Livres
554 515
Membres
599 640

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par wizbiz06 2016-09-30T19:54:56+02:00

Le vent tombe. Un étrange silence règne dans l’air – le calme avant la tempête. S’il neige, nous serons prisonniers. Moi dans ces bois. Zombie à l’hôtel. Je suis encore à une bonne dizaine de kilomètres des grottes – dois-je prendre le risque de traverser à découvert les vastes étendues, de jour, ou espérer qu’il n’y ait pas de neige au moins jusqu’à la tombée de la nuit ? Toujours le même problème. Les risques. Il n’est plus question que de cela. Pas seulement les nôtres. Les leurs, aussi. S’implanter dans des corps humains, établir leurs camps de la mort, entraîner des enfants à terminer le génocide, c’est un risque fou, et stupide. Comme Evan Walker, discordant, illogique, et vraiment étrange. Les premières attaques ont été brutales d’efficacité, éliminant quatre-vingt-dix pour cent d’entre nous, et la 4e Vague était redoutable : il est plutôt difficile d’organiser une rébellion quand on ne peut faire confiance à personne. Cependant, après cela, leur brillante stratégie a commencé à s’effilocher.

Afficher en entier
Extrait ajouté par NoEtJess 2016-09-30T10:40:43+02:00

Mais, moi, j'ai besoin d'obtenir certaines réponses.

- Tu sais ce qui est arrivé à Teacup ?

- D'après ce que j'ai entendu, elle s'est enfuie avec la petite cuillère. Ou avec la soucoupe, j'ai oublié.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Bidule2 2016-08-05T15:23:54+02:00

Je l’entends dans les doigts glacés du vent qui griffent la fenêtre. Je le sens dans la moquette moisie et le papier peint pourri du vieil hôtel. Et je le sens dans la poitrine de Teacup pendant qu’elle dort. Les bruits sourds de son cœur, le rythme de son souffle, chaud dans l’air froid, l’horloge qui ralentit.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lola_si 2016-08-04T12:59:15+02:00

"Il aurait été plus facile de se détourner. De me laisser partir. De croire les magnifiques mensonges plutôt que l'horrible vérité."

Afficher en entier
Extrait ajouté par emxsa 2016-08-03T18:42:10+02:00

Une existence virtuelle n'a pas besoin d'une planète physique...

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2016-07-13T19:42:13+02:00

Dubuque, a répété Dumbo, perdu. — L’absence de détonation ne peut signifier que trois choses, a commencé Evan. Un : le dispositif fonctionnait mal. Deux : le dispositif n’était pas bien calibré. Ou, trois… Ben a levé la main pour terminer l’explication à sa place. — Ou trois : quelqu’un dans l’hôtel était au courant pour les enfants transformés en bombes humaines, a été capable de retirer le dispositif, de le mettre en sécurité dans un sachet en plastique et a organisé un séminaire sur la meilleure façon de distiller la panique et la paranoïa chez ces crétins d’humains. Le test, c’est pour voir si nous avons un Silencieux parmi nous. — On en a un ! a crié Sammy. Du doigt, il a pointé Evan. — Tu es un Silencieux ! — Ce dont ils ne pourraient être sûrs, s’ils faisaient exploser notre gargote avec quelques missiles bien envoyés, a poursuivi Ben. — Ce qui amène une autre question, a complété Evan : pourquoi soupçonneraient-ils la présence d’un Silencieux parmi vous ? Un lourd silence s’est abattu dans la pièce. Ben pianotait des doigts sur son avant-bras. Poundcake a refermé la bouche. Dumbo ne cessait de tirer son lobe d’oreille. Moi, je me balançais d’avant en arrière sur mon siège, tout en tripotant la patte de Nounours. J’ignorais comment il avait atterri sur mes genoux. Peut-être que je l’avais récupéré pendant que Poundcake avait emmené Megan dans la chambre d’à côté. Je me souvenais de l’avoir vu par terre, mais pas de l’avoir ramassé. — Pourtant, a dit Ben, ils doivent avoir un moyen de savoir que tu es avec nous, non ? Sinon, ils risqueraient d’éliminer leur propre pion. — S’ils étaient certains de ma présence, ils n’auraient pas besoin de ce test. Ils soupçonnent que je suis là, c’est tout. Alors, j’ai compris, ce qui ne m’a pas rassurée.

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2016-07-13T19:42:05+02:00

C’EST UN TEST, a dit Evan. Le truc, qui ressemblait à une gélule emplie de liquide vert, était posé sur le bureau, ne présentant plus aucun danger – en tout cas nous l’espérions –, enfermé dans un petit sachet en plastique, du genre de ceux que votre mère utilisait à l’époque des jours heureux – disparus depuis longtemps – pour garder le sandwich de votre déjeuner au frais. — Quoi, tu veux dire qu’ils sont encore en phase de recherche et développement pour transformer les humains en bombes ? a demandé Ben. Il était appuyé contre le rebord de la fenêtre brisée, tremblant de froid, mais quelqu’un devait surveiller le parking et il ne voulait confier cette tâche à personne. Au moins Ben avait-il retiré ce hideux sweat-shirt jaune à capuche trempé de sang (il était hideux avant même d’être imprégné de sang), et il avait enfilé un simple sweat noir, qui le faisait presque ressembler à celui qu’il était avant l’arrivée des Autres. Assis sur le lit, Sam a gloussé avec hésitation, semblant se demander si son Zombie adoré plaisantait ou non. Je ne suis pas psy, cependant je soupçonne Sam d’avoir effectué une sorte de transfert sur Ben, étant donné que notre père ne sera plus jamais là.

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2016-07-13T19:41:56+02:00

Bordel, Evan, je vais te tuer. Sérieusement. Voilà, j’avais le fil, bloqué entre les extrémités de la pince. Pendant que je tirais, je voyais le petit crochet incrusté dans sa chair enflammée. Doucement, doucement, doucement. Assure-toi de couper le bon côté du fil. — Tu es trop près, m’a prévenue Evan. Arrête de parler et ne respire pas directement dans sa bouche… OK. Je crois que je vais plutôt flanquer un méga coup de poing sur la tienne. Une bonne centaine de façons pour que ça se passe mal, avait-il dit. Mais il y a de mauvaises façons, de très mauvaises façons, et de très, très mauvaises façons. Quand les yeux de Megan se sont ouverts et qu’elle s’est mise à gigoter, nous sommes passés par un très, très mauvais moment. — Elle est réveillée ! j’ai crié. Comme si c’était nécessaire. — Lâche le fil ! Ça, c’était nécessaire.

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2016-07-13T19:41:48+02:00

IL FAISAIT UN FROID GLACIAL dans la chambre où elle était allongée. Evan s’était redressé dans son lit et me regardait avancer. Un oreiller traînait sur le sol, là où Ben l’avait jeté. Je l’ai ramassé et je me suis assise au pied du lit d’Evan. Les petits nuages de nos souffles qui flottent dans l’air froid, nos cœurs qui battent, et le silence qui s’épaissit entre nous. Jusqu’à ce que je demande : — Pourquoi ? Et qu’Evan réponde : — Pour détruire ce qui reste. Pour rompre le dernier lien. J’ai serré l’oreiller sur ma poitrine et je me suis balancée d’avant en arrière. Froid. J’avais si froid. — On ne peut faire confiance à personne, j’ai lâché. Pas même à une enfant. Le froid s’insinuait dans mes os, jusqu’à la moelle. — Qui es-tu, Evan Walker ? Qui es-tu ? Il paraissait incapable de me regarder. — Je te l’ai déjà dit.

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2016-07-13T19:41:37+02:00

Poundcake, vérifie l’escalier ! Dumbo, occupe-toi des fenêtres. Ensuite, tous les deux, vous scannez le premier étage. Il est impossible qu’elle soit seule. La gamine s’est mise à parler, d’une voix aiguë, grinçante, qui m’évoquait des ongles crissant sur un tableau noir. — J’ai mal à la gorge. Ses yeux se sont révulsés, et ses genoux se sont dérobés sous elle. Sam a foncé pour la retenir, mais il était trop tard : elle s’est écroulée à terre, heurtant le sol du front une seconde avant que Sam la rattrape. Ben et moi, nous nous sommes précipités à notre tour, et Ben s’est penché pour la prendre dans ses bras. Je l’ai repoussé. — Tu n’es pas en état de la porter ! — Cette gamine ne pèse rien ! a-t-il protesté. Je l’ai soulevée avec .

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode