Livres
472 910
Membres
446 217

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Lorsque la nacelle appelée au secours fut en vue, les négociations avaient déjà eu lieu par l’intermédiaire du code sonore des capitaines : pour cinq cents florans de marchandises en plus du remboursement des frais de carburant, elle acceptait de les remorquer.

« Que les airs vous soient propices », avait-on conclu de part et d’autre, pour sceller l’accord.

L’appareil de la Compagnie des Fous se reconnaissait aux fresques vives, aux guirlandes peintes décorant ses flancs et à ses oriflammes. Axelkahn avait fait mettre le fanion bleu bien en vue, afin de montrer la couleur pacifique de ses intentions. Il s’était perché sur le toit, au niveau du trapèze de sustentation, tandis que Moklin se trouvait dans la cabine de pilotage, juste en dessous. Le garde du corps connaissait le langage des capitaines de nacelles et c’était lui qui actionnait la sirène.

La nacelle étrangère s’arrêta à une dizaine de mètres. Très large mais d’un seul étage, elle avait la forme d’un baquet sous lequel pendait une cloche, au bout d’une longue corde : un signal d’alerte, pour le cas où le filin descendrait trop près du sol. Le moteur laissait échapper une fumée grasse par une cheminée tarabiscotée. Peut-être fonctionnait-il au lichen-houille. On en vendait dans les stations, sous la forme de briquettes compressées.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode