Livres
424 916
Membres
344 596

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par GabrielleViszs 2018-02-12T11:16:45+01:00
Argent

Je remercie Babelio, ainsi que la maison d'éditions Arthaud pour l'envoi de ce livre en service presse. Ce n'est pas la couverture (rose) qui m'a décidé à le demander, mais plutôt le résumé.

Barberine née, une enfant qui a la danse dans le sang. Elle veut être ballerine (d'où la couleur du tutu en couverture, probablement) à tout prix. Malheureusement pour elle, sa poitrine en décide autrement. Ces deux seins que toutes femmes désirent, elle n'en veux pas. Ces deux-là, nommé Dextre et Sinistre (quels drôles de noms) décident de nous raconter aussi ce qu'ils ressentent. Le texte est donc écrit à 3 voix, avec le chapitre principal qui est celui de Barberine et le suivant en "bis" avec ces deux zouaves.

Barberine s'essaye à la danse classique, puis la moderne. La Belgique, New-York, le trajet n'est pas le plus rapide, mais elle veut y aller, obtenir ce qu'elle désire. Les mauvaises notes en classes ne sont rien, elle vit dans un autre monde, celui des ballerines qui sont plates de poitrine, qui danse merveilleusement bien et qui en veulent. Sinistre et Dextre décident de vivre, de s'épanouir, de s'ouvrir au monde. Les deux élément sont incompatibles avec ce choix de danser. Les deux seront maltraités sous toutes ses formes, bandages serrés, régime farfelu, bistouri, Barberine n'hésitera sur aucun tant que ce sacrifice lui sert dans sa passion.

Comme nous avons les deux côtés, les deux versions de l'histoire, nous n'avons pas le temps de nous apitoyer sur le sort de la jeune fille qui deviendra une jeune femme, où encore de ces seins qui vont en voir de toutes les couleurs. Ces derniers ont un humour décalés. Cherchant un moyen de survivre, de remonter la pente sans oublier de lâcher cette petite pointe d'humour qui fait sourire. Quand à la demoiselle, cela en devient une véritable obsession. tout ce qui n'est pas danse ne devrait pas exister et ses deux monticules qui ne cessent de s'agrandir lui font voir la vie en noire.

J'ai beaucoup aimé suivre les mouvements de danse, même si j'avoue ne rien y connaître. Imaginer certains pas, voir le corps se déformer pour obtenir LA position parfaite. Il est clair que la poitrine est un problème surtout si elle ne cesse de pousser. Dextre et Sinistre n'ont pas dit leur dernier mot. Ils ont beau prendre des coups, ils ne cessent de se relever. C'est un échange entre les deux parties du corps et cette même jeune femme, que dis-je, un affrontement entre les trois pour savoir qui aura le dernier mot de l'histoire. Seul le lecteur pourra découvrir ce qui va arriver au final à ce corps complet. La rencontre avec un mâle sera utile pour certains points. Sans oublier que nous le désirions ou non, ils font partis de nous ces petites bêtes-là !

Petit bémol qui n'engage que moi, quelques longueurs dans les énoncés de Dextre et Sinistre.

En conclusion, un petit livre qui a un bon humour piquant par moment. Une histoire de "seins" qui ne comptent pas se laisser démonter d'une manière ou d'une autre.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/la-ballerine-aux-gros-seins-veronique-sels-a136657964

Afficher en entier
Commentaire ajouté par fanfan50 2018-01-08T18:05:13+01:00
Bronze

Le groupe Flammarion (Arthaud) m’a adressé ce petit livre (environ 230 pages). En le recevant, j’ai été séduite par sa couverture très sobre : rose avec deux seins esquissés au pinceau. Un bon point ! La couleur rose du livre rappelle le tutu de la ballerine. La quatrième de couverture est très bien faite et donne une parfaite idée de ce que contient ce court roman. Je me suis renseignée : l’auteure, une ancienne danseuse, a déjà écrit trois romans. En 2011, « la tentation du pont », en 2012 « Bienvenue en Norlande » et en 2015 « Voyage de noces avec ma mère ». A chaque fois, elle a une inspiration différente. Ici, elle se sert de ses connaissances artistiques pour nous livrer ce qui pourrait être une auto-fiction très fantaisiste car d’une part Barberine Blin, la narratrice aussi nommée l’hôtesse par ses seins, se raconte et d’autre part en chapitre bis, ce sont Dextre et Sinistre, ses deux seins qui s’expriment. Barberine pense qu’elle a depuis toujours eu envie d’être danseuse. Sa mère l’a inscrite au cours de danse de Monsieur Simon. Barberine essaie d’intégrer le Conservatoire qui est l’école des petits rats de l’opéra bruxellois car bien sûr, elle est belge de naissance – et là, cela me rappelle une écrivaine belge assez déjantée : Nadine Monfils (La petite fêlée aux allumettes).Barberine échoue lors d’une audition à l’école Mudra et a un geste désespéré. Elle part à New York suivre son rêve de danseuse, rencontre Josh, un beau jeune homme avec qui elle entame une liaison et de fil en aiguille… L’histoire est belle, simple, même si certains termes sont étranges ou peu usités (exquisité, glutineux, motilité, leptosome, jaboter, les apostumes, nidoreux, proprioceptives, les béatilles) mais comme elle le dit, elle-même, c’est une autobiographie mammaire ! Elle dit aussi en début de roman « les seins sont à la ballerine ce que la surdité est au musicien : une malédiction » et elle fera tout pour les oublier, seulement ils ne se laissent pas faire. C’est un problème assez drôle mais bien sûr exclusivement féminin. A ne pas mettre en toutes les mains – mais de là à qualifier cet ouvrage de chick-lit, je ne m’y risquerais pas. J’ai lu rapidement mais j’ai aimé.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode