficher en entier

Les jumeaux ont , semble-t-il , perdu leur étrange pouvoir numérique et avec lui tout ce qui faisait le sens et la joie de leur vie. Mais c'est , dit-on, un faible prix à payer si l'on songe qu'ils ont acquis une semi-indépendance et sont devenus "socialement acceptables".

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode