Livres
462 101
Membres
419 006

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Marlene2303 2019-05-21T18:16:16+02:00

« Ce soir, en le voyant dévorer mon épaule dénudée, explorer mes jambes à la lisière de son tee-shirt, je me suis rendu compte que celui qui m’a recueillie est un homme, et pas seulement un bon samaritain. Que son torse est large et confortable, que serrée dans ses bras je me sens en sécurité. J’ai vu que ses yeux noisette étaient parsemés de paillettes dorées, que ses cheveux bruns s’ébattaient en mèches rebelles qui seraient tellement douces sous mes doigts. Aussi douces que le sourire dont il m’enveloppe sans cesse.

Je m’abandonne un temps aux battements de mon cœur, à cette trépidation de mon corps qui fourmille jusqu’à la pointe de mes pieds. A ces vagues de rêve ourlées d’écume qui viennent caresser mon imagination. Je me laisse griser par l’attente, l’espoir et l’envie. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Matoline 2019-05-20T17:20:36+02:00

Mathias :

«… Si elle avait disparu, je serais terrifié de ne pas savoir où elle est. J’ai hâte qu’elle reprenne conscience pour pouvoir prévenir ceux qui l’aiment. Je redescends manger, l’appétit coupé.

— Te voilà bien soucieux.

— Je n’aime pas la voir malade comme ça, anonyme, loin de ses proches.

Je lui explique en deux minutes comme elle a atterri dans ma chambre d’amis.

— Toi, tu prends soin d’elle, Mathias. Mange. Je monterai la voir dans l’après-midi. Et Timoté repasse demain.

...»

Afficher en entier
Extrait ajouté par Matoline 2019-05-20T17:20:14+02:00

Zélie :

«…— Vous êtes…

— Vétérinaire, me coupe-t-il. Avouez que ça tombe plutôt bien, non ? Son nom ?

— Sita, je souffle dans un murmure.

Ses grandes mains l’auscultent avec douceur, alors qu’il lui parle d’une voix très basse qui semble l’apaiser.

— Je vais devoir l’endormir.

Des courts-circuits explosent dans ma tête.

— Non, je ne veux pas ! Sauvez-la, vous devez la sauver !

Surpris, il se redresse.

— Je dois l’endormir pour l’opérer.

Les jambes en coton, je porte ma main à ma bouche et recule jusqu’à une chaise où je me laisse tomber.

— Oh mon Dieu, j’ai cru que… Oui, bien sûr, endormez-la. (Je rapproche ma chaise pour poser une main rassurante sur Sita, qui ne me quitte pas des yeux.) Ça va aller, ma belle. Quand tu te réveilleras, tu auras encore un peu mal, mais on prendra le temps qu’il faut pour que tu te remettes. Chuuut, c’est ça, dors, ma belle.

Je ne veux pas voir ce qu’il va faire avec ce scalpel tranchant qui brille sous la lumière crue. Alors je me penche jusqu’à poser mon nez sur son museau et je ferme les yeux, concentrée sur le souffle régulier de ma chienne. Je dois m’endormir, car tout à coup, sa main sur mon épaule me secoue doucement.

— J’ai fini. Je vais l’installer pour la nuit et on en saura plus demain matin. En attendant, rentrez chez vous pour dormir. Vous habitez loin ?

Hébétée, je tente de rassembler mes esprits. Nulle part, c’est loin ? ...»

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode