Livres
472 748
Membres
445 716

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

L'Hôtel des liens: un fantasme BDSM



Description ajoutée par cdv25 2013-06-15T14:57:15+02:00

Résumé

Lors d’une traversée en sac-à-dos de l’Europe, une jeune femme se met à bavarder avec un vieil homme dans un train. Quand il découvre qu’elle s’apprête à visiter sa ville natale, il l’invite à séjourner dans son hôtel. Elle découvre rapidement qu’elle est la seule résidente de l’hôtel et, lors d’une visite des lieux, elle est conduite dans un ancien cachot rempli de liens et d’attaches de toute sorte. Emoustillée à l’idée d’être initiée à des pratiques BDSM, la jeune femme se soumet à son hôte et le laisse l’attacher et user de son corps dans des scènes de sexe brutales.

Cette histoire est explicitement érotique et contient approximativement 5385 mots. Le langage est très imagé et comprend des thèmes sexuels. Il est destiné uniquement à l’usage d’adultes intéressés par ce type de contenu et ne peut être accessible que dans des juridictions où il peut être vendu et apprécié sans porter atteinte à une quelconque loi locale.

Afficher en entier

Classement en biblio - 3 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Aerkor 2015-06-23T15:36:53+02:00

Il ouvrit un tiroir et en sortit une capuche dont il l’affubla promptement, sans lui laisser le temps de réagir. Elle poussa un cri strident voyant qu’elle était soudain entourée de ténèbres. La capuche s’attachait à la base du cou et quand Ernst relâcha son emprise, elle tenta de lever les bras pour s’en libérer. C’est alors qu’elle réalisa que ses mains étaient attachées en croix derrière son dos et elle pouvait sentir la corde nouée autour de ses poignets et juste sous ses épaules. Ce qui forçait ses bras à rester groupés. Bianca tenta de lutter contre les liens avant de s’apercevoir qu’ils étaient bien trop solides. Ernst passa un bras autour de son cou et la tira à lui et elle put sentir sa bite dure pressée contre son cul.

«Arrête de bouger» dit-il et il la maintint fermement pour veiller à ce qu’elle lui obéisse.

«Mais j’ai peur» marmonna-t-elle, mais la peur était mélangée à un sentiment d’exaltation, et elle ne voulait en aucune matière mettre une fin à ce qui était en train de se dérouler.

Ernst rit doucement «Bien,» dit-il «la peur est un stimulant sexuel. Est-ce que tu mouilles pour moi?»

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Lu aussi

La traduction est à revoir... il manque des mots dans certaines phrases... bref la lecture manque de fluidité. A priori le traducteur n'est pas de langue maternelle francophone pour faire ce genre d'erreurs : bretelles de sac à dos ... des sangles ? mais pourquoi faire des sangles ? ...Cabinet (sa définition anglaise est un faux ami en français) à la place de placard ou meuble de rangement... à tiroirs... Et oui, je souris à ces trouvailles quand elles sont sympathiques. Pas vous ?

L'histoire en elle même est un peu capillotractée. Certaines situations semblent irréelles et irréalisables. Cela reste de l'ordre du fantasme et là encore visualiser reste difficile.

Il faut le prendre comme un fantasme tel-qu’il est écrit dans la suite du titre.

Afficher en entier

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 3
Commentaires 1
Extraits 2
Evaluations 3
Note globale 5.33 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode