Livres
411 628
Membres
320 889

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par Mitsiie 2018-03-14T14:53:50+01:00
Lu aussi

Honnêtement, j'ai lu ce livre il y a une paire d'années déjà. Je me souviens avoir bien aimé mais avoir été chagriné que ça se termine sur un Happy End. Je recommande !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par -Libellule- 2018-02-20T10:39:36+01:00
Pas apprécié

Je ne suis pas sûre de pouvoir expliquer pourquoi je ne l'ai pas apprécié. Je l'ai trouvé si étrange que c'en était dérangeant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cassy33 2018-01-18T20:14:09+01:00
Or

La Beauté du Mal était un roman qui me tentait depuis déjà un moment, et il s'est en fait avéré encore meilleur que ce à quoi je m'attendais. Dès le début du livre, je me suis retrouvée projetée aux côtés de Katherine, l'héroïne, et je n'ai eu qu'une envie : savoir ce qui lui était arrivé, en connaître davantage sur le mystérieux personnage d'Alice, et comprendre ce que pouvait bien annoncer le résumé à son sujet.

La plume de Rebecca James étant très fluide et agréable à lire, je n'ai vraiment eu aucun mal à me plonger dans l'histoire, et je trouve d'ailleurs que son style d'écriture, dénué de descriptions inutiles, permet à son roman d'être encore plus addictif qu'il ne l'est déjà.

Puisqu'il s'agit d'un thriller psychologique, ce sont les émotions qui sont mises en avant, et en particulier celles de Katherine, qui la rendent très réaliste et humaine. À de nombreuses reprises, j'ai partagé ses pensées, ses remords et ses craintes durant ma lecture, et c'est la raison pour laquelle je me suis aussi facilement identifiée à elle, malgré nos nombreuses différences.

En fait, La Beauté du Mal me fait un peu penser à un mix de Cruelles de Cat Clarke, pour son mystère et les remords de la protagoniste, et de Prends ma vie de Lottie Moggach pour son aspect psychologique. Et comme ces deux romans m'ont énormément plu, je ne pouvais qu'adorer celui-ci aussi.

Côté scénario, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde, malgré la banalité de la vie actuelle de Katherine, si on exclut son passé douloureux, bien entendu.

Au départ, son amitié avec Alice semble tout à fait ordinaire, même si on peut se demander pourquoi une fille aussi populaire, enjouée et charismatique qu'elle s'est intéressée à une élève aussi discrète et effacée que Katherine. On s'attend bien sûr à ce que leur belle relation finisse par se ternir, puisque c'est ce qu'annonce la quatrième de couverture, mais cela prend son temps, et au début, Alice s'avère vraiment sympathique. Et puis, on ne se contente pas de suivre uniquement ces deux personnages : très vite, Robbie, un ami d'Alice amoureux d'elle depuis déjà un moment, se joint à eux, et sa présence rend l'histoire encore plus intéressante.

De plus, nous avons droit assez fréquemment à des chapitres flash-back qui nous en dévoilent davantage sur le passé de Katherine, sur sa personnalité avant que sa sœur ne se fasse assassiner, et nous finissons même par assister à cette horrible soirée, qui a dégénéré si rapidement alors que rien de tout cela n'aurait dû se passer si Katie et sa sœur n'étaient pas sorties ce soir-là.

En plus de connaître le passé de l'héroïne, nous la suivons parfois dans le futur, où elle élève sa fille seule, et où certaines de ses pensées nous dévoilent quelques indices sur ce qui l'attend dans le présent. Toutefois, malgré ce que l'on peut apprendre dans certains de ces chapitres et à travers le résumé, le suspense reste à son comble jusqu'au bout, et même après avoir appris ce qui est arrivé à la sœur de Katie, les chapitres continuent à défiler sous nos yeux, car passé ces révélations, c'est le comportement versatile d'Alice qui nous intrigue et qui nous donne envie de rapidement lire la suite.

Pour ce qui est des personnages, mon coup de cœur va à Robbie, que j'ai apprécié dès sa première apparition, et qui se révèle être un garçon à la fois touchant, doux, attentionné, drôle, loyal et parfois plus fragile que ce qu'on pourrait croire en le rencontrant. J'ai vraiment adoré l'amitié qui l'a progressivement lié à Katherine, leur complicité, et leur capacité à se confier l'un à l'autre. Je trouvais leur relation beaucoup plus profonde que celle qu'il entretenait avec Alice, car, très vite, on se rend compte que cette dernière se sert de lui plus qu'elle ne l'apprécie réellement. D'ailleurs, j'avoue que je ne parviens pas à comprendre ce qu'il trouvait à cette fille. Malgré son infidélité et ses sautes d'humeur un peu trop fréquentes, il continuait à l'aimer, et même si c'est ce qui fait en partie la beauté du personnage de Robbie, j'ai rapidement espéré qu'il finirait par développer des sentiments à l'encontre de Katherine, qui saurait le rendre bien plus heureux qu'Alice.

L'héroïne, quant à elle, s'avère très touchante lorsque l'on connaît son passé, et comme je l'ai dit plus haut, c'est un personnage très réaliste à qui on peut facilement s'identifier. Même si, à sa place, je n'aurais pas pu supporter Alice très longtemps, on ne peut pas lui reprocher d'avoir voulu préserver son amitié avec cette fille qui était parvenue à lui changer les idées et à s'ouvrir un peu depuis le décès de sa sœur. Ce que j'ai d'ailleurs apprécié chez Katherine, c'est sa bonté, sa gentillesse, son désir d'aider les autres, et ses pensées coïncidant parfaitement avec celles du lecteur au fur et à mesure qu'il progresse dans l'intrigue. Katherine est également une fille courageuse, qui pense parfois davantage aux autres qu'à elle-même, et qui ne méritait vraiment pas d'avoir une vie aussi malheureuse.

Alice est un personnage très ambigu, qu'on a beaucoup de mal à cerner, et dont on ne peut que très rarement prévoir les actes. Au début, elle semble être une une simple élève populaire et extravertie, mais au fil des chapitres, elle s'avère de plus en plus mesquine, même si elle ne prend pas tout de suite Katherine pour cible. En fait, je crois que c'est le passage au restaurant, là où elle drague volontairement l'un de ses ex en face de Philippa, qui dévoile le mieux sa véritable personnalité. Alice est une vraie peste, le genre de personne qui te pourrit la vie de façon d'abord presque insoupçonnable, pour ensuite te cracher toute la haine qu'elle ressent à ton égard. Quand on apprend à mieux la connaître, on ne peut que la détester, mais le pire là-dedans, c'est qu'en plus d'être cruelle, elle persiste à jouer l'innocente, à manipuler ses proches, et c'est cette facette de sa personnalité qui s'avère être la plus dangereuse.

Philippa est un autre personnage qui m'a marqué, car elle a su prendre de l'ampleur au fil des chapitres, et sans sa présence, je crois que Katherine aurait eu beaucoup plus de mal à surmonter toutes les épreuves qui se sont dressées sur son chemin. À l'inverse d'Alice, Philippa est une véritable amie, toujours là pour Katherine quand elle a besoin de se confier à quelqu'un, et j'ai d'ailleurs beaucoup apprécié le lien qui s'est tissé au fur et à mesure entre elles.

Quant à Mick, je dois avouer qu'au départ, j'ai été plus ennuyée qu'autre chose par son arrivée si soudaine dans le roman, car depuis le début, je voulais que Katherine finisse avec Robbie. En plus de ça, je trouvais que tout allait trop vite entre eux, mais j'ai regretté d'avoir eu de telles pensées quand je me suis rendue compte que Mick était un garçon vraiment adorable, prévenant et idéal pour Katherine. Evidemment, j'aurais préféré que leur relation prenne un peu plus de temps à se développer, mais il ne faut pas oublier que La Beauté du Mal est un roman de seulement 310 pages, et d'ailleurs, même s'il n'est pas très épais, il s'avère tout de même beaucoup plus marquant et bien mieux ficelé que de gros bouquins se concentrant uniquement sur des histoires d'amour à l'eau de rose.

En ce qui concerne la fin, je l'ai trouvée un peu précipitée, mais à vrai dire, je m'attendais à ce genre de dénouements, car beaucoup de romans se terminent de cette manière, et en particulier les one-shot de moins de 400 pages. Toutefois, j'avoue avoir un avis assez mitigé à propos des derniers chapitres. Si la toute fin m'a plu, par son aspect optimiste et la touche d'espoir qu'elle renferme, j'admets avoir été vraiment attristée par un événement qui survient juste avant le dénouement. Spoiler(cliquez pour révéler)Je parle bien évidemment de la mort de Mick, à laquelle je m'attendais étant donné que dans un chapitre précédent, Katherine avait dit à sa fille que son père était décédé, mais qui m'a tout de même beaucoup émue, car au fil du temps, je m'étais de plus en plus attachée à Mick, et si au début je voulais que l'héroïne finisse avec Robbie, je trouvais désormais qu'elle formait un très beau couple avec le frère de Philippa. En plus de ça, j'ai eu l'impression que sa mort était bâclée, qu'elle ne survenait que pour rendre la vie de Katherine encore plus horrible qu'elle ne l'était déjà, et qu'elle n'était pas très réaliste. Je veux bien qu'il se soit noyé en voulant secourir Alice afin que Katherine n'y aille pas à sa place, et qu'à cause de l'obscurité et de la tempête qui se préparait, cette dernière n'ait pas pu l'apercevoir et n'ait pas été capable de le sauver, mais la scène s'est déroulée si vite qu'elle en est presque irréelle. C'est surtout ça que je reproche à cet événement : il donne l'impression que l'auteure avait hâte de terminer ce roman, et c'est dommage, car en quelques paragraphes supplémentaires, je suis sûre que ce passage aurait pu être plus crédible. Bien sûr, la mort d'Alice ne m'a absolument pas attristé, mais il est clair que je la déteste encore plus après ça, étant donné qu'en se "suicidant", elle a réussi à gâcher encore davantage la vie de Katherine au moment-même où elle commençait à devenir heureuse.

Pour ce qui est de la toute fin, je l'ai là aussi trouvée bâclée car j'aurais aimé avoir davantage de détails sur la vie actuelle de Katherine, sur Sarah et sur la probable relation qui se créera entre Robbie et l'héroïne, mais je suis tout de même heureuse de savoir que Robbie et Katherine, que je voulais voir ensemble depuis le début du roman, ont de grandes chances de se rapprocher dans le futur. Je remercie Philippa d'avoir encouragé Katherine à reprendre contact avec lui comme il le lui avait demandé, car je sais qu'elle a besoin d'une personne comme Robbie, attentionnée, à l'écoute et bienveillante, qui saura la rendre heureuse et qui l'aidera à élever sa fille en l'aimant comme s'il s'agissait de son propre enfant.

Pour conclure, La Beauté du Mal est un thriller psychologique particulièrement marquant, mystérieux et addictif. En l'espace de seulement 310 pages, Rebecca James parvient à élaborer une intrigue captivante mêlant avec brio amitié, romance, meurtre, trahison et suspense, et c'est le genre de romans qui nous hantera encore un moment, même une fois reposé sur nos étagères. D'ailleurs, si j'en ai l'occasion, j'aimerais beaucoup tester d'autres romans de cette auteure.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par PlumePhoenix 2017-11-17T09:59:53+01:00
Argent

J'ai beaucoup aimé ce livre.

Ce que j'ai le plus apprécié c'est l'alternance entre les différentes époques. De cette manière, l'auteure nous informe progressivement sur les événements.

Nous suivons donc Katherine, qui a brutalement perdu sa sœur un an plus tôt. Traumatisée et remplie de culpabilité, elle décide de déménager et de changer de lycée. Elle fait alors la rencontre d'Alice, jeune fille extravertie avec qui elle s'entend très rapidement, jusqu'à lui confier son drame personnel. Sauf que progressivement, son amie révèle sa vraie nature et s'avère être cruelle et psychologiquement instable.

J'ai vraiment dévoré ce thriller. J'ai bien aimé les personnages, même si je pense que Katherine aurait mérité d'être un peu plus creusée. Elle a vécu quelque chose d'abominable, et pourtant à certains moments j'avais la sensation qu'elle était passé trop facilement à autre chose. Pas qu'elle n'en a pas le droit mais ça me semblait un peu trop brutal.

Quant à Alice, son évolution est plutôt bien marquée. Personnellement, c'est le genre de fille vers qui je n'irai jamais. Elle m’insupporterai dès le départ, pour autant il est clair que ce n'est pas du tout la même jeune fille au début et à la fin. Elle est bourrée de charme et sait parfaitement se servir de cet avantage, manipulant tout le monde de façon abjecte. Je ne sais pas si elle se rend compte du mal qu'elle fait ou si ça lui semble véritablement normal, et c'est le plus flippant dans l'histoire. C'est le genre de fille sur laquelle tu ne veux JAMAIS tomber.

Je pense que ce que je regrette le plus c'est la vitesse à laquelle tout se déroule. Katherine est censée être introvertie, effacée, remplie de chagrin. Et pourtant la facilité avec laquelle elle se fait de nouveaux amis et se laisse embarquer dans des soirées m'a plutôt gênée. Petit manque de crédibilité au niveau de sa personnalité...

Hormis ça, ce livre est un super page-turner psychologique :)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lieemie 2017-09-29T18:30:53+02:00
Argent

La beaute du mal est un bon livre. On y trouve de bons retournements de situations tout se tient.

Le seul bémol concerne les personnages plutôt vides ou clichés. Dommage on frôlait l excellent roman.

Pour autant je le recommande :)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Once-Upon-aTime 2017-02-03T18:17:42+01:00
Diamant

Une histoire dont on ne ressort pas indemne. Une histoire bouleversante, qui montre à quel point les gens peuvent être cruels, mais aussi à quel point les gens peuvent faire preuve d'amour.

Le personnage d'Alice est à la fois horrible et fascinant, et fait tout tourner au cauchemar. Le passé de Katherine est affreux, il fait d'elle une jeune femme à la fois forte et fragile, qui cherche à se reconstruire, à accepter tout cela, et surtout à se pardonner.

La plume de l'auteur est fluide et agréable, et le côté psychologique des personnages est très bien travaillé.

Un livre que j'ai adoré et qui m'a bouleversée.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par sorello 2017-01-28T11:22:37+01:00
Lu aussi

La beauté du mal est un roman adolescent bien plus sombre que ceux qu'on peut lire la plupart du temps, il m'a laissé certains frissons. j'ai été extrêmement touchée par Katherine, sa dévotion pour Alice alors même que c'est une fille nuisible pour elle. y a une certaine forme de suspens tout au long du livre qui nous laisse accrochée à l'histoire et leur relation, dévoilée peu à peu, qui m'a encore plus tenue en haleine que l'intrigue elle-même. le plus décevant, je pense, c'est le final, il m'a laissé perplexe, peut-être pas assez aboutit a mon goût.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par livresaddict 2017-01-15T20:28:48+01:00
Argent

La beauté du mal est un livre dont je reste perplexe, j’ai adoré l’histoire les personnages, l’intrigue etc… Mais la fin ! Je ne m’attendais pas à un happy end et cela me perturbe pas mal, je trouve qu’il me manque des explications, j’ai encore trop de questions sur ce livre sur la fin mais je n’ai plus de pages à lire !

Hormis la fin, parlons de l’histoire, c’est le genre de roman, que j’aime beaucoup. Avec une intrigue bien ficelée qui nous tient en suspens jusque dans les dernières pages, mais ici c’est trop accentué, la fin nous tombe dessus d’un coup, puis comme durant tout le cours du roman, nous avons plusieurs points de vue : -Katherine au lycée, qui est le point de vue principal de l’histoire

-Katherine a la période de l’accident de sa sœur

-Katherine dans le « futur » : Celle-ci apparaît plus tard dans l’histoire, car c’est le point de vue de la réelle Katherine.

Donc à la fin nous changeons d’un coup de point de vue, par rapport à la Katherine que nous lisons et cela est perturbant un ou deux chapitres de plus n’auraient pas fait de mal !

J’ai beaucoup aimé les personnages, pas forcément les filles, je me suis plus attachée aux garçons, Robbie et Mick qui ont été mes coups de cœurs de ce roman, qui sont très attachants.

Le personnage d’Alice, qui est un personnage clé, m’a plu, dans le genre garce qui cache son jeu, j’adore !

Par rapport aux retours dans le passé, l’histoire de Katherine et de sa sœur m’a beaucoup touché.

C’est une histoire très touchante, que j’ai adoré lire, elle est très addictive, je n’ai voulu que connaître cette mystérieuse fin, mais une fois lue, je regrette car cette fin gâche à mon goût la beauté du roman.

Chloé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LesMotsPourRever 2016-10-06T22:22:04+02:00
Pas apprécié

http://lesmotspourrever.com/

Après avoir vécu un drame, Katie change non seulement de ville mais aussi de nom, et devient Katherine, lycéenne effacée qui ne cherche pas à se lier d’amitié avec les autres. S’il n’y avait que ce drame, peut-être aurait-elle pu se laisser aller à vivre pleinement et être heureuse à nouveau mais voilà, il y a aussi cette culpabilité qui la ronge et dont elle ne parvient pas à se défaire. Sa vie change brusquement lorsqu’Alice, la fille la plus populaire du lycée, l’invite à une fête et se met en tête de devenir son amie. Les deux filles apprennent à se connaître et deviennent rapidement très proches. Alice a des défauts, un comportement parfois étrange, mais grâce à elle Katherine sourit à nouveau donc elle ferme les yeux sur ces petites choses qui la mettent parfois mal à l’aise.

J’ai pioché La beauté du mal dans ma PAL sans savoir le moins du monde à quoi m’attendre. A vrai dire je ne me souvenais même plus qu’il y était. Les polar/thriller ne sont pas vraiment ma tasse de thé à la base, mis à part les Sherlock Holmes, Hercule Poirot et autres détectives du même acabit. Et ce n’est pas ce livre qui va me convaincre de m’y mettre !

L’intrigue est bien présente au début : pourquoi Katherine n’a-t-elle pas assisté aux funérailles d’Alice ? Qu’est-il arrivé à cette dernière ? Comment les deux amis ont-elles pu en arriver là ? Qu’est-il arrivé au père de sa fille ? Beaucoup de questionnements dès le début de cette histoire qui nous promet de nombreux rebondissements.

Le récit se fait à trois voix, ou plutôt à trois époques : nous suivons Katherine avant le drame et découvrons par petites touches ce qui lui est réellement arrivé ; nous avons quelques brefs moments de la vie de Katherine une fois devenue adulte mais surtout maman d’une petite Sarah ; et bien évidemment, le plus gros de l’histoire est centrée sur ses mésaventures avec Alice.

Mon enthousiasme initial est vite retombé lorsqu’on apprend que Katherine vit (presque) seule. Suite au drame qu’elle a vécu, elle a préféré quitter la ville mais aussi ne plus vivre avec ses parents, chose que je peux comprendre. Elle a donc emménagé chez sa tante qui est, comme c’est surprenant, toujours absente. Je ne sais pas pourquoi les auteurs s’arrangent toujours pour laisser leur héros/héroïne adolescent(e) sans figure d’autorité dans leur quotidien. Oui certains ados doivent apprendre à se débrouiller seuls mais par pitié, cessez de dégager les parents aussi facilement ! Parce que oui c’est une facilité, des personnages en moins à gérer. Katherine se retrouve donc seule dans un grand appartement et toutes ses dépenses sont prises en charge. De faux airs d’indépendance et de l’argent qui tombe du ciel, comme c’est pratique. Bref, passons.

Dès le début j’ai trouvé le comportement d’Alice relativement suspect. Je veux dire, pourquoi s’intéresse-t-elle aussi soudainement à Katherine ? Je veux bien qu’il y ait des amitiés qui se créer dans la seconde mais les choses ont vraiment été précipités. A peine les présentations sont-elles faites qu’Alice lui prête déjà ses robes. Je ne sais pas si l’auteur aurait dû être plus subtile ou Katherine plus méfiante, mais quelque chose m’a chagriné. Et quand ça m’arrive dès le début d’une histoire, généralement la suite se présente mal (du moins pour moi). Leur amitié se poursuit néanmoins, Alice présente Robbie à Katherine et le duo inséparable devient trio. Grâce à Robbie, Katherine en apprend plus sur Alice qui mine de rien reste très secrète, mais notre héroïne ne peut pas le lui reprocher puisque elle aussi a sa part de mystère. La beauté du mal suit son cours, je tourne mes pages, mais j’ai bien du mal à éprouver quoi que ce soit pour tout ce petit monde.

Je suis d’ailleurs mitigée sur les personnages secondaires. Robbie est extrêmement intéressant, j’ai totalement adhéré à cette fascination destructrice qu’il éprouve pour Alice, surtout lorsqu’on voit jusqu’où elle est prête à aller pour faire du mal aux autres. Philippa est une bouffé d’air frais dans cette atmosphère lourde. On peut facilement s’identifier à elle et ainsi devenir « celle qui a sauvé l’héroïne ». Pas sauver d’un grand danger, simplement de l’emprise d’Alice, mais c’est déjà beaucoup. Mick est … relativement fade. Il ne m’a pas donné l’impression d’avoir beaucoup de caractère et je ne me suis pas vraiment attachée à lui (ce qui lui arrive ne m’a donc pas tiré la moindre larme, ce qui fait que je suis passée malgré moi à côté du plus gros de l’émotion du livre). Sans oublier que sa relation avec Katherine va vraiment trop vite. Quant à Rachel … Aussi horrible que je puisse paraître à vos yeux, ce personnage ne m’a pas touché le moins du monde. Oui elle vit dans un monde un peu à part et n’a pas eu les mêmes expériences que les autres adolescents étant donné qu’elle passait beaucoup de temps sur son piano, mais je l’ai trouvé trop niaise, trop naïve. Plus exaspérante qu’autre chose, donc là non plus je n’ai pas réussi à m’attacher.

Le style est bon et les flash-back sont correctement utilisés (et surtout utiles) mais cela n’a pas suffit à me convaincre. Je reconnais que je ne suis pas réellement rentrée dans l’histoire : le début était déjà relativement suspect pour moi mais en plus il devient facile à un moment de recoller tous les morceaux pour comprendre où Rebecca James veut en venir. La folie d’Alice n’a été, à mon sens, pas assez poussé pour la rendre suffisamment intéressante. Il en va de même pour son côté machiavélique. La seule chose qui m’a véritablement surprise c’est l’identité du frère d’Alice. Ça je reconnais que je ne l’avais pas vu venir, et c’est pourtant sur cet élément que repose réellement toute l’histoire. Mais le reste ? Pas de vrai suspense, pas de moment haletant, pas d’angoisse, pas de tension. Pas le moindre soupçon de peur dans le pseudo harcèlement que va finir par orchestrer Alice et c’est vraiment dommage.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par dedei77 2016-05-18T20:53:25+02:00
Lu aussi

Un livre vraiment très sombre, j'ai eu beaucoup de mal à le terminer, car je ne voulais plus le lire. Au final, j'ai été un peu déçue par le dénouement. En effet Spoiler(cliquez pour révéler) On ne sait pas quelles étaient les vraies intentions d'Alice?, s’était-elle vraiment lié d'amitié à Katherine? Quel était le rôle de son frère dans l'histoire (simple spectateur ou à t-il prit part au viol et au meurtre?) Spoiler(cliquez pour révéler)Niveau suspens, là encore j'ai été déçue.J'ai tout de suite su qu'Alice était la sœur d'un des meurtriers.

Afficher en entier