Livres
478 211
Membres
459 727

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

"Au moins, mes livres ne poussent pas de hurlements, ils ne se répandent pas en rodomontades, ils ne finissent pas le nez dans leur chope de bière avant de rouler sous la table, et même s'ils s'écroulent par terre, au moins, ils ne ronflent pas. Je suis vraiment en bien meilleure compagnie avec eux."

Anheg, roi de Cherek

[Pocket 1990 - p.328]

Afficher en entier

- Pourquoi tous ces gens ont-ils l'air si triste ? demanda-t-il à Sire Loup.

- Ils ont un Dieu sévère et exigeant, répondit le vieil homme.

- Quel Dieu ?

- L'argent, expliqua Sire Loup. L'argent est un Dieu plus impitoyable que Torak lui-même.

[Pocket 1990 - p.117]

Afficher en entier

- Je pense que, si j'avais le choix, je préférerais un de ces siècles tranquilles, décréta Garion d'un ton maussade.

- Oh non, fit Silk, et ses lèvres se retroussèrent sur un sourire carnassier. C'est maintenant que ça vaut le coup de vivre, pour assister à tout ça, pour y participer. Pour sentir le sang courir plus vite dans ses veines, et connaître l'aventure à chaque souffle.

Afficher en entier

Il retrouva Barak, Silk et Durnik en train de rire de bon coeur.

-Tu étais censé lui courir après, dit Barak.

-Pour quoi faire? demanda Garion en s'empourprant sous leurs quolibets.

-Elle espérait que tu allais la rattraper.

-Je ne comprends pas.

-Barak, dit Silk, je crois que l'un de nous devrait informer dame Polgara que notre Garion a besoin d'un petit complément d'éducation.

Afficher en entier

Garion regarda le vieil homme dont les cheveux et la barbe blanche semblaient briller d'une lumière intérieure sous le soleil du matin.

- Comment ça fait de vivre éternellement, grand-père ? demanda-t-il.

- Je ne sais pas, répondit sire Loup. Je n'ai encore jamais vécu éternellement.

Afficher en entier

« - Écoute ma voix, Torak à l’Oeil Mort, hurla-t-il. L’Orbe où palpite la vie est en sûreté, hors de portée de tes atteintes, et ton combat contre elle est perdu d’avance. Le jour où tu te dresseras contre nous, c’est moi qui te déclarerai la guerre. Dans les ténèbres de la nuit comme dans la lumière du midi, toujours je monterais la garde, veillant sur tes agissements, et jusqu’à la fin des temps je ferais obstacle à ton avènement. »

Afficher en entier

Les saisons passèrent, comme toutes les saisons. L'été s'épanouissant mûrit en son âge d'or, l'automne ; les flamboyances de l'arrière-saison cédèrent aux instances de l'hiver, qui baissa les armes devant le printemps, et les promesses du printemps fleurirent en un nouvel été.

Afficher en entier

Toute sa vie, il lui en resterait une affection spéciale pour les cuisines, pour leurs odeurs et pour tous ces bruits particuliers dont l'association, en une agitation empreinte de gravité, évoquerait à jamais pour lui l'amour, la nourriture, le confort et la sécurité, mais surtout la maison.

Afficher en entier

Et plus tard, émergeant d’un sommeil de plomb, tel un poisson surgissant de la surface argentée de l’onde, il lui sembla qu’elle appelait :

— Père, j’ai besoin de toi !

Mais il replongea dans un sommeil agité, hanté par la silhouette d’un homme juché sur un cheval noir, qui surveillait chacun de ses mouvements avec une froide animosité et quelque chose qui ressemblait beaucoup à de la peur ; et derrière cette silhouette ténébreuse, qu’il savait avoir toujours été là, bien qu’il n’en ait jamais eu tout à fait conscience, et dont il n’avait jamais ouvertement parlé, même à tante Pol, le visage monstrueusement défiguré qu’il avait brièvement aperçu ou imaginé pendant le combat avec Rundorig le regardait d’un air sinistre, pareil au fruit hideux d’un arbre incommensurablement maléfique.

Afficher en entier

Garion ne savait pas encore très bien quoi penser du couple si bizarrement assorti. Ils connaissaient de toute évidence tante Pol et sire Loup - et, tout aussi évidemment, sous d'autres noms. L'idée que tante Pol puisse ne pas être celle pour laquelle il l'avait toujours prise avait quelque chose d'extrêmement dérangeant. Ce qui avait constitué l'une des données fondamentales de toute son existence venait de disparaître en fumée.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode