Livres
558 483
Membres
606 926

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Spoiler(cliquez pour révéler)Il avait franchi le seuil de cet espace caché, où une simple promesse actionnait des milliers de verrous : Je te retrouverai. Cette promesse, comme toutes les autres, créait sa propre moralité. Pour la tenir, il lui faudrait traverser un océan ensanglanté.

Afficher en entier

Spoiler(cliquez pour révéler)-Qui est Cassiopée ? - Celle qui s'est levée, quand tout autre personne serait restée planquée. Celle à qui je n'ai pu m'empêcher de penser avant même de la connaître. La dernière, Grâce. La dernière humaine sur Terre.

Afficher en entier

Spoiler(cliquez pour révéler)Tu es une éphémère. Ici aujourd'hui, disparue demain. Non. Je suis toujours là, Evan. C'est toi qui es parti.

Afficher en entier

Vous ne savez jamais quand la vérité va surgir. Vous ne pouvez jamais choisir le moment. C'est le moment qui vous choisit.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2018-06-14T18:04:21+02:00

Vous ne savez jamais quand la vérité va surgir. Vous ne pouvez jamais choisir le moment. C'est le moment qui vous choisit. J'avais eu des jours entiers pour affronter la vérité qui me faisait face à présent, dans ce trou noir et vide, et j'avais refusé de me mesurer à elle. C'était hors de question. Alors, la vérité avait décidé de venir à moi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2018-06-14T18:04:06+02:00

- C'est ça, Cassie, pleure ! a-t-il répliqué d'un ton amer. Pleure, Cassie. Pleure pour elle. Pleure pour tous les enfants. Ils ne peuvent pas t'entendre, ni te voir, ni comprendre ta souffrance, mais chiale pour eux. Une larme pour chacun d'eux, vas-y, remplis ce putain d'océan de l'horreur, et pleure ! Tu sais que j'ai raison. Que je n'ai pas le choix ! Et que Ringer avait raison aussi. Tout ça, c'est une question de risque. Ça l'a toujours été. Et si une seule petite fille doit mourir pour que six personnes puissent vivre, alors ce sera le prix à payer. C'est le prix, Cassie !

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2018-06-14T18:03:52+02:00

Il n'y a pas que les résistants où ceux dotés d'un cœur de pierre qui ont survécu à l'éradication de la race humaine. Un grand nombre d'enfoirés sadiques s'en sont sortis, eux aussi. [...] Le connard est une race quasiment indestructible.

Afficher en entier

J'avais à peu près sont âge quand j'ai commencé à jouer aux échecs. Le magnifique plateau en bois sur une table dans le bureau de mon père. Les pièces en ivoire brillant. Le roi austère. La reine hautaine. Le chevalier noble. Le fou pieux. Et le jeu en lui-même, la façon donc chaque pièce apportait son pouvoir individuel à l'ensemble. C'était simple. C'était complexe. C'était à la fois brutal et élégant. C'était une danse, une guerre. C'était un univers limité et éternel. C'était la vie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2017-04-12T17:15:58+02:00

L'ombre lève le bras en l'air et je sais - je sais avant même d'entre mon nom qu'il m'a retrouvée, tenant sa promesse intenable, celui que j'ai marqué de mon sang et qui m'a marquée de ses larmes, un Silencieux, OK, d'accord, mon Silencieux, qui trébuche vers moi dans la lumière pure d'un soleil hivernal, porteur de printemps. Je tends mon fusil à Dumbo et le plante là. La lumière dorée, les troncs d'arbres luisants de glace, et le parfum de l'air dans le froid matinal. Les choses que nous laissons derrière nous et celles qui ne nous laissent jamais. Le monde a déjà connu une fin. Il en connaitra une autre. Le monde se termine et le monde renaît. Le monde renaît toujours. Je m'arrête à quelques pas de lui. Il s'arrête, lui aussi, et nous nous observons à travers une étendue plus large que l'univers, à l'intérieur d'un espace plus mince qu'une lame de rasoir.

-J'ai le nez brisé, je dis.

Au diable Dumbo. A cause de lui, j'ai toute conscience de mon image -désastreuse.

-Je me suis cassé la cheville, répond-il

- Dans ce cas, c'est moi qui vais venir jusqu'à toi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2017-04-12T17:04:53+02:00

Le monde est une horloge qui ralentit, et leur Arrivée n'a rien à voir avec ça. Le monde a toujours été une horloge. Même les étoiles s'éteindront une à une, et il n'y aura plus de lumière ni de chaleur, et c'est ça, la guerre futile et sans fin contre le néant, le vide sans lumière et sans chaleur qui se précipite vers nous. Il enlace ses doigts dans mon dos et m'attire tout contre lui. Je noue mes jambes aux siennes. Il n'y a plus aucune limite entre nous. Aucune séparation. Le vide est rempli. Le néant, défié.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode