Livres
395 199
Comms
1 388 144
Membres
290 163

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de La Bible ajouté par Ruby-Jewel 2013-06-05T18:56:19+02:00

Louez l'Eternel, vous, toutes le nations, célebrez-le, vous tous les peuples, car sa bonté est grande envers nous et sa vérité dure éternellement! Louez l'Eternel!

Psaume 117

Afficher en entier
Extrait de La Bible ajouté par anonyme 2010-03-09T05:33:08+01:00

Je suis, moi aussi, un homme mortel, pareil à tous, un descendant du premier être formé de la terre. J'ai été modelé en chair dans le ventre d'une mère, où, pendant dix mois, dans le sang j'ai pris consistance, à partir d'une semence d'homme et du plaisir, compagnon du sommeil.

A ma naissance, moi aussi j'ai aspiré l'air commun, je suis tombé sur la terre qui nous reçoit tous pareillement, et des pleurs, comme pour tous, furent mon premier cri.

J'ai été élevé dans les langes et parmi les soucis.

Aucun roi ne connut d'autre début d'existence même façon pour tous d'entrer dans la vie et pareille façon d'en sortir.

C'est pourquoi j'ai prié, et l'intelligence m'a été donnée, j'ai invoqué, et l'esprit de Sagesse m'est venu.

Je l'ai préférée aux sceptres et aux trônes et j'ai tenu pour rien la richesse en comparaison d'elle.

Afficher en entier
Extrait de La Bible ajouté par anonyme 2010-03-09T05:33:08+01:00

Et Jésus lui dit : " Tu vois ces grandes constructions ? Il n'en restera pas pierre sur pierre qui ne soit jetée bas. "

Et comme il était assis sur le mont des Oliviers en face du Temple, Pierre, Jacques, Jean et André l'interrogeaient en particulier :

" Dis-nous quand cela aura lieu et quel sera le signe que tout cela va finir. "

Alors Jésus se mit à leur dire : " Prenez garde qu'on ne vous abuse.

Il en viendra beaucoup sous mon nom, qui diront : "C'est moi", et ils abuseront bien des gens.

Lorsque vous entendrez parler de guerres et de rumeurs de guerres, ne vous alarmez pas : il faut que cela arrive, mais ce ne sera pas encore la fin.

On se dressera, en effet, nation contre nation et royaume contre royaume. Il y aura par endroits des tremblements de terre, il y aura des famines. Ce sera le commencement des douleurs de l'enfantement.

" Soyez sur vos gardes. On vous livrera aux sanhédrins, vous serez battus de verges dans les synagogues et vous comparaîtrez devant des gouverneurs et des rois, à cause de moi, pour rendre témoignage en face d'eux.

Il faut d'abord que l'Évangile soit proclamé à toutes les nations.

" Et quand on vous emmènera pour vous livrer, ne vous préoccupez pas de ce que vous direz, mais dites ce qui vous sera donné sur le moment : car ce n'est pas vous qui parlerez, mais l'Esprit Saint.

Le frère livrera son frère à la mort, et le père son enfant ; les enfants se dresseront contre leurs parents et les feront mourir.

Et vous serez haïs de tous à cause de mon nom, mais celui qui aura tenu bon jusqu'au bout, celui-là sera sauvé.

" Lorsque vous verrez l'abomination de la désolation installée là où elle ne doit pas être que le lecteur comprenne ! , alors que ceux qui seront en Judée s'enfuient dans les montagnes, que celui qui sera sur la terrasse ne descende pas pour rentrer dans sa maison et prendre ses affaires ;

et que celui qui sera aux champs ne retourne pas en arrière pour prendre son manteau !

Malheur à celles qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là !

Priez pour que cela ne tombe pas en hiver.

Car en ces jours-là il y aura une tribulation telle qu'il n'y en a pas eu de pareille depuis le commencement de la création qu'a créée Dieu jusqu'à ce jour, et qu'il n'y en aura jamais plus.

Et si le Seigneur n'avait abrégé ces jours, nul n'aurait eu la vie sauve ; mais à cause des élus qu'il a choisis, il a abrégé ces jours.

Alors si quelqu'un vous dit : "Voici : le Christ est ici ! ", "Voici : il est là ! ", n'en croyez rien.

Il surgira, en effet, des faux Christs et des faux prophètes qui opéreront des signes et des prodiges pour abuser, s'il était possible, les élus.

Pour vous, soyez en garde : je vous ai prévenus de tout.

Mais en ces jours-là, après cette tribulation, le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles se mettront à tomber du ciel et les puissances qui sont dans les cieux seront ébranlées.

Et alors on verra le Fils de l'homme venant dans des nuées avec grande puissance et gloire.

Et alors il enverra les anges pour rassembler ses élus, des quatre vents, de l'extrémité de la terre à l'extrémité du ciel.

" Du figuier apprenez cette parabole. Dès que sa ramure devient flexible et que ses feuilles poussent, vous comprenez que l'été est proche.

Ainsi vous, lorsque vous verrez cela arriver, comprenez qu'Il est proche, aux portes.

En vérité je vous le dis, cette génération ne passera pas que tout cela ne soit arrivé.

Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point.

" Quant à la date de ce jour, ou à l'heure, personne ne les connaît, ni les anges dans le ciel, ni le Fils, personne que le Père.

" Soyez sur vos gardes, veillez, car vous ne savez pas quand ce sera le moment.

Il en sera comme d'un homme parti en voyage : il a quitté sa maison, donné pouvoir à ses serviteurs, à chacun sa tâche, et au portier il a recommandé de veiller.

Veillez donc, car vous ne savez pas quand le maître de la maison va venir, le soir, à minuit, au chant du coq ou le matin, de peur que, venant à l'improviste, il ne vous trouve endormis.

Et ce que je vous dis à vous, je le dis à tous : veillez ! "

Afficher en entier
Extrait de La Bible ajouté par anonyme 2010-03-09T05:33:08+01:00

A cette heure même, il tressaillit de joie sous l'action de l'Esprit Saint et il dit : " Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d'avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l'avoir révélé aux tout-petits. Oui, Père, car tel a été ton bon plaisir.

Afficher en entier
Extrait de La Bible ajouté par anonyme 2010-03-09T05:33:08+01:00

Le troisième jour, lorsqu'elle eut cessé de prier, elle quitta ses vêtements de suppliante et se revêtit de toute sa splendeur.

Ainsi devenue éclatante de beauté, elle invoqua le Dieu qui veille sur tous et les sauve. Puis elle prit avec elle deux servantes. Sur l'une elle s'appuyait mollement. L'autre l'accompagnait et soulevait son vêtement.

A l'apogée de sa beauté, elle rougissait et son visage joyeux était comme épanoui d'amour. Mais la crainte faisait gémir son cœur.

Franchissant toutes les portes, elle se trouva devant le roi. Il était assis sur son trône royal, revêtu de tous les ornements de ses solennelles apparitions, tout rutilant d'or et de pierreries, redoutable au possible.

Il leva son visage empourpré de splendeur et, au comble de la colère, regarda. La reine s'effondra. Dans son évanouissement son teint blêmit et elle appuya la tête sur la servante qui l'accompagnait.

Dieu changea le cœur du roi et l'inclina à la douceur. Anxieux, il s'élança de son trône et la prit dans ses bras jusqu'à ce qu'elle se remît, la réconfortant par des paroles apaisantes.

"Qu'y a-t-il, Esther? Je suis ton frère! Rassure-toi! Tu ne mourras pas. Notre ordonnance ne vaut que pour le commun des gens. Approche-toi."

Levant son sceptre d'or il le posa sur le cou d'Esther, l'embrassa et lui dit : "Parle-moi"

"Seigneur, lui dit-elle, je t'ai vu pareil à un ange de Dieu. Mon cœur s'est alors troublé et j'ai eu peur de ta splendeur. Car tu es admirable, Seigneur, et ton visage est plein de charmes."

Tandis qu'elle parlait, elle défaillit. Le roi se troubla et tout son entourage cherchait à la ranimer

Afficher en entier
Extrait de La Bible ajouté par anonyme 2010-03-09T05:33:08+01:00

Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas la charité, je ne suis plus qu'airain qui sonne ou cymbale qui retentit.

Quand j'aurais le don de prophétie et que je connaîtrais tous les mystères et toute la science, quand j'aurais la plénitude de la foi, une foi à transporter des montagnes, si je n'ai pas la charité, je ne suis rien.

Quand je distribuerais tous mes biens en aumônes, quand je livrerais mon corps aux flammes, si je n'ai pas la charité, cela ne me sert de rien.

La charité est longanime ; la charité est serviable ; elle n'est pas envieuse ; la charité ne fanfaronne pas, ne se gonfle pas ; elle ne fait rien d'inconvenant, ne cherche pas son intérêt, ne s'irrite pas, ne tient pas compte du mal ; elle ne se réjouit pas de l'injustice, mais elle met sa joie dans la vérité.

Elle excuse tout, croit tout, espère tout, supporte tout.

La charité ne passe jamais. Les prophéties ? elles disparaîtront. Les langues ? elles se tairont. La science ? elle disparaîtra.

Car partielle est notre science, partielle aussi notre prophétie.

Mais quand viendra ce qui est parfait, ce qui est partiel disparaîtra.

Lorsque j'étais enfant, je parlais en enfant, je pensais en enfant, je raisonnais en enfant ; une fois devenu homme, j'ai fait disparaître ce qui était de l'enfant.

Car nous voyons, à présent, dans un miroir, en énigme, mais alors ce sera face à face. A présent, je connais d'une manière partielle ; mais alors je connaîtrai comme je suis connu.

Maintenant donc demeurent foi, espérance, charité, ces trois choses, mais la plus grande d'entre elles, c'est la charité.

Afficher en entier
Extrait de La Bible ajouté par anonyme 2010-03-09T05:33:08+01:00

Que tu es belle, ma bien-aimée, que tu es belle! Tes yeux sont des colombes, derrière ton voile; tes cheveux comme un troupeau de chèvres, ondulant sur les pentes du mont Galaad.

Tes dents, un troupeau de brebis à tondre qui remontent du bain. Chacune a sa jumelle et nulle n'en est privée.

Tes lèvres, un fil d'écarlate, et tes discours sont ravissants. Tes joues, des moitiés de grenades, derrière ton voile.

Ton cou, la tour de David, bâtie par assises. Mille rondaches y sont suspendues, tous les boucliers des preux.

Tes deux seins, deux faons, jumeaux d'une gazelle, qui paissent parmi les lis.

Avant que souffle la brise du jour et que s'enfuient les ombres, j'irai à la montagne de la myrrhe, à la colline de l'encens.

Tu es toute belle, ma bien-aimée, et sans tache aucune!

Viens du Liban, ô fiancée, viens du Liban, fais ton entrée. Abaisse tes regards, des cimes de l'Amana, des cimes du Sanir et de l'Hermon, repaire des lions, montagne des léopards.

Tu me fais perdre le sens, ma sœur, ô fiancée, tu me fais perdre le sens par un seul de tes regards, par un anneau de ton collier!

Que ton amour a de charmes, ma sœur, ô fiancée. Que ton amour est délicieux, plus que le vin! Et l'arôme de tes parfums, plus que tous les baumes!

Tes lèvres, ô fiancée, distillent le miel vierge. Le miel et le lait sont sous ta langue; et le parfum de tes vêtements est comme le parfum du Liban.

Elle est un jardin bien clos, ma sœur, ô fiancée; un jardin bien clos, une source scellée.

Tes jets font un verger de grenadiers, avec les fruits les plus exquis :

le nard et le safran, le roseau odorant et le cinnamome, avec tous les arbres à encens; la myrrhe et l'aloès, avec les plus fins arômes.

Source des jardins, puits d'eaux vives, ruissellement du Liban!

Lève-toi, aquilon, accours, autan! Soufflez sur mon jardin, qu'il distille ses aromates! Que mon bien-aimé entre dans son jardin, et qu'il en goûte les fruits délicieux!

Afficher en entier
Extrait de La Bible ajouté par anonyme 2010-03-09T05:33:08+01:00

Que nul, s'il est éprouvé, ne dise : " C'est Dieu qui m'éprouve. " Dieu en effet n'éprouve pas le mal, il n'éprouve non plus personne.

Mais chacun est éprouvé par sa propre convoitise qui l'attire et le leurre.

Puis la convoitise, ayant conçu, donne naissance au péché, et le péché, parvenu à son terme, enfante la mort.

Ne vous égarez pas, mes frères bien-aimés :

tout don excellent, toute donation parfaite vient d'en haut et descend du Père des lumières, chez qui n'existe aucun changement, ni l'ombre d'une variation.

Afficher en entier
Extrait de La Bible ajouté par anonyme 2010-03-09T05:33:08+01:00

Il y a six choses que hait Yahvé, sept qui lui sont en abomination : des yeux hautains, une langue menteuse, des mains qui répandent le sang innocent, un cœur qui médite des projets coupables, des pieds empressés à courir au mal, un faux témoin qui profère des mensonges, le semeur de querelles entre frères.

Garde, mon fils, le précepte de ton père, ne rejette pas l'enseignement de ta mère.

Fixe-les constamment dans ton cœur, noue-les à ton cou.

Dans tes démarches ils te guideront, dans ton repos ils te garderont, à ton réveil ils s'entretiendront avec toi.

Car le précepte est une lampe, l'enseignement une lumière; les exhortations de la discipline sont le chemin de la vie (...)

Afficher en entier
Extrait de La Bible ajouté par anonyme 2010-03-09T05:33:08+01:00

Ne sois pas jaloux de ton épouse bien-aimée et ne lui donne pas l'idée de te faire du mal.

Ne te livre pas entre les mains d'une femme, de peur qu'elle ne prenne de l'ascendant sur toi.

Ne va pas au-devant d'une prostituée tu pourrais tomber dans ses pièges.

Ne fréquente pas une chanteuse tu te ferais prendre à ses artifices.

N'arrête pas ton regard sur une jeune fille, de crainte d'être puni avec elle.

Ne te livre pas aux mains des prostituées tu y perdrais ton patrimoine.

Ne promène pas ton regard dans les rues de la ville et ne rôde pas dans les coins déserts.

Détourne ton regard d'une jolie femme et ne l'arrête pas sur une beauté étrangère. Beaucoup ont été égarés par la beauté d'une femme et l'amour s'y enflamme comme un feu.

Près d'une femme mariée garde-toi bien de t'asseoir et de t'attabler pour des beuveries, de crainte que ton cœur ne succombe à ses charmes et que dans ta passion tu ne glisses à ta perte.

N'abandonne pas un vieil ami, le nouveau venu ne le vaudra pas. Vin nouveau, ami nouveau, laisse-le vieillir, tu le boiras avec délices.

N'envie pas le succès du pécheur, tu ne sais comment cela finira.

Afficher en entier