Livres
540 954
Membres
571 992

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

L'Homme qui rit



Description ajoutée par BMT33 2019-10-03T18:50:07+02:00

Résumé

De l’Angleterre tout est grand, même ce qui n'est pas bon, même l'oligarchie. Le patriciat anglais, c'est le patriciat, dans le sens absolu du mot. Pas de féodalité plus illustre, plus terrible et plus vivace. Disons le, cette féodalité a été utile à ses heures. C'est en Angleterre que ce phénomène, la Seigneurie, veut être étudié, de même que c'est en France qu'il faut étudier ce phénomène, la royauté.

Le vrai titre de ce livre serait l'Aristocratie. Un autre livre, qui suivra, pourra être intitulé la Monarchie. Et ces deux livres, s'il est donné à l'auteur d'achever le travail, en précéderont et en amèneront un autre qui sera intitulé: Quatrevingt-treize

Afficher en entier

Classement en biblio - 480 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par Chelito-19 2013-06-01T16:56:40+02:00

" _ Gwynplaine, j ai rêvé que nous étions des bêtes, et que nous avions des ailes.

_ Ailes, cela veut dire oiseaux, murmura Gwynplaine.

_ Bêtes, cela veut dire anges, grommela Ursus.

La causerie continuait.

_ Si tu n existais pas, Gwynplaine...

_ Et bien?

_ C est qu il n y aurait pas de bon Dieu.

_ Le thé est trop chaud. Tu vas te brûler, Dea.

_ Souffle sur ma tasse.

_ Que tu es belle ce matin!

_ Figure-toi qu il y a toutes sortes de choses que je veux te dire.

_ Dis.

_ Je t aime !

_ Je t adore !

Et Ursus faisait cet aparté:

_ Par le ciel, voilà d honnêtes gens.

Quand on s aime, ce qui est exquis, se sont les silences. Il se fait comme des amas d amour, qui éclatent ensuite doucement. "

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

Emporté dès le début par l’ambiance morose qu’a créé Hugo, comme le dit l’éditeur, ce fut un incroyable coup de gueule, en parti parce que c’est mon 1er Victor Hugo, mais aussi parce que le livre lui-même est complètement absorbant, ce qui revient à la 1ère raison : je ne connaissais pas le style de l’auteur. Ce fut pour moi, dès le début, logique et sûr que Victor Hugo était un maître de la littérature, même si je le savais déjà, point de culture général que tout le monde connaît. Avec ce livre, j’ai maintenant la certitude que V. Hugo est un auteur extraordinaire.

Dans ce livre, on découvre l’horreur du genre humain, propre à ce roman, qui exagère la réalité, mais qui quand même nous rappelle parfois de tristes réalités … V. Hugo a choisi de modeler dans ce livre des personnages cruels, emprunts d’une certaine folie, les comprachicos, dont on n’entend réellement parler qu’au début du livre, mais tout au long du récit on sent leur présence.

Le personnage principal, « L’Homme qui rit », est terriblement attachant. J’ai essayé parfois de me représenter sa face, mais c’est vain, V. Hugo, je suppose, désire que l’on n’imagine pas sa face, mais que l’on sente la réaction de ceux qui la voient. Son destin, au début, est horrible, mais s’améliore à la fin ... On s’attendait à ce qu’il revienne auprès de sa famille … (j’essaye de ne pas vous en dire trop) ….

La toute fin constitue un point final important pour la vision qu’on a de l’histoire : elle est pour moi un mini chef d’œuvre d’écriture, une force et une inspiration incroyable. Elle est émouvante, poignante, lumineuse, mais triste. Original, elle permet de clôturer pour toujours cette histoire extraordinaire.

Afficher en entier
Or

Certes il y a de longues descriptions ou on peut facilement se perdre mais c'est un livre à lire parce que la beauté de l'écriture de Victor Hugo n'est pas à ignorer et l'histoire est touchante même si on ne s'attend pas à cette chute là on comprend par la suite les nombreuses descriptions.

Je le répète : Livre à lire !!!!

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Imaginariumlitteraire 2020-11-26T09:28:32+01:00
Diamant

Avec L’Homme qui rit, Victor Hugo signe un drame historique aussi envoûtant que déconcertant. A mi-chemin entre le gothique, le romantique et le roman noir, ce livre a quelque chose de profondément fascinant. On ne peut que tomber sous le charme de ces personnages à l’intensité dramatique remarquable que sont Gwynplaine, Dea, Ursus et même Homo. Tous les quatre sont plongés dans un monde qui ne veut pas d’eux, et de cette équation irréconciliable surgit tout le tragique de leur destin.

La grande force de ce romain est avant tout le fait qu’il soit conçu avant tout pour le lecteur, qui se voit plongé au cœur des atermoiements des personnages et mis face à toutes les contradictions que ces pages renferment. Car au-delà de la simplicité apparente de son intrigue, se cache quantité de faux-semblants. Tout, ici, est contradictoire, antithétique. Tout s’oppose. Tout est disproportionné.

A travers tous les paradoxes que ce roman renferme, Hugo n’a d’autre objectif que celui-là : faire réfléchir son lecteur sur le despotisme monarchique et aristocratique, sur la misère, et sur la justice. Bref sur la condition humaine.

Un roman sans doute relativement méconnu, mais qui gagnerait à être (re)découvert, encore et encore.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par cocon94 2020-11-22T10:55:45+01:00
Diamant

J'étais plutôt dubitative au début. J'ai tenté quand j'étais plus jeune de lire "Notre Dame de Paris" et j'ai abandonné au bout de 10 pages. Je n'étais donc pas vraiment emballée. Mais comme il s'agissait d'une lecture choisie dans le cadre de mon club de lecture, je me suis lancée pour "faire mes devoirs".

Et là, une merveilleuse surprise m'attendait. Passé les premières pages du prologue où Victor Hugo expose la généalogie de toute l'Angleterre, je me suis laissée totalement emportée par l'histoire et par le style de l'auteur.

Oui, Victor Hugo, comme beaucoup d'autres auteurs de son époque, aime les longues descriptions et les phrases qui n'en finissent pas. Mais contrairement à ma première tentative, où je n'avais ressenti que de l'ennui, cette fois, elles m'ont semblé poétiques et tellement évocatrices : de la fureur de la tempête, de la pureté des sentiments, mais aussi de la cruauté des personnages.

Et même si la psychologie des personnages n'est pas le point fort de cet ouvrage, je les ai trouvés plutôt attachants et les ai suivis avec plaisir ou parfois avec effroi jusqu'au bout.

Peut-être que c'était le bon moment pour vraiment découvrir Victor Hugo, ou peut-être que j'étais prête à recevoir CE livre.

En tout cas, cette lecture m'a donné envie de laisser une chance à Victor Hugo de me convertir à son style et je vais sans doute essayer à nouveau de lire "Notre Dame de Paris".

Afficher en entier
Commentaire ajouté par BleuennMoana 2020-05-31T08:00:02+02:00
Bronze

C'est bien écrit malgré un ensemble assez pompeux mais j'ai abandonné après une dizaine de chapitres, il ne se passait pas grand chose. Dommage, l'histoire semblait intéressante pourtant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par kisa 2020-03-16T11:24:33+01:00
Bronze

Un très bon roman de Victor Hugo. Une plume acérée et une critique sur la société du 19ème. Les personnages sont très touchants, surtout Ursus que j'ai adoré, coeur tendre sous une carapace de fer. La fin est magistrale !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par fragments 2019-12-28T13:26:32+01:00
Diamant

Magistral. Tout simplement. C'est peut-être la meilleure oeuvre classique que j'aie jamais lue.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Florilege 2019-12-18T17:39:48+01:00
Argent

Mon premier "pavé" de Victor Hugo. Habituée à Zola, je n'avais pas peur des descriptions. Néanmoins, QUE C'EST LONG. Par moments, je lisais les passages en accéléré (ce que je ne fais jamais.) Les descriptions politiques et historiques, ou encore les dix pages de réflexions lyriques et métaphysiques pour dire pas grand chose, je n'ai pas accroché. Sûrement le côté romantique d'Hugo. Par contre, j'ai beaucoup aimé l'histoire, très belle, très triste. Je suis néanmoins restée sur ma faim : les parties de l'intrigue et les personnages que j'aurais souhaité voir développés ont été évincés. Parfois, on a le droit à de très nombreuses pages de description pour peu de choses, puis des ellipses là où on aurait pu avoir des éléments intéressants ! C'est quelque peu dommage, le roman aurait tellement pu aller plus loin.

Malgré tout, L'homme qui rit a été un bon moment de lecture, je recommande !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par NoemieYume 2019-12-12T21:49:55+01:00
Bronze

Gwynplaine, Dea, Ursus et Homo sont véritablement des personnages attachants ! Je connaissais déjà la fin de cette histoire mais la lire fut tout de même émouvant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ThaeC 2019-11-14T19:03:54+01:00
Diamant

Sans aucun doute l'un de mes livres préférés. Il y a tout ce que j'aime dans ce roman, des personnages romantiques, une ambiance anglaise brumeuse à souhait, une bonne dose de révolte populaire, des envolées poétiques et une histoire d'amour si belle que j'en ai toujours les larmes aux yeux.

Le propos d'Hugo est bouleversant, il s'agit d'une véritable remise en cause d'une société inégalitaire et discriminante, qui méprise les faibles pour donner toujours plus aux puissants. En ce sens, le propos de ce roman est résolument moderne ! A mettre entre les mains de ceux qui aiment une ambiance qui prend aux tripes, de l'immersion et les fins à la Victor Hugo, je n'en dis pas plus :)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par DocteurIsis 2019-08-13T10:53:08+02:00
Lu aussi

J'adore l'histoire mais je dois avouer que je suis fermée à l'écriture de Victor Hugo qui me fait trop vite sortir du récit.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Azza9 2019-06-24T14:07:15+02:00
Diamant

C’est la quatrième fois que je referme un roman hugolien avec des larmes dans les yeux, sensation formidable qui nous montre la puissance des mots, si remarquablement utilisés par ce grand auteur que je vénère. Les romans de Victor Hugo présentent à chaque fois des personnages faits d’ombre et de lumière, qui sont terriblement attachants et dont on sait malheureusement que nos préférés vont mourir : Spoiler(cliquez pour révéler)ainsi Esmeralda et Quasimodo, Gauvain, Jean Valjean… ici, Dea et Gwynplaine. Tous sont différents et attachants pour diverses raisons ; ce sont des personnages à part entière, que l’on retient et que l’on aime suivre au long de toutes ces pages.

Il ne faut pas s’arrêter aux passages difficiles de Victor Hugo, qui aime plonger dans la conscience de ses personnages assez longuement, avec son style propre, ou qui peint les toits de Paris. Car ces romans méritent d’être présents sur nos tables de chevet et d’être continuellement relus. Sa bataille pour les misérables et les pauvres est toujours aussi juste et touchante, dans chacun de ses romans, et c’est cela aussi qui permet de s’attacher à ces personnages laissés de côté, pour leur pauvreté, ou leur difformité (Quasimodo et Gwynplaine). Tout ce combat est vu le plus souvent à travers les yeux de ces derniers, dans un style poétique magnifique, qui nous tient en haleine par l’harmonie des mots et les angoisses des protagonistes.

Ce roman, le plus sombre de Victor Hugo, est si bouleversant au début que j’ai été obligée, à plusieurs reprises, de fermer le livre et de faire une pause. Car la description des atrocités commises par les comprachicos est si terrible que l’on se demande avec horreur comment cela a pu arriver… Puis, lorsque l’on assiste au sauvetage de la petite Dea, déjà aveugle, portée par le jeune Gwynplaine dans la tempête de neige. Ces deux héros trouvent refuge chez Ursus, vieux philosophe en apparence grognon, mais lui-aussi très attachant et attendri comme un grand-père, devant ces enfants qui s’aiment malgré leurs différences. Spoiler(cliquez pour révéler)Lorsqu’il tente de convaincre Dea de la présence de Gwynplaine, au moyen de sa ventriloquie, c’est tout à fait bouleversant, tout comme lorsqu’il supplie sa fille adoptive de rester en vie, ou qu’il s’effondre en croyant Gwynplaine mort… Lorsqu’il tente de convaincre Dea de la présence de Gwynplaine, au moyen de sa ventriloquie, c’est tout à fait bouleversant, tout comme lorsqu’il supplie sa fille adoptive de rester en vie, ou qu’il s’effondre en croyant Gwynplaine mort… Tous les personnages hugoliens, si forts et suscitant un panel d’émotions puissant, emplissent mon esprit et ne le quittent jamais, alors que certains autres, issus d’autres auteurs, me marquent peu. Et c’est pourquoi je suis persuadée qu’il faut lire ou relire toute l’œuvre de cet immense auteur qu’est Victor Hugo.

Afficher en entier

Date de sortie

L'Homme qui rit

  • France : 2012-12-06 - Poche (Français)

Activité récente

Arroue l'ajoute dans sa biblio or
2020-11-29T13:59:58+01:00
Lupa le place en liste or
2020-08-23T19:11:45+02:00

Distinctions de ce livre

Évaluations

Quizz terminés récemment

Les chiffres

lecteurs 480
Commentaires 59
extraits 36
Evaluations 101
Note globale 8.15 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode