Livres
558 483
Membres
606 926

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

"Vincit qui patitur."

.

.

Afficher en entier

Fragile, délicat, vulnérable, seul.

Humain

Égocentrique, têtue, sentimentale, puérile, vaniteuse.

"Je suis l'humanité."

Cynique, naïve, gentille, cruelle, douce comme la soie, dure comme l'acier.

"Je suis l'humanité"

Il rampa.

"Je suis l'humanité."

Il tomba.

"Je suis l'humanité."

Il se leva.

Afficher en entier
Extrait ajouté par E133 2017-10-09T18:43:31+02:00

-J'ai le nez brisé, je dis.

Au diable Dumbo. A cause de lui, j'ai toute conscience de mon image - désastreuse.

-Je me suis cassé la cheville, répondit-il.

-Dans ce cas, c'est moi qui vais venir vers toi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2017-04-12T17:11:32+02:00

-Il est tombé amoureux, et l'amour est l'unique faiblesse.

-Pourquoi ?

Dans mon dos le souffle de Razor. Devant, le visage de Teacup levé vers moi.

-Parce que l'amour est irrationnel, je dis à Vosch. Il ne suit aucune règle. Pas même ses propres règles. L'amour est le seul élément de l'univers que personne ne peut prédire.

-Tu me vois contraint de marquer mon désaccord avec toi sur ce point, répond Vosch.

Il contemple Teacup.

-La trajectoire de l'amour est entièrement prévisible, dit-il.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2017-04-12T16:53:40+02:00

VQP.

-C'est du latin, chuchote t-il. Vincit qui patitur. Ca veut dire...

-Je sais ce que ça veut dire, je chuchote à mon tour.

Il secoue la tête.

-Non, je ne crois pas que tu le saches vraiment.

Il n'a pas l'air fâche, mais triste.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2017-04-12T16:44:34+02:00

Il s'était scratché. Poussé au-delà de ses limites, la technologie alien implantée dans son corps alors qu'il n'avait que treize ans avait fini par s'éteindre. A présent, il n'y avait plus rien pour le soutenir ou le protéger. Brûler, brisé, il n'avait rien de différent de sa proie. Fragile, délicat, vulnérable, seul.

Humain.

Il roula sur le côté. Aussitôt des spasmes le saisirent. Du sang lui roula dans la bouche. Il le recracha.

A plat ventre. Sur les genoux, puis sur les mains. Ses coudes qui tremblent, ses poignets qui menacent de lâcher sous son propre poids. Egocentrique, têtue, sentimentale, puérile, vaniteuse. Je suis l'humanité. Cynique, naïve, gentille, cruelle, douce comme la soie, dure comme l'acier.

Je suis l'humanité.

Il rampa.

Je suis l'humanité.

Il tomba.

Je suis l'humanité.

Il se leva.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2017-04-12T16:08:15+02:00

-Voici la Terre, comme elle était, il y a soixante-six millions d'années. C'est magnifique, n'est-ce pas ? Intacte. Préservée. L'atmosphère avant que vous l'empoisonniez. L'eau avant que vous la polluiez. Les terres luxuriantes, pleines de vie, avant que vous, rongeurs que vous êtes, ne la déchiquetiez en morceaux pour combler vos appétits voraces et construire vos nids crasseux. Elle aurait pu rester soixante-six autres millions d'années, vierge de vos gloutonnerie mammalienne, si elle n'avait pas croisé par hasard la route d'un visiteur de l'espace de la taille d'un quart de Manhattan.

Il siffle juste à côté de moi, criblé de tous, grêlé, masquant les étoiles tandis qu'il fonce vers la planète. Quand il pénètre dans l'atmosphère, la moitié inférieur de l'astéroïde commence à briller. D'un jaune lumineux, puis d'un blanc aveuglant.

-Et ainsi en a été décidé le sort de la Terre. Par un rocher.

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2016-09-30T19:56:57+02:00

Il est passé devant moi pour avancer dans le couloir jusqu’à la porte brisée. Moi, je ne parvenais ni à bouger ni à parler. Je n’ai pas esquissé un seul mouvement ni prononcé une seule parole pour l’arrêter. Je n’avais plus aucun mot utile dans mon vocabulaire et bouger ne servait à rien. Arrête-le, Evan. Arrête-le, parce que moi, je ne peux pas.

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2016-09-30T19:56:35+02:00

Notre sergent a entraîné mon frère hors de la pièce. J’ai pressé un instant mes doigts contre mes yeux. Bordel. Bordel, bordel, bordel ! J’ai repoussé les couvertures jusqu’au pied du lit, exposant le corps maigrichon de Megan à la lumière tombante de cette soirée hivernale. Son corps couvert de croûtes, de bleus, de plaies ouvertes, de couches de poussière et de crasse – atteint jusqu’aux os par l’horrible cruauté de l’indifférence et la brutale indifférence de la cruauté, elle était l’une d’entre nous, et nous tous à la fois. Elle était le chef-d’œuvre des Autres, leur œuvre maîtresse, le passé et l’avenir de l’humanité, ce qu’ils avaient fait et ce qu’ils avaient promis de faire, et j’ai pleuré.

Afficher en entier
Extrait ajouté par NoEtJess 2016-09-30T10:35:20+02:00

Oh merde ! Les mecs !

J'ai jeté Nounours sur le bureau avant de m'adresser à la brigade de machos qui me faisait face.

- J'ai déjà vécu ça : on s'enfuit, on crève ; on reste, on crève. Alors, au lieu de se la péter règlements des comptes à OK Corral, envisageons plutôt la troisième option : on fait sauter l'hôtel.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode